«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

En marche (comme Macron), mais vers quoi ?

LIBRE OPINION

Osez repenser le PQ : le changement est en marche

Au cours des derniers mois, j’ai effectué 162 consultations aux quatre coins du Québec auprès de plus de 3600 personnes, lesquelles se sont exprimées sur le Parti québécois, et surtout sur le véhicule politique qu’ils souhaitent pour réaliser des aspirations légitimes, mais trop souvent négligées. Les jeunes de moins de 40 ans, les Québécois issus de la diversité et les jeunes entrepreneurs ont été au coeur de cette démarche ouverte et franche. Cette tournée, sans précédent comparable dans l’histoire d’un parti politique québécois, a permis de recueillir pas moins de 156 recommandations pertinentes et innovantes pour assurer la relance du Parti québécois et a surtout permis de constater ce que les sondages ne font qu’effleurer : le changement est en marche.

 

En ce qui a trait à la place des jeunes, le rapport préliminaire d’Osez repenser le PQ, publié en février dernier, soulignait qu’ils ne représentent que 14 % des membres dans le parti. Bien qu’il y ait plus de jeunes au PQ que dans toute autre formation politique, le rapport émettait l’hypothèse que le poids démographique des moins de 40 ans n’était pas suffisant pour influer sur les orientations du parti et assurer son avenir.

 

Or, cette situation a fait l’objet d’une métamorphose plutôt spectaculaire au cours des derniers mois, qui étaient le théâtre des élections des comités exécutifs de circonscriptions. Tout d’abord, le nombre de 40 ans et moins est passé à 16 683 membres, une augmentation de 31 % en moins de 6 mois. De plus, dans 35 circonscriptions, les jeunes de 40 ans et moins sont devenus majoritaires sur leurs exécutifs de comté et dans 80 circonscriptions sur 125, ils occupent au minimum 30 % des sièges. Quant aux présidents de circonscriptions, on en retrouve désormais 40 âgés de 40 ans et moins, ce qui représente près du tiers des présidents, une hausse de 33 % par rapport à l’année précédente. Finalement, les 16 à 40 ans forment désormais 37,4 % des membres des exécutifs des circonscriptions, ce qui constitue un chiffre beaucoup plus élevé que leur proportion dans la population. Or, à ce groupe s’ajoutent les membres des exécutifs jeunesse du parti qui comptent 75 membres répartis sur 15 régions, qui participent activement aux activités du parti et à l’élaboration de ses orientations. On constate donc que les 40 ans et moins forment près de la moitié des membres occupant des fonctions électives dans le PQ, soit 42 % pour être plus précis.

 

Ainsi, les dernières élections pour les instances locales du parti ont permis à ce groupe d’âge de gagner rapidement en influence en s’imposant au sein des structures décisionnelles. Il semble que les « pokémons rares » soient en train d’envahir le PQ et que le jour où le PQ sera porté majoritairement par la jeunesse ne semble pas très loin. Et comme le disait Georges St-Pierre dans son annonce de lait, on ne peut pas dire si ce changement fulgurant est en cours en raison de la tournée Osez repenser le PQ, mais on peut dire que la grande majorité de ces jeunes ont participé à Osez repenser le PQ et lu son rapport préliminaire.

 

Plus de diversité

 

Dans les préoccupations exprimées par les participants, on retrouvait un souci constant d’attirer davantage de diversité culturelle au sein du parti. Les participants veulent que l’identité québécoise s’enrichisse, soit partagée par le plus grand nombre possible, et ils nous demandent d’agir en ce sens. Les membres de la diversité réclament également que cesse l’immobilisme en matière de lutte contre la discrimination et veulent l’assurance qu’il y aura des gestes concrets. En sus des 20 propositions pour lutter contre le racisme et la discrimination mises en avant par le PQ, des participants recommandaient la création d’un comité de suivi permanent sur l’intégration et la lutte contre la discrimination et le racisme, de manière à assurer que les bottines suivent les babines. Cette proposition, nous l’avons faite nôtre avec ce rapport. Elle permettra ainsi d’assurer un suivi transparent sur la mise en place des mesures que nous proposons pour rétablir la justice. Tout ce qui se mesure s’améliore !

 

La tournée a également été l’occasion d’entendre ce que de jeunes entrepreneurs avaient à dire sur la politique et notre prospérité. Ces consultations, conjuguées à celles entreprises par l’initiative Priorité PME, permettront au PQ d’être au diapason des préoccupations des bâtisseurs de notre économie à l’aube des élections de 2018. Ces entrepreneurs, fous du Québec, ont de grands rêves pour la prospérité collective, la moindre des choses est de ne pas leur mettre de bâtons dans les roues !

 

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
PQ - La reconstruction
Un avenir ou pas ?

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités