«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Les avantages escomptés par les États-Unis n’étaient pas au rendez-vous

Trump annule la décision de l’administration Obama de normaliser les relations avec Cuba

vendredi 16 juin

Donald Trump a annulé la décision de l’administration Obama de normaliser les relations avec Cuba prise en 2014, après 50 ans de rupture des relations diplomatiques avec ce pays.

Le Président américain, Donald Trump, a annoncé vendredi l’annulation avec effet immédiat de l’accord conclu par l’administration Obama avec Cuba en décembre 2014.

« J’annule complètement l’entente unilatérale conclue par l’administration précédente avec Cuba. Cet accord odieux provoque des violences et l’instabilité dans la région alors que l’administration Obama n’a rien obtenu en échange », a indiqué Donald Trump.

Le Président a assuré que les États-Unis ne lèveraient pas les sanctions contre Cuba avant que les autorités de l’île ne libèrent les détenus politiques, ne légalisent les partis politiques et n’organisent des élections libres en présence d’observateurs internationaux.
M.Trump a en outre qualifié d’erronée la politique de Barack Obama visant à améliorer les rapports avec Cuba avant d’ajouter que le rapprochement entre les deux pays dépendait du gouvernement cubain.

« L’amélioration ultérieure des relations entre les Etats-Unis et Cuba dépend entièrement du désir du gouvernement cubain d’améliorer la vie du peuple cubain, y compris en garantissant la suprématie de la loi, le respect des droits de l’homme et la promotion des libertés politiques et économiques », lit-on dans une déclaration de la Maison-Blanche.

Donald Trump a appelé Cuba a élaborer un nouvel accord bilatéral répondant aux intérêts des peuples des deux pays.

Les Etats-Unis et Cuba ont rétabli leurs relations diplomatiques en décembre 2014 après plus de 50 ans de rupture. Le 20 juillet 2015, les ambassades des deux pays ont rouvert à La Havane et à Washington. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry est devenu à la mi-août le premier chef de la diplomatie américaine à poser le pied sur le sol cubain depuis 1945.

Le 18 septembre 2016, Washington a annoncé sa décision d’alléger les conditions de voyage à Cuba et le régime commercial entre les deux pays. Les nouvelles dispositions permettaient aux sociétés américaines de proposer leurs services dans le domaine des télécommunications à Cuba, d’ouvrir des comptes dans les banques cubaines et de faire des affaires avec l’île.


Suggérer cet article par courriel
Géopolitique - Les États-Unis d’Amérique
L’agonie d’une grande puissance

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 860$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités