«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Ces éléments qui nous rendent si merveilleusement uniques au monde

Québécois d’ici : quelles sont nos principales caractéristiques identitaires ?

La source de la fierté nationale : s’identifier à ici

Tribune libre de Vigile
samedi 29 juin 2013
5 263 visites 8 messages


Les Québécois savent intuitivement qu’ils forment une nation à nulle autre pareille. Mais qu’est-ce qui nous rend si uniques au monde ? La question se pose, car c’est en tentant d’y répondre que nous pourrons déterminer qui nous sommes fondamentalement et veiller à préserver ce qui constitue notre identité culturelle propre.

Une nation ne peut survivre à l’assimilation qu’en autant qu’elle évolue en devenant plus elle-même et en résistant vaillamment au morcellement, au fractionnement qui la dissoudra jusqu’à l’assimilation totale. Tout ce qui fait que nous augmentons notre ressemblance intrinsèque est bon, tout ce qui nous fait perdre des éléments constitutifs est nocif et doit être rejeté.

Le peuple québécois historique, celui qu’on cherche à affirmer, à sauvegarder par l’accès à l’indépendance (tout comme l’Écosse les Écossais, la Catalogne les Catalans), est un heureux amalgame de nombreux éléments qui ont traversé les générations et qui font qu’un peuple est d’abord et avant tout une continuité dans le temps, une transmission de valeurs d’une époque à l’autre.

Énumérons quelques-uns des éléments qui ont forgé notre personnalité collective québécoise :

- être de descendance européenne majoritairement française, mais aussi irlandaise, écossaise et anglaise (on pense bien sûr à ceux dont les familles sont devenus francophones au fil des ans. On connaît tous des Peter McLeod, des Julie Snyder et autres Winston McQuade dont les familles sont parfaitement intégrés depuis si longtemps qu’ils ne sont pas plus anglophones que vous et moi)

- de mentalité occidentale qui façonne notre mode de vie, nos mœurs et nos valeurs modernes

- de langue maternelle française

- de tradition catholique

- pouvant aller jusqu’à 12 générations établies ici (le Québec est l’un des rares endroits où il est possible de faire remonter notre généalogie aussi loin dans le temps et avec grande précision grâce à nos importantes archives religieuses bien conservées)

- vivant pleinement dans l’environnement de la culture québécoise (formant ce qu’on appelle l’identité culturelle), incluant l’appréciation du patrimoine

- s’identifiant d’abord et avant tout comme Québécois avant d’être Canadien, cela étant la source de notre attachement à la nation. Et même ceux qui se prétendent Canadiens d’abord savent bien qu’au fond ils sont différents de cet autre peuple.

- partageant le sentiment du risque d’assimilation potentielle et de disparition subséquente

- voulant perdurer en tant que collectivité québécoise sur son territoire natal

C’est ce beau petit peuple d’irréductibles poussant sur cette terre immense dans le grand cœur de toutes nous autres, comme le disait la chanson, qui doit frayer son chemin pour déjouer les obstacles qu’on lui oppose, afin de réaliser les conditions nécessaires à son épanouissement général à travers l’indépendance libératrice qui point au loin tel une aurore longtemps attendue.

Et ceux qui viennent d’ailleurs avec l’intention sincère de se joindre pleinement à notre identité culturelle sont les bienvenus.

"Ce qu’on te reproche, cultive-le, c’est toi " disait Jean Cocteau. Mais ce sont les pro-Canada, les fédéralistes, les multiculturalistes, les cosmopolites de bas acabit qui nous reprochent de vouloir chercher à demeurer nous-mêmes et de chercher à durer envers et contre tout.

Cultivons notre différence. C’est ce qui nous lie.

Soyons d’ici.

Restons uniques au monde. Pour la suite des choses.

Pour avoir un aperçu des mille et un éléments qui forment notre identité culturelle : http://vigile.net/Etre-Quebecois-une-question-d

Louise Forestier interprète Aime mon coeur (dans le grand coeur de toutes nous autres) : http://grooveshark.com/#!/search/song?q=Louise+Forestier+Aime+mon+coeur

Les cinéastes Michel Brault et Pierre Perrault ont filmé admirablement les gens de chez nous : http://www.onf.ca/film/pour_la_suite_du_monde/

Commentaires

  • J-F Simard , 5 septembre 2016 08h18

    Quand je lit les commentaires, sauf certains, je m’aperçois qu’il y a des gens qui ont peur de l’autre. Également, la langue n’est pas la seule distinction culturelle entre les peuples. Les provinces sont des nations aussi. Le Canada n’a pas été créé seulement par les anglais et des français. Dans l’ouest canadien, les polonais, ukrainiens, italiens à Montréal et maintenant une explosion d’immigration qui est préoccupante surtout au Canada anglais. Les grands peuples comme les chinois, arabes, indiens, changent rapidement le visage du Canada. Bientôt,, ils auront conscience de leur pouvoir politique. L’immigration agressive a fait que le peuple descendant des britaniques, irlandais, écossais, disparaîtra aussi dans la mosaïque culturel canadienne. Les petites ethnies ainsi que les autochtones, les minorités sans pays, comprennent notre réalité à certain égard mais nont pas pitié de nous. Le Québec contrôle un vaste territoire, il parle aussi une langue populaire dans le monde. Il est déjà riche et se développe.. A nous de le developper et mieux occuper notre territoire car ici les lois et les institutions sont françaises.

  • Michel Bélisle alias Didier, 1er juillet 2013 10h03

    Pour faire suite à mon commentaire précédent, l’identité québécoise n’est pas seulement diluée par le multiculturalisme encouragé par le Système.

    Elle l’est aussi par le fait que la jeune génération de Québécois de souche est presque totalement "américanisée".

    Cette jeune génération (18-25) est aussi totalement acquise aux valeurs du chacun pour soi et du "au plus fort la poche" prônées par le Système.

    Cela me frappe toujours en particulier à Québec où les radios sont totalement Système et où la population est jeune par rapport à d’autres régions du Québec.

    Par exemple, il y a dix ans encore, la plupart des artistes qui se produisaient au Festival d’Été de Québec étaient des artistes francophones.

    Maintenant, les artistes francophones sont une minorité car la jeunesse québécoise veut entendre chanter des artistes américains.

    C’est certain que le Québec ne verra plus surgir d’autres Michel Chartrand, d’autres Pierre Bourgault et d’autres Pierre Falardeau avec une jeunesse aussi américanisée et acquise au Système.

  • Éric Lévesque, 30 juin 2013 23h24

    Bon apparemment c’est sûr de se faire planter aussitôt que je parle de cosmopolitisme et qu’on me traite subtilement de fédéraliste car je ne suis pas nationaliste identitaire mais civique, très intéressant...

    Citoyen du monde, si, j’ai parlé à plusieurs ethnies à travers le monde, il n’ont sont pas différent de nous et moi, ce ne sont pas eux nos ennemis mais les canadiens du ROC. Le cosmopolitisme au Québec permet justement aux immigrants de reconnaître leurs propres valeurs à celles des québécois et permet ainsi une intégration plus aisée vers la souveraineté.

    Si on ne se fit qu’aux québécois de souche, on ne gagnera jamais, je vous le dit tout de suite, le ratio de fédéraliste chez les francophones fait autant mal que les anglophones. Il faut avoir un discours clair, une discours qui porte et ne pas avoir peur de vendre sa salade, comme le témoigne le PQ comme parti soumis par l’opposition, un parti qui ne respecte pas les valeurs fondamentales des anglophones et ça veut les convaincre que dans un pays libre on ne fait pas la même chose, étrange...

    Ceux qui disent que c’est pas avec les premières nations, ni avec les anglophones qu’on va faire l’indépendance, c’est mathématiquement impossible parce qu’ils paient autant d’impôts que nous et vivent autant sur nos terres que nous... Continuer à me basher, mais demandez-vous pas pourquoi depuis 95 on tourne en rond, les fédéralistes sont exploité justement la faiblesse du nationalisme pour nous détruire de l’intérieur... c’est justement ce qui est arrivé, QS a été fond parce que le PQ était trop à droite et ON parce que l’indépendance n’était plus au premier plan de son programme.

    Je suis indépendantiste, officier et militant et pourquoi suis-je militant ? Parce que j’étais écœuré de ses enfantillages sur l’indépendance et je vais la faire pour enfin avoir la paix et que le monde arrête leur foutu aliénation causé un gouvernement externe.

    Aussi, les fautes d’orthographe ou de grammaire importe peu, c’est le contenu qui importe et oui des fois j’écris sans me relire, mais ça m’enrage quand le monde semble oublié leurs erreurs passées et les commettent à perpétuité.

  • Francis Déry, 30 juin 2013 19h02

    Pour les Québécois dont les noms sonnent anglais, souvenons-nous qu’une partie s’est installée avant la Conquête. En grande partie reliés aux Wild Geese qui étaient trop impliqués avec la Couronne des Stuart pro-Catholiques et soutenus par Louis XIV.

    Abraham Martin était Écossais et il avait acquis des terrains à l’ouest de Québec, lesquels surplombaient une falaise...
    Louis Riel descendant d’Irlandais. Le nom d’origine fut Reilly.
    La famille acadienne Pître descend d’un Pieters, d’origine hollandaise, qui faisait partie des Protestants importés d’Europe dans la région de Lünenburg pour déplacer les Micmacs. Suite aux raids sur la région de Lünenburg, le gouverneur français Boishébert apprend via les captifs des Malécites, la présence de colons huguenots, notamment la famille de Marie-Anne Paysant. Les Protestants Étrangers étaient déçus des promesses trompeuses de la Couronne britannique au point de s’être soulevés. Une partie a accepté de rejoindre les Acadiens de l’île Saint-Jean, qui seront malheureusement déportés après la chute de Louisbourg (1758).

    Éric Lévesque semble être d’abord un citoyen du monde. Désolé, mais le cosmopolitisme n’intègre pas pour assimiler au delà des devoirs civiques fondamentaux (et encore).
    La véritable intégration, c’est lorsque l’immigrant (ou ses enfants) arrêtent de se référer mentalement à la culture d’origine. Et si vous croyez que le PQ va gagner la souveraineté en misant sur les communautés culturelles, il faut vous détromper car c’est exactement ce que le PQ essaie de faire en mettant au rencart la notion des Canadiens-Français pour Québécois ou Francophones. Est-ce que le PQ est renfermé sur lui-même ? Pas du tout. Je le vois dans ma propre circonscription de Bourassa. Est-ce que le PQ gagne des voies immigrantes ? Oui, mais cela reste la marge de la plupart des autres communautés ethniques.
    Par contre la perte des valeurs identitaires dévalorise le projet pour un grand nombre de Canadiens-Français, ce qui fait l’ambivalence. Pourquoi faire l’indépendance si la situation sociale reste pareille à celle de rester au Canada ? D’ailleurs, le projet porte sur la souveraineté étatique, et non sur l’indépendance nationale. Une nuance de taille.

    "Un Québec pour tout le Monde" ne fait pas un Québec aux Québécois.

  • Michel Bélisle alias Didier, 30 juin 2013 18h16

    La jeune génération de Québécois (18-35) a été complètement absorbée par le Système et est devenue incapable de penser par elle-même.

    Les radios-Système ont eu une immense influence sur ces jeunes.

    Le Système leur a inculqué la négation de la richesse identitaire au nom du multiculturalisme. Le Système leur a aussi inculqué les valeurs de "mérite" et de "compétition" qui les rend incapable de penser la société en-dehors du Système.

    Ce qui est inquiétant, c’est que la jeunesse semble avoir oublié que la déclaration universelle des droits de l’Homme considère comme un droit pour tout être humain de recevoir un revenu suffisant pour une vie décente, peu importe qu’il soit "méritant" ou "non-méritant", "compétitif" ou "non-compétitif".

  • alain maronani, 30 juin 2013 16h42

    Pas signé mais c’est du Rejean Labrie pur sucre...un style enlevé, des thèmes percutants, toujours les memes, une petite sonate de Vinteuil dont on ne se lasse jamais...

    L’autre intervenant va se faire tabasser...proposer que le recours a l’identitaire est ce qui fait chuter le PQ, si j’ai bien compris son texte relève de l’apostasie identitaire...c’est grave.

  • Pierre Desfossés, 30 juin 2013 14h53

    @ Eric Lévesque,

    pourriez-vous faire un petit effort pour mieux maîtriser votre français écrit. Ca vous aiderait peut-être à mieux penser ! Vous affirmez des énormités : le cosmopolitisme conduira à l’indépendance, les immigrants sont comme nous avec quelques différences de croyances religieuses sous-entendues sans grandes importances. C’est vraiment n’importe quoi. A vous lire, on dirait que vous souhaitez l’Indépendance du peuple québécois pour qu’il devienne plus canadien !Foutaise.

    S’affirmer dans la fierté de ses différences, exiger des autres le respect de soi et des signes distinctifs de sa propre identité, c’est savoir se tenir debout comme individu et comme peuple.On s’ouvre d’autant plus aux autres qu’on est dabord respectueux de soi.

  • Éric Lévesque, 30 juin 2013 09h58

    les cosmopolites de bas acabit ; C’est le nationalisme identitaire qui est déprimant et qui ralentit la cause, le cosmopolitisme est la voie qui va permettre aux immigrants de rejoindre le projet indépendantiste. Ce sont pas des aliens les ethnies, ils parlent juste une autre langue que la nôtre, mais il pense comme vous et moi (ou à peu près si on regarde la religion). c’est un peuple qui se tient debout qu icharme les immigrants toute langue confondue, pas un projet identitaire légèrement refermée sur soi. Le PQ l’a utilisé et l,utilise encore, demandé vous pas pourquoi il est en chute libre actuellement, parce que juste les temps ont changé...

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
11 925$  20%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/07 Jean-Robert Primeau: 50$
  • 21/07 Ginette Doiron: 10$
  • 21/07 Andre Laflamme: 100$
  • 21/07 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/07 Alain Tousignant: 5$
  • 19/07 Patrice Albert: 5$
  • 19/07 Michel Arteau: 10$
  • 16/07 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités