«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

exclusivité sur vigile

Un retour suicidaire vers un passé qu’on croyait révolu

Ces jours-ci, le Québec ressemble à un navire sans capitaine qui dérive au gré des flots, sans projet et sans dessein.

Vigile
lundi 21 novembre 2011
1 260 visites 7 messages

par Rodrigue Tremblay, économiste
Ancien ministre de l’Industrie et du Commerce dans le gouvernement québécois
www.LeCodePourUneEthiqueGlobale.com

***


« Nous sommes prêts maintenant pour la libération économique, il n’y a
plus de maintenant ou de jamais ; ce soir nous devons dire c’est
maintenant que nous deviendrons maîtres chez nous. »
Jean Lesage (1912-1980), premier ministre du Québec, 1962

"Peu à peu nous prenons l’habitude du recul et de l’humiliation, à ce
point qu’elle nous devient une seconde nature."
Charles De Gaulle (1890-1970), 1939

« Une nation fatiguée de longs débats consent volontiers qu’on la
dupe, pourvu qu’on la repose, et l’histoire nous apprend qu’il suffit
alors pour la contenter de ramasser dans tout le pays un certain
nombre d’hommes obscurs ou dépendants, et de leur faire jouer devant
elle le rôle d’une assemblée politique, moyennant salaire. »
de Tocqueville, Alexis (1805-1859), "L’ancien régime et la révolution", 1856

***

En 1962, le président de la compagnie de chemins de fer “Canadian
National” (CN) Donald Gordon (1901-1969) déclara que s’il n’y avait
aucun francophone parmi les 36 vice-présidents de la compagnie,
c’était parce qu’il n’y en avait pas d’assez compétent pour un tel
poste. C’est ce même personnage d’allégeance impérialiste, né en
Écosse, qui insista pour nommer un nouvel hôtel à Montréal le “Queen
Elizabeth Hotel” plutôt que “Château Maisonneuve” du nom du fondateur
de la Ville de Montréal, Paul Chomedey de Maisonneuve, comme plusieurs
Montréalais le lui demandaient. — C’était il y a un demi-siècle.

Ces évènements humiliants et de nombreux autres persuadèrent les
Québécois que le contrôle de l’économie, à défaut de prendre le
contrôle politique du territoire, était une mesure essentielle pour
assurer leur avenir, pas seulement au Canada, mais à l’intérieur même
du Québec.

De là naquit le projet d’investir massivement en éducation, sous
l’égide de Paul-Gérin Lajoie, afin de mieux préparer l’avenir des
jeunes Québécois et Québécoises. Au plan économique, le gouvernement
de Jean Lesage avait senti le besoin, dès 1962, de regrouper des
capitaux afin de favoriser le développement économique du Québec. Pour
ce faire, il mit sur pied la Société générale de financement (SGF),
initialement une société mixte publique-privée. Par la suite, toujours
dans l’optique de renforcer l’économie québécoise et d’accroître la
participation des francophones à leur économie, René Lévesque se fit
l’instigateur de la nationalisation d’Hydro-Québec en 1963, avec comme
l’un des objectifs d’imposer le français comme langue de travail au
sein de l’entreprise. C’est ainsi aussi que le gouvernement de Jean
Lesage créa la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDP) en 1965,
avec le double mandat de faire fructifier les avoirs sous gestion
(rôle de fiduciaire) et de contribuer au développement économique du
Québec (rôle de promoteur économique). Cette période de la première
partie des années soixante en fut une d’effervescence, de vision et
d’action. Ce fut vraiment le décollage de ce qu’on a appelé une
Révolution tranquille pour le peuple québécois. C’est cette Révolution
tranquille qui s’étiole présentement et qui risque de nous ramener un
demi-siècle en arrière, sinon tout un siècle en arrière.

En effet, nous assistons aujourd’hui à un effort de démantèlement
systématique par des intérêts hostiles au Québec d’à-peu-près tout ce
qui a été construit pour libérer et faire progresser le peuple du
Québec au plan économique, politique et linguistique depuis cinquante
ans.

Au niveau fédéral, la politique officielle du gouvernement de Stephen
Harper semble en être une qui consiste à bafouer le plus possible le
français, aidé en cela par quelques ’porteux-de-valises’ dont la
fonction est de s’accroupir quand le chef le demande. Quand on se fait
tapis, il ne faut pas se surprendre de se faire marcher dessus ! Au
cours des derniers mois, Harper a multiplié les insultes à l’endroit
des francophones : nominations de juges unilingues anglais à la Cour
Surpême, nomination d’un nouveau vérificateur général unilingue
anglais, retour en masse des sigles de l’empire britannique dans les
ministères et dans les ambassades, etc. C’est ce même Harper qui
prétendait donner des leçons au Québec quand il déclarait en 2002 que
« Les arguments ... selon lesquels il faut un statut spécial pour
protéger la langue française au Québec – sont tout simplement faux. »
(le 19 janvier 2002) Et, un de ses “porteux-de-valises” québécois sans
jugement et sans vision faisait sienne récemment une pareille
énormité !

Au Québec même, la mollesse, le je-m’en-foutisme et l’absence de
vision et d’épine dorsale d’un gouvernement assiégé font en sorte que
l’immobilisme et le laisser-aller en matière linguistique règnent en
maître. Le gouvernement de Jean Charest ressemble de plus en plus au
gouvernement d’Alexandre Taschereau dans les années trente : c’est un
gouvernement incapable et inepte, quand il ne se complait pas tout
simplement dans un climat malsain de corruption et de cynisme.

Quand on apprend qu’un des fleurons de la Révolution tranquille, la
Caisse de dépôt et placement du Québec, embauche des dirigeants
unilingues anglophones, et cela en violation directe avec la Charte de
la langue française, on n’est pas loin d’être revenu à l’époque des
Donald Gordon, mais cette fois-ci par la lâcheté et la pusillanimité
des nôtres. Il faut dire, en passant, que c’est cette même institution
qui est allée bêtement perdre $40 milliards avec des spéculations à
Toronto. Cette perte scandaleuse représente exactement le montant
qu’il en aurait coûté pour conserver au Québec le contrôle de l’Alcan,
le principal fleuron industriel du Québec !

Et quand la Banque nationale, une banque qui est le produit de la
fusion de la Banque Canadienne Nationale et de la Banque Provinciale
sous contrôle du Mouvement Desjardins en 1979, faut-il le rappeler, se
met elle aussi à copier la Caisse de dépôt et embauche des patrons
unilingues anglophones, il faut dire que l’exemple vient de haut. Ces
jours-ci, le Québec ressemble à un navire sans capitaine qui dérive au
gré des flots, sans projet et sans dessein.

Qu’attend le gouvernement Charest pour renforcer la loi 101, laquelle
a été écorchée de toutes parts par les politiciens fédéraux et par la
Cour Suprême du Canada, et comme le lui recommandait il y a un an le
Conseil supérieur de la langue française ? Attend-il que la
situation linguistique au Québec devienne irréversible et hostile à la
majorité francophone ? Si oui, il sera jugé sévèrement par l’histoire.

Il est temps que les Québécois se fassent respecter.


Rodrigue Tremblay est professeur émérite de sciences économiques à
l’Université de Montréal. Il est l’auteur de trente livres en
économie, en finance, en politique et en éthique. Son dernier livre
est “Le Code pour une éthique globale, pour une civilisation
humaniste”
(Les Éditions Liber, 2009, (ISBN : 978-2-89578-173-8)

Rodrigue Tremblay écrit aussi un blogue international en plusieurs
langues : http://www.TheNewAmericanEmpire.com/blog.htm

Posté, mardi, le 22 novembre 2011.

Commentaires

  • Dr. Gaston Gravel, 25 novembre 2011 12h09

    Très bon diagnostique de la situation au Quebec

    Devons nous tous devenir "des moutons de Panurge" ou se transformer en Poulpes capables d’imiter un fond de scène multi couleurs ???

    Dr. Gaston Gravel

  • JCPomerleau, 23 novembre 2011 12h15

    M Tremblay.

    La conférence de presse dont j’ai fais mention plus haut :

    Des personnalités portent plainte pour le vol de nos ressources :

    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/336761/ressources-naturelles-le-gouvernement-accuse-du-vol-du-siecle

    JCPomerleau

  • Lessard Lucien, 22 novembre 2011 18h10

    Bravo Rodrique. Tu devrais écrire plus souvent et surtout prendre position publiquement.
    Michaud ( Yves ) était surpris de voir Lucien Bouchard en compagnie de Desmarais dernièrement à Paris. Pourtant, c’est le parcours naturel de Lucien . Après avoir aboli Soquip,et donné nos ressources pétrolières, il s’apprête à vendre le reste à Desmarais. Comme Georges Etienne Cartier, il a choisi son camp : l’argent.Carleton avait raison :" Aussi longtemps, écrivait-il cyniquement, que les Canadiens seront privés de " places profitables" il ne pourront oublier qu’il ne sont plus sous la domination de leur souverain naturel". Après avoir été vendus par nos évêques, nous sommes maintenant vendus par nos "élites ". Salut Lucien Lessaard, ex-collègues

  • Michel, 22 novembre 2011 17h30

    M. R. Tremblay,

    Vous dites "Il est temps que les Québécois se fassent respecter." par le gouvernement Charest, pui-je suggérer, car les pires exactions depuis 2003 proviennent de la mauvaise gouvernance de ce gouvernement dans tous les domaines que vous présentez : Linguistique, Immigration, francisation des nouveaux arrivants, énergies ( gaz de schiste, pétrole aur l’Île d’Anticosti), minier ( Le théatral plan Nord), le 10-15% des "ristournes" dans le secteur de la construction... avec en prime une bonne dose de sophisme et de machiavélisme...

    Ainsi, contrairemnt aux temps d’avant la Révolution tranquille que vous évoquiez ,l’enfer ce n’est plus tant les anglo-saxons, mais nous-même : la mauvaise gouvernance depuis ... et le manque de discernement du peuple ( manque de fierté pour sa langue, son Histoire, son patrimoine religieux) et pourquoi pas par l’élection de poteux à Ottawa lors de la dernière élection, ce qui laisse le Québec francophone et le Canada-français sans représentation efficace à Ottawa dans plusieurs dossiers relevant de la dualité canadienne (B&B)
    ...
    Puis-je proposer que vous soumettiez votre texte (ciblé sur les exactions de la gouvernance tottueuse des dernières années aux journaux de Bonaventure avant l’élection partielle ?

    Bien votre
    MP

    Merci M. Breton de votre information.

  • Cyberpatriote, 22 novembre 2011 13h06

    Merci de continuer à vous préoccuper de ce qui se passe au Québec. L’heure est grave.

  • JCPomerleau, 21 novembre 2011 18h25

    M Rodrigue Tremblay,

    Merci d’être présent. Vous joignez votre voix à celles de M Jacques Parizeau et M Richard Le Hir pour dire le danger présent.

    Nous sommes passé de la Révolution tranquille à la dépossession tranquille. Nos grands leviers de développement collectifs sont contrôlés et instrumentalisés par de puissants réseaux d’intérêts qui sont contraire aux nôtres.

    Ici la Caisse dans le Plan Nord, financer le pillage de nos ressources :

    http://www.vigile.net/La-Caisse-Financer-la-depossession

    Les visées du régime Charest doivent êtres dénoncées et contrées dans la plus grande urgence.

    M Rodrigue Tremblay, j’en appel à votre rigueur et votre patriotisme. Demain le 22 novembre aura lieu un évènement important pour riposter à ces prédateurs du bien publique, qui donnent dans la trahison de l’intérêt national. Si vous en avez la chance soyez de la conférence de presse de 14 H00, annoncée ici :

    http://www.vigile.net/A-nous-d-y-voir

    Joignez les rangs de ceux qui enclencheront la riposte ce jour-là.

    JCPOmerleau

  • Gébé Tremblay, 21 novembre 2011 17h55

    C’est bien simple, Londres et Wall Street prennent lentement contrôle du Québec.

    Et ce ne sont pas les prochaines élections qui nous sauveront. Option Nationale est au service des banques privées et la CAQ aussi. Ce qui différencie ces deux partis ce sont les grands groupes de banques qu’ils servent.

    Et quand on pense que Aussant était porte-parole de l’opposition officielle (PQ) en matière d’institutions financières et qu’il est prêt à y retourner si son Option Nationale ne décolle pas, bein ça donne une idée des intérêts que sert aussi le PQ.

    Le système électoral est complètement bloqué.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Actions concertées contre les ambitions nationales du Québec
Éradiquer tout signe de l’existence d’une société distincte

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités