«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Lettre aux insoumis du PQ : Léger, Drainville, Lisée et Péladeau

’’Post mortem’’

Tribune libre de Vigile
jeudi 10 avril 2014
711 visites 4 messages

Madame,
Messieurs,

Permettez-moi de vous féliciter pour votre élection comme députés du Parti québécois. Nous avons besoin de vous et de vos compétences pour réorganiser le PQ et faire en sorte que nous soyons portés au pouvoir dans quatre ans.

" Une nation meurt par suicide, non pas par meurtre" Arnold Toybee

Monsieur Péladeau, j’ai lu dans Le journal de Montréal ce matin (9 avril 2014) que vous étiez responsable de la défaite du PQ. Je me suis permis d’écrire au journaliste pour redresser les faits car après votre présentation officielle en politique, le peuple était en liesse ; le PQ a obtenu 44 % d’intention de vote ; la cote la plus élevée de cette campagne. Mon analyse est bien différente de celle de monsieur Martineau.

Je pense qu’il y a deux responsables directement reliés à cette défaite :

- La Première Ministre sortante

Madame Marois elle-même qui lors du premier débat a vu la cote du PQ baisser drastiquement. Son image ne passait pas. Même constat lors du 2ième débat : la cote chute de façon encore plus dramatique.
Madame Marois a été extraordinaire comme députée et ministre prouvant sa grande générosité et sa grande sensibilité envers le peuple québécois : Instigatrice des Services d’urgences sociales du Centre des services sociaux du Montréal métropolitain (1976-1978) Instigatrice du programme Accès Logis pour la construction de logements sociaux • Instigatrice de la première politique familiale du Québec, qui mènera à la création des services de garde éducatifs, de l’assurance parentale et de plusieurs mesures de conciliation entre le travail et la vie familiale. Comme Ministre elle a toujours mené à bien les portefeuilles confiés prouvant ainsi qu’elle est une bonne gestionnaire. Cependant il faut plus que cela pour ’’éveiller’’ un peuple et faire en sorte qu’il nous suive. Il faut avoir la conviction que le Québec doit se donner une gouvernance propre et son indépendance. En cela madame Marois a été décevante. Tiède et changeante dans son intention de souveraineté. Elle n’a eu ni le charisme, ni le talent d’orateur qui donne envie de suivre un chef. Elle n’a pas su convaincre. Malgré la meilleure équipe de ces partis en lice, malgré les meilleures compétences présentées comme équipe, malgré le niveau d’éducation élevé des candidats, elle n’a pas réussi. Durant la campagne on n’a jamais vu les candidats de son équipe dévoiler et présenter leurs projets tous plus intéressants les uns que les autres. Madame Marois s’est mise bien en évidence sur le devant de la scène. C’est ce que nous avons vu, nous les électeurs. De plus elle avait un ’’squelette dans son placard’’ ; l’histoire Blanchet. Je dois avouer qu’en ce qui me concerne la sortie de la dame me motivera à reprendre le combat vers la souveraineté.

- Les médias d’information : télévision, journaux et radio

Officiellement le parti libéral a eu des supporteurs de première ; première page de journaux à saveur partisanes, émissions de débats ou de commentaires très négatifs envers le PQ accordant trop de crédit aux libéraux, temps d’antenne ou espace dans les journaux en faveur du PLQ, radio misant sur la désinformation et influençant l’opinion en faveur des rouges. J’étais vraiment déçue de cette campagne de désinformation ou de ’’déformation de propos ou d’actes’’ menée sans répit par les commentateurs, les scribes ou les journalistes accrédités. Certains savaient mais ne voulaient rien faire se disant menacés de représailles. Tous ces médias d’information ont mené une campagne violente envers le PQ.

Le Guide* de déontologie des commentateurs et des journalistes recommande* que rôle essentiel des journalistes est de rapporter fidèlement, d’analyser et de commenter le cas échéant les faits qui permettent à leurs concitoyens de mieux connaître et de mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent.
Une telle information complète, exacte et pluraliste est une des garanties les plus importantes de la liberté et de la démocratie.
Les journalistes servent l’intérêt public et non leur intérêt personnel ou particulier. Cette obligation prévaut sur le désir de servir des sources d’information partisanes ou de favoriser la situation financière et concurrentielle des entreprises de presse.
Ce Guide n’est pas un code au sens strict car il tient compte de la nature particulière du milieu journalistique. Au Québec, il n’existe pas de regroupement obligatoire des journalistes au sein d’un ordre professionnel. Ni le titre de journaliste, ni l’acte journalistique ne sont réservés à un groupe particulier de personnes, au Québec.

Donc si je lis bien le message du Guide, n’importe qui peut s’improviser lecteur ou commentateur de nouvelles et pencher du côté du plus offrant semble-t-il : avancement, avantages monétaire, congés payés ou autres … cela sans problème de représailles juridiques ou patronales. Ce qui explique peut-être les comportements inappropriés de la meute médiatique durant cette campagne et leur jeu d’influence sur la population dite plus fragile ou indécise.

Je ne suis plus capable d’écouter l’information à TVA. Monsieur Jean Lapierre et cie, monsieur Dumont et cie ’’bavent’’ sur toute action nationale suggérant la souveraineté. Ils ont été partisans libéraux tout au long de cette campagne. Ils biaisent, désinforment influencent le peuple peu éduqué, peu informé ou qui ne s’intéresse qu’au spectacle médiatique. Cette télévision semble avoir toutes les caractéristiques du lavage de cerveau en faveur des libéraux. Depuis longtemps. Mais qu’est-ce qui les motive pour agir ainsi ? Ne pourrait-il pas se faire un ménage avant la prochaine campagne ? Et que dire de la commentatrice Anne-Marie Dussault de Radio-Canada qui a mené elle aussi une campagne anti-souverainiste avec plusieurs autres collègues qui se sont joint à elle. Payés par qui cette télévision ? Par nos taxes !

La radio de Québec tant qu’à elle a été désobligeante, ’’sauvage’’, et même scandaleuse dans la façon de livrer l’information. Les animateurs ont officiellement influencé la population à voter libéral. Il faut absolument faire quelque chose afin que cela ne se reproduise plus.

Et que dire du chef du parti libéral lors de son discours de lancement de campagne qui a dit haïr les souverainistes. Ce sont 90,000 membres engagés et déterminés à vouloir se faire confiance, à dicter ses propres lois, à parler la langue française partout au Québec, à vivre selon nos propres valeurs ... Puis ensuite il accuse les autres partis de violence. Je cite le Devoir du 6 mars 2014 :

C’est animé par une détestation viscérale du gouvernement de Pauline Marois que le chef libéral, Philippe Couillard, amorce la campagne électorale.
« Je déteste ce gouvernement », a affirmé Philippe Couillard au cours du premier point de presse de la campagne qu’il a donné entouré de quelque 90 candidats libéraux. D’emblée, le chef libéral a retiré ses gants blancs.
Devant quelque 200 militants en début de soirée, dans un discours énergique et parfois agressif, Couillard a fustigé à nouveau le gouvernement Marois. « Dehors ! Fini ! Terminé ce gouvernement qui détruit le Québec. »
« Il faut débarrasser le Québec de ce gouvernement dangereux, toxique, incompétent », a-t-il lancé. ...

Est-ce acceptable pour un futur PM ?

Je peux vous affirmer que mon mari et moi avons pleuré le 7 avril 2014 car après plus de 30 ans d’attente nous espérions cette victoire. Une peine incommensurable nous a envahis. Nous ne verrions jamais éclore ce pays que nous avions semé il y a trente ans ! Nous n’avons pu écouter le discours de monsieur (par politesse) Couillard. Encore moins le discours de monsieur (je le dis du bout des lèvres pour être polie) Legault ou celui de dame (ici aussi par politesse) David. Mais lorsque j’ai vu apparaître votre quatuor sur scène j’ai remis le son de mon téléviseur. Vous avez su me redonner l’espoir, ranimer mon envie de lutte (à mon âge ce sera ma dernière lutte). Les détracteurs habituels sur TVA et Radio-Canada ont déversé leur hargne sur votre geste patriotique. Mais le peuple tant soit peu éduqué a apprécié. En effet du jamais vu à son meilleur ! Bravo ! Continuez à être des Insoumis comme les Patriotes en 1837-38.

Madame Léger, monsieur Péladeau, monsieur Lisée et monsieur Drainville vous avez été tout simplement ’’enlevant’’ lors de votre discours avant de donner la parole à madame Marois. Vous avez fait en sorte de ’’mettre du baume sur ma plaie grande ouverte à la désespérance’’. Je vous en prie réorganisez-vous et n’abandonnez jamais ! Le peuple a besoin d’être éduqué. Allez dans les écoles secondaires, les CEGEP, les universités, allez dans les garages, les épiceries, les centres d’achats ... faire de l’éducation. Organisez des réunions dans les centres pour aînés, faites valoir que leur pension du Canada va être encore meilleure avec notre propre gouvernance ; vous savez ils ont peur ces québécois qui n’ont rien d’autre pour survivre. Recrutez des gens pour vous aider. Recrutez des partisans. Agissez dès maintenant comme si vous étiez en campagne électorale.

Et si vous revenez au pouvoir il sera essentiel qu’au lieu d’enseigner l’éthique religieuse dans nos écoles on dispense des cours de civisme (savoir-vivre) et d’histoire du Québec (la vraie histoire) à tous les niveaux. Les québécois ont vraiment besoin de se réapproprier leur histoire, de redevenir un peuple fier, combatif, courtois, des gens de parole capables de défendre leur langue française et leurs valeurs.

Puisqu’il faut vous donner un nouveau chef, pourquoi ne pas prendre le temps de le faire ? Pourquoi ne pas donner à chaque personne susceptible de devenir chef de prouver sa capacité en présentant des projets, des motions… en accaparant l’antenne comme l’ont fait les libéraux depuis l’élection du PQ en 2012 ? Pourquoi ne pas demander à la population de vous aider à faire ce choix par un vote sur internet sur le site du PQ ?

Ce chef devra pouvoir enflammer le coeur des québécois, être intègre et avoir la souveraineté tatouée sur ’’le coeur’’. Cependant il faudra être prudent et éloigner les taupes que les fédéralistes introduisent dans le camp et qui finissent par semer la zizanie au sein du PQ.

Et surtout soyez vigilants ! Cette gouvernance libérale va vouloir la votation proportionnelle ; ce qui équivaut à les élire à la vie.

Ces libéraux vont favoriser l’immigration maghrébine au Québec ; ils sont déjà en action. Opposez-vous et luttez ! Il ne faut pas vivre les problèmes générés par cette immigration comme en Europe. Les libéraux vont par ce moyen étouffer la survie de notre peuple. Et ce n’est pas du tout rentable que ces gens viennent chez-nous. Vous le savez car différentes études scientifiques ont été faites sur le sujet.

Je vous aime tous mais j’ai un petit faible pour vous monsieur Péladeau et pour monsieur Drainville ! Je vous admire tous car faire de la politique c’est presque un travail de Sisyphe surtout au PQ. Vous êtes généreux, vous êtes courageux, vous aimez notre peuple malgré le traitement qu’on vous réserve, malgré l’ingratitude.

Merci d’être là debout malgré l’affront d’un peuple qui a péché par influence, par ignorance et par manque d’éducation. Ou peut-être qui vous a fait comprendre que ’’madame la chef’’n’était plus souhaitée à la tête du parti.

Bien cordialement je vous souhaite l’énergie et le succès,

Norma

* Le mot guide est utilisé car en fait au Québec il n’y a pas de code de déontologie comme dans les autres provinces ou pays. Il serait temps de s’en donner un pour éviter les dérapages connus lors de la dernière campagne.

Commentaires

  • micheline St-Pierre Otis, 10 avril 2014 23h32

    Mme Norma

    Je trouve votre analyse très intéressante et bien sentie sur les résultats du 7 avril. Cependant, je suis décue de votre jugement sur Mme Marois. J’en ai marre d’invoquer le charisme, ce truc-machin qu’une personne en politique doit absolument avoir. N’oubliez pas que Robert Bourassa n’avait pas tellement fière allure et on disait de lui qu’il devait prendre constamment des valliums tellement il avait l’air amorphe. Et pourtant il a fait trois ou 4 longs mandats. S’il n’avait pas été malade, il aurait pu se maintenir encore jusqu’à 75 ans.
    Je vous concède que Mme Marois a fait quelques maladresses, sans doute à cause d’une mauvaise stratégie de son équipe de conseillers.
    Mais la plus forte cause de ce grand tremblement politique est certainement le rôle très partisan joué par les médias dont vous parlez abondamment et avec grande justesse dans votre analyse.
    Je reviens sur le jugement sévère que plusieurs analystes ont fait sur Mme Marois. Là-dessus, je vous réfère à une confidence laissée par Yves Desgagnés sur le Site Indépendantes.org où il déplore la grande misogynie de beaucoup trop de mâles hélas encore en 2014.

  • Ginette Fillion, 10 avril 2014 22h10

    J’ai bcp. aimé votre opinion Mme Norma.
    Je la partage à 95%. Quand vous demandé de refuser les immigrants maghrébins, je suis outrée. Pourquoi vous vous attaquez à eux ??
    Connaissez vous vraiment ces gens ?
    Mon conjoint est Tunisien et ce pays est le plus évolué de tous les pays arabes. Je me sens beaucoup plus en sécurité, quand je suis là bas, que quand je suis à Montréal.
    Les gens sont respectueux, pacifique et généreux au possible.
    Les belles valeurs qu’ils ont sont depuis longtemps disparues de la plupart de nos québécois depuis longtemps. Informez vous chère dame, la désinformation, ça va dans tous les sens.

  • Mario Goyette, 10 avril 2014 19h47

    La solution consistera dans le futur à convaincre les québécois qu’il y a moins à perdre dans le beau risque de prendre en main notre destinée que d’accepter le détournement de nos ressources et de nos lois par Ottawa et le parti libéral du Québec.
    Approchant bientôt la retraite, les soubresauts économiques et prévisibles prévus suite à une éventuelle souveraineté ne m’inquiète pas trop mais chez la classe moyenne et les jeunes travailleurs que je côtoie chaque jour ; le pouvoir d’achat, la sécurité financière, les soins médicaux dont se servent les Justin trudeau, François Legault et maintenant Philippe Couillard et sa bande de profiteurs pour faire peur au monde touchent la cible.
    C’est pourquoi un homme d’affaire qui a de l’influence et du charisme comme Pierre Karl Péladeau pourrait redonner un essor à notre mouvement de plus en plus vieillissant à l’approche de notre assimilation complète délibérée et décidée par Trudeau lors du rapatriement de la constution pour nous noyer dans la mer multi culturelle canadian.

  • François Ricard l&8217;inconnu, 10 avril 2014 15h10

    Il s’agit, aussi bien pour les péquistes que pour tous les indépendantistes, de tourner cette défaite en victoire. Le vaisseau amiral de l’indépendance a subi, ces dernières années, bien des avaries causées bien souvent par une direction qui a commis nombre d’erreurs et a dévié considérablement de sa trajectoire escomptée.
    En tout premier lieu, avant de se donner un nouveau chef, le PQ doit colmater les fuites, gréer à neuf son bâtiment et redéfinir un nouveau trajet, en un congrès général où tous les membres pourront participer. Ce n’est qu’après cet exercice essentiel qu’il pourra songer à se donner un nouveau chef qui saura respecter la volonté de la base. Les militants, relégués au second plan depuis le dernier congrès qui avait été noyauté pour pléblisciter Mme Marois comme chef, ont toujours constitués la meilleure force du PQ. Il faut refaire cette force et lui donner un nouveau leader qui saura l’utiliser.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
7 645$  13%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 26/04 Diane Gagnon: 50$
  • 23/04 René Ricard : 50$
  • 23/04 Jacques Coulombe Ltée : 20$
  • 22/04 François Dubois : 20$
  • 20/04 André Daoust : 40$
  • 19/04 Jacques Tremblay : 50$
  • 19/04 Simon Garneau: 25$
  • 19/04 Simon Bergeron: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités