«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Un échec du PQ plutôt que de l’option souverainiste !

Pourquoi l’appui au parti Québécois est-il maintenant si faible par rapport à l’appui à la souveraineté et l’appui à son chef, encore davantage ?

Tribune libre de Vigile
mercredi 28 mars 2007
4 095 visites 2 messages

Ça y est, la machine médiatique simplificatrice s’emballe. Cette élection
témoignerait d’un recul, voire de la fin de la souveraineté ! Nous nous
opposons fortement à tous ces propos réducteurs qui visent à démobiliser
les souverainistes. Ce n’est pas la fin de la souveraineté, même pas un
recul de la souveraineté. Ce n’est qu’un recul du Parti Québécois, un échec
de sa politique sans substance. Oui il faut prendre acte du désir de
changement de la population. Mais de quel changement parle-t-on ?

La désaffection des souverainistes à l’égard du PQ

Comment en sommes-nous arrivés à ce triste résultat électoral ? N’est-il
pas évident que cette élection a été perdue par le PQ parce qu’une partie
des souverainistes a voté pour Québec solidaire, le parti Vert ou l’ADQ,
sans compter ceux qui sont restés chez eux ? Sans cette désaffection, le PQ
formerait actuellement le Gouvernement. Mais il n’y a pas à être surpris de
cette désaffection des souverainistes face au Parti Québécois. Elle se
préparait depuis longtemps !

Un simple graphique regroupant des résultats récents de sondage, publié au
cours de la campagne par le Mouvement pour une élection sur la
souveraineté, parle de lui-même. On y constate que la souveraineté est
toujours plus populaire que le Parti Québécois. La cote du parti remonte
quand il parle de souveraineté, comme au plus fort de la récente course à
la direction du PQ, et redescend dans les sondages quand il n’en fait plus
la promotion. L’écart n’a jamais été aussi grand qu’au cours de cette
campagne et le jour de l’élection. On pourrait même prétendre que la baisse
d’appui au parti tire l’appui à la souveraineté vers le bas !

Comment expliquer alors, même sur un plan strictement stratégique, cette
mise au rencart du programme de pays qui aurait permis de véhiculer la
souveraineté à travers les besoins des québécois et des québécoises en
santé, éducation, économie, développement durable ? En publiant la feuille
de route d’un bon petit gouvernement provincial, les conseillers du chef du
PQ s’imaginaient-ils paraître plus crédibles aux yeux des observateurs
politiques ?

Remplacer le programme de pays, qui est toujours d’ailleurs le programme
officiel du parti, par une feuille de route provinciale, c’était se placer
en position de faiblesse, autant face aux fédéralistes qui se faisaient
offrir des mesures en apparence moins nouvelles que celles de l’ADQ, que
face aux souverainistes qui avaient soif d’action sur la question nationale
et sur la question sociale. Car l’ADQ proposait de l’action sur le plan
national, une affirmation de notre identité, « un seul rapport d’impôt à
Québec », l’élimination du pouvoir de dépenser du fédéral, l’adoption d’une
constitution du Québec, des mesures qui avaient l’air d’un progrès de
souveraineté sans quitter le giron fédéral… Voilà qui contrastait avec
l’inaction chronique du Parti Québécois avant et pendant la campagne
électorale face à son option.

Absence de promotion

Cette inaction, cette absence de promotion de la souveraineté ne date pas
d’hier. Sauf pour les élections de 1976 et de 1994, chacune ayant mené à un
référendum, la première sur un mandat de négocier la
souveraineté-association, l’autre sur la souveraineté et le partenariat, le
Parti Québécois a toujours fait porter les débats électoraux sur la bonne
gouvernance provinciale, passant du beau risque, à l’affirmation nationale
et aux « conditions gagnantes ».

La présente campagne électorale n’a pas fait exception. André Boisclair a
parlé de référendum mais il n’a pas fait la promotion de la souveraineté,
négligeant de mettre de l’avant la valorisation de notre identité comme
nation, négligeant de parler de notre avenir comme société, négligeant
d’illustrer ce que l’indépendance ouvrira comme chantiers de société.

La feuille de route adoptée à l’unanimité (solidarité électorale oblige)
par les dirigeants du parti au début de la campagne dissociait encore une
fois l’élection du Parti Québécois d’un appui à la souveraineté. Le chef du
PQ ne proposait plus un programme de pays, tel que le Congrès du Parti
Québécois en avait décidé en juin 2005, mais un programme de gouvernement
provincial avec une promesse de référendum. La nuance est de taille. Plus
de traces du programme de pays cher aux François Legault, Daniel Turp et
Richard Legendre. Sans liens entre la souveraineté et la solution à nos
problèmes sociaux, éducatifs, économiques, culturels, sans liens avec
l’affirmation de notre identité comme nation dans un contexte de plus en
plus mondial où nous devons être présents, la souveraineté ne pouvait
qu’apparaître comme un sujet hors contexte, sinon hors de l’ordre du jour
de cette campagne électorale.

Malheureusement, André Boisclair et le Parti Québécois se sont placés
ainsi en position de faiblesse en proposant une plateforme qui se
distinguait peu de celle des autres partis aux yeux des électeurs et
surtout qui dissociait la nécessaire souveraineté de la solution de nos
problèmes de société. « Reconstruire le pays » plutôt que « construire le
pays » signifiait que le PQ se proposait de redresser les torts causés par
le gouvernement actuel dans le contexte provincial plutôt que par une
démarche visant à construire l’État du Québec. Ce faisant, il contribuait,
sans le vouloir, à situer le débat sur l’avenir du Québec dans le contexte
de relations fédérales-provinciales, plutôt que dans la direction d’une
nécessaire pédagogie des pouvoirs d’un État du Québec souverain.

Une dissociation des enjeux de société

Prenons un seul exemple : la lutte à la pauvreté et à la précarité, une
des grandes questions absentes de cette campagne électorale. Les partis de
droite, libéraux et ADQ n’ont rien dit sur cette question. Dans la feuille
de route électorale, on trouve ce qui suit : "un gouvernement du Parti
Québécois indexera les prestations d’aide sociale pour les bénéficiaires
aptes au travail ; incitera les bénéficiaires de l’aide sociale, notamment
les jeunes mères, à retourner aux études, et les aidera à faire la
transition. " C’est louable mais mince ! Quelqu’un qui ne lirait que la
feuille de route ou ré-écouterait les discours du PQ ne pourrait que penser
que ce parti n’a pas de solution à proposer. Voici au contraire ce que dit
le programme officiel du Parti Québécois qui consacre plusieurs pages à un
plan de lutte à la pauvreté : "Pour mener à bien la lutte contre la pauvreté
et la précarité, le Québec doit devenir un pays. En effet, pour intégrer
les différentes mesures de sécurité du revenu autour d’objectifs clairs et
cohérents, on ne doit pas avoir deux paliers de gouvernement qui
interviennent chacun à leur façon et souvent de manière divergente. Par
exemple, les coupes à l’assurance-emploi décrétées par Ottawa ont augmenté
les coûts de l’aide sociale et ont restreint la marge de manœuvre
québécoise pour améliorer le soutien à l’intégration."

Voilà qui est autrement motivant. Pourquoi ne pas avoir fait campagne à la
fois sur des mesures de bonne gouvernance provinciale d’ici au référendum
et des projets de société large qui sont possibles uniquement dans le cadre
d’un État québécois complet ? On aurait pu faire la pédagogie de la
souveraineté ! Pour justifier et préparer le référendum ! Pour nous donner,
par la volonté collective de la nation, les moyens de nos projets de
société !

Contrairement à certains énoncés entendus depuis l’élection, la
souveraineté est loin d’être un projet dépassé car il y a longtemps qu’il
ne se fait plus de fédération d’États (nommez un seul cas) dans le monde,
alors que de nouveaux États souverains naissent régulièrement ces dernières
années. La souveraineté est l’avenir de notre peuple, pour sortir de la dépendance, de la minorisation, de l’impuissance. Mais les souverainistes
se sont empêtrés dans leurs étapes. Claude Morin, le père de l’étapisme
avait l’habitude de dire qu’une fleur ne pousse pas plus vite en tirant
dessus. Mais pour qu’elle pousse, il faut pourtant l’arroser !

Voilà où se trouve le vrai déni dont semble souffrir le chef du Parti
Québécois en ce lendemain de l’élection. Le déni de la véritable cause qui
a fait passer l’appui au PQ de 50% d’appui à la fin de 2005 jusqu’à 28%
maintenant !? Pourquoi l’appui au parti Québécois est-il maintenant si faible par rapport à l’appui à la souveraineté et l’appui à son chef, encore davantage ? Voilà la vraie question à se poser si on veut éviter le
déni dont parle le chef du PQ. La démarche molle, hésitante, sans couleur,
sans programme de pays nous a fait perdre l’élection, et il faudrait
continuer dans cette voie, mettre la promotion de la souveraineté en
veilleuse, collaborer au renouvellement du fédéralisme, même si on n’y
croit pas ?

Ce ne serait là que la réaction habituelle du Parti Québécois après une
défaite, une réaction frileuse qu’on a vue trop souvent dans les 40 ans
d’histoire de ce parti ! Un déni du désir de changement de la population ! Un
parti québécois qui irait dans cette direction se renierait lui-même et il
serait bientôt complètement renié par une population qui mérite mieux que
ça !

Gilbert Paquette, professeur titulaire à la Télé-université-UQAM et membre
du CA des Intellectuels pour la souveraineté (IPSO).

Commentaires

  • Daniel Magnan, 29 mars 2007 11h47

    Quelle dégelée cette élection...

    Les Dubuc de ce monde ne vous le diront pas, trop occupés à annoncer la mort du souverainisme, mais le PLQ a perdu de multiples appuis lors de cette élection et ce, malgré une tendance historique qui tend à conférer un deuxième mandat à chacun des partis suite à une alternance. C’est de peine et de misère que ce parti gouvernera en étant minoritaire.

    Tout comme nos amis pourfendeurs de la souveraineté (lorsqu’elle est québécoise) nous diront qu’avec le PQ, c’est l’idée de souveraineté qui meurt, avec le PLQ, c’est l’idée de Canada tel qu’il est qui se meurt. Lors de cette élection, les Québécois ont clairement dit « Oui » à près de 30% au programme le plus radical (Charest l’a assez répété) jamais mis en oeuvre pour faire la souveraineté du Québec. C’est quand même une bonne nouvelle ! Les Québécois ont aussi dit « Oui » à près de 30% à un Québec autonome face au Canada, à un chef qui s’est fait le défenseur de l’identité québécoise. Seulement à peu près 30% des Québécois ont dit « oui » au Canada tel qu’il est en votant PLQ. Le tout malgré une autre campagne de peur d’un PLQ complètement déconnecté de la population francophone et qui s’appuie fortement sur le vote anglophone et allophone.

    Les rouges feront l’économie d’une réflexion sur cette élection en enterrant la souveraineté, en annonçant la mort du PQ, etc. Même pour un enterrement, il ne faut pas s’attendre à ce qu’ils délaissent le rouge pour une autre couleur. De leur part on est habitué et il ne faudra pas non plus s’attendre à ce que les médias sonnent le cri de ralliement d’une réflexion sur l’avenir du PLQ en tant que succursale canadienne au Québec. Non, ils préféreront nous décrire l’enterrement du PQ. Ils cracheront sur Boisclair et, encore une fois, nous diront à quel point entre lui et la population, point d’atome crochu. Oui, Boisclair ne passe pas, mais la signification du résultat de l’élection, nous diront-ils, c’est la mort de la souveraineté ! Ne leur demandez pas d’être cohérent, ils n’écrivent pas pour vous renseigner, mais pour vous contrôler, pour créer des mouvements d’opinions.

    Bercez-vous d’illusion mes amis péellequistes et, surtout, ne changez rien à votre option plus que moribonde, notamment parce qu’elle ne rejoint plus qu’un francophone sur 4. Un jour ou l’autre, Dumont devra se brancher en se rendant compte qu’il n’est pas meilleur que tous ceux qui l’ont précédé ces 140 dernières années et que l’autonomie est difficile à atteindre lorsqu’on doit demander la permission d’être autonome.

    Pour les Québécois, la vague Dumont ne sera encore que du temps perdu sur le plan de l’émancipation nationale. Mais nos racines catholiques nous prédisposent à croire en ce paradis que de multiples générations ont proposé en vain via une sempiternelle discussion de la place du Québec dans le Canada. Croyons encore quelque temps en ce paradis fédératif et puis on la fera la souveraineté.

    Ne quittons pas le navire, nous sommes face à un Canada plus que jamais rejeté. Laissons nos amis canadiens s’endormir en se racontant encore une fois la mort (la mort est omniprésente dans le discours des nationalistes canadiens du Québec) de l’option souverainiste. Laissons-les se bercer au son de cette marche funèbre. Le temps qu’ils perdront, c’est le temps que l’on gagnera.

  • Jean Pierre Bouchard, 28 mars 2007 18h45

    Procurer l’indépendance à une nation dénuée d’identité et de culture ça n’a pas de sens. C’est l’approche du chef péquiste A.Boisclair. Celui ci a trouvé l’appui d’un des seuls artistes R.Lepage en faisant de l’éducation sa priorité c’est bien mais cela ne suffit pas. Un chef du Parti Québécois doit se faire rassembleur et être en mesure à la source d’être le pédagogue de la souveraineté dans le but qu’elle se fasse.

    Avant la campagne électorale, le chef souverainiste qu’il est aurait du être sensible au dérapage des accommodements dits raisonnables
    puisque le multiculturalisme comme outrance est un des fruits empoisonnés de E.Trudeau c’est que le multiculturalisme étendue réduit n’importe qu’elle société à la tour de Babel.

    N’ayez donc pas peur de l’identité A.Boisclair. Si l’identitaire peut alimenter la ségrégation ou beaucoup plus rarement être synonyme de génocide. Généralement l’identité est plutôt synonyme de culture commune, de fierté collective et déterminante en terme de construction personnelle. En ce qui regarde l’identitaire il faut faire la part des choses. Dans une bonne mesure, le post modernisme et le multiculturalisme sont deux mouvements distincts de réponse à la shoah, ces deux mouvements apportent en même temps des éléments positifs mais aussi des éléments négatifs. La conscience de l’existence de l’autre ne doit pas faire oublier sa propre existence.

    C’est cette réaction de défense des Québécois récupéré par M.Dumont qui l’a lancé.

    La leçon : si la gauche ne s’intéresse pas à l’identité c’est la droite qui elle va s’en emparer et en faire un mauvais ou piètre usage. Cette leçon s’adresse autant à un PQ fonctionnaliste qu’aux doctrinaires sociaux de Québec solidaire. Quant au PLQ, c’est le parti du multiculturalisme déchaîné et sans discernement.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

PQ - stratégie revue et corrigée

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 925$  22%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 23/08 Michel Tremblay: 5$
  • 23/08 André Lepage: 5$
  • 23/08 Éric Haddad: 5$
  • 22/08 Pierre Cournoyer: 50$
  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités