«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Les joies du multiculturalisme !

Québécoises et mariées de force

vendredi 31 janvier 2014

Il y a deux ans, le verdict tombait. Mohammad Shafia, son épouse Tooba et leur fils Hamed étaient reconnus coupables du meurtre de quatre femmes de leur famille. Ce crime horrible a ouvert les yeux des Canadiens : la violence liée à l’honneur existait bel et bien, ici, dans leur pays. Deux ans plus tard, La Presse a voulu voir à quel point les choses avaient changé. Oui, la police, les services sociaux, les écoles sont plus vigilants. Mais encore aujourd’hui, des Québécoises sont menacées par leur famille, maltraitées, et parfois mariées de force au nom de l’honneur.

> La mariée qui pleurait

> Autopsie des mariages forcés

Deux DPJ réclament une loi sur les mariages forcés

Le gouvernement fédéral doit légiférer pour interdire formellement les mariages forcés au pays afin de transmettre un « message clair » aux communautés immigrantes, réclament les deux directrices de la protection de la jeunesse qui officient à Montréal.

« Il faut vraiment mettre en place une interdiction très forte concernant les mariages forcés », estime Madeleine Bérard, directrice de la protection de la jeunesse au centre Batshaw, en entrevue à La Presse.

« Il y a lieu d’y avoir un positionnement social beaucoup plus clair sur les mariages forcés au pays. On est rendus là », acquiesce Michèle Dionne, son homologue au centre jeunesse de Montréal, aussi lors d’un entretien avec La Presse.

Depuis l’affaire Shafia, il y a quatre ans, la DPJ a changé certaines de ses pratiques afin de mieux comprendre et contrer la violence liée à l’honneur dont sont victimes de jeunes femmes au Québec. Mais sur la question du mariage forcé, le message n’est pas assez limpide, croient les deux femmes.

« Il faut que le Canada se prononce clairement et fermement contre le mariage forcé. On pourrait adopter une législation qui édicterait des sanctions précises et des recours pour les jeunes », croit Madeleine Bérard.

« Oui, il y a des conventions internationales que le Canada a signées. Mais si on questionne les gens dans la rue et qu’on leur demande s’il est interdit au Canada de marier leur fille contre son gré, que répondent-ils ? Ils ne savent pas trop, dit Michèle Dionne. Une loi, ce serait la façon de protéger l’ensemble des femmes. Et pas seulement celles de moins de 18 ans. »

Parce qu’évidemment, l’action protectrice de la DPJ se limite aux jeunes filles mineures. Or, les mariages forcés peuvent survenir bien après. « On peut faire des interventions pour une ado de dix-sept ans et demi. Mais six mois plus tard, elle peut se retrouver à bord d’un avion. Et ça ne règle pas le problème de la petite soeur de 14 ans, note Mme Bérard. Il faut que ça soit clair pour les familles que si la jeune fille dit non, c’est non, quel que soit son âge. »

219 mariages
Le nombre de cas de mariages forcés recensés, entre 2010 et 2012, par la Clinique juridique pour les ressortissants de l’Asie du Sud-Est. Le groupe situé en Ontario a fait remplir un questionnaire par 70 organismes, refuges pour femmes battues, travailleurs sociaux, psychologues. « Ces chiffres ne nous ont pas surpris. C’est ce que nous voyions sur le terrain depuis des années. Et cette étude, c’est une photo très partielle de la situation. On est très loin de montrer l’ensemble du problème, on gratte seulement la surface. » - Deepa Mattoo, auteure de l’étude

Inspiration britannique

Les deux DPJ s’inspirent clairement d’une loi votée il y a cinq ans en Grande-Bretagne, où on a édicté une loi civile interdisant les mariages forcés. La loi permet d’émettre des ordonnances de protection, qui empêchent un mariage d’être conclu. Quelque 600 ordonnances ont été émises dans ce pays depuis 2009.

« Un des impacts intéressant d’une telle législation, c’est qu’il y a une conviction qui se développe chez les femmes : oui, il y a possibilité d’avoir de l’aide, si jamais ça m’arrive, explique Mme Dionne. Mais si elles n’ont pas cette assurance, elles doivent mesurer ce que sera le prix à payer. Et quand le prix à payer est trop important, elles peuvent choisir de garder le silence. »

Avec une telle loi, les frontières canadiennes pourraient aussi devenir moins poreuses pour les parents qui veulent marier leur fille de force. « On pourrait regarder comment restreindre la possibilité de quitter le pays pour une famille lorsqu’il y a eu une menace de mariage forcé. On pourrait mettre au point une mécanique pour fermer les frontières avec les autorités de l’immigration », fait valoir la DPJ du centre jeunesse de Montréal.

« Une législation sur le mariage forcé aiderait la DPJ, mais aussi les centres de santé, les écoles, les services frontaliers », fait valoir Madeleine Bérard.

Le modèle anglais n’est cependant pas exportable au Québec dans sa totalité sans une importante réflexion, croit Mme Dionne. Les Britanniques ont notamment choisi de ne pas informer les parents lorsque leur enfant fait l’objet d’un signalement pour de possibles violences liées à l’honneur. « C’est un positionnement complètement différent du nôtre, où le parent est systématiquement informé. Il faut s’y arrêter. Il faut y réfléchir. Est-ce par là qu’on veut aller comme société ? »

Les mariages forcés en chiffres

202 Victimes Victimes de mariage forcé étaient des femmes.

66% Des victimes avaient moins de 25 ans.

103 Victimes Étaient de confession musulmane, 44 de confession hindouiste, 30 de confession sikhe et 12 de confession chrétienne.

31% Des victimes étaient au Canada depuis moins d’un an, mais 38% des victimes avaient passé entre quatre et dix ans en sol canadien. Près de la moitié des victimes avait le statut de résident permanent au Canada.

41% Des victimes ont été amenées à l’étranger pour être mariées de force, mais 43 % d’entre elles ont été mariées en sol canadien.

50% Des victimes ont été mariées pour préserver l’honneur de la famille. Les autres motifs invoqués sont la tradition et la réputation de la famille.


Suggérer cet article par courriel
Multiculturalisme, Interculturalisme et autres pièges assimilateurs
Le « piège à cons » des fédéralistes et autres Lucides

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 920$  22%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 23/08 André Lepage: 5$
  • 23/08 Éric Haddad: 5$
  • 22/08 Pierre Cournoyer: 50$
  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités