«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

« L’intégrisme a parfaitement compris la culpabilisation occidentale dont il use et abuse »

ISLAMOPHOBIE

Un racisme imaginaire ?

vendredi 17 février

«  Un nouveau mot avait été inventé pour permettre aux aveugles de rester aveugles  : l’islamophobie. Critiquer la violence militante de cette religion dans son incarnation contemporaine était considéré comme du fanatisme.  »

 

— Salman Rushdie

 

Il fut une époque au Québec où les livres à l’index circulaient sous le manteau. En ira-t-il de même du dernier ouvrage de Pascal Bruckner, intitulé Un racisme imaginaire, islamophobie et culpabilité (Grasset) ? À Paris pourtant, cet essai incisif a été encensé par des personnalités de tous horizons politiques. Le philosophe et ancien ministre Luc Ferry a décrété sa lecture «  obligatoire  ». Même le directeur de Libération, Laurent Joffrin, qu’on ne peut taxer de dérive droitière, a salué une «  oeuvre utile  » malgré certaines «  approximations  ».

 

Clarifions d’abord une chose. Dans cet ouvrage, l’auteur, qui plaide pour «  une foi apaisée  », ne prétend pas nier l’existence de diverses formes de discrimination à l’égard des musulmans ou de racisme à l’égard des Arabes. Ces discriminations existent évidemment, bien que l’on puisse discuter de leur caractère prétendument « systémique ».

 

Pascal Bruckner s’en prend d’abord à l’instrumentalisation de ce mot par les organisations antiracistes afin d’anéantir toute critique de l’islam et bâillonner ceux qui cherchent à réformer cette religion qui traverse une crise existentielle comme le christianisme ou le judaïsme en ont connu à d’autres époques.

 

L’auteur retrace l’origine du mot apparu brièvement dans le dictionnaire colonial au début du siècle dernier, mais qui ne renaîtra qu’avec la révolution khomeyniste. Le titre de premier « islamophobe » contemporain revient donc à l’écrivain Salman Rushdie, condamné à mort pour blasphème, ainsi qu’à la féministe Kate Millett, expulsée de Téhéran en 1979 pour avoir condamné l’imposition du voile aux Iraniennes. Depuis, les pays musulmans n’ont eu de cesse de faire sanctionner l’islamophobie jusque dans les instances de l’ONU en prenant toujours soin de l’assimiler à une forme de racisme.

 

Car il s’agit au fond d’essentialiser le musulman non seulement pour interdire toute critique, mais pour transformer le fidèle en captif. Comme si la religion était devenue un gène hérité à la naissance. Normal, direz-vous, pour une religion qui punit de mort l’apostasie ! La bataille des mots est peut-être perdue, reconnaît Bruckner, mais il importe de rappeler que l’islam n’est pas une race et qu’à ce titre, pas plus que les autres religions, il ne peut prétendre à quelque forme d’immunité que ce soit contre la critique ou même le blasphème.

 

 

L’intérêt principal de ce livre réside dans le brio avec lequel l’auteur démontre à quel point ce crime d’islamophobie sert d’abord à condamner ceux qui, de l’intérieur même de l’islam, cherchent à réformer cette religion. Bref, à combattre les réformistes qui réclament le droit à l’exégèse dans un islam trop souvent dominé par une culture nihiliste de la mort.

 

Dans nos pays, le seul fait d’évoquer un « problème musulman » et la montée de l’intégrisme vaut aujourd’hui des procès en sorcellerie à des intellectuels comme Michel Houellebecq, Georges Bensoussan, Jeannette Bougrab, Djemila Benhabib et Pascal Bruckner lui-même. Sans oublier les dessinateurs de Charlie Hebdo.

 

Par une analyse minutieuse, l’auteur démontre comment, grâce à la nouvelle concurrence victimaire, l’islamophobie a par glissements successifs tenté d’occuper la place qu’occupait l’antisémitisme au sortir de la guerre. Il est pourtant absurde de comparer, dit Bruckner, la place des musulmans aujourd’hui à celle des juifs dans les années trente. Où les musulmans subissent-ils la pire répression sinon dans les pays musulmans eux-mêmes ? Et si l’Europe est si islamophobe, pourquoi vient-on s’y réfugier par millions ? Ne serait-ce pas justement parce qu’on peut y pratiquer, ou ne pas y pratiquer, sa religion librement ?

 

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
Islam politique
Allahou akbar ? Peut-être. Mais pas dans l’espace public

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
7 695$  13%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 28/04 Pierre Cournoyer : 50$
  • 26/04 Diane Gagnon: 50$
  • 23/04 René Ricard : 50$
  • 23/04 Jacques Coulombe Ltée : 20$
  • 22/04 François Dubois : 20$
  • 20/04 André Daoust : 40$
  • 19/04 Jacques Tremblay : 50$
  • 19/04 Simon Garneau: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités