«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Pour comprendre l’enjeu, voir Dossier PLQ.com

ALLÉGATIONS D’YVES FRANCOEUR

Un désaveu du DPCP

samedi 29 avril

Le président de la Fraternité des policiers de Montréal, Yves Francoeur, va très loin avec ses révélations sur le torpillage des enquêtes criminelles visant les libéraux. Son pari est risqué.

C’est une histoire qui réunit tous les ingrédients d’une recette à succès : élus libéraux, corruption, trafic d’influence, enquête avortée, interférence politique, mafia, immobilier, financement politique.

 

En quelques minutes sur les ondes du 98,5 FM, le président du plus puissant syndicat policier au Québec, Yves Francoeur, a semé la pagaille à l’Assemblée nationale, à l’Unité permanente anticorruption (UPAC) et au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

 

Ses révélations sont dignes des meilleures séries à suspense. Il ne manque que des noms sur une galerie de personnages dont il a esquissé les contours avec peu de précisions.

 

Ainsi, deux membres de la famille libérale, l’un actif, l’autre à la retraite, auraient été visés par une enquête sur des activités de financement politique impliquant un promoteur immobilier relié à la mafia.

 

L’enquête décrite par Yves Francoeur, appuyée par de la filature et de l’écoute électronique, daterait de 2012. «  Si ce n’est pas deux élus libéraux, les accusations sont déjà déposées à la cour  », a avancé M. Francoeur.

 

Le dossier aurait été bloqué «  en haut du procureur de la Couronne  », ce qui laisse supposer qu’il y a eu de l’interférence dans les hautes sphères du DPCP.

 

L’histoire semble trop grosse pour être vraie. Et pourtant, tout est plausible. De Gilles Vaillancourt à Michael Applebaum, en passant par Nathalie Normandeau et Marc-Yvan Côté, les intrigues politiques au Québec dépassent, et de loin, les meilleures oeuvres de fiction.

 

M. Francoeur accrédite la thèse du chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, qui se demande lui aussi si les enquêtes pour corruption avortent en raison de l’existence d’une «  immunité libérale  » dans le système judiciaire.

 

Les difficultés rencontrées par l’UPAC dans ses enquêtes sur le financement illégal du PLQ suscitent bien de la méfiance et des interrogations, mais peu de gens se sont aventurés aussi loin que M. Francoeur. Ce policier d’expérience sait qu’il joue gros. Si ses déclarations s’avèrent non fondées, les répercussions sur sa carrière seront catastrophiques. Il pourrait faire lui-même l’objet d’une enquête pour méfait public. Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a d’ailleurs souligné la gravité du geste posé par M. Francoeur. Sa sortie a suscité un malaise qui déborde des rangs libéraux.

 

La directrice des poursuites criminelles et pénales, Annick Murphy, a remis en question les motivations de M. Francoeur. Me Murphy n’a jamais vu la couleur du dossier explosif. Elle est en poste depuis janvier 2015, alors que les événements décrits par M. Francoeur remontent à 2012.

 

Sans doute piquée au vif par cette attaque contre l’indépendance et la réputation du DPCP, Me Murphy a demandé à Yves Francoeur de lui transmettre toutes les informations sur ce «  supposé dossier  ». La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, en a fait autant. C’est un mauvais réflexe de la part des deux plus hautes responsables de la justice, qui vont à l’encontre des principes de la séparation des pouvoirs et de l’indépendance des institutions.

 

C’est à l’UPAC, et non au DPCP, d’enquêter sur les allégations d’Yves Francoeur. Si elles s’avèrent fondées, les responsables du torpillage au sein du DPCP devront répondre de leurs actes. Cette affaire est si grave qu’elle ne peut rester impunie. Quelqu’un devra porter le bonnet d’âne. Si ce ne sont pas les membres du DPCP, passés ou présents, ce sera Yves Francoeur.

 

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
Affaires policières
Au royaume de l’opacité

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 810$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$
  • 16/08 François-Luc Valiquette: 5$
  • 16/08 Gilles Harvey: 5$
  • 15/08 André Thibault: 5$
  • 15/08 Robert Lecompte: 5$
  • 15/08 Jean-Pierre Lavoie: 100$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités