«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Présidentielles françaises

Qui veut d’Emmanuel Macron ?

Le cousin politique de Justin Trudeau

Chronique de Loup Viallet
jeudi 16 mars
551 visites 2 messages

François Fillon, le candidat toujours en lice (mis en examen le 14 mars pour détournement de fonds publics) des Républicains le qualifie de « Hollande en plus jeune », mais pour beaucoup, Emmanuel Macron c’est un peu le cousin français de Justin Trudeau.

Comptable, héritier, porteur du quinquennat de François Hollande ? Sans avoir été élu de sa vie, Macron l’est assurément, pour avoir été successivement le conseiller éco du candidat socialiste puis l’adjoint au secrétaire général de l’Elysée, avant de se faire nommer en 2014 ministre de l’Economie dans le gouvernement de Manuel Valls. Une fonction que l’ancien banquier d’affaires chez Rothschild aura assumé avec brutalité et ferveur avant de fausser compagnie tout aussi bruyamment pour lancer « En Marche », son propre mouvement, dans la course à la présidentielle. Macron, cet enfant gâté de la politique française est aussi un chouchou des médias, ça vous rappelle quelqu’un de l’autre côté de l’Atlantique ?

On retiendra de son action une loi dont l’adoption s’est faite aux forceps dans un climat tendu où pendant plusieurs mois la France a été traversée de manifestations et de protestations. Partout en France on a vu des familles, travailleurs, partis, syndicats qui refusaient le démantèlement du droit du travail, la fermeture des services publics, le renchérissement du train et la relégation des classes moyennes et populaires dans les cars. Soit l’affaiblissement de l’Etat par une intégration plus avant dans le fédéralisme européen et la dilution du modèle social et économique français dans un néolibéralisme promu par la Commission européenne et les multinationales. C’est là le seul progressisme qu’il incarne.

Faux socialiste, Macron est libéral, fédéraliste, 100% postnational. A Lyon il a déclaré qu’ « il n’y avait pas de culture française » car les cultures sont « plurielles ». En visite à Londres, ce Rastignac de la mondialisation a surenchéri : « L’art français, je ne l’ai jamais vu ». Même parler français lui semble d’un autre âge : son discours de Berlin pour évoquer l’avenir de l’Europe, il l’a prononcé … en anglais ! Regrettant au passage que la France n’ait pas accueilli autant de réfugiés (1million) que la chancelière Merkel en Allemagne. L’histoire de France ? Macron la convoque seulement pour la rendre détestable : « la colonisation a été un crime de l’Humanité » a-t-il affirmé sur la première chaîne de télévision publique algérienne à un présentateur un peu ébahi.

Le Canada n’a pas d’identité propre » disait Justin Trudeau à un journaliste du New York Times à peu près au même moment, niant au passage quatre siècles d’histoire du Canada français et les origines du dominion britannique. Il y a chez Emmanuel comme chez Justin ce même enthousiasme pour le génie de la mondialisation, un extrémisme et une méfiance analogue vis-à-vis des Etats-nations.

Imagineriez-vous Emmanuel Macron président, reconnaître la souveraineté du Québec ? Ou à défaut, se comporter en allié des francophones en Amérique du Nord ? Ni le cœur ni la raison ne le porteront à endommager sa marche commune avec Justin Trudeau dans le partenariat transatlantique (AECG ou CETA). Au contraire, cette nouvelle zone de libre échange Canada-UE ne tarderait pas à rentrer en antagonisme et à s’isoler du monde, quand Inde, Russie, Chine, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Japon (…) appliquent des mesures économiques protectionnistes et la priorité nationale, promeuvent le patriotisme et sont attachés à la stabilité d’un monde multipolaire.

Le multiculturalisme comme idéal de vie commune, les grands ensembles postnationaux pour cadre de la vie démocratique et économique, la fin des Etats nations ; les deux cousins politiques croient encore vivre dans les années 1980. Pourtant, partout nous assistons aux réveils des peuples qui souhaitent assumer pleinement le caractère national de l’organisation de la Cité. Alors que nous célèbrerons le cinquantième anniversaire du passage de de Gaulle au Québec en juillet prochain, il est temps plus que jamais d’affirmer le rétablissement des relations France-Québec dans cet esprit de liberté qui animait le Général.

Commentaires

  • Michel Corbeil, 19 mars 23h25

    Vous avez raison la loi sur le travail en France en 2016 était mal faite.

    C’est la loi El Khomri et non la loi Macron !!!

    Elle n’était pas équilibrée et laisse dans le flou les travailleurs en France qui ont moins de 10% syndiqués en France comparativement à plus de 35% au Québec.

    En France les conventions collectives sont par branche et non pas par entreprise comme au Québec.

    Ce qui implique qu’un employé d’une entreprise de 5 salariés en France a la même convention collective qu’une entreprise de 1000 salariés négociées par les syndicats au niveau national élu par un vote national par branche par tous les salariés de la branche.

    Cela existe depuis 1958 De Gaulle ayant promulgué certains syndicats irréfragables.

    Certains contestataires appelaient cela l’alliance gaulliste-communiste qui a permis à la droite française catholique de garder le pouvoir pendant 23 ans... jusqu’à l’élection de l’union de la gauche avec Mitterand en 1981.

    Un peu comme au Québec avec l’alliance des soeurs David.

    Par ailleurs,

    vous avez raison la comparaison Macron - Trudeau à première vue est idéale.

    Un jeune premier qui parait bien sans aucune expérience électorale contrairement à Trudeau qui a été testé pendant plusieurs années par ses financiers..

    Reste le problème de la culture française.

    Il a déclaré qu’il ne voulait pas d’une France rabougrie sur elle-même et aussi d’un multiculturalisme béât à la Trudeau ...

    Mais d’une France fière de sa langue française, dont sa culture s’est enrichie des Picasso, Alexandre Dumas et tant d’autres y compris Aimé Césaire...

    Ce point reste à voir mais vous vous feriez quoi le 23 avril prochain ????

    Macron a démissionné du gouvernement en août 2016 a créé un parti politique et depuis il est à égalité avec l’extrême droite du Front National.

    Vous !
    vous choisiriez quoi ???

  • pierre-yves dubreuil, 16 mars 17h11

    ’’il n’y a pas de culture française’’

    Tient, tient......le ’’Rapport’’ de Lord Macron ?

    Ou bien Il voulait peut-être dire qu’il y a des cultures françaises...?

    De toute façon c’est jamais clair avec ces nouvel-ordre-mondialistes.....

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 540$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/09 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités