«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

En toute cohérence !

Mise au point

Où va Vigile ?

Le nouveau clivage mondialisme/souverainisme

Editorial de Vigile
lundi 27 mars

Depuis vingt ans, Vigile porte le flambeau de la cause indépendantiste sur Internet, permettant aux Québécois d’avoir un point de vue souverainiste de la scène politique nationale et internationale. Devant les médias de masse qui se montrent souvent incapables d’analyser l’actualité de manière un tant soit peu objective, Vigile permet de jeter une lumière équitable sur les événements qui influencent l’avenir de la nation.

La revue de presse quotidienne, tout comme les éditoriaux, les chroniques et la tribune libre font de Vigile une plateforme unique du paysage médiatique québécois. Vigile contribue à renouveler l’analyse des débats souverainistes et donne un espace à tous les souverainistes qui souhaitent faire avancer la cause nationale.

Devant un monde perpétuellement en mouvement où la complexité des événements n’est pas simplifiée par la propagande médiatique continuelle à laquelle les Québécois sont soumis, il est important de clarifier la doctrine politique qui anime Vigile.

Patriotes contre mondialistes

Rappelons que, depuis un bon moment déjà, Vigile mène une réflexion de fond pour préciser ce qu’est une véritable doctrine souverainiste et qu’au passage cette démarche nous a amenés à écarter définitivement la grille d’analyse fondée sur le clivage gauche-droite pour lui substituer celle qui s’impose de plus en plus clairement : le souverainisme contre le mondialisme.

Le clivage gauche/droite n’a plus aucune autre pertinence et utilité que celle de rallier au néo- libéralisme des forces qui le combattraient avec la dernière énergie s’il ne s’était pas dissimulé sous le manteau de la gauche en cherchant à se faire passer pour ce qu’il n’est pas.

Le mondialisme peut se définir comme la doctrine qui vise à réaliser l’unité politique du monde considéré comme une communauté humaine unique par la destruction des souverainetés étatiques, des identités nationales tout en promouvant la fin des frontières afin de faciliter la libre circulation des capitaux, des produits et des populations.

Devant ce mondialisme promu par une élite politico-médiatique se dressent les patriotes de tous horizons qui défendent le principe de la souveraineté nationale, qui souhaitent conserver et projeter dans l’avenir les identités nationales sur le seul modèle démocratique connu, celui de l’État-Nation.

Soulignons également que cette lutte se joue à l’échelle planétaire et que le Québec n’y échappe bien évidemment pas.

L’indépendance du Québec a pour but d’assurer la pérennité du peuple québécois, héritier du Canada français et de la Nouvelle-France, afin qu’il puisse vivre aujourd’hui comme demain en tant que peuple souverain, libre et seul maître de son destin.

La démocratie – composé des mots grecs demos (peuple) et kratos (pouvoir) – repose sur le présupposé que c’est un peuple souverain qui détient le pouvoir politique de la Cité. S’il peut y avoir souveraineté sans démocratie, il ne peut pas y avoir de démocratie sans souveraineté. Ainsi au XXIe siècle, la lutte pour la souveraineté du Québec demeure un enjeu plus pertinent que jamais.

« L’État, la force commune organisée pour faire obstacle à l’injustice » - Fréderic Bastiat.

Considérant que les forces mondialistes ont aujourd’hui fait alliance avec le camp fédéraliste, immigrationniste et multiculturaliste, il est du devoir des patriotes sincères de connaître quels sont aujourd’hui les adversaires de la souveraineté et de l’émancipation politique des Québécois. Tel est donc le cadre de cette lutte qui se joue à l’échelle de la planète et dans tous les domaines : politique, militaire, médiatique. Le Québec, enfermé dans le cadre fédéral canadien, n’échappe pas à cette dure réalité.

« Il n’y a pas de politique qui vaille en dehors de la réalité » - Charles de Gaulle

Soyons clairs

À partir de notre réflexion en profondeur sur la nécessaire actualisation du mouvement souverainiste, nous tenons à préciser notre pensée :

Notre constat du contexte et de la situation est simple : le PQ, malgré toutes ses lacunes et tous ses défauts, demeure actuellement le seul parti sur lequel les Québécois puissent compter pour sortir les Libéraux du pouvoir et reprendre le contrôle de notre État national en 2018 sans risque de tomber dans les mêmes travers, un préalable incontournable à toute démarche vers l’indépendance.

Vigile ne souhaite pas participer à la division du vote, mais cherche plutôt à se positionner dans une réelle convergence afin de battre le gouvernement le plus toxique et corrompu de notre histoire, car il s’agit d’un enjeu existentiel pour l’avenir du Québec.

Les critiques de l’équipe éditoriale de Vigile contre le Parti Québécois visent à relever les lacunes de ce parti sur le plan politique et stratégique. Ces critiques veulent surtout orienter le PQ vers une doctrine souverainiste clairement comprise et non pas diminuer ses chances de former le prochain gouvernement.

L’objectif de Vigile est de porter un message clair sur ce qu’est une doctrine souverainiste, ce que les élites souverainistes actuelles se refusent à faire, soumises qu’elles sont à la narration radio-canadienne mondialiste, fédéralise et multiculturaliste. Vigile souhaite également contribuer à sortir le mouvement souverainiste de la terreur médiatique dont il est victime.

Vigile considère qu’aucune convergence n’est possible entre le PQ et QS pour la simple raison que les Solidaires placent leurs intérêts partisans au-dessus des intérêts de la Nation. Rappelons que si QS est solidaire de qui que ce soit, c’est bien des seuls Libéraux avec qui ils partagent le dénigrement constant de tout référent national. QS est une contrefaçon, une fraude intellectuelle et politique qui a pour effet de permettre aux Libéraux de demeurer au pouvoir en raison de la dispersion du vote francophone. Il faut mettre fin à cette mystification qu’est Québec Solidaire.

Cela dit, Vigile n’est pas un organe du Parti Québécois et se réserve toute la marge de manoeuvre nécessaire pour dénoncer ses errements ou ses écarts sur la doctrine souverainiste. Le soutien de Vigile au PQ est entier, mais il n’est pas inconditionnel. Vigile ne signe de chèque en blanc à personne.

Vigile et le Front National

À partir de sa compréhension des intérêts nationaux, Vigile est ouvert à toute contribution en provenance des milieux souverainistes et notamment ceux de la francophonie. Ainsi, certains membres du C.A. ont développé des relations avec la candidate à la présidentielle française, Marine Le Pen.

Pour la forme, rappelons que le Front National de Mme Le Pen est le premier parti de France en termes de votes enregistrés lors des dernières élections européennes et régionales. Marine Le Pen est également en tête de tous les sondages en ce qui concerne le premier tour de l’élection présidentielle française. Elle est surtout, et c’est ce qui compte pour Vigile, la principale candidate antimondialiste, patriote et souverainiste à la présidence de la France.

Quelles que soient les sensibilités politiques de chacun, le mouvement souverainiste et le Québec ne peuvent se priver de liens structurés, privilégiés et soutenus avec un acteur bien placé pour peser sur la suite des choses.

En ce cinquantième anniversaire de la fameuse déclaration du général de Gaulle à l’Hôtel de Ville de Montréal, il nous apparaît également primordial que le mouvement souverainiste québécois entretienne des liens avec la plus importante candidate souverainiste de France.

Un combat quotidien

Depuis vingt ans, Vigile mène un combat incessant et sans concession pour l’indépendance du Québec. Ce combat est garanti par la cohérence de sa doctrine. Cette lutte ne pourra se faire sans une compréhension lucide de ce qu’est le souverainisme et sans le courage d’en assumer les tenants et aboutissants.

Vigile est un acte quotidien de courage et de détermination qui suppose en tout temps la contribution de chacun, y compris celle de ses lecteurs. La souveraineté n’est pas un souhait mais une somme ; chacun y contribue à sa façon et selon ses moyens. En ne perdant jamais de vue que l’argent est bel et bien le nerf de la guerre, nous vous invitons à contribuer - dans la mesure du possible - à la poursuite de l’aventure qu’est Vigile.

Vos contributions, des plus petites aux plus importantes, sont les bienvenues. À cette fin, nous vous invitons à consulter ici la page où vous trouverez un accès PayPal pour effectuer votre contribution par carte de crédit, de même que l’adresse à laquelle nous faire parvenir un chèque si telle est votre préférence.

Si vos moyens ne vous permettent pas de nous aider directement mais que vous souhaitez quand même le faire, nous avons introduit depuis quelques mois la publicité sur notre site. La période de rodage est maintenant terminée et le système fonctionne à notre satisfaction. À chaque clic sur une publicité que vous trouvez dans la colonne de droite de notre page d’accueil, une petite redevance est versée à Vigile. Plus vous cliquerez, plus vous nous aiderez. Ne vous gênez surtout pas.

Merci à tous de garder Vigile en vie. C’est pour vous qu’il existe.

Vive Vigile, vive la Patrie, vive le Québec, vive le Québec libre !

Alexandre Cormier-Denis & Jean-Claude Pomerleau

Suggérer cet article par courriel
Vigile

L’argent est le nerf de la guerre

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
11 925$  20%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/07 Jean-Robert Primeau: 50$
  • 21/07 Ginette Doiron: 10$
  • 21/07 Andre Laflamme: 100$
  • 21/07 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/07 Alain Tousignant: 5$
  • 19/07 Patrice Albert: 5$
  • 19/07 Michel Arteau: 10$
  • 16/07 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités