«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Tout commence par la mobilisation et la responsabilisation des indépendantistes

PKP entend lancer un Institut de recherche sur l’indépendance du Québec

Un instrument pour créer les « conditions gagnantes » !

L’avenir appartient à ceux qui s’en emparent

Editorial de Vigile
jeudi 12 février 2015

J’ai eu un pincement au cœur en entendant aujourd’hui Pierre Karl Péladeau annoncer son intention de mettre sur pied dès son élection à la chefferie du PQ un institut de recherche voué à la démonstration et à la promotion de l’indépendance du Québec. Nommé ministre délégué à la Restructuration par Jacques Parizeau en 1994, je croyais bien avoir reçu ce mandat-là.

J’allais rapidement déchanter lorsque j’appris que le référendum aurait lieu très rapidement et que le travail du Secrétariat se résumerait à l’actualisation des études de la Commission Bélanger-Campeau, à réaliser dans de très courts délais et dans les pires conditions possibles.

Au cours des dernières années, j’ai eu l’occasion de revenir sur cette expérience ici-même sur Vigile, et en relisant mes textes pour commenter l’annonce de Pierre Karl Péladeau, je me suis rendu compte que je pourrais difficilement mieux expliquer aujourd’hui les raisons pour lesquelles je souscris entièrement à sa démarche et à l’approche qu’il compte utiliser.

Voici ce que j’écrivais le jeudi 4 novembre 2010 dans le contexte du débat qui venait alors d’être relancé au PQ sur la solidité de ses convictions indépendantistes :

Parlons stratégie
L’actualisation des études de 1995 : une idée saugrenue
Des études, bien évidemment, mais pas n’importe lesquelles

Depuis quelques jours, on entend partout parler du besoin d’actualiser les études réalisées en 1995 en préparation du référendum. S’il existe bien un besoin de procéder à de nouvelles études, rien ne serait plus saugrenu que d’actualiser celles de 1995.

Il faut en effet comprendre que ces études étaient elles-mêmes une actualisation de celles qui avaient été menées dans le cadre de la Commission Bélanger-Campeau à l’instigation du gouvernement Bourassa dans la foulée du rejet de l’accord du Lac Meech par le ROC.

Loin d’avoir été prévues pour préparer l’accession du Québec à l’indépendance, elles ne constituaient qu’une tentative assez pathétique de convaincre le Canada du sérieux des intentions du Québec d’opter pour l’indépendance advenant le cas où celui-ci ne lui soumettrait pas d’autres offres constitutionnelles en remplacement de l’accord du Lac Meech.

Pour des raisons qu’on ne m’a jamais pleinement expliquées mais qui devaient certainement tenir au laps de temps très court dans lequel il faudrait produire des études avant le référendum, Jacques Parizeau avait décidé qu’on s’en tiendrait à l’actualisation des études de la Commission Bélanger-Campeau. Peut-être en se disant que c’était le meilleur moyen de faire l’économie de longs débats sur les sujets à retenir, et que ce qui avait été jugé suffisant par Bourassa suffirait à contenter les Québécois.

Aborder la question différemment

Mais dans l’optique de la préparation de l’indépendance du Québec sur un horizon de quatre ou cinq ans, il serait nécessaire d’aborder la question différemment, en s’interrogeant d’une part sur ce que les Québécois ont besoin de savoir avant de s’engager sur la voie de l’indépendance, et d’autre part sur ce que le gouvernement a besoin de savoir pour non seulement ne pas compromettre les intérêts, les acquis et les ambitions des Québécois sur les plans économique, social et culturel, mais pour faire en sorte que l’indépendance se traduira par une nette amélioration de leur condition sur ces trois plans.

Les questions des Québécois varient en fonction de leur degré d’instruction, de leur connaissance de la problématique de l’avenir du Québec et du milieu dans lequel ils évoluent. Il faut donc avoir une approche très sophistiquée à la satisfaction de leurs besoins en information. On ne peut pas se contenter de leur dire qu’ils pourront utiliser le dollar canadien et qu’ils continueront de recevoir leur chèque de pension ou leur prestation d’assurance-emploi.

Et non seulement les Québécois ont-ils besoin d’avoir des réponses à certaines questions, mais ils ont aussi besoin d’avoir confiance que le gouvernement d’un Québec indépendant sera en mesure de prendre en charge ses nouvelles responsabilités et de s’en acquitter à leur avantage.

Qui plus est, de nombreuses questions qui pouvaient se poser en 1991 et en 1995 ne se posent plus en 2010, ou ne se posent plus avec la même acuité ou de la même façon. Ainsi, si la question de l’accession du Québec à l’ALENA pouvait se poser en 1995, elle ne se pose plus aujourd’hui. Nous connaissons la réponse. Si la question de la capacité du Québec à assumer sa part de la dette fédérale en 1995 pouvait se poser, elle ne se pose plus aujourd’hui, nous connaissons également la réponse. Et ainsi de suite.

Ce travail de préparation doit se faire en dehors du gouvernement

En 1995, toute l’attention s’est concentrée sur le processus des études. Comme le gouvernement en était le maître d’œuvre, c’était inévitable. Chaque virgule devenait une pelure de banane dans la joute parlementaire, et c’est la dynamique de celle-ci qui a pris le dessus sur la satisfaction des besoins en information des Québécois.

C’est un piège dans lequel il faudrait éviter de retomber, et c’est pourquoi je répète depuis plusieurs mois que tout ce travail de préparation doit se faire en dehors du gouvernement. On ne peut pas se retrouver encore une fois dans la situation où l’Opposition deviendra maître du jeu du simple fait de son droit d’interpeller le gouvernement avec la complicité des médias, de toute façon majoritairement hostiles à son option.

Contenir les médias

Et, parlant des médias, il faut que ce travail de préparation se fasse en toute sérénité et qu’on puisse apporter des modifications en cours de route comme lorsqu’il s’agit d’un travail de recherche ordinaire sans que cela prenne à chaque fois les proportions d’une affaire d’État. Si ce travail est effectué par un organisme non gouvernemental détaché de celui-ci, il est beaucoup plus facile de garder les médias à distance. C’est d’ailleurs ce que font nos adversaires en confiant leurs recherches à des instituts « indépendants » comme le C.D. Howe ou autres.

Enfin, en procédant de la sorte, on évitera aussi qu’un gouvernement indépendantiste puisse se faire accuser de faire financer son option à même les deniers publics par des gens qui ne la partagent pas, ce qui soulève une embarrassante question de légitimité.

En effet, plus on se rapproche du moment de la décision, moins les questions de légitimité ne doivent se poser. Si elles continuent de se poser jusqu’à la fin, non seulement se refléteront-elles dans le résultat du vote, mais aussi dans l’accueil que la communauté internationale réservera à notre demande de reconnaissance de notre statut de pays indépendant. Imaginez s’il fallait qu’on se fasse renvoyer faire nos devoirs à ce stade-là. Les Québécois ne nous le pardonneraient pas, et ils auraient raison. Ce serait suffisant pour faire déraper tout le processus.

Comme vous le voyez, la démarche que Pierre Karl Péladeau se propose d’emprunter aujourd’hui répond à tous les critères que m’inspirait alors, et que m’inspire toujours, mon expérience de 1995. Elle me séduit en plus parce qu’elle mobilise et responsabilise les indépendantistes qui devront réunir le financement nécessaire au fonctionnement de l’institut, tout comme ils se sont mobilisés dans les débuts du Parti Québécois pour en faire le véhicule de leurs aspirations politiques.

Cette mobilisation et cette responsabilisation sont à la base des fameuses « conditions gagnantes » dont certains, et non les moindres, se sont malicieusement appliqués à nous convaincre qu’elles n’étaient pas réunies et qu’elles échappaient à notre contrôle. Or, il n’en tient qu’à nous pour que l’avenir nous appartienne, et l’initiative de Pierre Karl Péladeau va nous offrir l’occasion de le démontrer.

Suggérer cet article par courriel
Pierre-Karl Péladeau, indépendantiste
Un bâtisseur !

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
3 360$  6%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 27/03 Monique Moquin-Normand: 25$
  • 27/03 Marc Labelle : 100$
  • 27/03 Raymond Saint-Arnaud: 20$
  • 27/03 Yves Corbeil: 50$
  • 27/03 Michel Tremblay: 25$
  • 27/03 Jacques Morissette : 10$
  • 27/03 Alexandre Gauthier: 10$
  • 27/03 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités