«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La seule solution sensée

ANTICOSTI

Un classement à l’UNESCO pour tourner la page du pétrole

L’île, qui espère développer son potentiel touristique, déposera sa candidature

mardi 23 août 2016

L’île d’Anticosti a tout ce qu’il faut comme richesses naturelles et culturelles pour être inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, affirme son maire, John Pineault. Il compte donc répondre à l’appel du gouvernement fédéral, qui vient d’inviter le public à soumettre des suggestions de « trésors » qui seront proposés d’ici quelques mois à l’organisme onusien.

Preuve du sérieux de la démarche, la municipalité de L’Île-d’Anticosti vient d’afficher une offre d’emploi en lien avec ses démarches en vue d’une reconnaissance par l’UNESCO. Celle-ci précise que la municipalité recherche « un chargé de projet qui rédigera le document de mise en candidature et effectuera toutes les recherches relatives à ce projet ».

S’il reconnaît qu’il fait ainsi « un geste politique », le maire John Pineault a soutenu lundi que les démarches ne sont pas menées dans le but de bloquer le projet d’exploration pétrolière sur l’île. « Je ne crois pas que cette démarche est nécessaire pour stopper les pétrolières, parce que, selon moi, elles sont déjà stoppées. » Résolument contre le projet pétrolier financé en bonne partie par Québec, il a d’ailleurs rappelé qu’une demande d’injonction permanente, déposée par les Innus de Mingan dans le but de bloquer les futurs forages, doit être entendue plus tard cette année.

Au-delà de ce débat sur les énergies fossiles, qui dure maintenant depuis plus de cinq ans, le maire estime qu’il est temps de reconnaître la valeur patrimoniale de la plus grande île de la province. « Si je ne pensais pas qu’Anticosti est un endroit unique qui mérite d’être inscrit au patrimoine mondial, je ne ferais pas cette démarche. Et pour moi, ça aurait dû être fait depuis longtemps. »

Selon lui, cette île née il y a plus de 450 millions d’années est un lieu « unique au monde » pour l’étude de la géologie terrestre. À cela s’ajoute une histoire intimement liée à celle du Québec, et ce, depuis que son existence a été mentionnée par Jacques Cartier en 1534. John Pineault insiste également sur la faune et la flore particulièrement riches de ce territoire isolé. À titre d’exemple, Anticosti compte pas moins de 24 rivières à saumon.

Le maire estime en outre qu’une reconnaissance internationale de « l’importance de protéger l’île » permettrait enfin d’envisager « un véritable développement », basé non seulement sur la chasse et la pêche, mais aussi sur le tourisme et la villégiature. « Si on pouvait obtenir un classement à l’UNESCO, ça nous permettrait d’assurer une certaine pérennité de l’île et d’aller chercher des investissements pour développer des projets », a-t-il fait valoir lundi. Pour le moment, ces projets seraient bloqués en raison de la possibilité que l’industrie des énergies fossiles s’y installe pour exploiter un éventuel gisement de pétrole de schiste.

Candidature crédible

Même si la municipalité devra franchir plusieurs étapes avant d’espérer que sa candidature soit retenue, elle aura de bons arguments pour la faire valoir, estime le titulaire de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal, Philippe Poullaouec-Gonidec.

« Anticosti est une île. Il s’agit d’un écosystème insulaire, qui se trouve à l’entrée d’un des plus grands fleuves au monde et qui a été abordé à différentes périodes à travers l’histoire. Il y a donc, d’un point de vue culturel, plusieurs angles de reconnaissance, a-t-il fait valoir lundi en entrevue au Devoir. Il y a même la reconnaissance du patrimoine maritime, notamment en lien avec les nombreux naufrages sur l’île. Donc, le patrimoine ne se limite pas à Henri Menier, qui a possédé l’île à une certaine époque. Et il y a très probablement des traces d’occupation du territoire antérieures à cette époque. »

M. Poullaouec-Gonidec estime qu’il faudrait étudier davantage le cas de l’île afin de savoir si elle peut être candidate pour devenir un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Il juge toutefois que des éléments méritent très certainement qu’on s’y attarde : « Anticosti, de ce que je sais, est une île qui a un patrimoine assez riche. »

Il cite en exemple la géologie de cette île, mais aussi le patrimoine naturel et culturel, en partie forgé par la présence humaine sur ce territoire situé en plein coeur du golfe du Saint-Laurent. « Le cerf de Virginie, par exemple, fait partie désormais du patrimoine culturel de l’île, un patrimoine vivant qui a modifié l’écosystème. Il s’inscrit dans l’évolution de l’écosystème naturel, sous l’impulsion de l’être humain. Ce n’est pas simplement négatif, puisque ça constitue un élément clé de ce qu’on peut vivre et apprécier. »

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
Les choix énergétiques du Québec
L’aventure de l’énergie au Québec

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 710$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 22/09 Jean-Marc Southière: 50$
  • 22/09 Charles Gaudreault: 100$
  • 22/09 Carole Smith: 5$
  • 22/09 Marc Lapierre: 5$
  • 22/09 Gilles Harvey: 5$
  • 22/09 Jean Lussier: 5$
  • 21/09 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/09 Alain Tousignant: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités