«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La nouvelle Amérique de Trump

Poussera-t-elle le Québec vers la souveraineté

Le pays frémit déjà à son ombre, imaginez la suite !

Tribune libre de Vigile
mardi 10 janvier
507 visites 6 messages

Je ne suis pas d’une nature à m’inquiéter...en tout cas pas, devant la chose politique. Surpris par moment, mais pas troublé. Si vous êtes comme moi, et que vous entendez ce qui est dit du président américain (élu) et de son style...ça m’inquiète. Non, pas d’une inquiétude comme on peut en ressentir par exemple, face à l’avenir incertain de nos enfants. Mais plutôt (et je ne me croyais pas si affecté), ce sentiment mêlé qui flirt avec l’ambiance d’une peur indicible. Et si vous êtes comme moi, en écoutant ce qu’on en rapporte, ça n’a rien pour l’étioler ; racisme, misogynie, opulence bling-bling avec ce que cela comporte des pires excès. Sans oublier, des déclarations démontrant une ignorance crasse conjugué à de l’incompétence qui a mal tourné (dont de nombreuses faillites et ses esquives fiscales qu’il affiche sans gêne). La plus mauvaise caricature qu’ait pu concevoir l’Amérique moderne, au guide de 325 millions d’individus (élu par à peine le quart !).
Qui a dit que la peur était anti-productive ? Il s’agit, à mon avis, de ne pas se laisser tétaniser. Dans mon cas, elle fait naître davantage une réaction d’affirmation voire d’autoprotection ; et c’est ce à quoi je convie le lecteur : ne pas se laisser intimider et prendre ses précautions pour ne pas se poser en victime (une autre…) de cette nouvelle autocratie (j’oserais dire, une "aristocratie", vue le népotisme dont ont fait preuve les "trumpistes").
Les premiers frissons de ce vent de frayeur face à un Président et ses suppôts pour le moins inquiétants, se sont fait sentir en l’occurrence, par le remaniement du gouvernement Trudeau. Ce dernier a frémi devant l’ombre de ce géant pour le moins troublant.

En clair, nous voilà bel et bien entré dans une ère qui devrait nous inciter au protectionnisme ; qui dit protectionnisme dit « Système consistant à protéger l’économie d’un pays contre la concurrence étrangère ». Et, ne soyons pas naïf, Trump a résolument l’intention d’établir sa domination tout azimut. En fait, il a manifestement marqué le pas, non seulement par son ton insolent et son arrogance sans discernement (dont ses milliers de [1] méprisants et provocateurs) mais aussi par son népotisme sans retenu appelant à la mise en place d’un establishment sans merci. Prêt à assiéger et soumettre tout ce qu’il trouvera à se mettre sous la dent. Il ne s’en cache pas, il sera sans merci envers les pactes commerciaux existants...et les éventuels accords qu’il imposera ! Il a déjà délesté l’entreprise privée américaine d’un poids fiscal majeur (les passant de 35 à 15%), c’est monumental !
Nous sommes devant un État qui inspire la méfiance (à tout ce qui est étranger et nuisible à son pt de vue) et qui encourage les rapports belliqueux (et c’est déjà en marche ex : bois d’œuvre). Je n’écrit ici que dans l’angle des rapports commerciaux futurs, fer de lance de son hégémonie. « Make America great again ! », tout est dans le ton. Ne soyons pas naïf, « America is back ! » (and Canadian will retreat), l’Amérique transporté par une rage de conquérant et ce à quoi on a assisté depuis quelques semaines (les nominations tel le numéro 2 de Goldman Sachs au centre du scandale du crash de 2008) n’en sont que le balbutiement.
Sous peu nous assisterons à une main-mise agressive sur nos ressources. L’Amérique fera son entrée "accompagnée de sa cohorte d’exploitants chaussés de leurs bottes sales" en vue d’une exploitation sans limite, sinon de leur portefeuille, de nos ressources...Et tout cela, au meilleur prix ! Et croyez-moi (ou croyez l’histoire récente), ces fins limiers auront le dernier mot et mettront le Canada à genoux. Le gouvernement Trudeau sera poussé dans ses derniers retranchements. L’adage dit bien :

« Quand les États-Unis éternuent, le Canada attrape la grippe »

J’ai souvent été environné de "tousseux", sans jamais ramener quoi que ce soit à la maison mais la véritable question est : de quoi sont composés les postillons de l’Amérique Trumpiste, pardi ! Son souffle dans le cou du monde (quand ce n’est pas ses déclarations à l’emporte-pièce sur la Chine, ce sont ses propos racistes ou mysogines), ne m’inspire rien qui vaille.
Ce "voisin" dérangeant nous devrons le subir, et pour un bail ! (fort probablement pour les 8 prochaines années). Il se trouve que ce "voisin" a une réelle intention d’occuper tout l’espace (commercial). Ayant en main, un bail qu’il voudra renégocier selon SES critères.
Ce qui gronde (et grogne) dans ma cours arrière (les USA)...ça m’intéresse. Si nous choisissons de l’ignorer et de laisser la bête rôder...j’ai comme le sentiment que ce sera sans partage qu’elle aménagera chez nous.

Se protéger à tout prix, choisir la souveraineté.

Face à cet (disons-le) envahisseur menaçant, reste à se protéger. À cet égard, nul besoin de vous dire que lorsque « l’american way of life » aura établi ses règles, non seulement sur les questions commerciales, industrielles et douanières et puis, une fois la main dans le sac à friandises...pourquoi pas notre culture et nos institutions. Nous assistons à un mauvais film, à nous d’en tracer les limites ; affirmons le pays...celui du Québec, avant qu’on ne la fasse pour nous... et contre nous. Nos richesses, nos biens et notre mode de vie. Il n’y a pas à dire, toutes ces raisons devraient pousser tout État (existant ou en devenir)-qui croit un tant soit peu à sa souveraineté- à s’organiser et protéger ses arrières.

Ne vous y "Trumpez" pas,

« l’avenir appartient à ceux qui se lève tôt »


dit le dicton ! Eh bien...LEVONS-NOUS !

*http://varianceexplained.org/r/trump-tweets/


[1tweets*

Commentaires

  • Claude, 12 janvier 13h15

    Svp M Brilland, relisez le texte. Attentivement cette fois.
    Il n’est pas écrit que M Trump rendra l’Amérique puissante, mais (en quelque sorte) que son style sera puissamment dommageable.
    Même si le discours officiel tenu par ce personnage grandiloquent (pour ne pas dire grande g...) ne vous impressionne pas...il a quand même "les mains sur le volant". ET le pouvoir de décréter du haut de son statut comme chef d’État. J’emploierais l’allégorie du chauffeur au volant d’un véhicule puissant : il y en a des dangereux, et il y en a des prudents ; mais le moteur qu’ils font rugir, est le même pour les deux. Moi je dis que M Trump fait parti du premier type. Qu’il soit ou non compétent, cela ne change pas qu’il a le pouvoir entre les mains. Il n’en demeure pas moins qu’il a les reines d’une superpuissance...avec ce que cela implique.
    Concernant les nominations, justement parce qu’il s’adjoint des pareils comme lui, les avis sont à l’effet d’un risque augmenté de dérapage politique.

    Pour ce qui est de votre ligne sur l’idée que ce gouvernement soit "pro Israël"...faudra que vous preniez le temps d’écouter les récents files de presse...

    Claude

  • Jean Brilland, 12 janvier 09h18

    Vous vous contez des grosses histoires si vous croyez que Trump rendra l’amérique "puissante" à nouveau.

    Vous n’avez qu’à voir le type de nomination qu’il a fait. C’est encore du pro israel à tout rompre, le lobbying fait encore son oeuvre...

    Le choix est fait, laisser tomber le dollars US...et construire un mur (pour garder les americains en dedans), militariser la police et faire de l’amériques un espace prévilégié pour les nouveaux esclaves modernes...

    Vous n’avez rien vu encore.

  • Jean Lespérance, 12 janvier 00h33

    Il y a beaucoup d’exagération concernant ce qu’on dit de lui et il y a aussi de grandes faussetés. Vous le voyez comme un ennemi, moi je le vois comme un ami qui va nous protéger des abus de l’infâme Nouvel Ordre Mondial qui a pour but de faire de tous les ouvriers, des esclaves, des miséreux. Ce que Trump peut exiger de nous en abolissant les traités de traîtres est moins coûteux que ce que l’on consent à l’Union Europaïenne, cette nouvelle URSS qui nous affaiblit en détruisant notre économie tout en prétendant le contraire.

    Trump dans un certain sens prend notre défense, alors on doit l’encourager. Notre plus grand ennemi, ce n’est pas Trump, c’est le successeur d’un autre traître contre la démocratie de notre pays. Dans la vie, la règle numéro 1 est de savoir qui sont nos amis et qui sont nos ennemis. Et tout impair et tout manquement à cette règle nous conduit inévitablement à notre perte. Alors ayez l’oeil ouvert et le bon.

  • yves corbeil, 11 janvier 19h03

    @CB

    J’ai rien contre Trump au contraire le monde avait besoin d’un Trump pour mettre fin à la démagogie de la guerre mener par les lobbys des armes avec l’appuie des riches en haut de la pyramide qui appuyait Clinton et ses autres faucons et qui on supporter Obama ’’care’’ pendant 8 ans pour que rien ne change sous son règne yes we can. Oh yes, we can do everything, so nothing really change.

    Il y en a même une nonoune à TV aujourd’hui qui a dit que grâce à Michelle, ya des fruits au dépanneur asteur, bien oui la madame a va aux États souvent pis a vue des pommes, des bananes pis des oranges dans les dépanneurs depuis que Michelle Obama est à la maison blanche, oh yes they can. Pas des cannages là, they can.

    Pendant ce temps là, notre tata à Ottawa y nomme un réfugier Musulman à la tête du ministère de l’immigration. Quand ça sera rendu comme en France, bien là y diront qu’ils ont manqué l’intégration en ouvrant la porte de la grange.

  • CB, 11 janvier 11h33

    Au sujet de : « ya personne qui capote avec ça »

    Essayez : http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/449513/etats-unis-comprendre-le-phenomene-trump

    Écoutez et lisez...ce sera plus édifiant.

  • yves corbeil, 11 janvier 09h42

    Un musulman à l’immigration, allo ! ya personne qui capote avec ça, vous en avez juste pour Trump qui reste pas au Canada en passant. Et Freeland la braillarde pour négocier avec les US pour essayer de négocier un ALENA 2.0 et qui n’a pas droit d’entrer en Russie après avoir critiquer Poutine, ça part bien son mandat. Un vrai deux de pique peewee.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
1 215$  2%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 18/02 Monique Chapdelaine: 100$
  • 18/02 Mario Fortin: 5$
  • 18/02 Germain Gauvin: 100$
  • 14/02 André Bouchard: 50$
  • 13/02 JRM Sauvé : 175$
  • 13/02 Robert Lecompte: 5$
  • 13/02 Laurent Chabot: 10$
  • 13/02 Gilles Thouin: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités