«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La vieille recette du fédéral ; diviser pour régner

Transferts en santé : le front commun des provinces vole en éclats

jeudi 22 décembre 2016

Le front commun provincial a officiellement volé en éclats ce midi alors que le Nouveau-Brunswick a annoncé qu’il s’était entendu avec Ottawa sur les transferts en santé.

 

L’entente bilatérale stipule que le transfert fédéral en santé versé à la province maritime augmentera annuellement de 3 %, ou plus si le taux de croissance du PIB est plus élevé. Il s’agit de la proposition initiale d’Ottawa. Le gouvernement fédéral avait modifié sa proposition aux provinces en cours de négociation lundi pour plutôt offrir un taux de croissance de 3,5 % fixe. Certains analystes, en se basant sur les prévisions de croissance de l’économie, avaient conclu que cette seconde offre s’avérerait peut-être moins généreuse à long terme.

 

Les négociations entre Ottawa et les 13 provinces et territoires s’étaient soldées par un échec lundi et Ottawa avait retiré son offre. Mais on savait qu’en coulisses, le Nouveau-Brunswick négociait une entente bilatérale. Des rumeurs veulent que jusqu’à six autres provinces et territoires fassent de même, mais aucune n’a été identifiée jusqu’à présent. Le Devoir a contacté toutes les provinces et seules celles qui refusent les négociations bilatérales ont répondu à nos questions (Ontario, Québec, Colombie-Britannique et Alberta).

 

Par ailleurs, le Nouveau-Brunswick aura sa part des 11,5 milliards de dollars sur 10 ans offerts par Ottawa afin de financer les soins à domicile et en santé mentale, soit 230 millions de dollars. Le premier ministre Brian Gallant calcule que lorsque toutes ces sommes sont prises en compte, cela se traduit de facto par une croissance annuelle du transfert fédéral de 4,1 %. Les provinces réclamaient le maintien du taux de croissance de 6 % en place depuis 2004.

 

Le Nouveau-Brunswick a obtenu d’Ottawa une clause que si jamais une autre province obtient dans ses négociations bilatérales une meilleure entente, il pourra l’obtenir aussi.

 

Le ministre Barrette vertement critiqué

 

M. Gallant s’en est par ailleurs pris vertement au ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette, qui avait la veille accordé des entrevues à des médias du Nouveau-Brunswick pour enjoindre le gouvernement provincial à ne pas céder et à respecter le front commun.

 

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
Canada - Chronique d’une dislocation annoncée
Ça craque de partout !

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
7 645$  13%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 26/04 Diane Gagnon: 50$
  • 23/04 René Ricard : 50$
  • 23/04 Jacques Coulombe Ltée : 20$
  • 22/04 François Dubois : 20$
  • 20/04 André Daoust : 40$
  • 19/04 Jacques Tremblay : 50$
  • 19/04 Simon Garneau: 25$
  • 19/04 Simon Bergeron: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités