«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Un admirable effort !

Un cadeau de la SAQ ?

Travaille-t-elle vraiment pour nous ?

Tribune libre de Vigile
vendredi 28 octobre 2016
519 visites 1 message

S’il y a une institution, aussi connue que populaire au Québec, où les gens aiment se faire plaisir c’est la SAQ. Qui parmi nous n’a pas été se choisir un bon vin, ou autre type de boisson, à cette enseigne ! Soirées d’amis, en famille ou fêtes multiples sont souvent accompagnées des produits de notre « bonne, amicale, serviable et fidèle » SAQ. Oui, elle pense à nous !

La SAQ a décidé, probablement avec pleurs, regrets et serrements au coeur, de nous offrir avant Noël des réductions de prix de 50 ¢ sur environ 1600 vins vendus en succursale. Cela ne représente qu’une toute petite baisse, sans plus. Si la SAQ souhaite atteindre la parité avec la LCBO en Ontario, il reste encore beaucoup de chemin à franchir. Pour une bouteille de vin de 15$ à la SAQ, la même bouteille se vendra alors 1 à 2$ de moins en Ontario.

On pointe également les étiquettes incomplètes. On refuse d’écrire le cépage et l’endroit où le remplissage s’est fait. Bref, on ne désire pas trop informer le client de peur de révéler des faiblesses dans le procédé de vente et de respect face aux clients. La SAQ demeure notre seul choix et possède l’immense avantage d’être le seul Bacchus au Québec, une situation monopoleuse. 

Que dire également de l’absence flagrante du taux de sucre sur l’étiquette. Cele en découragerait-il plus d’un ?

N’oubliez jamais que toutes les erreurs administratives ont été largement compensées par les profits exorbitants. La SAQ tient-elle ses clients comme acquis ?

Pourtant, la SAQ n’est au fond qu’une société d’état qui, avec acharnement, ne recherche que les profits pour remplir les goussets du gouvernement. Les cadres se verront ainsi offrir de généreuses primes au rendement, au diable le client !

Mais au fond, si la SAQ nous appartient, elle devrait travailler pour nous, pas contre ! Alors, pourquoi s’auto-flageller avec des prix élevés ? On repassera pour la grande teneur de véracité dans le cadeau et son désir de linéarité !

Commentaires

  • François Ricard, 28 octobre 2016 13h06

    Le vin et l’alcool ne sont pas des biens essentiels. Ce sont bien plutôt des biens de luxe qu’il faut taxer en conséquence. D’autant plus qu’une consommation excessive de ces produits impose des coûts à la société.
    Et puis, si nous devons comparer nos prix à l’Ontario, il faudrait le faire sur une plus grande base. Présentement, je préfère payer ma bouteille de vin 2$ de plus qu’en Ontario et payer ma maison 200 000$ de moins.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités