«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La laïcité n’est pas une religion, c’est un vide qui ne demande qu’à être comblé par ceux qui réclament le droit de pratiquer la leur

Consultation sur la discrimination systémique et le racisme

Un dérapage monumental qui fait apparaître toute la vulnérabilité dans laquelle nous laisse notre rupture avec notre passé religieux

« Je me souviens », ou « Je disparais ». Il n’y a pas d’autre issue possible !

Editorial de Vigile
mardi 12 septembre
2 870 visites 29 messages

Rarement une initiative gouvernementale a-t-elle réussi à faire contre elle une telle unanimité de la critique. Il s’agit évidemment de la décision crapuleusement démagogique du gouvernement Couillard de tenir une consultation sur la discrimination systémique et le racisme dans la foulée de l’attentat de l’hiver dernier contre la mosquée de Québec pour culpabiliser les Québécois et en retirer les avantages auprès de sa base électorale très majoritairement constituée d’anglophones et d’immigrants.

Dégageant déjà une forte odeur de soufre au départ, la situation s’est subitement aggravée à l’annonce que cette consultation allait se dérouler à huis clos, de façon à garantir l’anonymat aux participants, inquiets de possibles représailles.

Si le souci de les protéger est louable, il n’y a cependant pas de mots assez forts pour fustiger le gouvernement d’avoir un seul instant pensé faire le procès des Québécois derrière des portes closes, en les privant du droit d’entendre les témoins à charge et de les contre-interroger, aussi informel souhaitait-il que soit le processus.

Lorsqu’on apprend par surcroît que la Commission des droits de la personne et de la jeunesse, l’organisme mandaté de mener cette consultation est en pleine crise de leadership en raison de trois plaintes déposées contre sa présidente pour abus d’autorité, mauvaise gestion et manque de respect envers le personnel à peine six mois après son entrée en fonction, il devient évident qu’elle n’a ni l’autorité morale ni la crédibilité pour diriger un exercice déjà très périlleux en partant.

Le but d’un tel exercice est en effet de fournir au gouvernement des recommandations d’action. Vu le thème de la consultation, il est évident que de telles recommandations seraient susceptibles d’affecter les droits fondamentaux des Québécois aux chapitres de la liberté d’opinion, de la liberté d’expression, et possiblement même de la liberté d’association.

C’est majeur, et l’on comprend dès lors qu’un tel exercice ne peut pas être mené à la sauvette ou autrement que dans la plus grande sérénité, avec la plus grande rigueur, et les plus grandes précautions, loin d’être assurées dans l’état actuel des choses.

Le dérapage de cet exercice a également l’intérêt de mettre en relief le désavantage dans lequel se retrouvent les Québécois du fait d’avoir renoncé à leur religion et de ne plus pouvoir opposer leur liberté de religion à celle que revendiquent les nouveaux arrivants pour réclamer des accommodements en tout genre. En effet, la laïcité dont se revendiquent aujourd’hui bon nombre de Québécois n’est pas une religion, c’est un vide qui ne demande qu’à être comblé par ceux qui réclament le droit de pratiquer la leur, un droit que nos chartes leur garantissent.

Et c’est là que l’on découvre comment les Québécois ont été dupés par ceux qui les ont convaincus de renoncer à leur religion en raison de la férule trop lourde et de certains abus ou certaines erreurs du clergé. Ils ont confondu le message et le messager. Appâtés par l’affranchissement que leur promettait la laïcité, ils n’ont pas vu à quel point la religion catholique constituait une composante importante de leur identité et ont lâché la proie pour l’ombre.

Sans le flambeau de la religion catholique, nous ne pouvons même plus défendre nos traditions de Noël et Pâques contre les assauts des pratiquants d’autres religions.

Si comme Québécois nous ne parvenons pas à nous réconcilier avec nos racines catholiques que nous avons hérité de la prise de possession du Canada par Jacques-Cartier au nom du Christ et du Roy de France en 1534, nous n’avons aucun avenir. C’est le message que lançait déjà aux Québécois et aux Canadiens anglais l’ancien premier ministre Maurice Duplessis en installant le crucifix au Salon bleu de l’Assemblée nationale tout de suite après son élection en octobre 1936. En dotant le Québec d’un drapeau lui rappelant sa double origine française et catholique avec ses quatre fleurs de lys et la croix du Christ stylisées en janvier 1948, il récidivait. Bis repetita non nocet !

« Je me souviens », ou « Je disparais ». Il n’y a pas d’autre issue possible !

Commentaires

  • Martin Pelletier, 19 septembre 19h07

    Reportage dans La Presse à matin sur la hausse des plaintes à la DPJ.

    http://www.lapresse.ca/actualites/201709/19/01-5134608-hausse-de-4-des-signalements-a-la-dpj.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_national_4572_section_POS1

    Puis dans le Jdq on apprend que les plaintes sont en hausse à cause de l’arrivée (importante) d’immigrants à Québec. Avez-vous une petite idée de la situation à Montréal ? Mais l’article de La Presse n’en dit pas un mot

    http://www.journaldequebec.com/2017/09/19/les-signalements-en-hausse-a-la-dpj-dans-les-familles-dimmigrants

    L’arrivée d’immigrants dans la région se fait sentir à la DPJ, qui admet recevoir de plus en plus de signalements issus de ces familles, ce qui « complexifie » le travail des intervenants, selon la Direction de la protection de la jeunesse pour la Capitale-Nationale.

    Agressions physiques, méthodes éducatives déraisonnables, contrôle excessif, mauvais traitements psychologiques, la DPJ de Québec admet que les cas signalés dans des familles de nouveaux arrivants sont « plus difficiles » à traiter, notamment en raison de la barrière de la langue et de la culture.
    « On travaille avec des interprètes, mais aussi avec des cultures différentes, mais en même temps, nous avons une loi [sur la protection de la jeunesse] et nous la faisons appliquer pour tout le monde », mentionne la directrice de la Protection de la jeunesse pour la Capitale-Nationale, Dominique Jobin, en marge de l’annonce du bilan annuel des DPJ du Québec.

  • Thérèse-Isabelle Saulnier, 18 septembre 05h32

    Bonjour Richard,

    Si le but de cette consultation est de fournir au Gouvernement des recommandations d’action, eh ! bien la CDPDJ lui en a déjà fourni en mars 2011 :

    CDPJ – Rapport sur le profilage racial et la discrimination systémique, comprenant 93 recommandations :
    6 générales (1 à 6)
    43 pour le secteur de la sécurité publique (7 à 49)
    34 pour le milieu scolaire (50 à 83)
    10 pour la protection de la jeunesse (84 à 93)
    + 11 engagements de la CDPJ.

    J’y reviendrai dans une chronique, mais rappeler que le travail a déjà été fait (et à quel coût ?) n’est pas sans importance ni incidence.

  • Martin Perron, 17 septembre 13h27

    Beaucoup de bonnes choses à lire dans votre article et dans les commentaires. On pourrait s’entendre pour faire la promotion du fleurdelisé dans nos milieux respectifs. La croix blanche sur fond bleu royal et le lys représentent bien notre héritage et notre position de résistants face aux dominations mondialistes anglo-saxonne, juive et musulmane.

  • Yves Corbeil, 17 septembre 11h08

    Raciste le québécois non, méfiant probablement en raison de multiples facteurs. Ce qui semble sortir d’une étude de l’institut de la statistique du Québec, les gens ne se sentent pas plus discriminés qu’ailleurs au Canada.

    « Au Québec, la discrimination en raison de facteurs ethnoculturels
    expose la singularité du portrait de la population. Par
    conséquent, les anglophones et la communauté juive sont
    notamment plus touchés par la discrimination. Cette situation
    diffère de celle constatée pour la population canadienne
    hors Québec. »

    On en revient à la langue encore. Le Québec est bilingue mais il y en a certains qui n’accepte ce fait que très difficilement et ça nous distingue du reste du Canada. Pour le reste pas vraiment mieux ni pire.

    http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/bulletins/coupdoeil-no44.pdf

    Ce rapport ce ne sont pas des chiffres avancé en l’air comme ce que l’on lit et entend à gauche et à droite depuis trop longtemps chez nous.

    Une commission pour cela, bien voyons M.Couillard vous êtes surement trop intelligent et renseigner pour ne pas être en mesure de comprendre toutes ces documentations sur le sujet.

    Je suis très attrister de cette situation car nous sommes perçu comme une population accueillante et très sociable en générale, oui la langue française a une importance capitale chez nous comme la langue anglaise dans les autres provinces rien de plus rien de moins. Ce n’est surement pas difficile à comprendre mais ça le semble pour certains.

    Et pour revenir sur le bilinguisme canadien, où est-il vraiment le plus respecter, où est-il vraiment le mieux appliquer et où est-il vraiment favoriser dans le respect de tous les citoyens de la province. Poser la question (...)

    Une commission sur le ’’racisme systémique au Québec’’ vraiment monsieur Couillard, vraiment.

    Pour le côté religieux au Québec, j’ai seulement une chose à dire, les valeurs d’où nous venaient elles sinon de notre enseignement religieux transmis de génération en génération. Aujourd’hui que transmettons-nous à nos enfants, quelle sont les valeurs communes qui tiennent encore dans notre société métissée comme jamais auparavant. Un sérieux examen de conscience à faire mais surement pas une commission sur le racisme.

  • Marcel Haché, 17 septembre 09h37

    Mais, avant cette fameuse Révolution Tranquille, y a-t-il eu ici un seul instant un autre véritable « pouvoir », émanant de Nous, autre que celui de l’Église ? L’Église, c’était Nous. Nous y restions en quelque sorte « rassemblés ». Nous ne sommes plus rassemblés. Cependant, cela fait bien depuis la Révolution Tranquille que Nous cherchons en vain à reprendre pied.

    Les référendeux n’auront jamais été que de mauvais héritiers. Prendront-ils un jour la mesure de ce qu’ils ont gâché en donnant l’occasion aux saccageurs (du West Island) de tout saccager ? Car, eh oui, eh oui, oui, oui mon ti-Phil de Roberval…, c’est bel et bien une idée de « saccageur » que de prétendre favoriser l’Inclusion et le Vivre Ensemble au moyen du huis-clos.

    Il faut se rappeler qu’avant cette Révolution Tranquille, une partie de Nous avait déjà été contrainte de s’expatrier au Sud,( maudite misère, quand on y pense un ti-peu : parfois des villages entiers qui abandonnaient et qui partaient dans des conditions abominables) et qui partaient précisément parce que les véritables « pouvoirs » dominant alors cette maudite « province de Québec », ceux-là qui Nous dominaient et qui n’y ont d’ailleurs pas encore renoncé… pratiquaient contre Nous une incessante politique de Remplacement, eh bien, même en abandonnant et en s’expatriant, c’est avec prêtes et curés que les nôtres s’en sont allés planter d’autres paroisses et d’autres communautés aux states. Il y a pire dans l’histoire des « abus de pouvoir » que ceux de notre Église. Celle-ci n’a pas abusé de Nous ou alors Nous ne savons plus qui Nous sommes. C’est elle qui a été longtemps la seule et unique structure de pouvoir qui Nous a été permise.

    Depuis la Révolution Tranquille, Nous avons perdu certains repères et en avons acquis de nouveaux. Mais avec elle, la Révolution Tranquille, Nous avons très certainement perdu ce repère qui avait fait jusque là notre force : celui d’être un peuple réuni, magané sans doute, mais réuni, et une nation unie, oui, unie, elle capable de faire face au mépris. Les curés du péquisme et de la péquisterie ne peuvent pas en dire autant maintenant.

    La gang à Couillard ? Ceux-là ? Ah misère, ceux-là ne disent plus rien depuis longtemps. Ce n’est pas par hasard que le chef de la gang trouve qu’il y a du bon dans les procès et les délibérations à huis-clos. Cette recherche de la pénombre et du renfermé, n’est-ce pas là précisément le côté sombre qui Nous a été imposé ? Imposé ? Mais par qui ? Cette politique de merde importée Nous provient d’Ottawa, là où le West Island triomphe encore. On jase.

  • Michel Matte, 16 septembre 20h58

    Nous sommes le résultat d’une culture imprégnée de religion. Dans l’ordre ancien de la société, les nobles assuraient la protection et le gouvernement, le clergé assurait la direction morale, l’éducation et les soins de santé, et le monde ordinaire ou tiers état produisait la richesse.

    Après la Conquête, ce qui restait de la noblesse et du clergé a dû composer avec les Anglais pour conserver certains privilèges et pouvoirs. Ceci peut paraître difficile à comprendre pour nos esprits modernes. Mais ces classes assuraient des fonctions sociales et défendaient les normes sociales propres à notre culture. Le peuple acceptait cette autorité comme raisonnable.

    À la Révolution tranquille, le pouvoir religieux qui avait duré jusque là s’est effondré. On peut le déplorer ou s’en réjouir mais on ne peut revenir en arrière. Ce serait comme essayer de remettre le dentifrice dans le tube.

    L’Église a-t-elle abusé de son pouvoir ? Sans doute. La religion est-elle un mythe ? Probablement. Mais c’est un mythe fondateur.

    Mais avons-nous repris la défense des valeurs qui avaient fait la force du peuple ? Ou bien avons-nous accepté la culture marchande anglo-saxonne dans laquelle toutes les autres valeurs sont dissoutes y compris les valeurs humanistes et sociales ?

    Les Québécois doivent puiser dans leur riche héritage culturel pour façonner une société qui leur ressemble.

  • Hélène Lavoie, 16 septembre 09h04

    Merci M. Richard Le Hir pour votre excellent texte. Selon moi seulement les valeurs chrétiennes peuvent nous sauver de cette crise. Je conserve que de beaux souvenirs des dimanches de mon enfance, ainsi que des religieuses et des religieux qui m’ont enseigné. Des critiques j’en ai entendu énormément, c’était comme à la mode de critiquer toutes ces personnes qui se dévouaient pour nous. Tous les dimanche je vais à la messe, cela me permet de soutenir ma communauté chrétienne et de prendre du temps pour me recueillir et réfléchir sur le message chrétien, ce que je ne ferais pas à la maison. Je suis loin d’être d’accord avec toutes les prières qu’il y a dans le « PRIONS EN ÉGLISE », surtout celles qui nous demandent de prier pour accueillir les immigrants. De loin je préférerais qu’on prie pour ceux qui font les guerres et commettent des crimes haineux au nom de la démocratie. Le Père Henri Boulad est capable de dire que « la politique c’est du mensonge ! du mensonge ! de l’hypocrisie ! c’est sale. »
    https://www.youtube.com/watch?v=lIQW7qc4Fqg

  • Le Gaulois, 16 septembre 05h01

    " Si vous chassez le christianisme vous aurez l’islam " (Chateaubriand). TRÈS bon texte mr. Le Hir. En effet, un arbre civilisationnel qui se coupe de sa sève spirituelle est appelé à mourir. La solution sera dans un avenir très proches d’ériger un petit état à l’intérieur même du QC pour les derniers Gaulois d’Amérique Catholique qui veulent résister à César (mondialisation néolibéraliste). Ce dernier qui instrumentalise les socialo-communistes, l’immigration de masse et l’islam afin de détruire l’état-nation ainsi que ses composantes identitaires. Plus la tiers-mondialisation progresse, plus la corruption et l’asservissement économique également. Il nous faut un village d"irréductibles car les temps que nous traversons sont d’une ténèbre jamais égalé dans toute l’histoire ; Sodome et Ghomore, la tour de Babel, le Veau d’or et la fausse religion ont eu raison de Mtl. Il faut rassembler les derniers guerriers spirituels et ériger un dernier rempart pour les nationalistes Canadiens Français ; la Nouvelle-France version 2.0. Le Bhoutan l’a fait. Votre ami, le Gaulois.

  • Pierre Marchand, 15 septembre 23h04

    Un peuple ne peut pas se réveiller sous les auspices de la peur, il ne fera que réagir, que rentrer en réaction, se maintenant de ce fait sous la loi de la dualité, du bien versus du mal ; les forces des ténèbres de leur ignorance ne se maintiennent au pouvoir que par le jeu de la dualité, or, ce peuple doit plutôt s’élever au-delà de la dualité terrestre, en réfutant toute réaction et en restant tranquille, calme, du moins, en restant observateur, uniquement, au plus, en s’en détachant complètement, n’étant pas concerné absolument par ce jeu grotesque qui n’est que fadaises ; la majorité silencieuse au Québec, qu’on tente de dévaloriser depuis des décennies est au plus près de l’Esprit, et intuitivement, à tout compris ; par contre, les petits réactionnaires que sont nos petits egos font fausse route du point de vue de l’Esprit, mais c’est leur expérience, mais finiront par se rallier aux Forces de la Lumière Véritable sous le Feu de l’Esprit en disparaissant. Comme on dit : « Dans l’Unité du Saint-Esprit » imagé au Québec comme le Feu de la Saint-Jean-Baptiste, le précurseur du Christ !

    Un peuple ne peut pas se réveiller par sa volonté propre, comme on dit, par sa bonne volonté, ce n’est pas parce que notre ego veut toucher l’Esprit qu’il le peut ! En fait, il ne le peut pas ! C’est marcher à l’envers ! Le peuple ne peut pas se libérer, ça se réveille tout seul, sans effort, naturellement, à partir du moment que l’Esprit touche l’âme, l’âme se retourne de son attrait pour la matière vers l’Esprit, et finit par disparaître sous l’action du Feu Solaire, et l’Être Véritable naît, c’est ce que nous vivrons tous !

    C’est tout le peuple, c’est tous les peuples qui seront touchés par l’Esprit, sans exception, qu’ils en soient conscients ou pas, qu’ils le veulent ou pas, qu’ils y croient ou pas, cela n’a aucune importance, car nous sommes à la fin du cycle, la fin des temps comme on dit et sans oublier qu’il n’y a rien d’impossible pour l’Esprit ; lorsque l’Esprit s’installe, l’âme ne peut que disparaître ! Seule l’âme résiste, voulant survivre et se maintenir, et croit qu’elle est éternelle ! Mais l’âme n’est pas l’Esprit, même si l’histoire des religions a confondu les deux !

  • U. Vachon, 15 septembre 22h21

    Intéressant, votre article.

    En outre, le Québec n’a aucunement besoin d’un système de justice sans foi ni loi.

    Comme le dit si bien cet article :

    "Those meddling Christians always interfere with official police state business !" While Nazi second-in-command Martin Bormann didn’t use those exact words in his 1942 memo calling for Germany’s Christian churches to be "absolutely and finally broken," that’s more or less the gist of what he wrote. ’’

    [...]

    ’’This is not the only time I’ve heard of a police department using psychological testing to weed out police recruits whose Christian convictions make them unsuitable to serve the Regime. ’’

    The "New Police Professionalism" : Serious Christians Need Not Apply  :

    http://freedominourtime.blogspot.com.br/2006/

  • Pierre Marchand, 15 septembre 21h34

    Pour faire suite à mon premier commentaire !

    L’alignement de notre gouvernement actuellement avec la franc-maçonnerie mondiale de haut grade et ses acolytes pour l’établissement d’une forme de dictature mondiale, n’est plus un secret pour la majorité d’entre nous !

    Leur intention est de laver les âmes des nations, des peuples, des individus, de faire table rase de tout ce qui faisait leur passé, leurs mémoires ; que ce soit leurs cultures, leurs foi religieuses, et surtout pour nous à l’occident, en majorité, notre foi chrétienne, et cela, par la magouille, le grenouillage, le mensonge, l’arnaque, la fumisterie, la dissociation, le double-langage, la falsification et la désinformation, voir même par la force s’il le fallait, par les lois, les mercenaires privés et autres hommes de mains à la solde.

    Une fois cette âme bien lavée, ça c’est leur point de vue, elle compte la reformater à la sauce de la nouvelle dictature mondiale, où la majorité de l’humanité sera enrégimentée comme race-esclave dans leur nouveau système de prédation. Ça, grosso modo, c’est leur plan !

    Mais voilà, sans le savoir, ces forces de l’ombre, travaillent sans en être conscient, pour la majorité, pour la Lumière Véritable, Lumière Christique, Feu de l’Esprit, Source Créatrice, Éternité, Absolu, différente en intensité absolument de la fausse lumière astrale luciférienne, dont est composée notre monde matériel, notre infrastructure de société, nos institutions, nos religions, nos sciences… et notre matrice terrestre dénommée communément l’inconscient collectif ou le monde de la mort !

    Donc, tout cela pour dire, que le reformatage de nos âmes tant espéré que ces forces de l’ombre compte réaliser, ne se produira pas ; leur plan diabolique tombera sous le Feu de l’Esprit, et nous assisterons plutôt à l’effondrement de l’Empire, et à l’installation Extraordinaire des Forces de la Lumière sur la terre, à l’extérieur de nous comme à l’intérieur, en chacun des Cœurs, où l’Esprit de Vérité, que nous sommes tous, voir l’Absolu Ultimement, prendra toute la place laissée par l’âme !

    Ces forces des ténèbres de leur ignorance se feront donc coiffées au poteau par notre Vraie Identité, Corps d’Éternité, Corps de Gloire, Corps d’Esprit, Corps Solaire, Logos Solaire, Corps de Lumière, à l’image du Corps de Résurrection du Christ historique, préfiguration de notre propre Résurrection il y a de ça 2000 ans, c’est pour cela qu’il ne faut pas trop s’inquiéter, dans le fond, tout est parfait, même si extérieurement, tout semble perdu, en fait, nous n’avons jamais été aussi près de notre Libération en Esprit !

  • François A. Lachapelle, 15 septembre 20h25

    « Je me souviens » ou « je disparais » s’applique à un peuple, celui du pays du Québec.

    Pierre Marchand dans son commentaire se situe, je crois, uniquement sur le plan de l’individu qui a atteint un niveau de conscience et de béatitude. Il termine son commentaire, je cite : «  Et toutes peurs disparaîtront par enchantement ! »

    Que cet état de conscience soit possible pour un individu, c’est déjà un exploit. Mais, je crois qu’un tel état de conscience est impossible pour tout un peuple et même pour une partie de ce peuple qui servirait de levain dans la pâte.

    La peur de disparaître doit être le levier qui pousse un peuple à se réveiller. Malheureusement, le bon Dr Couillard n’est pas un psychiatre mais un chirurgien.

  • S. Dupuis, 15 septembre 19h19

    Encore une fois, c’est COMME aux États-Unis.

    On cherche à provoquer, en essayant d’enlever toute signification à ce qui a marque notre passé (pour le meilleur et pour le pire).

    Même patron, même Modus Operandi, utilisé par les mondialissses.

    Le but est de nous faire perdre racines, langue, culture, religion, au NOM DE L’ARGENT, pour télécommander du cheap labor facilement interchangeable, sans racine, sans culture, partout dans le monde, depuis Londres et Washington.

    Pour TOUT voler ici surtout, en nous divisant.

    Removing Offensive Monuments

    The eyesore presidential libraries

    Philip Giraldi • September 12

    ’’When the Columbus statue was vandalized I posted the news story on Facebook with the comment “More sanctimonious leftists having fun, wrecking a historic monument to vent their hatred of everything and everyone that does not fit into their worldview.” It attracted some comments from the usual crowd, including these from two Brits, “So glad this disgusting monument of sick depravity is gone. It’s not ‘lefties’ it’s your white privilege that’s annoyed !’’

    ’’Obama’s Nobel Peace Prize will no doubt be prominently on display, but one will almost certainly be unsuccessful when seeking the critical documents to explain the arguments made and the reasoning behind assassination by drone, the surge of the war in Afghanistan, the decision to keep Guantanamo open, the reasoning behind attacking Libya and the aggression against Syria. Those position papers and meeting notes would be invaluable in trying to assess what actually occurred, but the documents will not be in the library as they potentially disrupt the feel-good narrative and are considered both too recent and too sensitive for public consumption. This is one more excellent reason for not taking the “library” bit seriously.’’

    http://www.unz.com/pgiraldi/removing-offensive-monuments/

    _ Pourquoi ne parlerait-on pas plutôt des CRIMES de guerre et des millions de morts, des 7 pays démolis et bombardés pour maintenir les banques anglaises avec le silence du government ?

  • Bonjour, 15 septembre 16h18

    Sous Duplessis, le clergé catholique était trop près du pouvoir. Aujourd’hui ce même clergé - ce qui en reste - se fait l’idiot utile du pouvoir. Une façon de rester près du pouvoir encore.

    Une église sur six vendue ou transformée
    http://www.laterre.ca/actualites/vie-rurale/eglise-six-vendue-transformee.php

  • Pierre Marchand, 15 septembre 11h44

    « Je me souviens », ou « Je disparais ». Il n’y a pas d’autre issue possible !

    Oui ! Il y en a une autre !

    C’est une question de point de vue ! Quel est notre emplacement de conscience ?

    Au-dessus de l’âme, il y a l’Esprit ! Et on a tout fait pour nous le faire oublier !

    Nous croyons que nous sommes l’âme, et les religions se sont arrangés pour maintenir cette croyance en place, d’où le : « Il faut sauver son âme ». À tout prix !

    L’âme, c’est essentiellement de la mémoire, une forme de programmation, différente pour chaque peuple. Et cette mémoire enrobe tout, la causalité de notre origine terrestre, nos pensées, nos émotions, nos croyances, nos valeurs, nos habitudes de vie et coutumes...etc., etc.

    C’est sûr, que du point de vue de l’âme que nous nous appliquons, personnellement, toujours par habitude, devant l’effondrement du système en cours, de tous nos fondements identitaires : personne, personnalité, ego, personnage, profession, acteur, spectateur…, nous avons peur, nous nous inquiétons, nous angoissons, souvent même nous paniquons, car nous sommes en voie de « Disparaître », oui mais, il y a un bémol ici, seulement en tant que croyance que nous sommes l’âme, alors que l’âme n’est qu’un médium, entre l’Esprit et la matière.

    Du point de vue Universel, du point de vue de l’Esprit, de ce que nous sommes réellement de toute éternité, il faut que notre âme soit dissoute par le Feu de l’Esprit, une forme de sacrifice, de renoncement, de capitulation, d’abandon de l’âme, notre identité temporaire et temporelle, pour que notre Esprit, ce que nous sommes tous, notre Véritable Identité, prenne toute la Place laissée par l’âme lors de sa dissolution : une forme de mort nécessaire, et aujourd’hui inévitable, car nous sommes à la fin des temps de cette pièce de théâtre terrestre !

    Le vide n’existe pas ! Ici sur terre notre plénitude est factice, accessoire, ça nous remplit mais c’est à peu près tout, ça nous donne l’illusion d’une forme de plénitude ok !

    Mais ce n’est pas la Plénitude Éternelle !

    Et il faut maintenant passer à autre chose, une fois pour toute, et c’est un peu normal, vue nos conditions humaines de souffrances et d’ignorances, que notre âme crie son désarroi et s’affole actuellement, je parle généralement ! Mais c’est un faux problème et n’est que le point de vue de l’âme !

    Notre Esprit n’a aucun problème, et il n’est pas concerné par les atermoiements de l’âme !

    Ce qui est en cours de processus actuellement, c’est notre propre Résurrection à tous, en tant qu’Esprit, en tant qu’Éternité, en tant qu’Absolu !

    Alors si notre âme s’inquiète, restons observateurs, et gardons à l’Esprit, quelque part, que nous ne sommes pas ce corps physique que nous occupons actuellement, ni ces mémoires, ni ces pensées, ni ces croyances, ni ces valeurs, ni ces émotions, ni ces habitudes, ni cette vie éphémère, et ultimement ni cette âme ! Et là, la Paix et la Joie du Cœur seront nos assises permanentes ici et maintenant, à l’instant ! Et toutes peurs disparaîtront par enchantement !

  • Bonjour, 15 septembre 09h41

    Merci M. Le Hir pour vos propos éclairants merci ! Pour informer vos lecteurs sur ce qui se passe ailleurs. Ça ressemble drôlement au Québec où un nihilisme ambiant se fait interpeler par l’Islam avec ses exigences découlant de la charia du Coran et des hadiths de Sahih al-Bukhari https://fr.wikipedia.org/wiki/Sahih_al-Bukhari et autres ainsi que de la sira
    https://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%AEra.

    Des femmes témoignent sur leur avortement
    https://www.youtube.com/watch?v=em9iO3AJD54

    Sexe et pornographie dans les livres scolaires : scandale dans les écoles catholiques et publiques
    https://www.youtube.com/watch?v=g5_ixbeCzOs

  • Normand Paiement, 15 septembre 08h01

    Monsieur Le Hir,

    N’y aurait-il pas lieu d’inviter les organismes, associations et simples citoyens de l’ensemble du pays à profiter de l’occasion pour dénoncer, dans le cadre même de cette infâme « consultation sur la discrimination systémique et le racisme », la discrimination dont les Québécois « de souche » en particulier et les Canadiens français en général sont systématiquement victimes depuis l’époque de la Conquête jusqu’à nos jours ?

    Ce serait là un excellent moyen de contrecarrer les plans de Philippe Couillard et de tous ceux qui cherchent, un peu plus chaque jour, à écraser, à culpabiliser et à stigmatiser la race canadienne-française dans le seul but de lui faire regretter d’exister ! Qu’en pensez-vous ?...

    Cordialement,

    Normand Paiement

  • Bonjour, 14 septembre 09h30

    M. Le Hir. Il y a des personnes qui s’expriment au sujet du christianisme sans avoir lu une page de l’Évangile. Et sans connaître le message de Jésus. Beaucoup de préjugés. Ça fait pitié...

    L’Église catholique du Québec a abandonné les fidèles... Ils ont laissé entrer les loups dans la bergerie. Ils sont vendus à l’esprit du monde. Avec des théologiens douteux... contraires à la Bonne Nouvelle de Jésus.

    Oui le message de Jésus est Bonne Nouvelle. Malheureusement il y a beaucoup de personnes qui sèment le doute dans l’esprit des gens. Et on en voit les résultats...

    Les Evangiles et le Nouveau Testament, des documents fiables ?
    https://www.youtube.com/watch?v=kezIsM4nnOs

  • Yves Capuano, 13 septembre 23h15

    Excellente analyse de Monsieur Le Hir. Une des façons de relier le mouvement souverainiste québécois à la religion catholique romaine serait de promouvoir la monarchie constitutionnelle dans un Québec souverain. Autrement dit, l’élection d’un roi ou une reine catholique comme chef d’état du Québec souverain qui aurait les mêmes fonctions symboliques que la reine Elizabeth 2 possède dans le Canada actuel. Un roi ou une reine peut être élu. Cela placerait la religion catholique dans une classe à part au Québec. Le drapeau québécois correspond beaucoup plus à un pays en situation de monarchie constitutionnelle qu’un pays en situation de République. Le poste de Premier Ministre du Québec continuerait d’exister en toute logique de la même façon qu’il existe actuellement au Canada vis-à-vis Elizabeth 2. D’une façon générale, je ne comprends pas pourquoi le mouvement souverainiste québécois impose la République au Québec souverain comme si cela était obligatoire. De nombreux pays progressistes comme l’Espagne, la Grande-Bretagne, le Canada, la Suède, la Norvège, la Belgique, etc...sont en situation de monarchie constitutionnelle.

  • Suzanne, 13 septembre 19h56

    Excellente analyse de la situation sur cette consultation du "racisme systémique" dont l’ensemble des Québécois "de souche" seront évidemment les premières victimes.
    Par contre, je ne suis pas d’accord avec le vide qui serait créé par le fait de mettre le catholicisme au rang purement privé.
    Il n’y a pas de "vide", il y a simplement le rejet d’un dogme, d’une doctrine qui ne repose sur aucune preuve tangible existentielle.
    Ce retrait par rapport à la religion, quelle qu’elle soit n’empêche aucunement l’être humain d’être compatissant, aidant, honnête et bon. En fait, il a été démontré à maintes reprises que l’application d’une doctrine religieuse engendre souvent de la souffrance, du rejet, des mauvais traitements, sous les faux-prétextes de respecter les ordonnances divines.
    La religion et la moralité sont deux principes différents et l’un peu très bien être sans l’autre.
    Je milite pour la laïcité, avec le principe que les croyances ne doivent pas être imposées à qui que ce soit, dans la sphère publique autre qu’un lieu de culte. Je milite également pour que le droit prime sur le religieux, à tous les niveaux. Ce qui n’est absolument pas le cas actuellement, en regard du l’article 319 du code criminel canadien. Ce n’est pas pour rien que la motion M-103 a été votée. C’est pour offrir l’ouverture nécessaire aux adeptes de tortures religieuses la latitude qu’ils ont besoin pour se défendre face à de possibles accusations. M-103 est la complice tactique de l’article 319 cc.
    Personnellement, je ne me tournerai jamais vers la religion catholique pour contrer l’islam. L’un n’est pas meilleur que l’autre, au final.

  • Marius Morin, 13 septembre 14h50

    Beaucoup de Québécois se sont éloignés de l’Église et par le fait même de leur religion depuis les années soixante. Mais je crois que pour une bonne majorité, ils ont gardé leur foi chrétienne et leurs valeurs comme la dignité de la personne humaine, la liberté, le bien commun, la solidarité, la justice économique, la paix, le vivre ensemble, l’accueil, le respect des différences. Toutes ces valeurs sont des valeurs chrétiennes. La foi chrétienne ne passe plus par une religion ostentatoire mais à travers des gestes et des engagements silencieux. Se dire publiquement « laïc » sans religion fait plus moderne et attire moins de regards et de critiques.

  • Bonjour, 13 septembre 13h04

    Monsieur Le Hir. Je viens de faire la découverte d’un livre renversant. Son contenu vaudrait un article entier.

    Livre : le Salut vient des juifs, Roy Schoeman

    « Le problème ne se situe donc pas dans le fait d’être un juif « apostat » ou un « vrai » juif, mais dans le fait de reconnaître ou non que Jésus fut le Messie. De toute évidence, celui qui le reconnaît est le mieux placé pour comprendre le déroulement de cette histoire... »
    https://www.amazon.fr/salut-vient-Juifs-lhistoire-Av%C3%A8nement/dp/286839941X

  • Mireille, 13 septembre 12h39

    Ce n’est pas un retour à la religion catholique et à la soumission aux dogmes qui est la solution face aux privilèges religieux, mais plutôt de se soustraire à la Charte canadienne des droits et liberté et à la Cour Suprême qui les avantagent.

    Je ne veux pas retourner 50 ans en arrière, ni à 700 en arrière non plus.

    Vive le Québec libre !

  • Richard Le Hir, 13 septembre 12h16

    Réponse à M. Thériault,

    Je ne me prononce pas sur le bien-fondé ou non pour les Québécois d’avoir délaissé la religion catholique. Je constate tout simplement que leur adhésion progressive à une laïcité culturelle (par opposition à une laïcité institutionnelle à laquelle nous ne sommes pas encore rendus) a eu pour effet sur le plan juridique de laisser un vide que les pratiquants d’autres religions que le catholicisme s’empressent de remplir.

    N’en déplaise à plusieurs, la vie en société est régie par le droit. Si nous renonçons au droit de revendiquer notre liberté de religion garantie par la Constitution, il faut s’attendre à ce que les pratiquants d’autres religions en profitent pour remplir le vide juridique que nous laissons derrière nous en réclamant toujours plus d’accommodements pour pratiquer la leur.

    Rappelons que la Constitution de 1982 débute par ces mots :

    Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

    Si nous choisissons d’ignorer Dieu pour des raisons de liberté de conscience, nous le faisons à notre péril sur les plans juridique et politique, que cela nous plaise ou non, car toute l’économie de notre Constitution est fondée sur le principe de la suprématie de Dieu et de la primauté du droit, d’où la liberté de religion et le droit de revendiquer des accommodements pour la pratiquer.

    En insérant cette référence à la suprématie de Dieu dans la Constitution de 1982, le gouvernement de Pierre-Elliot Trudeau s’est trouvé à politiser et juridiciser la question religieuse. Sauf à notre détriment, nous n’avons donc plus le choix de ne pas tenir compte de l’incidence politique et juridique de nos préférences en matière de religion.

  • M.Thériault, 13 septembre 11h16

    Contrairement à l’opinion dominant cette chronique, je suis d’avis, et j’en ai même la certitude que, le fait que les québécois aient largué la religion depuis les années 60 a été la plus puissante des impulsion de leur émancipation. On aura beau invoquer un hypothétique vide laissé par ce geste, je maintiens que ce prétendu vide est l’essentiel préalable à l’évolution culturelle des québécois face aux macabres élucubrations chrétiennes qui, c’est indiscutables, ont toujours été un instrument de domestication du troupeau peureux et crédule dont l’esprit était, depuis des décennies obnubilé par les fadaises catholiques et la peur de l’enfer.

    Le fait est, au contraire, que l’abandon de la moutonnerie catholique n’est tout simplement pas encore complétée. Preuve en est que bien des intellectuels québécois semblent ne pouvoir assimiler cette condition et recherchent cette supposée stabilité que la religion, quelqu’elle soit, ne peut apporter. Que des religieux pratiquants, de quelques confessions soient-ils, se sentent en sécurité dans leurs bébelle religieuses ne démontrent qu’une chose aussi regrettable que sinistre : ÉCOUTE, SUIS, OBÉIS ET VÉNÈRE TON CURÉ, RABIN, IMAM ET AUTRES GURUS ET TU SERA HEUREUX MON FILS. Quelles invraisemblables fadaises ! Quel auto-abaissement de l’homme !

    J’ai peine à croire qu’on puisse regretter ce boulet qui fait de l’homme libre un crétin aveugle qui attend, tel un baudet, que l’ânier enrobé daigne lui fouetter les fesses.

  • Danielle Gagnon, 13 septembre 08h07

    L’acculturation progressive et l’assimilation complète au multiculturalisme canadien sont les objectifs du Rapport Durham et sont en voie se s’accomplir totalement. Les deux paliers de gouvernement déracinent les Québécois, parce que parmi les Canadiens, eux seuls sont en droit d’affirmer leur souveraineté sur le territoire qu’ils ont domestiqué.

    Faisant reposer sa légitimité sur la participation du peuple aux élections générales, alors que la loi électorale place les élus en conflit d’intérêt, l’État s’autoproclame propriétaire des terres publiques et détenteur du pouvoir souverain du peuple. Le gouvernement contrôle le développement économique du Québec de même que la faillite de l’éducation publique, il autorise l’évasion fiscale et punit la pauvreté, il subventionne l’éducation privée confessionnelle et détruit l’enseignement public non confessionnel, il accorde une sur-rémunération des mandarins et ne fait pas respecter les normes du travail déjà insuffisantes, il finance la grande entreprise et prive les enfants pauvres d’aide alimentaire et de transport scolaire.

    Les deux paliers de gouvernement maintiennent les Québécois :
    • La privation de l’enseignement de notre histoire nationale et de notre géographie territoriale provoque la perte identitaire depuis 1972. Sans racines, les individus sont comme des feuilles au vent.
    • Depuis les années 80, l’éclatement des familles a engendré la perte du savoir-faire parental et provoqué des troubles de l’attachement en raison de l’instabilité des couples et des familles. La pauvreté, l’instabilité, la déficience relationnelle sont visibles depuis longtemps. Le gouvernement choisit d’abandonner les Québécois à leur sort.
    • Vers 1992, la laïcisation de l’éducation publique qui devait permettre l’introduction de la formation en citoyenneté a laissé un vide béant. Après l’abandon de catéchisme, les valeurs enseignées à l’école ont disparu. Plus de ciment social... Mais dans une monarchie constitutionnelle, moins les gens sont informés, plus le gouvernement a les coudées franches pour détourner le trésor public de la survivance des Québécois. Pourquoi éduquer les enfants et pourquoi dévoiler l’iniquité de la constitution canadienne pour les colons du Québec ? La réponse est simple, la constitution canadienne garantit des droits seigneuriaux aux élus.
    • À partir de 1997, la réforme Marois en éducation introduite contre l’avis des facultés universitaires, sans matériel pédagogique pour accompagner les maîtres sans préparation est un acte suicidaire. À cela s’ajoutent les coupes budgétaires qu’on égraine comme un chapelet. Si son projet n’était pas de détruire le Québec, elle a quand même réussi.
    • La prochaine étape pour asservir complètement les Québécois à l’insignifiance est l’abolition des établissements d’enseignement collégial.
    • L’immigration change les rapports de force dans les cours d’école où les petits Québécois déjà brisés par le manque de soins et de sécurité se laissent facilement dominer et s’adaptent aux nouveaux venus plutôt que le contraire. » dans la pauvreté matérielle (salaire moyen québécois est le plus bas au Canada, malgré le 28e rang du Québec au classement mondial des PIB ),
    • La Télé-Québec brille par son absence comme outil de développement du sentiment d’appartenance territoriale, social et culturel.
    • Les médias traditionnels contribuent au sous-développement québécois par la désinformation.
    • La méconnaissance de la constitution canadienne et du régime de monarchie électorale qui « organisent » l’État, font que les Québécois vivent au Québec et au Canada comme des touristes. Le malheur, c’est le cas de l’immense majorité. La constitution canadienne dite « l’acte de la honte » est le premier tabou du gouvernement secret qui gère le territoire et le bien public en toute opacité et qui le détourne en toute impunité. Depuis l’entrée en vigueur de la constitution canadienne avec la complicité de l’élite québécoise, le petit peuple a de moins en moins d’emprise sur son présent et sur devenir.

    Les partis politiques font de belles promesses, mais une fois au pouvoir, les colons que nous sommes mesurent la vacuité de leurs discours. Après avoir provoqué l’effritement moral et identitaire, le gouvernement investit maintenant dans la psychiatrisation sociale et collective des Québécois.

    En 2016, l’illettrisme atteint 53 % et le ratio d’élèves présentant des troubles d’adaptation représente 69 % des élèves par classe. Le symbole du mouton convient de mieux en mieux à notre peuple émasculé dès le berceau par la perte des savoir-faire parentaux et est maintenu dans l’illettrisme dans un système d’éducation sous-financé, sans ancrage historique et géographique.

    Est-il trop tard pour penser devenir une nation parmi les autres nations ? Pour que les colons que nous sommes accèdent au statut de citoyen, il devient de plus en plus évident que le petit peuple doit livrer bataille en son nom propre pour affirmer sa souveraineté sur l’État et sur le territoire du Québec. Il faut sortir de la « naïveté volontaire » et cesser de penser que les partis politiques apporteront quelques soulagements que se soient à notre collectivité. Le régime de monarchie constitutionnelle ne permet pas à un jeune parti politique de se faire élire. Tous les partis politiques doivent se compromettre avec leurs commanditaires pour espérer prendre le pouvoir. Il faut comprendre qu’une fois qu’ils ont accédé au pouvoir, ils sont déjà corrompus.

    Le changement social que nous espérons ne peut provenir que de la volonté du peuple à affirmer sa souveraineté sur son territoire et sur son État. Les partis politiques dans le régime de monarchie constitutionnelle sont un leurre pour faire croire à la démocratie. Une fois élus, les politiciens trahissent le peuple. Il faut cesser de placer nos espoirs dans un panier de crabes. Le seul recours du peuple pour réformer ses institutions est le pouvoir constituant. Le pouvoir constituant permet de regrouper les individus sur l’ensemble du territoire, plutôt que par comté. Au moins 30 % de la population est en faveur d’une réforme du régime politique qui sévit au Québec et c’est entre leurs mains que notre avenir repose maintenant.

    Maintenu dans l’apartheid anti-québécois au Québec et au Canada, le peuple du Québec se respecte lui-même en s’élevant contre le gouvernement du Québec pour affirmer sa souveraineté sur son État, son territoire et ses institutions.

  • Bonjour, 12 septembre 22h30

    Merci beaucoup M. Le Hir.

    Le génocide du peuple Québécois promu par nos élites et le silence approbateur du clergé catholique.

    Il faut aider les femmes enceintes à mettre leur enfant au monde.
    Les femmes qui se font avorter souffrent beaucoup plus que celles qui accouchent...
    http://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/campagnequebecvie/mailings/95/attachments/original/Dossier-special-avortement-femmes.pdf?1450122797

    46 des 94 cliniques d’avortements au Canada se trouvent au Québec
    http://nationalpost.com/health/quebec-home-to-46-of-canadas-94-abortion-facilities-while-p-e-i-doesnt-have-a-single-clinic-study-finds

  • François A. Lachapelle, 12 septembre 21h58

    Dans le titre de cet article, on mentionne "la vulnérabilité" des Québécois dans leurs valeurs et dans leur identité.

    Lorsque je vois une musulmane voilée, récemment au Jardin botanique de Montréal, récemment dans le métro avec un beau sourire, j’aimerais dire gentiment à ces personnes qu’elles devraient s’abstenir de porter un signe religieux de type musulman sur la voie publique au Québec.

    Mais, j’en suis incapable à cause de ma vulnérabilité étouffée par les lois du pays voisin, le Canada.

    Monsieur Le Hir a raison d’associer notre vulnérabilité à notre coupure de notre religion traditionnelle, la religion catholique romaine. Pour faire bref, il aurait fallu adapter la religion catholique de Rome à nos besoins sans nécessairement abandonner nos valeurs religieuses et culturelles. En plus des grandes fêtes de Noël et de Pâques, je pense à l’égarement dans lequel plusieurs familles se trouvent face au rites des funérailles pour souligner le décès d’un(e) proche, d’un parent.

    Comment mettre en pratique la séparation de l’État et de l’Église sans sauter dans le vide et sans nécessairement associer ce vide à la laïcité ?

    Monsieur Le Hir écrit : « En effet, la laïcité dont se revendiquent aujourd’hui bon nombre de Québécois n’est pas une religion, c’est un vide qui ne demande qu’à être comblé par ceux qui réclament le droit de pratiquer la leur, un droit que nos chartes leur garantissent. »

    Permettez un renvoi au livre de Philippe De Villiers, " Les cloches sonneront-elles encore demain " Éd Albin Michel 2016. Je retiens cet extrait parmi plusieurs autres au chapitre intitulé LAPSUS, je cite :

    « La post-modernité, qui a tout arasé en nos âmes expirantes, confie à tous ces clochers le rôle de dernières balises de nos dérives, de nos vies tempétueuses, de nos virevoltes. Des points fixes à l’horizon de nos insignifiantes mondaines, qui authentifient l’unité des vivants et des morts. »

    Le Canada selon Justin Trudeau est post-national. Le Québec est-il post-moderne ?

    Cet excellent texte de Monsieur Le Hir fait réfléchir et nous pose plusieurs questions existentielles. Bravo et bonne méditation sur nous-mêmes.

  • Gilles Verrier, 12 septembre 21h27

    Pour une majorité de juifs et de musulmans, la religion est collée de très près à leur identité et à leur intérêt collectif. Elle fait implicitement partie de leur arsenal politique. Les Québécois, qui n’ont plus rien à défendre, n’ont plus qu’à se tasser pour laisser la place aux autres. C’est la médecine que Couillard s’apprête à nous servir. Faudra-t-il que le peuple Québécois francophone envoie quelques dizaines de milliers de ses enfants rejoindre la Fraternité sacerdotale Saint Pie X pour que nous ayons notre place bien à nous dans les enjeux que nous imposent les minorités issues de la diversité ? Avoir notre propre diversité religieuse minoritaire bien à nous, est-ce là qu’il faudra aller pour militer pour les intérêts du Québec ? Pour faire des gains auprès de la classe politique ? Car, apparemment, seules les minorités, dont les minorités religieuses, ont bonne grâce auprès des autorités politiques. La majorité tranquille post-catholique-laïcarde ne vaut que dalle, elle n’est bonne qu’à s’attirer des soupçons de racisme systémique. Un peu caricatural, mais à peine.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Le rapport à l’histoire

Je me souviens ?

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités