«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La vision du Canada de Philippe Couillard

Qu’est-ce qu’être Québécois ?

Le Canada a peu à offrir aux Québécois

Tribune libre de Vigile
vendredi 30 décembre 2016
701 visites 2 messages

En cette fin de décembre 2016, le 150e du Canada approche. Qu’est-ce que les Québécois fêteront alors ? La question semble trotter dans la tête de Philippe Couillard et dans la nôtre.

LA VISION DU CANADA DE PHILIPPE COUILLARD

Notre Premier ministre Philippe Couillard selon Le Soleil du 15 décembre 2016 livrera bientôt aux Québécois, je cite : « sa vision du Canada en 2017  ». Pour refléter l’actualité législative de la fin de session parlementaire à Québec, Philippe Couillard aura-t-il le courage d’inclure dans sa vision les nouvelles lois 102 sur les "accommodements raisonnables" et 106 sur les hydrocarbures ?

Nous souhaitons que « sa vision du Canada en 2017  » résulte de sa pensée propre et non de celle d’un valet de service. Rappelons que Philippe Couillard pourrait très bien nous livrer sa vision de l’Arabie saoudite, des services secrets canadiens, des difficultés du système de santé du Québec, de l’art de trouver un partenaire honnête en affaires comme avec feu le Dr Porter. Soulignons que Philippe Couillard n’a pas beaucoup d’écrits produits au cours de sa vie mouvementée.

S’il n’en tient qu’à Philippe Couillard, c’est le slogan suivant qui contient la réponse, je cite : « Être Québécois, c’est notre façon à nous d’être Canadiens. » Selon le journaliste Salvet du Soleil du 15 décembre 2016, la pensée de Philippe Couillard va plus loin, je cite : «  l’expérience canadienne est une expérience humaine réussie, ajoute-t-il. C’est une citoyenneté positive. » L’intellectuel Couillard s’annonce et promet.

Dans tous les cas de figures, en attendant les lumières de l’esprit Couillard, il faut nous mettre en piste avec une réflexion sur les principaux mots comme : " être Québécois", "être Canadiens", "une expérience humaine réussie" et "une citoyenneté positive". On sent en filigrane l’expression " Le Canada n’est pas le goulag ! ". (René Lévesque, 1984)

Dans la veine des fédéralistes, le 375e de Montréal ( 1642-2017 ) tombe la même année que le 150e du Canada. Cette coïncidence est une aubaine pour dissimuler une fête dans l’autre. L’hypocrisie "kanédiune" du Conseil privé du PM Trudeau s’en donnera à coeur joie pour associer ses logos et ses messages à ceux concocter par l’équipe du Maire Coderre qui ne manquera pas de distribuer ses petits drapeaux rouges.

Revenant aux projecteurs du 150e du Canada dirigés sur le Québec, le programme à surveiller est celui que nous prépare le Premier ministre Philippe Couillard.

Le journal Le Soleil de Québec du 15 décembre 2016 contient une nouvelle à saveur du 150e. Le titre " Couillard livrera sa vision du Canada en 2017 " par le journaliste Jean-Marc Salvet nous prépare. Le paragraphe d’introduction se lit : « Pour le 150e anniversaire du Canada, en 2017, Philippe Couillard fera officiellement connaître la place qui, à ses yeux, doit être celle du Québec au sein du Canada. Son gouvernement prépare un projet en ce sens. »

Plus loin dans l’article du Soleil, le journaliste Salvet précise de quelle nature sera le message de Philippe Couillard, je cite : « Philippe Couillard n’a pas parlé de négociations constitutionnelles, comme il l’a déjà fait dans le passé, mais d’une « vision » à faire valoir. » Que soient maudites les négociations constitutionnelles, dossier trop juteux !

Déjà, Philippe Couillard se défile quant aux négociations constitutionnelles car vouloir parler de la place « du Québec au sein du Canada », les «  vraies affaires, les vraies resposnabilités d’un PM », c’est parler de constitution canadienne à moins de tromper la population. Pourtant, en 2014 durant la dernière campagne électorale, la volonté de Philippe Couillard d’aborder la dimension constitutionnelle était nettement affirmée.

Sans doute que Philippe Couillard réserve son courage "kanédiune" pour une autre circonstance. Il préfère nous livrer « sa vision » du 150e du Canada, pourquoi pas « du pain et des jeux ». Serons-nous témoin d’une diversion qui n’a pas rapport avec la fonction de Premier ministre dans ce dossier constitutionnel ? Se souviendra-t-il que la loi Constitutionnelle de 1982 du Canada n’a été signée par aucun PM du Québec le précédent depuis 35 ans.

Il est remarquable de souligner qu’il est impossible de nous référer à des écrits personnels de Philippe Couillard pour connaître sa pensée comme si le volet constitutionnel était contaminé et contaminant. Comme me disait un ami, Couillard et Charest sont dans le même club : ils ont choisi de rien écrire et préfèrent la géométrie variable intellectuelle. C’est le règne de l’opportunisme, le modèle cafétéria où tu piges selon ton inspiration du moment. C’est le 150e du Canada et le Québec doit "fêter ça !".

QUESTIONS GÊNANTES POUR PHILIPPE COUILLARD

L’opportunisme intellectuel s’applique bien à l’avocat Charest dont la carrière d’avocat n’existe pour ainsi dire pas en devenant député fédéral à l’âge de 27 ans. Mais, cela est plus surprenant quant à la carrière professionnelle du neurochirurgien Couillard qui présente un CV aventurier en délaissant la voie de la médecine à plusieurs reprises pour échouer en politique partisane. Pourquoi Philippe Couillard a-t-il quitté sa profession honorable et demandée dans le contexte du système de santé du Québec ? La réponse que ferait Couillard à cette question nous aiderait sûrement à comprendre sa démarche de Premier ministre du Québec.

Pour établir un lien de confiance entre le peuple du Québec et son Premier ministre, Philippe Couillard doit répondre publiquement à toutes les questions relatives à son passé. S’il ne veut pas répondre, il n’est pas digne d’être notre Premier ministre parce qu’il cache des "cadavres" dans ses placards, les cadavres étant des décisions et des actions posées ayant peu d’honneur.

Revenons au slogan « Être Québécois, c’est notre façon à nous d’être Canadiens  ». Le vrai parrain est Jean-Marc Fournier qui l’a présenté dans un article qu’il a signé dans Le Devoir du 5 novembre 2015. Et Fournier pourrait nous dire ce qu’il entend par ce slogan. Aurions-nous droit à quelques bafouillages ?

QU’EST-CE QU’ÊTRE QUÉBÉCOIS ?

Selon le livre "Code Québec" (Ed de l’Homme, 2016) les 3 auteurs Jean-Marc Léger, Jacques Nantel et Pierre Duhamel définissent le Québécois par 7 traits identitaires qui sont : heureux-consensuel-détaché(indécis)-victime-villageois-créatif et fier.

Dans le chapitre "créatif", Daniel Lamarre, pdg du Cirque du soleil présente cette description du Québécois, je cite : « «  Il se passe nettement quelque chose de particulier au Québec. Je pense que notre isolement comme Québécois francophones sur un continent anglophone nous a obligés à innover dans plusieurs domaines... Nous avons dû créer et nourrir notre propre culture, car celle des autres Nord-Américains ne nous appartenait pas ». Daniel Lamarre, pdg du Cirque du soleil (p.176)

Il est ici intéressant de voir la relation que Daniel Lamarre fait entre l’appartenance, quel beau mot, des Québécois à une culture issue de notre isolement d’une part, et de la fréquentation d’un continent anglophone d’autre part. Et notre culture nous est propre et différente de la culture des autres. Il est alors très normal de répéter que le Québec est une société très distincte possédant une culture unique en Amérique du Nord.

Si le Premier ministre Couillard fait sienne la définition de Daniel Lamarre et qu’il analyse la situation actuelle de la culture québécoise en Amérique du Nord, le phénomène qui devrait revêtir une forte évidence pour Couillard est la fragilité actuelle de la culture québécoise et du besoin de politiques correctrices pour consolider les points faibles de notre culture québécoise.

Il est utile de dire que nous attribuons au contenu du mot "culture québécoise" tous les aspects de la vie collective des Québécois : l’éducation, la santé, le social qui tient compte des plus faibles, la démographie et l’immigration, l’économie et l’accomplissement personnel, et tous les arts et tous les artistes.

Les traits principaux du Québec en Amérique du Nord sont facilement assimilables à la social démocratie et s’appellent : Hydro-Québec, SAQ, Caisse de dépôt et placement, l’assurance santé, Télé-Québec, assurance auto avec le "sans égard à la responsabilité", l’AMF = l’autorité des marchés financiers, le réseau de l’Université du Québec, la SODEC, la SOQUIP, etc dont Investissements Québec. Je tais les fleurons négatifs.

Au niveau constitutionnel, je veux parler de la clause nonobstant. Cette clause existe et plusieurs fédéralistes du Québec recommandent dur comme fer de ne pas recourir à cette clause. On la dit valide pour 5 ans. Alors, servons-nous en au besoin et utilisons le délai de 5 ans pour remédier aux problèmes concernés.

Tout le dossier constitutionnel que déteste Philippe Couillard, moi au contraire, je l’adore. C’est là que se trouve la viande dont le Québec a besoin.

IL Y A DU MÉNAGE À FAIRE DANS LES LOIS CONSTITUTIONNELLES DU CANADA

Il y a du ménage à faire. J’encadrerais l’article 23 de la constitution sur les droits des minorités à l’enseignement dans la langue de la minorité de manière à faire reconnaître que le Québec est toujours une minorité chez lui (et non une majorité) parce que le Québec ne jouit pas des attributs légaux d’une majorité. Dit autrement, la dernière Cour à juger des lois et des droits du Québec en exclusivité serait la Cour suprême du Québec. Si la Cour d’appel est composée de 5 juges, notre Cour suprême du Québec devrait être composée de 7 juges. Plus simple que cela, tu meurs.

J’abrogerais l’article 27 sur le multiculturalisme et je retirerais du préambule de la constitution canadienne la mention de la "suprématie de Dieu" qui est synonyme de la "suprématie d’Allah".

Si Philippe Couillard était un véritable homme d’état et considérant l’état des lieux de la société du Québec et considérant les quelques exigences ci-haut mentionnées, je conclurais à la nécessité d’écrire une nouvelle constitution laïque du Québec avec la collaboration de citoyens volontaires et de tous les partis politiques représentés à l’Assemblée nationale.

Devant une voie claire toute tracée, comme dirait un Québécois, "ça ne prend pas la tête à Papineau" pour voir l’évidence, c’est ainsi que je présenterais l’état de la situation politique du Québec au reste du Canada à l’occasion du 150e.

Puisque Philippe Couillard emprunte un tout autre chemin constitutionnel et politique que celui de l’évidence, les raisons qu’il choisit pour s’en éloigner ressemblent au mensonge, à la duplicité et à la complicité avec les ennemis du Québec. Comme dans les révélations des méfaits éthiques du Parti libéral du Québec, l’histoire nous apprendra un jour les raisons cachées de la trahison du Québec par Philippe Couillard.

Un journaliste clairvoyant a écrit ceci tout récemment, je cite : « Dans tous les cas, le Québec ne pourra compter sur l’appui d’Ottawa. Lors de la crise de 2008, le gouvernement fédéral a investi des milliards pour soutenir l’industrie automobile en Ontario, mais à peine quelques centaines de millions pour l’industrie forestière au Québec. Dans les négociations pour les accords de libre-échange transpacifique et Canada-Europe, il a sacrifié l’agriculture québécoise.
 
Dans le document du CIC ( 2010, le Conseil international du Canada ), le Québec était totalement absent. Preuve qu’il ne figure plus dans la planification stratégique de l’élite financière et économique canadienne. Ses intérêts sont sacrifiés au profit du Canada anglais.
 
Néanmoins, le Québec écopera de sa part de la dette astronomique qu’est en train de constituer le gouvernement Trudeau, un fardeau qui sera d’autant plus lourd si les stimuli n’entraînent pas une relance économique digne de ce nom. » (Pierre Dubuc, L’Autr-Journal, 2016)

CONCLUSION : QU’EST-CE QU’ÊTRE CANADIENS ? DE FAIBLE IMPORTANCE

Depuis le Rapport de Lord Durham daté du 31 janvier 1839, "être Canadiens" est vouloir l’assimilation des Canadiens-français, aujourd’hui identifiés aux Québécois. Cette volonté colonisatrice imprègne toute la vie du Canada avec sa détermination à développer sans limite ses richesses naturelles et les pollutions afférentes comme dans le cas du pétrole lourd des sables bitumineux de l’Alberta.

Il en est de même avec le financement de plus de 50% de toutes les compagnies minières à la Bourse de Toronto qui transigent dans les pays exploités avec les dictateurs et les mafias locales pour le bénéfice de leurs actionnaires.

De plus, le Canada agit sans conscience en faveur des pays totalitaires théocratiques comme l’Arabie saoudite en vendant du matériel militaire pour créer des emplois ici. Il ignore d’une main les droits humains ce qu’il pourfend verbalement ailleurs.

Devant le projet d’oléoduc Énergie Est, des centaines de milliers de Québécois sont contre. Yvon Deschamps a dit courageusement qu’il ira s’interposer physiquement pour empêcher cet oléoduc. Gilles Vigneault dans le film " Le goût du Québec " a dit qu’il imposerait des frais tellement élevés au passage au Québec que le promoteur de cet oléoduc déciderait de passer ailleurs.

Finalement, il est moins nécessaire de définir ce qu’est "être Canadiens" à comparer à la nécessité de savoir ce que nous sommes et devons " être en tant que Québécois ".

Ainsi, le slogan apprécié de Philippe COUILLARD, je cite : « Être Québécois, c’est notre façon à nous d’être Canadiens » est une phrase colonisatrice et un cul-de-sac pour tout Québécois qui se respecte.

Commentaires

  • François A. Lachapelle, 3 janvier 22h30

    @ André Gignac

    Votre conclusion "INDÉPENDANCE OU ASSIMILATION" devrait résonner et raisonner dans l’intelligence de notre Premier ministre Philippe Couillard.

    Votre conclusion me fait aussi penser au pamphlet de Daniel Johnson père : " Égalité ou indépendance " Montréal, Éd. de l’Homme, 1965, p.125 que j’ai l’honneur de tenir dans mes mains.

    Sur la couverture 4 au dos du livre, voici une des trois pensées signées par Daniel Johnson père, je cite :

    « Ce que nous voulons en fait, c’est le droit de décider nous-mêmes ou d’avoir part égale aux décisions dans tous les domaines qui concernent notre vie nationale.  »

    D’avoir part égale, c’est un gouvernement du Québec qui négocie d’égal à égal avec le gouvernement du Canada. "Décider nous-mêmes de nos lois, c’est NOTRE Cour suprême et non la Cour suprême du Canada à 3 Juges du Québec sur 9 Juges = 33%.

    En ce moment, Philippe Couillard réfléchit, met de l’ordre dans ses idées parce qu’il s’est engagé à livrer aux Québécois "sa vision du Québec dans le Canada". On espère que cette vision sera différente de son contraire qui s’énoncerait de "sa vision du Canada dans le Québec".

    On est plusieurs Québécois à espérer une vision prophétique du Québécois Philippe Couillard. Malheureusement, le passé récent de Philippe Couillard est d’une grande désolation. Le dernier éditorial dans Le Devoir du 31 décembre 2016 signé par Antoine Robitaille nous rappelle des velléités de Philippe Couillard qui est complètement hors piste sur le sens de ses responsabilités comme Premier ministre.

    Voici ce qu’il écrit dans son avant-dernier paragraphe : « ... de la part de celui qui affirmait en octobre : « Mon devoir, comme premier ministre du Québec, c’est d’avoir une bonne relation de travail avec la personne qui est premier ministre du Canada. » Faux, son premier devoir est de défendre les intérêts du Québec. »

    Comment un Premier ministre du Québec qui a la lâcheté cousue sur la peau du front peut-il être bien inspiré pour nous livrer "sa vision" du Québec dans le Canada avec conviction et non avec démission ? Je ne comprends pas l’aveuglement des conseillers qui gravitent autour de cet homme indigne.

  • André Gignac , 3 janvier 17h01

    Monsieur Lachapelle

    Le slogan apprécié de Couillard : "Être Québécois, c’est notre façon à nous d’être Canadiens" frise la schizophrénie. Voilà le noeud du problème ici au Québec ; vous ne pouvez pas être Canadien et Québécois en même temps voyons ! Ce sont 2 identités complètement différentes et irréconciliables. Le Français est Français et non Belge ! À chaque fois que notre bien pensance politique entend parler d’identitaire, elle en a tellement peur qu’elle fait tout pour mettre le couvercle sur la marmite. Pensez à Bernard Drainville qui s’est impliqué dans ce domaine en 2012 avant l’élection ; la population québécoise était prête à le suivre mais les dirigeants du PQ pour se faire élire ont mis ce projet de côté à la dernière minute. Pas fort ! Pas fort !

    Ici au Québec, on craint toujours des réactions ou des représailles de la minorité anglo qui maintient le peuple québécois dans un apartheid comme dans l’ancienne Afrique du Sud avant l’arrivée de Nelson Mandela. Quand allons-nous nous comporter en majorité ici au Québec ? Que les politiciens québécois commencent par se lever et se tenir debout face à cette minorité de possédants, de colonisateurs et le peuple va suivre. N’êtes-vous pas tanné de tourner en rond ? Que de peur et d’énergie perdues à ne pas vouloir se prendre en main par l’indépendance. Être ou ne pas être ? Voilà la question qui tue !

    INDÉPENDANCE OU ASSIMILATION !

    André Gignac 3/1/17

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités