«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

(Même La Presse accuse Couillard de souffler sur les braises de l’intolérance)

Reculez, M. Couillard !

samedi 9 septembre

S’il ne veut pas lui-même attiser les braises de l’intolérance, Philippe Couillard doit renoncer à la tenue de la consultation sur la discrimination systémique et le racisme.

Déjà, il semblait évident que nous n’avions pas la sérénité nécessaire pour aborder collectivement un enjeu aussi explosif, les risques de dérapage étant devenus plus grands que les gains attendus.

Déjà, les politiciens avaient prouvé qu’ils manquaient eux-mêmes de sérénité et de respect pour attaquer des questions aussi délicates, le chef péquiste hurlant au « procès en discrimination systémique » des Québécois, le premier ministre l’accusant de « négationnisme »...

Il faut maintenant ajouter à cette liste la descente aux enfers de la Commission des droits de la personne, un organisme paralysé par le climat de terreur qui y régnerait... au moment précis où il est censé mettre sur pied la consultation itinérante sur le racisme.

La panne de sérénité est généralisée. Philippe Couillard n’a d’autre choix que de reculer.

La Presse révélait en effet ces derniers jours que la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse est plongée dans une « grave crise interne » en raison des plaintes qui s’accumulent contre sa présidente, Tamara Thermitus.

De manière tristement ironique, celle qui a pour mandat de défendre les droits et libertés est visée par de multiples allégations d’abus d’autorité, de mauvaise gestion et de manque de respect envers son personnel. L’organisation se vide ainsi de ses employés les plus qualifiés. Et le comble pour une organisation publique : la principale intéressée refuse de répondre publiquement aux allégations aussi nombreuses qu’accablantes qui la concernent.

Pourtant, le gouvernement Couillard ne dit rien. Pire, il pousse la présidente de la Commission à s’aventurer dans un champ de mines alors qu’elle est seule et que son attention est attirée ailleurs.

Il est évident que l’autorité morale de Mme Thermitus est affectée, et par le fait même, celle de son organisation. La présidence incarne en effet la Commission, elle est sa voix publique, elle incarne son autorité morale.

On peut être en désaccord avec cet organisme sur un sujet ou sur un autre, mais on l’écoute, on prête attention à ce qu’il dit, on lui accorde de la crédibilité parce qu’il possède justement une autorité morale. Pensons aux positions controversées sur la Charte des valeurs prises par l’ancien président Jacques Frémont.

Or imaginons maintenant Tamara Thermitus essayer de convaincre la population de la présence d’un certain racisme au Québec... et les réactions qui fuseraient. Imaginons-la dénoncer la discrimination systémique qui existe dans le monde du travail... tout en étant accusée de harcèlement au travail. Imaginons-la tenter d’« engager l’ensemble des acteurs de la société » dans la lutte contre le racisme... alors qu’elle est incapable d’engager sa propre équipe.

> Lire la suite de l’article sur La Presse


Suggérer cet article par courriel
Gouvernement Couillard

Le commencement de la fin

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités