«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Un Québec enfermé dans le Gestell

"les masses sont la cause motrice du « Gestell » car les masses sont manipulables ce qui n’est pas le cas des hommes enracinés et cultivés."

Tribune libre de Vigile
dimanche 6 mai 2012
1 044 visites 4 messages

Dans son article le plus récent intitulé "La décadence de l’Occident américanisé et orientations philosophiques pour en sortir", l’auteur français Yvan Blot y va de remarques très pertinentes sur la situation qui prévaut dans nos sociétés occidentales, y compris au Québec.

http://www.polemia.com/article.php?id=4815

Monsieur Blot démontre que l’Occident est sous l’emprise totale du Gestell, nom donné par le philosophe allemand Heidegger au système d’arraisonnement utilitaire qui domine nos sociétés. Ainsi, la société actuelle, société du « Gestell » est construite autour de quatre idoles majeures, la technique, l’argent, la masse et l’ego.

Ainsi, lorsqu’une crise frappe au Québec, comme par exemple la récente grève des étudiants, la dite crise se doit d’être réglée selon les termes du Gestell, nos gouvernements étant évidemment voués à la perpétuation du Gestell.

Yvan Blot note très pertinemment ceci :

"La domination de l’argent est assurée par l’idéologie de la non discrimination. Celle-ci se montre de façon flatteuse comme voulant assurer l’égalité des hommes mais en réalité, il s’agit de supprimer toute discrimination sauf celle par l’argent afin que l’argent devienne le seul critère sur lequel on juge les hommes. Une société où seule la discrimination par l’argent existe est en réalité monstrueuse, contraire à toutes nos traditions historiques chrétiennes ou nationales. C’est un moyen de détruire l’identité nationale au profit d’un monde matérialiste sans aucune frontière."

L’avancement constant de la société du Gestell, en particulier depuis le début du 21e siècle rend difficile l’affirmation nationale.

Nos élites en particulier ont renoncé à l’identité nationale pour se tourner carrément vers la valorisation par l’argent.

Il va sans dire qu’un riche, c’est un riche, peu importe sa nationalité ou son origine ethnique.

Également, on assiste à un formatage de l’opinion publique par les médias mainstream, en particulier les radios parce que, comme l’exprime si bien Yvan Blot,"les masses sont la cause motrice du « Gestell » car les masses sont manipulables ce qui n’est pas le cas des hommes enracinés et cultivés."

Ainsi, on encourage l’américanisation et l’anglicisation, l’anglais étant la langue internationale. Et on décourage l’intellectualisme et la culture.

Le remède à ces maux semble être un retour à nos racines, à notre être profond et à l’humanisme.

Mais n’est-il pas déjà trop tard ?

Commentaires

  • Didier, 7 mai 2012 11h35

    Merci pour vos commentaires très à propos.

    Je voudrais ajouter ceci. Il est assez aisé pour les élites d’imposer les valeurs du Gestell à un peuple comme le peuple québécois car malheureusement, on ne peut dire le contraire, le peuple québécois est un peuple complexé. Voyez ce que dit Yvan Blot :

    "Une société où seule la discrimination par l’argent existe est en réalité monstrueuse, contraire à toutes nos traditions historiques chrétiennes ou nationales."

    Ainsi, cette discrimination par l’argent étant la seule discrimination, cela est assurément monstrueux comme le dit monsieur Blot. Mais monsieur Blot est Français. Il vient d’un peuple fier avec une grande histoire, un peuple pas complexé du tout, quelquefois même un peu prétentieux.

    Ce n’est pas le cas des Québécois. Chez un peuple complexé comme le peuple québécois, la discrimination faite seulement par l’argent est probablement une plus grande tentation que chez les Français de France.

  • André Meloche, 7 mai 2012 09h22

    Il n’y a, en effet, aucune volonté de la part du peuple québécois d’en sortir. On pourrait mettre le Gestell de Heidegger en relation avec l’« homme-masse » de José Ortega y Gasset (La révolte des masses, 1929), organe informe conditionné par son attitude moyenne, son absence d’identité. On peut également penser à cette incroyable conférence de 1967 de Theodor W. Adorno sur l’industrie culturelle qui détruit toute différence culturelle au profit du seul produit de consommation de masse.

  • Jean-Pierre Plourde, 7 mai 2012 01h41

    Voici mon point vue "macro" du problème :

    Ici je globalise le problème à l’échelle de la planète bleu.

    L’humanité à un cancer intraitable, c’est la croissance de sa population mondiale qui malgré les efforts de certains pays continue de croitre rapidement.

    Nous en arriverons bientôt à un niveau extrême de conflits entre les citoyens et groupes, c’est inévitable...

    Les groupes de recherche en prospective sont chapeautés par le groupe Bildergerg.
    Ce groupe réuni des représentants de tous les milieux puissants dont la CIA, les Desmarais, multinationales de tous genres, etc.

    Notre cancer étant insoluble, ces gens s’entendent pour prendre le contrôle sur les ressources de la planète par deux moyens importants,
    1. Prendre le contrôle politique des états pour piller les ressources vers leurs propres intérêts,
    2. Contrôler les médias afin d’imposer une seule langue et culture sur toute la planète afin de faire disparaître les cultures et rendre les gens individualiste pour mieux les diviser.

    Les problèmes sociaux majeurs vont prendre place lorsque des milliers de gens ne seront plus en mesure d’assurer leurs besoins de base : Se nourrir, s’habiller et se loger convenablement.

    Leur objectif est de contrôler l’économie mondiale et de soustraire aux états divisés les forces militaires de tous les pays de la planète.
    En imposant l’anglais comme langue universelle, beaucoup de cultures vont disparaitre et/ou tomber sous le contrôle de l’état "mondial" en charge d’appliquer la mondialisation.

    En Europe, la fédération des états est en cours, les états qui auront perdu le contrôle de leur économie et leur ressources. Beaucoup vont rencontrer des problèmes du type de ceux de la Grèce. Au Québec, notre culture est le pire ennemi de cette machination et les gestes posés par Charest depuis son élection le démontrent très bien.

    La défaite de Sarkozie est donc une catastrophe pour les mondialistes, des pressions énormes vont être appliqués auprès du nouveau président socialiste pour l’amener à poursuivre le travail déjà commencé par les Desmarais, frères et compagnies. François Hollande prendra le pouvoir avec un manque chronique de compétence pour l’appuyé, la majorité de firmes d’ingénierie comme ici au Québec ont changé de main, les intellectuels auront trouvé des postes grassement payés pour les inciter à ne pas bouger, etc, vous voyez le tableau... Je suis curieux de connaitre le prochain cabinet Français. Le fédéralisme, qu’il soit Canadien ou Européen est contre nature parce qu’il détruit la principale diversité de la planète, La diversité culturelle ou, le droit de donner son opinion et de s’opposer à des décisions ayant des conséquences mondiales, les déversements majeures suite à des forage en haute mer, le pétrole sale de l’Alberta, les conflits mondiaux, etc.

    La seule façon de sauver la planète du nouveau type de guerre en devenir, c’est de trouver la façon de donner des dents à la démocratie telle que définie dans tout bon dictionnaire à propos du mot souveraineté, (souveraineté du peuple). Un peuple souverain ne peut l’être qu’a la condition qu’il possède ses territoires et qu’il contrôle ses élus.

    On doit d’urgence trouver le moyen de redonner la confiance des citoyens en leur état en redonnant le pouvoir aux citoyens. Les citoyens devront récupérer cette souveraineté et considérer les élus comme leurs employés, ce qu’ils ont toujours été d’ailleurs.

    Les citoyens devront trouver le moyen de démettre tout élu qui ne prend pas les intérêts de ses électeurs de la même façon qu’une entreprise congédie un de ses directeurs incompétent.
    Attendre 4 ans pour Charest ou lui donner un autre mandat sans contrôle, c’est pour moi inconcevable.

    Les accommodements raisonnables, l’approche commune, le plan nord, le doublement de la dette publique, le contrôle de l’éducation chèrement acquis au cours de la révolution tranquille des années soixante, font parti d’un lavage de cerveau médiatique majeur et mondial.

    L’internet est un imprévu, du sable dans l’engrenage de cette machination jusqu’à ce que l’état mondial en prenne le contrôle.
    Si les Chinois ont pu contrôler l’internet pour leur citoyens, la mondialisation de ces gens le permettra aussi.

    Merci d’être là.

    Jean-Pierre Plourde
    http:\\saglacweb.blogspot.com

  • Didier, 6 mai 2012 18h01

    Je ne sens pas du tout de volonté chez le peuple québécois de sortir du Gestell.

    La conclusion à apporter à cette constatation, c’est que c’en est effectivement fait de la nation québécoise. Le Gestell prône la fin des nationalismes.

    Comme le dit monsieur Blot, le but du Gestell est d’empêcher l’homme de rester fidèle à son essence pour le rendre manipulable et exploitable.

    Le Québec est rendu malheureusement trop loin dans cette tendance. Renverser la situation relèverait du miracle, rien de moins.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Crise sociale - printemps 2012 - comprendre la crise

"Quant au problème de fond, je persiste et signe. À savoir que cette reprise de parole est surtout l’expression d’une colère montante contre la dilapidation du bien commun au nom d’une vision essentiellement néolibérale et affairiste." - Josée Legault, Et maintenant, on va où ? 31 mai 2012


La société contre l’Etat

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 860$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités