«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

SAQ : le coût de l’identité nationale !

Tribune libre de Vigile
mercredi 8 mars
482 visites 4 messages

Non mais, que s’est-il passé dans la tête d’Anne-Sophie Hamel-Longtin, directrice des affaires publiques de la SAQ, pour qu’elle ordonne de retirer les drapeaux du Québec flottant à l’extérieur des succursales de la SAQ ? Devant les quelques dizaines de dollars par an que coûte le remplacement d’un drapeau, elle a réfléchi uniquement en comptable. A-t-elle pensé ne serait-ce qu’une seconde à la dimension identitaire d’un tel geste ?

J’ose une hypothèse : chez madame Hamel-Longtin, le sentiment national est mort. Elle voit le drapeau du Québec comme un bout de tissu bleu fleuri. Comme un fichu, genre. Pour elle, le lien entre le symbole et le peuple qu’il représente est rompu. Une telle indifférence, une telle insensibilité a un nom : l’aliénation. Il faut être en effet parfaitement aliénée, c’est-à-dire étrangère à ses propres signes, pour réfléchir et agir ainsi.

Interrogeons-nous collectivement sur les conditions objectives, la place effective que nous laissons aux symboles québécois. L’ère les bafoue, la mode du temps les nie, l’État québécois les néglige, semant partout un désamour envers le Québec. Le geste de Madame Hamel-Longtin n’incarne peut-être pas tant le mal lui-même que son symptôme, celui d’un Québec annihilé, d’une identité nationale qui a de plus en plus peur de s’affirmer.

Cela dans un contexte où le parti au pouvoir à Québec depuis des décennies oublie souvent de souligner le jour du drapeau du Québec, chaque 21 janvier. Ce parti libéral qui coupe chaque année dans le budget de la Fête nationale du Québec. Ce parti qui refuse de financer la Journée nationale des Patriotes. Ce parti dont le logo comporte paradoxalement une fleur de lys, comme une poudre aux yeux.

Madame Hamel-Longtin n’est en fin de compte qu’en phase avec l’air du temps. Heureusement que la grogne populaire l’a fait revenir sur cette absurde décision.

Commentaires

  • Jean Brilland, 9 mars 21h24

    ...J’oubliais....le recul de la SAQ sur leur décision de faire disparaître le drapeau du Québec en devanture des succursales en dit très long sur l’intention véritable des patrons : PRIVATISER LA SAQ...comme nos hôpitaux, Loto-Québec, Hydro-Québec, etc.

    On aseptise (faire disparaitre toute trace d’identité), on fragmente (pour briser la cohésion (restante) de l’appareil d’état (ou du peuple), puis au final, on dilapide (pour justifier l’inefficacité de la Société d’état)...

  • Jean Brilland, 9 mars 21h18

    " L’intégration, la vraie, c’est penser et faire unité sous le fleur de lys. De Lisée ?

    "

    Christian Lauzon

    Pas mal comme formule, Lys...Lisée, Lysée, Fleur de Lysée...

    Je viens de perdre le texte sur lequel je travaillais depuis 60 minutes ($#$%#@# !)..., j’irai donc au plus pressant (navré pour le côté brouillon, les enfants réclament leur histoire de dodo)...

    L’intégration, faute d’un meilleur terme (utilisé par les anglais pour cacher leur intention de faire disparaître les ’indiens", puis les can. francais), passe par l’unité. Cette unité doit passer par l’identification et la promotion des communs dénominateurs entre les immigrants et les Québécois plantés au Québec depuis plus longtemps.

    Pour le reste, je vous invite à ne pas trop perdre de temps à décrire la couleur des jupons des Couillards de ce monde. Pour l’heure, il est rouge vif, au couleur de la mondialisation, dans quelques mois, voire années, il passera au brun. Les citoyens auront repris le pouvoir et leur peur se révélera plus clairement.

    Pour ce qui a trait au chemin à prendre, Nelson Mandela nous apprend ceci de précieux : " : Le courage, n’est pas l’absence de peur, mais bien la capacité de la vaincre" et "Seul, notre amour pour nos geôliers leur permettra de briser leur propre prison" https://www.theguardian.com/world/2013/dec/07/nelson-mandela-freedom-fighter-john-carlin

    À l’instar de l’Afrique du Sud, nous sommes aujourd’hui plus près d’une assemblée citoyenne qui coordonne la réalisation d’une Commission de réconciliation avec ceux qui croient ou croyaient que le Québec est à gérer comme s’il n’y en avait pas assez pour tout le monde. Cette peur du manque est à libérer chez nos monarques...(oui, oui, ceux qui volent, mais ailleurs que dans le ciel :)...

    A suivre...

  • François A. Lachapelle, 9 mars 11h24

    Cette histoire du retrait avorté du drapeau du Québec du devant des succursales de la SAQ a un bon côté : attirer l’attention des Québécois sur la valeur d’un de leurs symboles nationaux auquel les Québécois tiennent dont je suis.

    J’ai écrit au président de la SAQ, Alain Brunet ( 905, rue De Lorimier
    Montréal QC H2K 3V9 ) .
    « . Votre décision du retrait du drapeau du Québec de la devanture des succursales de la SAQ : n’oubliez pas que les bureaux de poste affichent fièrement l’unifolié. Dans un article du Journal de Québec, on apprend que le coût d’entretien des drapeaux du Québec pouvait représenter un coût annuel de 20 000$ en sus de l’achat desdits drapeaux. Sur des coûts d’opération de plus de 500 M$, ce 20 K$ représente une économie de 0,004% (2014) sans compter qu’il crée du chômage.

    Vous constatez à l’évidence que cette décision est une connerie qui mérite une réparation publique. Que pouvez-vous annoncer aux Québécois dans ce sens ? »

    C’est le temps pour la SAQ de bonifier la qualité de ses services auprès de sa clientèle et d’en faire profiter les producteurs québécois par une meilleure visibilité des produits " fabriqués au Québec ". Bonne continuation.

  • Chrystian Lauzon, 8 mars 15h52

    M. Vallée,

    Seriez-vous un identitaire ? Cet animal en voie d’extinction politique au Québec.

    Nommez-moi un seul parti élu que l’identitaire intéresse ? Aucun ! Diversité, oui=multiculturalisme clientéliste déguisé. L’intégration, la vraie, c’est penser et faire unité sous le fleur de lys. De Lisée ?. Faire diversité, faire diversion, division, c’est la même pensée fédéralisante camouflée. Ce n’est pas le peuple, c’est le politique, les politiques, la classe déclassée et sans classe mur à mur, qui entretient complicitement le flottement en concepts d’ambivalence, pire, d’accointances fédérastes.

    Prendre 1.5$ milliards dans les poches des contribuables, le Trésor de l’État, et le donner aux fédéralistes actionnaires sans cœur et desmaraisques de Bombardier, une multinationale ultranéolibéraliste délocalisante (7 000 emplois perdus au Québec !), ça mérite PAS d’être appuyé, et mur à mur, par la classe politique… tous et toutes des libéraux sur ce dossier, rien de l’identitaire au peuple pour le peuple. Vous comprenez ? Le camp globaliste vs les souverainetés nationales, c’est ça la guerre accrue d’inconscience, de transgressions administratives, législations gouvernementales contorsionnées ou tordues, vers des illégalités autorisées grandissantes en villes poubelles-refuges pour migrants illégaux. Pour qui votez-vous, M. Vallée ? Vous saurez pourquoi vous devez défendre vous-même Notre drapeau ici.

    Quel parti, dit officiel, n’est pas aliéné jusqu’à l’os et bécosse ?

    Fête « nationale » du Québec, dites-vous ? Mais que peut-elle avoir de nationale ? que lui reste-t-il de nationale ? Vous n’avez pas lu mes textes sur Nos « déFêtes » nationales, semble-t-il : j’ai produit ça y-a déjà un bout et ça reste à jour plus que jamais.* Et Pierre Cloutier en a rajouté une couche en commentaire, émanant de la profondeur de son expérience d’indépendantiste vrai de longue date.

    Dernièrement encore, la SSJB s’est fait rabrouer par La Presse, dire comment agir et penser, et l’organisme supposé "identitaire" s’est soumis plus que le patron dictateur en demandait, non seulement en excuses pour le présent de l’événement concerné, mais en promesse d’obéissance stricte pour le futur, s’autoflagellant en correction à genoux devant les Desmarais, le pouvoir réel national de la médiacrassie en place.

    Même que des bargaineux power syndicaleux à la Réjean Parent, ont pris le relais, sortis en mission commandée probablement par Lisée et son ami Pierre Fortin (M. Déficit-Zorro, pro-Caisse d’assurance chômage des travailleurs rapatriée du fédéral en vue de la conserver exclusivement entre les mains des cadres syndicaleux).

    Y’a qu’à lire les lignes, même pas entre, c’est sans gêne avoué, je cite Réjean Parent : « Toutefois, ce militant péquiste (Alexandre Cormier-Denis) demeure associé au parti et favorise les amalgames entre un nationalisme étroit et le PQ. M. Lisée devrait prendre tous les moyens pour éviter que l’action radicale de certains de ses militants puisse porter ombrage au nationalisme d’ouverture qu’il prône.  » Source : http://www.journaldemontreal.com/2017/03/05/nationalisme-radical

    Remarquez-le bien, M. Vallée : nationalisme étroit = représentant la grogne du peuple vs nationalisme d’ouverture = manipulation politique à cadres syndicaux associés en fait. Toute une différence ! Séparer, couper le peuple de toute représentation politique réelle apparaît le moyen chronique du fédéralisme appliqué par ses larbins jouant les faux nationalistes. Tout comme les cadres syndicaleux se tiennent séparés et en contrôle de leur base militante et travailleurs réels.

    La p’tite madame que vous visez personnellement, n’est qu’une p’tite madame « d’exécution »… fédéralisée et anti-Trump pas moins que le PQ-Lisée. C’est la tendance planétaire George Soros-Killary clintonnienne de globalisme économique : LA religion sous 1 seul drapeau, celui de l’UE.

    Tiens, vous parlez aussi de la Journée des Patriotes : à la dernière cuvée, vous avez vu PKP-PQ ce jour-là dans la rachitique manif de Montréal (fête ridiculisée par son propre Journal de Montréal, pas La Presse) ou ailleurs au Québec ? Soyez honnête… reconnaissez-le : rien ne s’est passé auprès du peuple ou pour rallier massivement le peuple Québécois-Français ce jour-là, de la part d’aucun parti politique. Aucun ! RIEN !

    Le pilote politique que vous cherchez de l’identitaire, il n’a plus ni avion, ni même un radeau, juste un drapeau blanc, terrifié, intimidé par multi-inter-cul-tueries-lisme galopant (symboles compris !), à OUVERTURE-poubelle-refuge absolue d’un national-fédéralisme à immigration massive applaudie par tous les partis politiques, anti-Trump comme anti-Marine Le Pen.

    Et les chefs syndicaleux participent gaiement au Grand remplacement ouvrier migratoire à renivellement salariale vers le bas. Combien cela profitera à ces cadres syndicaleux, dites-moi ? Cadres de corporocrassie qui sont toujours les mêmes mafieux dirigeants, nous confirme le courageux représentant de la grogne du peuple Ken Pereira.

    C’est à ce niveau de bas fond$ politique qu’il est rendu Notre identitaire. Vous ne voyez pas ?

    En conclusion, je vous reprends : quel parti représente cette grogne populaire… identitairement ? C’est la même populaire grogne qui a agi seule, isolée, abandonnée politiquement à ses propres moyens de pétition rudimentaire, concernant le crucifix.

    Cibler l’option et l’Idée libérale anglo-canadian globaliste de dégoûvernance, c’est pour le moins utopique de lui exiger un comportement inversé de votre part. Je n’utiliserai pas votre mot-clé en vous le retournant sur cette naïveté, mais l’orientation des libéraux se respecte, elle, fidèle à elle-même et ses intérêts qu’idéologico-monétaires de corruption. Moraliser en regardant chez l’Ennemi pour y rêvez un changement, n’est-ce pas avoir baissé les bras et refuser d’appeler dans son propre camp politique une grogne de synchronisation au peuple, par souci d’"identité", justement, hautement criante de défaillance à soigner ?

    N’est-il pas temps qu’On Se réveille dans une grogne de représentation politique s’associant à celles du peuple pour la faire de facto cette réelle union de forces souverainistes ? Cette ré-R.I.N.ification comme je l’appelle, non pas retour en arrière nostalgique, mais de pleine conscience de bilan que dès la case départ la Cause a été récupérée par une classe politique dirigée par et dans l’Ombre oligarchique, obscurantistement du lieu des establishments divers, de diversité-divisions conflictuelles voulues et fomentées.

    À l’inertisation de la nationalisation dans ses forces vives, correspond à présent le génocide assimilatif terminal : Notre Final Exit anglo-canadianisant collectif.

    Je me demande bien ce qu’il restera à faire, plutôt qu’à grogner, non pas fêter sa décadence, le 24 juin prochain, pour les vrais indépendantistes à union Française des communautés, pas à diversification culturelle babellesque de ghettoïsation cacophonique. Pas vous ?

    Je ne fais que Causer, évidemment, là !

    * http://vigile.quebec/La-deFete-nationale: Par-delà le « politiquelitcorrect » La déFête nationale Appui à Jacques Noël pour son article « Qui organise cette fête ? ». Commentaire du grand vétéran patriote de Notre Indépendance nationale, Pierre Cloutier, daté du 23 juin 2012 16h56 :

    "C’est tout à fait cela. Bien écrit en plus.
    Même sous le PQ, on a tout fait pour "dépolitiser" la prétendue Fête Nationale, neutraliser son caractère revendicatif pour l’aseptiser et la rendre insignifiante, incolore, inodore et sans saveur.
    D’où vient et qui contrôle le budget et la programmation de cette insignifiance institutionnalisée annuelle ?
    J’espère que cette année au moins, le bruit des casseroles va mettre un peu d’atmosphère et de piquant dans ce rassemblement de moutons et que la mère Marois va rester chez elle. Au moins, cela va être cela de pris.
    Pierre Cloutier
     »

    Aussi : http://vigile.quebec/Gildor-Le-Roy-dit-Assumer-sic ; http://vigile.quebec/Mise-a-jour-fouille-a-nue-et

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités