«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

PKP, le nouvel ADN du PQ ?

Sa popularité se maintient

Tribune libre de Vigile
mercredi 29 octobre 2014
3 054 visites 7 messages

Le plus récent sondage CROP démontre très bien ce qui se trame chez les politiciens du PQ et dans la population en général. À première vue, il y a deux types de candidats, la grosse cylindrée bien équipée PKP possédant l’énergie de la victoire et les autres loin, mais très loin derrière avec des pourcentages très mitigés et des rêves qui rétrécissent comme une peau de chagrin. Bien sûr, la différence de qualité n’est pas égale à l’écart représenté dans la notoriété. PKP avec un immense 60% d’influence, un pointage assez remarquable pour être le chef du PQ. On peut donc facilement conclure que la concurrence est presque reléguée aux oubliettes.

La tendance s’annonce claire, c’est le nom de Pierre Karl Péladeau que les gens désirent voir sur l’enseigne du PQ à la porte ; tandis que son ADN habitera l’administration. Ajoutons que l’aile jeunesse, lors de sa dernière rencontre à Beaupré, a choisi PKP comme candidat idéal pour diriger le PQ et surtout dynamiser la reconstruction du parti. Nous pouvons affirmer que le message est clair du côté de l’appui des jeunes.

En ce qui concerne les Drainville, Ouellet, Lisée et Cloutier, loin de soulever l’hystérie collective dans la course, leur stratégie sera de bonifier leur capital politique personnel afin de joindre les rangs et s’allier à PKP pour mieux marchander un éventuel poste de ministre. Après tout, la lutte à la chefferie du PQ en sera-t-elle vraiment une ou seulement une séance protocolaire ? Le printemps 2015 nous apportera les réponses officielles sans toutefois de surprises et de suspense.

Pour sa part, Bernard Draincille représente un excellent joueur de premier trio capable de belles victoires à lui seul. Mais si vous regardez du côté de Ouellet et Cloutier, c’est évident qu’ils ne peuvent jouer sur la même page de partition musicale que PKP.

Dans l’univers de Jean-François Lisée, depuis qu’il a commis ses bourdes qui donnèrent des ailes à la CAQ et le PLQ il y a quelques semaines à l’endroit de PKP, tentera-t-il de regagner la faveur chez les membres du PQ ? Quel genre d’avenir aura M. Lisée au sein du PQ si M. Péladeau en devient la grand manitou ? Le temps risque d’être long pour lui et les défis d’importance seront inexistants, tout cela à travers un rôle très effacé, admettent certains observateurs de la tribune provinciale.

Je reprendrai ici que M. Péladeau , sans être chef du PQ encore, parvient facilement à faire trembler de peur le frêle temple de la CAQ. La preuve est que François Legault tente désespérément de faire payer un prix beaucoup trop cher à PKP pour sa venue en politique. Il ne cesse de tirer à boulets rouges dans sa direction. J’aimerais bien savoir si M. Legault, à travers ses belles vertus à temps partiel, est aussi sévère pour lui qu’il l’est envers PKP ! Sans présumer de rien, nous serions peut-être surpris !

Commentaires

  • Marcel Haché, 31 octobre 2014 07h55

    @Henri Marineau

    Le méprisable Sébastien Bovet est aux ordres. D’abord aux ordres de Radio-Tralala, qui lui intime l’ordre d’aboyer que Philippe Couillard est très intelligent.
    Les grands esprits se rencontrent. Les p’tits aussi !

    Pour un Bernard Drainville, vous trouverez dans la Maison des dizaines d’aspirants comme Bovet, qui trouvent tous maintenant dans le P.L.Q. ce que leurs pères avaient trouvé naguère dans le P.L.C. de Trudeau. En quelque sorte, c’est dans leurs gènes, et dans l’A.D.N. de la Maison… qui ont l’intelligence des Bourbon : n’ont rien oublié, mais n’ont rien compris !

    Grands chiens ou p’tits chiens-chiens, aucune différence : tous dressés contre Nous jusqu’au ricanement.

  • Denis Binet, 29 octobre 2014 15h38

    Depuis que François Legault s’est déshonoré en quittant le Parti Québécois,
    laissant à découvert toute la fumisterie de son engagement politique, il démontre
    une mesquinerie qui n’a d’égale que son opportunisme vulgaire, son égo démesuré
    et un orgueil aveugle.

    Il est prêt à salir tout le monde pour gagner quelque chose, on n’a qu’à voir son
    acharnement à l’égard d’un candidat qui le couvre de son ombre.

    D’autre part, si lui et sa CAQ professent les mêmes valeurs et idées que les
    libéraux pourquoi ne fusionnent-ils pas avec eux ? Parce que notre Legault veut
    être chef, même de n’importe quoi. Pourquoi pas le Parti SE FAIRE CUIRE UN OEUF ?

  • jean asselin, 29 octobre 2014 13h10

    Ce midi Jacques Beauchamps à la SRC qui questionnait PKP sur ces interventions à l’Assemblée Nationale. D’une façon très subtile on voit qu’on essaie de faire une job de bras à PKP.
    Au lieu de regarder le dossier dans sa globalité et d’aller explorer par exemple ce qui s’est fait à New York avec le maire Blomberg et apporter aussi d’autres exemples, mais ces journalistes ne font pas leur travail, ils font de la politique
    PKP a bien répondu en disant qu’il n’intervient pas directement dans la gestion de Quebecor. C’est un homme qui en tant que propriétaire d’une vaste entreprise crée de l’emploie.
    Je dirais, enfin un politicien qui va défendre les entreprises Québécoises et cette question des conflits d’intérêts devrait aussi être regardé pour M Barrette qui en tant que médecin ministre de la santé qui peut retourner à la pratique médicale après son passage en politique pourrait être en conflit d’intérêt en négociant actuellement ses futurs conditions de travail.

  • Henri Marineau, 29 octobre 2014 11h11

    Je n’ai pas aimé du tout le clin d’oeil "méprisant" de Sébastien Bovet faisant référence à la fiducie sans droit de regard, insinuant que PKP aura quand même un petit "regard" sur Québécor lors de son reportage à l’émission 24 heures en 60 minutes du 28 octobre...Un clin d’oeil qui frise le procès d’intention !...

  • Henri Marineau, 29 octobre 2014 07h25

    Même si le commissaire à l’éthique et à la déontologie a rendu une décision en faveur du député de Saint-Jérôme, Pierre Karl Péladeau, dans le prétendu conflit d’intérêt qui le liait avec Québécor, le chef de la CAQ, François Legault, continue de marteler sur le clou de l’acharnement partisan.

    En effet, il m’apparaît évident que M Legault n’aime pas du tout voir apparaître PKP dans le décor politique du Québec en raison de l’attraction qu’il pourrait exercer auprès d’une certaine frange de la clientèle caquiste.

    Alors, M Legault, rangez vos chiffons de M Net dans les tiroirs de votre belle innocence et préparez vos armes pour affronter dignement celui qui est pressenti, malgré votre acharnement, comme le futur chef de l’opposition officielle.

  • 28 octobre 2014 20h58

    Monsieur Legault demeure égal à lui-même toujours ; grossier et destructeur, mais il ne parviendra pas à renverser un effroyable taureau qui fonce avec la cane du berger sur son cœur.

    Monsieur Pierre-Karl Péladeau est là pour défoncer la porte et il y parviendra, car il aura tout le peuple derrière lui.

    Serge Jean

  • Mario Goyette, 28 octobre 2014 18h47

    C’est une question difficile à débattre car elle touche la partisannerie de l’information dans les médias.
    Alors que je me réjouis des gains récents de Pierre-Karl Péladeau au sujet de la fiducie sans droit de regard de ses actions, le chef de pupitre de l’assemblée nationale du Québec Sébastien Bovet et l’emblème national fédéral en avant les cornemuses Patrice Roy ricanent durant le bulletin d’information à RDI prétendant que l’étirement de l’affaire Quebecor- PKP le place sur la défensive, à l’avantage des libéraux et des caquistes...

    Pourtant pour une rare fois dans mon milieu de travail, les ultras fédéralistes mur à mur sont sur notre bord et sont mal à l’aise des coups bas de leurs favoris ; Bovet et Roy devrait prendre l’air plus souvant à l’extérieur plutôt que de se fier au sondage Crop de leur vaisseau empire, La Presse. Ça leurs permettraient de constater à quel point le gouvernement libéral nage dans une mer de boue à des limites rarement égalées dans l’histoire contemporaine avec une telle charge de corruption qui ne cesse de refaire surface jours après jours.

    Fiducie sans droit de regard : PKP bénéficie d’un « trou » dans le code d’éthique

    http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/10/28/pkp-naura-pas-a-mettre-ses-avoirs-en-fiducie-sans-droit-de-regard_n_6062850.html

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
11 925$  20%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/07 Jean-Robert Primeau: 50$
  • 21/07 Ginette Doiron: 10$
  • 21/07 Andre Laflamme: 100$
  • 21/07 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/07 Alain Tousignant: 5$
  • 19/07 Patrice Albert: 5$
  • 19/07 Michel Arteau: 10$
  • 16/07 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités