«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Trump est coincé

Pourquoi Trump signe-t-il la loi sur les sanctions « contenant de gros défauts » selon lui ?

mercredi 2 août

Le Président américain Donald Trump a critiqué mercredi la loi imposant de nouvelles sanctions économiques à la Russie, l’Iran et la Corée du Nord, qu’il vient de signer.
La loi américaine sur les sanctions contre Moscou, Téhéran et Pyongyang est loin d’être parfaite, a indiqué le Président Donald Trump après avoir signé le document.

« Cette loi comporte de gros défauts […]. Dans sa hâte d’adopter cette loi, le Congrès a adjoint un certain nombre de clauses qui clairement ne sont pas conformes à la Constitution », a indiqué M.Trump.

Selon lui, ces clauses non constitutionnelles empiètent sur l’autorité du chef de l’État. L’exigence du Congrès de modifier la loi sur les sanctions et de contrôler les actions du Président est contraire aux décisions de la Cour suprême des États-Unis, a-t-il ajouté.
En plus, les nouvelles sanctions auront des conséquences négatives pour les sociétés américaines, les amis et les alliés des États-Unis, a-t-il ajouté.

« Malgré ces problèmes, je signe cette loi au nom de l’unité nationale », a noté le Président Trump.

Le Sénat américain a adopté jeudi dernier, par 98 voix pour et seulement deux contre, une proposition de loi sur des sanctions contre la Russie, l’Iran et la Corée du Nord. La Chambre des représentants du Congrès a approuvé ce texte la semaine dernière par 419 voix pour et trois contre.

Les sanctions américaines frappent notamment les nouveaux projets pétrogaziers réalisés en Arctique et sur le plateau continental où les entreprises russes détiennent au moins 33% des parts.

L’UE a qualifié les nouvelles sanctions d’« actions unilatérales de Washington ».

En réponse à l’adoption par le Congrès américain de nouvelles sanctions antirusses, Moscou a interdit à l’ambassade américaine l’accès à deux sites dont elle avait la jouissance à Moscou. En outre, Moscou a demandé à Washington de réduire, à partir du 1er septembre, à 455 le nombre des membres du personnel de son ambassade et de ses consulats en Russie. Le ministère a également prévenu que Moscou répliquerait en cas de nouvelles expulsions de diplomates russes par les États-Unis.


Suggérer cet article par courriel

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 540$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/09 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités