«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Un nouveau Duceppe ?

La fin des exils

Tribune libre de Vigile
jeudi 11 juin 2015
296 visites 3 messages

Mon père me disait souvent qu’ « on ne fait pas du neuf avec du vieux », un adage qu’on pourrait appliquer au « retour d’exil » de Gilles Duceppe à la tête du Bloc québécois. En effet, telle a été ma première réaction lorsque j’ai appris cette nouvelle.

Connaissant le stratège étapiste qu’a toujours incarné Gilles Duceppe au cours de sa carrière à Ottawa, je me suis dit que des frictions seront à prévoir entre lui et PKP pour qui le cap sur l’indépendance représente la raison d’être de sa venue en politique.

Toutefois, je dois avouer que la pugnacité avec laquelle M Duceppe a répondu aux questions d’Anne-Marie Dussault à l’émission 24/60 du 10 juin m’a agréablement surpris. J’ai eu l’impression d’entendre un « nouveau Duceppe » tellement ses arguments en faveur de la mobilisation des forces souverainiste étaient empreints d’une verve, voire d’une conviction, que je ne lui connaissais pas dans « son autre vie ».

Peut-être est-ce l’aura de Monsieur qui plane au-dessus de la tête de l’ex-nouveau-chef du Bloc…Je n’en serais absolument pas surpris, tellement les hommages rendus à M Parizeau à la suite de son décès ont rejailli sur la cause indépendantiste du Québec !

La fin des exils

Vers la fin de son hommage à Jacques Parizeau lors de ses obsèques, Jean-Martin Aussant s’exprime en ces termes : « S’il est une chose que son départ devrait amener, c’est la fin des exils, de tous les exils. Qu’ils soient géographiques ou intellectuels, il faut que chacun de nous participe à sa façon dans la construction de cette société pour laquelle il a tant travaillé… »

Venant de la bouche du fondateur d’Option nationale à la suite de son départ du PQ, et de celui qui s’est « exilé » en Angleterre, ces paroles revêtent une connotation spéciale et soulèvent des interrogations. Entre autres, est-ce à dire que JMA est prêt à retrouver le giron québécois ? Et montre-t-il, par ses paroles, une ouverture à réintégrer le PQ ?

Des questions auxquelles lui seul détient les réponses. Pour ma part, je demeure convaincu que JMA incarne un atout majeur dans l’accession du Québec à son indépendance. À preuve l’affection quasi filiale que lui vouait Jacques Parizeau…une affection qui devra se traduire un jour par « la fin des exils » pour le fils spirituel de Monsieur.

Henri Marineau
Québec

Commentaires

  • Vincent Mercier, 12 juin 2015 18h12

    Pour voir été membre dès la première heure d’Option nationale et étant un jeune Québecois dans la vingtaine, il m’apparaît indéniable que Jean-Martin Aussant ne doit pas non seulement avoir un rôle spécial au sein du PQ, mais je crois même qu’il devra être le porte étendard du futur camp du Oui. Un peu comme Lucien Bouchard l’a été en 1995.

    Jean-Martin Aussant représente le renouveau indépendantiste et il a le don de capter l’attention de tout ceux qui l’écoute, particulièrement les jeunes. On se voit en lui, on veut lui ressembler, on veut que le Québec soit à l’image de Jean-Martin Aussant. Stratégiquement, ça serait très payant. Il est inattaquable. Formation scolaire impressionnante, parcours professionnel crédible, s’exprime bien, calme, pragmatique, trilingue, côté pédagogue très fort...

    Bref, c’est lui qu’il va falloir mettre ’’ sur le stage ’’ en temps et lieu. Ni plus, ni moins. Bien sûr, avec un PKP pas trop loin.

  • Fernand Lachaine, 12 juin 2015 06h52

    Un autre ancien chef qui était revenu en politique : Robert Bourassa.

  • Henri Marineau, 12 juin 2015 03h06

    L’invitation de Jean-Martin Aussant de « mettre fin aux exils » prononcée lors de son allocution aux funérailles de Monsieur Parizeau a fait couler beaucoup d’encre, certains y voyant un retour éventuel de l’ex-chef et fondateur d’Option nationale, d’autres un appel au rassemblement des forces souverainistes. Quoiqu’il en soit, JMA ne peut se dissocier des deux interprétations, compte tenu que l’une et l’autre, s’il demeure conséquent, sont indissociables dans son cas personnel.

    De son côté, Pierre Karl Péladeau s’est montré ouvert au retour de JMA dans le giron du PQ : « J’ai l’intime conviction que Jean-Martin Aussant est un indépendantiste, j’ai l’intime conviction que nous partageons cet objectif. Dans la perspective du rassemblement, chose certaine, nous allons échanger ensemble. »

    À cet effet, je crois que la formation d’économiste réputé de JMA représente certes un atout majeur dans le débat sur la souveraineté du Québec. Et PKP aurait tout avantage à lui offrir un poste de conseiller économique spécial au sein du PQ, une proposition qui pourrait avoir l’heur de ramener d’exil l’économiste chevronné et l’indépendantiste convaincu.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 910$  22%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 22/08 Pierre Cournoyer: 50$
  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités