«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Quand les Anglais parlaient... français !

et de quelle façon la langue anglaise s’est construite à partir de plus de dix mille mots français

Tribune libre de Vigile
jeudi 22 octobre 2009
11 289 visites 8 messages

A cette époque-là, en 1066, Guillaume duc de Normandie revendique le trône d’Angleterre, à la mort d’Edouard II le Confesseur qui, n’ayant pas de descendance directe, l’avait désigné comme son successeur au trône, plutôt que son cousin Harold Godwinson, anglo saxon. Harold était venu en Normandie pour rencontrer Guillaume, une célèbre tapisserie de Bayeux rappelle cette rencontre, au cours de laquelle Harold aurait prêté le serment de ne pas disputer le trône à Guillaume, après le décès d’Edouard II ... Pourtant le 5 janvier 1066, lors du décès de ce dernier, c’est Harold qui s’y installe à sa place, alléguant qu’en fait ce jour-là en Normandie, il n’avait fait qu’une vague, très vague promesse..

Guillaume lui déclare aussitôt la guerre, afin d’aller reprendre ce qui lui revenait de droit. Après de nombreux épisodes, les Normands débarquent le 29 septembre 1066 à Hastings, où une grande bataille a lieu le 14 octobre suivant, Harold est mortellement blessé provoquant la fuite des anglo saxons... La victoire est éclatante, la Conquête de Guillaume est telle qu’il prend alors le nom de Guillaume le Conquérant, au moment où il est sacré roi d’Angleterre à Noël 1066 .

Guillaume amène avec lui à la cour de Londres, de nombreuses personnalités comtes, ducs et autres nobles français et c’est ainsi que le français devient la langue officielle de l’Angleterre et le restera pendant plus de trois cent ans, d’autant que sur la terre de ce pays aucune langue officielle n’existait alors. Plusieurs tribus germaniques du sud du Danemark, appelées les Angles, s’étaient installées sur ce territoire au Vème siècle, il était devenu la terre des Angles = England.

Les enfants de l’aristocratie anglaise apprirent le "françois", probablement jusque vers le milieu du XIVe siècle. Ainsi, dans ses célèbres Contes de Canterbury écrits vers 1380, Geoffrey Chaucer (v. 1343-1400) met en scène une prieure qui s’efforce d’avoir les belles manières de la haute société anglaise en parlant le "françois" :

"Elle avait pour nom Dame Eglantine, chantait à merveille hymnes et cantiques,
elle parlait un français des plus raffinés
le français qu’on apprend à Stantford... "

Cette ville de Stratford-atte-Bow était située près de Londres et on y apprenait en effet le "françois d’Angleterre". . En même temps, il se développe de nombreux écrits en français, des traités spécialisés, que ce soit sur la médecine, les mathématiques ou la religion. C’est pourquoi l’on observe encore aujourd’hui, les nombreux mots d’origine française, qui émaillent toutes ces différentes disciplines.

L’Histoire du passé de ces deux pays, la France et l’Angleterre est intimement liée pendant tous ces siècles-là, à travers des conflits armés, certes, mais principalement à cause des familles royales elles-mêmes qui sont alors étroitement imbriquées pour ces rois, de même pour les mariages puisque des filles de France épousaient des rois anglais dont aucun d’ailleurs ne parlait anglais, tous parlait français. Le français a été la langue maternelle des rois d’Angleterre jusqu’à Richard II

En 1328, une autre grosse dispute eut lieu pour la succession du trône de France, cette fois ! Le dernier des Capétiens (Charles IV) venait de mourir sans héritier. Le roi d’Angleterre Édouard III fit valoir ses droits à la succession, en effet il était le fils d’Isabelle de France donc petit-fils de Philippe le Bel. Pourtant Philippe VI de Valois (qui régna de 1328 à 1350) fut préféré par les Français, en vertu de la loi salique. Lui aussi était parfaitement légitime pour cette succession, puisqu’il était le neveu de Philippe le bel, le fils de son frère, Charles de Valois

Edouard III rageait donc de l’autre côté de la Manche, il fit alors refaire en signe de protestation, ses armoiries, qui comprirent désormais outre les lions* rampants anglais, les fleurs de lys de France puisqu’il revendiquait les deux royaumes .. Comme tous les rois d’Angleterre il ne connaissait ni ne parlait anglais .

Depuis Henri II Plantagenêt* et son mariage avec la puissante duchesse Aliénor d’Aquitaine, les Anglais possédaient cette région. Edouard était donc également duc d’Aquitaine et à ce titre vassal du roi de France ce qui le contrariait beaucoup, il ne voulait pas lui rendre "l’hommage lige", il revendiquait la couronne de France, alors que les Français invoquaient toujours la fameuse loi salique qui écartait systématiquement les femmes du trône, craignant par les mariages de voir arriver un étranger à leurs côtés.. ou carrément s’emparer de la couronne !.. ...

En mai 1337, au moment où eut lieu la confiscation du duché d’Aquitaine, cela mit "le feu aux poudres" et Edouard III en profita pour déclencher la guerre à la France dans le but de faire enfin reconnaître ses droits. C ’est donc ainsi que commença une guerre longue de cent ans et un peu plus d’ailleurs, puisqu’elle se termina seulement en 1453. Elle fut parsemée de batailles sanglantes, de prises de territoires et de reprises, tout cela entrecoupé de trêves et de traités aussi divers que variés ! Y compris même l’emprisonnement à Bordeaux du roi français Jean le Bon, pour la rançon duquel la monnaie du franc or fut émise spécialement en 1356 . Ce franc représentait le roi français à "cheval galopant", l’épée haute, avec une côte d’armes entièrement fleurdelysée.. "Francorum Rex".

Le 17 juillet 1453 le roi de France Charles VII remporte à Castillon la célèbre victoire sur les Anglais, c’est une défaite accablante pour eux et la fin de cette période marquera non seulement la fin du Moyen Age mais fera prendre conscience du nationalisme à ces deux pays, qui jusque-là avaient nombre d’intérêts communs.

Les Anglais sont définitivement chassés hors de France après leur retentissante défaite de Castillon, ils traversent la Manche pour de bon cette fois, et dès ce moment-là, le sentiment national se resserre davantage. Depuis 1361 Edouard II avait commencé à penser qu’il ne pourrait jamais monter sur le trône de France, il avait alors décrété la langue anglaise langue officielle, afin de consolider ses conquêtes continentales. Le "Statute of pleading" établit d’abord l’anglais comme langue des tribunaux, car l’usage du français subsistera encore longtemps..

Les Anglais choisirent une devise française " Honi (avec un seul "n") soit qui mal y pense"

Peu à peu l’anglais se démarque des langages germaniques par cet ajout massif de mots français, auxquels se rajoutèrent au cours des siècles suivants, bon nombre de mots divers, empruntés à des langues de différents pays, tout en simplifiant au maximum la structure de la syntaxe et de la grammaire..et devient la langue que nous connaissons de nos jours .

***

* Les trois lions couchés viennent de l’héraldique français : Les deux lions du duché de Normandie de Guillaume le Conquérant et le troisième lion provient du duché d’Aquitaine avec Henri Plantagenêt

*Son père français était le duc d’Anjou, il portait toujours un brin de genêt à son chapeau, il avait épousé Mathilde fille de Guillaume le Conquérant

Commentaires

  • Marie-Hélène Morot-Sir, 23 octobre 2013 03h03

    Merci de bien vouloir rectifier cette faute de frappe relevée ce jour :
    Il faut lire Edouard III (et non Edouard II) dans la phrase suivante :

    "Depuis 1361 Edouard II avait commencé à penser qu’il ne pourrait jamais monter sur le trône de France, il avait alors décrété la langue anglaise langue officielle, afin de consolider ses conquêtes continentales."

  • Hélèna, 22 octobre 2009 21h58

    Madame Marie-Hélène,
    Déjà j’ai cru l’inverse. Combien de fois ai-je entendu :"...ce mot français vient de l’anglais..." La langue française -même dérivée du latin vulgaire- avait été empruntée à l’anglais ! Je suis fière que vous nous rappeliez l’origine véritable de notre langue. C’est ce que les jeunes du Québec devraient apprendre dès l’entrée à l’école primaire.
    Je suis d’ancêtres Normands et Irlandais (de la République). Vous imaginez !
    Impossible de ne pas être pour l’Indépendance du Québec !
    Merci d’être là,

    Hélèna

  • Gaston Boivin, 22 octobre 2009 17h57

    Si on a de la fierté et du respect pour ce que nous sommes, pouvons nous nous contenter de nos seules liberté et indépendance comme individu sans la liberté et l’indépendance de notre peuple : Il nous reste donc comme peuple à reconquérir notre liberté et notre indépendance ! Un peuple fier en est un qui a la volonté de s’assumer et un peuple qui s’assume en est un libre et indépendant car il vit pour le meilleur et pour le pire par ses propres décisions puisqu’il il n’en répond qu’à lui-même : Ce jugement de la Cour Suprême, monsieur Gilles, confirme encore une fois que, dans l’état actuel des choses, notre peuple ne peut décider par lui-même, qu’il est encore sous la tutelle d’un autre peuple, celle et celui que nous a imposé la Conquête. Reconquérir la liberté et l’indépendance de notre peuple, c’est refuser de mourir comme peuple : C’est se débarasser de la Conquête anglaise et faire en sorte que ceux qui nous suivront pourront dire en parlant d’elle : Elle n’a pas réussie ! Les Anglais ont manqué leur coup ! Ce jugement doit être une occasion pour nous de redoubler d’ardeur et de volonté, de faire entre nous l’union indispensable pour imposer l’affirmation, la liberté et l’indépendance de notre peuple. Alors monsieur Gilles, sachons canaliser l’énergie que génèrent face à ce jugement notre indignation et notre colère au bon endroit de façon à les rentabilser et à en faire profiter les intérêts supérieurs de notre peuple.

  • Gilles, 22 octobre 2009 16h08

    On verra bien si nous sommes les conquérants que certaient proclament ici. Ce matin c’est à coup de claque « sua gueule » que la Supreme Court vient de nous rappeler que nous ne sommes pas les vainqueurs.

    Et parmi ces juges, savez-vous qu’il y en a qui ne connaissent pas le code civil du québec, et au moins un qui ne parle pas un traitre mot de français ?

    Ils ont déjà parlé français peut-être, mais c’est du passé. Et moi je vis au présent.

  • Gaston Boivin, 22 octobre 2009 15h42

    Et c’est aussi pour cela que nous résistons, la plupart d’entre-nous, avec tant d’énergie à la conquête anglaise, habitués que nous sommes, par nos ancêtres, à conquérir et non à être conquis. On peut aussi présumer avec un peu de malice que les ancêtres de nos compatriotes qui ont voté non en 1980 et 1995, devaient probablement parvenir, pour la plupart, de régions de France habituées à être conquises.

  • Le Papou, 22 octobre 2009 13h47

    Et dire qu’à un certain moment de notre histoire, de petits rois ont joué l’Amérique sur la diagonale du fou... pour Quelques dollars de plus.

    Cette Amérique qui aurait très bien pu être française.

    Merci Marie-Hélène,

    André Vincent

  • Grand-papa, 22 octobre 2009 12h53

    Bonjour

    Complément d’information :

    « Les armoiries d’Angleterre sont « de gueules à trois léopards d’or », c’est-à-dire rouge avec trois lions jaunes regardant le spectateur. L’origine de ce blason des rois d’Angleterre reste sans explication définitive : selon une théorie contestée, il s’agit de l’union de l’héraldique du duché de Normandie (« de gueules à deux léopards d’or ») et de l’Aquitaine (« de gueules à un léopard d’or »).

    Extrait de Wikipédia

  • 22 octobre 2009 11h59

    Grand merci de rappeler en détails fort instructifs ces
    événements qui nous concernent tous, Québécois,Canadiens-
    français et Franco-américains. En majorité de descendance
    normande (environ 60%)et bretonne (environ 24%), nous
    devons savoir qui nous sommes, un peuple de vainqueurs depuis
    très longtemps. Nous n’avons jamais été vaincus. Nous n’avons jamais été nombreux mais nous avons tenu bon devant l’adversité et nous avons fini par gagner.

    Des pertes
    et des reculs momentanés,certes, mais vaincus, jamais.

    Très érudit votre exposé. J’admire votre culture.

    JRMS

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
11 945$  20%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 27/07 Gilles Harvey: 5$
  • 27/07 Le Domaine de L'Étang: 5$
  • 27/07 André Lepage: 5$
  • 27/07 Jean Lussier: 5$
  • 21/07 Jean-Robert Primeau: 50$
  • 21/07 Ginette Doiron: 10$
  • 21/07 Andre Laflamme: 100$
  • 21/07 Gilbert Paquette: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités