«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Plus ça change, plus c’est la même chose

Questions en français, réponses en anglais à Ottawa

mardi 5 novembre 2013

(OTTAWA) La députée du NPD Nycole Turmel s’est emportée hier à la Chambre des communes contre une énième réponse fournie en anglais par le gouvernement à une question posée en français par l’opposition.

« Là, ça va faire ! », a lancé Mme Turmel après une réponse fournie par le secrétaire parlementaire du premier ministre Stephen Harper, Paul Calandra.

« À la Chambre, 75% de nos questions sont posées en français, mais la réponse est donnée en anglais. On sait que le secrétaire parlementaire est capable de parler français. Qu’il le fasse, ou qu’il trouve quelqu’un d’autre pour le faire », a tonné Mme Turmel.

M. Calandra, qui est devenu le porte-parole de son parti à la Chambre des communes sur le scandale du Sénat, a lui aussi haussé le ton. Il a répliqué d’un ton sec - et en anglais - qu’il apprenait le français, mais qu’il n’était pas encore assez à l’aise pour répondre à certaines questions politiques plus délicates.

« Je ne m’excuserai pas du fait que j’apprends le français ! », a affirmé le député conservateur.

Au cours d’un entretien avec La Presse après l’incident, Mme Turmel a expliqué que plusieurs autres députés conservateurs parlaient très bien français, et qu’ils pourraient prendre la parole à l’occasion.

C’est le cas notamment du député québécois Jacques Gourde, qui est aussi secrétaire parlementaire du premier ministre, mais qui prend très rarement la parole durant la période de questions. Plusieurs députés ont pris la balle au bond, dont les collègues conservateurs de Paul Calandra, qui ont scandé : « En français ! » à un député du NPD qui posait une question en anglais.

Stéphane Dion réplique

Le député libéral Stéphane Dion s’est lui aussi mis de la partie vers la fin de la période de questions : « Je peux rassurer notre collègue : il [le gouvernement] est constant dans ses réponses ; en effet, elles sont aussi pathétiques en français qu’en anglais ! »


Suggérer cet article par courriel
Canada/Québec - Chronique de l’Occupation
Le carcan fédéral

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
440$  1%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 12/01 Gilles Longtin: 50$
  • 11/01 Henri Marineau : 25$
  • 10/01 Majella D'Anjou: 100$
  • 9/01 Marc Huber: 40$
  • 9/01 Claude Viger: 40$
  • 9/01 Sylvain Bolduc: 10$
  • 9/01 Ludovic Marin: 10$
  • 9/01 Gilles Dionne: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités