«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Le PQ a programmé sa propre disparition

Quand l’école déracine les jeunes

Le PQ ne sait plus parler aux jeunes et la souveraineté les indiffère. C’est ce que nous a rappelé Paul St-Pierre Plamondon dans le rapport qu’il a remis à Jean-François Lisée.

On ne contestera pas le constat.

École

Mais sauf à croire la jeunesse naturellement illuminée par la vérité, il faut se demander d’où vient cette hostilité.

D’abord et avant tout, il y a l’école.

On a sous-estimé à quel point l’école, depuis longtemps, avait été politisée et soumise à plusieurs idéologies, le multiculturalisme étant la plus corrosive d’entre elles.

On a appris aux jeunes Québécois à voir dans leur nationalisme une forme de xénophobie. Ils doivent toujours chanter la différence de l’autre sans jamais valoriser la leur.

On a déformé leur histoire. Quand ils pensent à la Nouvelle-France, ils ne pensent plus à la fondation héroïque d’un pays mais au vol d’un territoire appartenant aux Amérindiens.

Ce terrible anachronisme les entretient dans un sentiment de culpabilité historique injustifié.

Quant aux jeunes issus de l’immigration, on les a invités à valoriser leur identité d’origine alors qu’on leur offrait une image peu intéressante du Québec.

Déracinement

Et à tous, on a dit que le sort du Québec pèse bien peu quand on pense à celui de la planète.

Évidemment, il y a d’autres facteurs, comme la révolution technologique, la mondialisation ou l’influence de la Constitution canadienne. Mais ils se sont développés dans un terreau fertile : celui d’une jeunesse qui a vu son identité québécoise déracinée par l’école québécoise.

Ironie de l’histoire : le PQ, lorsqu’il était au pouvoir, a joué un grand rôle dans la construction de cette école qui fabrique aujourd’hui une jeunesse qui rejette ses idéaux.

Si le PQ veut faire son mea-culpa, il devra moins se contenter d’une nouvelle stratégie de communication que se demander comment il a programmé involontairement sa propre disparition.


Suggérer cet article par courriel
PQ - Changement de paradigme
Le commencement de la fin ?

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités