«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Ô Kébek, merci Raôul

Tribune libre de Vigile
vendredi 24 juin 2011
1 229 visites 5 messages

Ô Kébek de mon ami Raôul Duguay, une farce ? Pas du tout. Je connais Raôul depuis longtemps et sans être mon ami, je crois que nous avons du respect l’un envers l’autre.

Mais j’en veux à Patrick Lagacé pour cet article « destroy » qui démolissait tout ce qui siège au-dessus du coeur du poète : l’intelligence, le jugement, l’altruisme, la créativité, l’amour et l’âme. Parce que Lagacé l’a fait sans perspective, sans imaginer ce qui serait arrivé si les Trois Accords ou les Cowboys fringants ou encore une étoile académie avaient accepté d’écrire notre hymne.

Un hymne, c’est pompier par définition. Dans quelques paragraphes, on doit reconnaître les habitants, leurs moeurs, leurs rites, leurs us, leur imaginaire, leur faune, leur flore, leurs amours, pour que l’on dise après l’avoir entendue : j’aimerais donc être leur ami.

Oui, oui, les orignaux sont des bêtes de chez nous et aussi cette tonne de préjugés, cette montagne de critiques sans comparaisons, cette propension à ne pas faire d’efforts. C’est aussi chez nous. Mais ça, Raôul n’en a pas parlé, il a choisi juste ce que nous avions de beau.

Je le crois, Raoûl, quand il dit qu’il a écouté plus de cent hymnes, qu’il a cherché les bons mots, qu’il a vécu comme un Patriote sincère tel qu’il l’a toujours été. Je pourrais aussi vous faire entendre des tas de chansons sans génie écrites par les Léveillée, Ferland, Vigneault. Vous ne connaissez pas C’est dans l’temps du blé d’Inde écrite par Claude Léveillée ? Disons que le moment ne se prête pas pour vous en citer les paroles. Je la connais par coeur puisque c’est moi qui l’ai chantée lors du Festival du Blé d’Inde de Saint-Benoît dans les années quatre-vingt. Vous seriez tout de même étonnés de savoir que les « grands » chansonniers n’ont pas toujours écrit les meilleurs textes.

Et je ne parle pas des petits groupes à la mode qui écrivent des tas de trucs niaiseux qui pourraient faire hurler les amateurs de belle poésie ! Culture physik, vous connaisse ? Saskatchewan, Hawaïenne et même J’suis moisi moi aussi. Très bonnes chansons qui vous sont accessibles parce qu’elles ne volent pas très haut. Je refuse que mon hymne national soit écrit par des gens qui ne connaissent pas la valeur des mots. Raôul, lui, il a toujours jonglé avec les mots. Il a passé sa vie à titiller la sonorité, à écorcher les sons puis à leur confier d’autres rôles, il s’est impliqué, a tenu le Kébek à bout de bras, lui a donné un son nouveau et il en a écrit des centaines d’hymnes. Duguay m’a toujours fascinée. Parce qu’il y a ceux qui, comme Duguay, bardassent la langue en la connaissant comme le fond de leur poche, puis il y a ceux qui la triturent sans la connaître pantoute.

Ce qui me fâche cependant, c’est qu’on n’aie pas confié l’écriture de l’hymne à Raôul tout seul. Pas qu’on attende d’avoir 61 refus avant de voir Raôul s’avancer comme le prince qui accepte du tuer le dragon pour épouser la belle princesse. Pendant que 61 tatas n’avaient pas les mots pour le dire, voilà qu’un seul s’est levé et a dit : je vais vous l’écrire moi, cet ode au Kébek !

Moi, je déteste les hymnes. Mais puisque la SSJB en voulait un, j’aime bien celui de Duguay. Parce que Raôul a fait un travail remarquable pour le genre. Là où je vois un problème, c’est la musique. Ben trop dur à chanter. C’est déjà assez difficile de chanter l’autre, celui du Canada, que j’aurais aimé que le nôtre coule comme une rivière claire de cailloux lustrés, quand l’orignal brame brame brame...et que la madame est contente, contente, contente. Ça aussi, c’est nous.

Commentaires

  • O, 25 juin 2011 19h53

    Tant qu’à se payer la traite sur les médias, voyons Pénélope à radiocanne. Un clown s’amusant du petit peuple, offre à l’animatrice un imper dolorama aux motifs fleurdelisés, espérant la voir pouffer de son rire d’oie. Pire, elle l’enfile en disant : bon ben, ça sera mon effort SAINT-JEAN !

    Et petit peuple, peut-on l’être davantage sans le savoir quand on répète au nez de la pétard française : Dzivâ latsinâ ?... nasillé sans aucune notion de diction pour Diva latina, à consonne dure comme le lui a discrètement repris Ariel Dombale.

  • Gébé Tremblay, 25 juin 2011 07h10

    J’ai lu l’hymne de Duguay et je ne l’aime pas. Mais j’aime beaucoup l’ensemble de l’oeuvre de Duguay. Duguay sera toujours un grand parmis les grands Québécois. Je lirai toujours avec intérêt ce que publiera ce grand créatif québécois.

    Mais je n’ai pas lu la "critique" du potineur Lagacé. Je ne lis pas La Grosse Presse Épaisse et ne comprend pas qu’on donne la moindre importance à une critique issue de ce torchon dégoulant de médiocrités et de propagandes mensongères.

  • Francine Allard, 24 juin 2011 17h12

    Il est impérieux de se rendre compte qu’en effet, les journalistes sont rendus au service du public. Dire qu’on aime un hymne, ce n’est tellement pas populaire !
    Et moi, de dire que je l’aime cet hymne, je suis une imbécile ? Voyons donc. J’ai étudié la musique au Conservatoire, j’ai chanté avec Dompierre, j’ai écrit 55 romans qui ont tous eu de belles recensions et je serais une imbécile parce que j’aime cet hymne au Québec ? Lisez Gaston Miron qui parle des orignaux, des sapins et des amours dans la forêt et il est adulé, aimé et accepté. Moi aussi, je l’aime, Miron. Mais je trouve que le débat se déroule autour de la présence d’un hymne sans pays encore, plutôt qu’autour des paroles de Raôul. J’aime Duguay pour son front de boeuf, son originalité, son authenticité. Et que l’on fasse donc ce que Jean-Pierre Coallier a fait avec Gigi l’amoroso à CFGL : qu’on fasse tourner Ô Kébek sur tous les postes de radio par grande écoute, et je vous promets que d’ici un mois, tout le monde le fredonnera. C’est ainsi que naît un hit. À part ça, osez donc m’écrire sur CE SITE de VIGILE que je suis une imbécile au lieu de me l’écrire sur mon courriel.

  • Roger Warren, 24 juin 2011 14h57

    Il n’y a pas que Lagacé...Tous les animateurs de radio ,Paul Arcand et compagnie,et de télé,tous au service des fédérastes qui les paient ont essayé de ridiculiser la proposition de Raoul Duguay.
    Il y a de plus en plus de colonisés au Québec parmi les soi-disant journalistes ou animateurs.
    La radio-poubelle de Québec est en train d’envahir Montréal.
    Depuis le 2 mai,Arcand ne peut réprimer sa joie profonde...

  • 24 juin 2011 12h57

    Merci d’avoir reconnu ici le mérite de Raoûl Duguay. Je ne sais ce qui arrivera de ce texte mais peut-être le temps permettra-t-il un nouvel accueil. Plus généreux.

    Nicole Hébert

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Fête nationale - Discours patriotiques

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités