«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Le cancer et ses métastases

Rapport du BIG : le remorquage contrôlé par le crime organisé à Montréal

mercredi 26 avril

Le remorquage des véhicules accidentés est contrôlé par le crime organisé sur la quasi-totalité du territoire montréalais dénonce le Bureau de l’inspecteur général de la métropole dans un rapport coup de poing déposé cet après-midi devant le conseil municipal.

Au cours des derniers mois, les enquêteurs du BIG ont rencontré plus d’une centaine de propriétaires et d’employés de compagnies de remorquage, y compris des membres du crime organisé, et des employés de la Ville de Montréal.

Leurs témoignages lèvent le voile sur un grave problème qui s’est considérablement accentué depuis environ un an et demi, alors que la ville a cessé de d’octroyer des contrats d’exclusivité pour le remorquage des véhicules accidentés qui obstruent la circulation dans les 19 arrondissements.

Selon le BIG, l’implantation du crime organisé dans l’industrie fait en sorte que les frais de remorquage peuvent être de quatre à huit fois plus élevés. Le document cite un exemple où un citoyen a dû débourser 488 $ pour un remorquage sur une distance de 4,7 km alors que le coût aurait dû s’établir à 105 $ plus taxe avec un contrat d’exclusivité.

Mais les enquêteurs déplorent d’autres effets :

« Les remorqueuses qui sont sur la route en attente d’une voiture à remorquer sont dans un scénario idéal pour se prêter à des activités parallèles. Des témoins ont signalé que des chauffeurs de remorqueuses oeuvrant pour le crime organisé seraient impliqués dans le trafic de stupéfiants, le vol de voitures, le proxénétisme, le blanchiment d’argent et le prêt usuraire », écrivent les enquêteurs dans le rapport de 50 pages.

Des royaumes

Selon le document, même s’il n’y a plus systématiquement de contrats d’exclusivité, 18 des 19 arrondissements de la ville sont devenus de « petits royaumes, où les entrepreneurs sont souverains, et détiennent une forte mainmise ».

D’après le BIG, ces entrepreneurs sont tous soit des membres du crime organisé, ont des liens familiaux ou amicaux avec des membres du crime organisé ou doivent verser des redevances à des motards, des mafiosi ou des membres de gangs de rue.

« La preuve recueillie démontre clairement que le crime organisé prend le contrôle de secteurs de remorquage et va même jusqu’à coordonner la répartition des entrepreneurs et le partage des secteurs. L’inspecteur général observe que ces situations ont pour effet de vider le domaine de nombreux entrepreneurs qui, par peur, n’osent plus procéder au remorquage de véhicules accidentés dans les zones contrôlées et même, parfois, sur le territoire de la Ville de Montréal. La concurrence s’en trouve ainsi considérablement réduite. L’inspecteur général conclut que l’industrie est aujourd’hui gangrénée et que de graves enjeux de sécurité publique en découlent », écrivent les auteurs du rapport.

Le far west

Le BIG ajoute que la présence du crime organisé dans l’industrie du remorquage des véhicules accidentés à Montréal est un « véritable secret de polichinelle » et créé une situation qualifiée par des témoins de « wild wild west ».

« L’enquête démontre que des entrepreneurs membres d’organisations criminelles ou proches de membres influents du crime organisé n’hésitent pas à montrer leurs couleurs dans le milieu. Ils se présentent en arborant les écussons et logos que ne peuvent afficher que les membres en règle d’une organisation criminelle. Par ces actes, ces individus exercent une pression indirecte mais non moins claire sur leurs compétiteurs pour marquer leur territoire », ajoutent-ils.

Des entreprises liées au crime organisé n’hésitent pas à empiéter sur le territoire de compagnies légitimes, ou à faire pression sur ces dernières pour s’emparer de leur secteur ou carrément les acheter.

À d’autres, ils exigent une redevance de 500 à 700 $ par semaine, ou de 75 à 150 $ par véhicule remorqué, pour que ces entreprises soient ainsi « soutenues » et protégées par le crime organisé, et évitent les représailles.

« Le refus de payer une cut à l’organisation criminelle qui contrôle un secteur entraîne de graves conséquences pour le propriétaire d’une compagnie de remorquage. Un entrepreneur précise qu’au fil des années, il a reçu la visite de motards, subi de l’intimidation, été la cible de menaces et de voies de fait et qu’il a ainsi dû se résigner à quitter Montréal tellement le climat était dangereux », peut-on lire dans le rapport.

Les auteurs donnent des exemples au cours desquels les propriétaires ou employés de compagnies légitimes rébarbatifs ont été tabassés.

Un autre a été victime d’un traquenard dans une ruelle la nuit, à la suite d’un faux appel. Certains ont vu leurs véhicules être incendiés, ou ont été victimes de voies de fait et de menaces, même envers des membres de leur famille.

Une tactique d’intimidation consiste notamment en l’encerclement d’une remorqueuse par trois ou cinq autres véhicules d’une compagnie liée au crime organisé sur les lieux d’une collision. Les enquêteurs écrivent même avoir appris que certains chauffeurs de compagnie possédaient des armes à feu à bord de leur véhicule.

Des recommandations

Pour mettre fin à cette situation, le BIG recommande notamment que des contrats soient octroyés sur toute l’ile de Montréal pour le remorquage des véhicules accidentés par une procédure d’appel d’offres publics, en imposant une tarification uniforme aux soumissionnaires.

« L’octroi de contrats d’exclusivité sur l’ensemble du territoire serait un moyen de lutter contre les ententes de partage entre les entrepreneurs et contre la présence du crime organisé dans l’industrie. Cela permettrait ainsi aux entrepreneurs en remorquage qui n’entretiennent pas de liens avec le crime organisé de retrouver accès au marché puisque la majorité d’entre eux ont été « tassés » lors des dernières années », peut on lire dans le rapport.

Le BIG suggère également que les enquêtes de sécurité des compagnies et de leurs administrateurs soient systématiquement effectuées et continues, et soient confiées notamment au SPVM. Il convie également les responsables de la ville à se réunir pour adopter des mesures visant à assainir les pratiques et à enrayer la présence du crime organisé dans l’industrie du remorquage.

Le BIG a également alerté l’Unité permanente anti-corruption (UPAC), la Sûreté du Québec, la police de Montréal et Revenu Québec des résultats de son enquête.

Réaction du maire et de l’opposition

« Ça m’écoeure. C’est grave. C’est inacceptable », a réagi le maire Denis Coderre, après avoir pris connaissance du rapport du BIG. L’élu s’est à tout le moins dit satisfait du travail de l’inspecteur général pour avoir à nouveau sonné l’alarme. « Tous ceux qui vont s’essayer vont payer le prix. »

Prenant acte des recommandations du rapport, le maire dit attendre que Québec autorise Montréal à uniformiser les règlements sur le remorquage des 19 arrondissements pour contrer les remorqueurs problématiques. Denis Coderre s’attend à ce que les policiers du SPVM, qui ont pris en main en 2016 la gestion des remorqueurs, fassent le ménage dans ce milieu.

Projet Montréal s’est montré très critique du travail effectué par le Bureau du taxi, autrefois responsable du remorquage. « Est-ce que le Bureau du taxi était trop occupé à rédiger les règles sur la couleur des chemises des chauffeurs ? » a lancé le conseiller d’opposition Alex Norris.

> Lire la suite de l’article sur La Presse


Suggérer cet article par courriel
Corruption généralisée
L’effondrement moral

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 725$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/08 François-Luc Valiquette: 5$
  • 16/08 Gilles Harvey: 5$
  • 15/08 André Thibault: 5$
  • 15/08 Robert Lecompte: 5$
  • 15/08 Jean-Pierre Lavoie: 100$
  • 9/08 André Lafrenaie: 20$
  • 9/08 Anonyme: 50$
  • 9/08 Gilles Grondin: 200$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités