«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Le cardinal Léger l’avait constaté

Nous serions dans une société de type inversé depuis 1960.

Tribune libre de Vigile
mercredi 1er janvier 2014
1 639 visites 21 messages

À la fin des années 1980, je me souviens d’avoir regardé à la télévision une entrevue menée par Pierre Nadeau de Radio-Canada avec son Éminence le cardinal Paul-Émile Léger.

Abordant le thème de la révolution tranquille, le cardinal Léger déclara qu’il n’y avait pas eu une révolution tranquille au Québec en 1960, mais bel et bien une révolution mondiale.

Je me suis toujours interrogé par la suite sur cette déclaration du cardinal.

Pour nous Québécois, l’année 1960 est synonyme de révolution tranquille. À cause de cela, nous essayons rarement d’aller plus loin dans l’exploration de ce bouleversement de société et de l’examiner à une échelle plus grande.

Pour savoir ce qu’il en est, il faut probablement regarder où nous en sommes rendus aujourd’hui en 2014 et quelles sont les valeurs qui portent la société moderne et quelles valeurs ou principes ont été renversés par ces nouvelles valeurs.

Les valeurs actuelles ont souvent été analysées par bien des auteurs. Un texte de l’écrivain et homme politique français Yvan Blot décrit particulièrement bien ce qui porte la société actuelle. M. Blot le résume ainsi :

"La société actuelle, société du « Gestell » est construite autour de quatre idoles majeures : la technique, l’argent, la masse et l’ego."

Ce que M. Blot appelle "Gestell", du terme employé par le philosophe Heidegger, peut aussi se traduire par le terme "Système".

Ce même philosophe Heidegger a énoncé les quatre pôles dont l’homme a besoin pour son épanouissement : la terre (l’origine, les racines), le Ciel (l’idéal, la mission), la Divinité (créatrice) et les hommes (mortels capables de se sacrifier).

M. Blot ajoute que ces quatre pôles sont cités dans le « Gorgias » de Platon et correspondent aux quatre causes d’Aristote dans sa métaphysique. On reconnaît ici les causes matérielle (la terre), formelle (le ciel), motrice (les hommes) et finale (la Divinité).

http://archives.polemia.com/article.php?id=4815

Vers 1960, on a substitué aux causes matérielle (la terre), formelle (le ciel), motrice (les hommes) et finale (la Divinité), les quatre idoles majeures du Système, c’est à dire la technique, l’argent, la masse et l’ego.

M. Blot ajoutera que le Gestell ou Système, qui est ni plus ni moins qu’un dispositif utilitaire, a quatre effets sur le monde humain : il dévaste la terre et créé l’errance, il obscurcit le ciel et créé le relativisme, il fuit Dieu et le sacré au profit de l’ego et il massifie les hommes au détriment de leur liberté authentique.

Autrement dit, on a créé une nouvelle identité pour l’être humain. Cet être humain n’a plus d’autre identité que celle que lui confère son utilité au Système. L’origine et les racines, c’est à dire l’identité nationale et ethnique, sont sacrifiés au profit d’un monde non pas formé de nations et de peuples, mais d’individus seuls face au monde. Les solidarités sont ainsi défaites. C’est le triomphe du chacun pour soi et du "au plus fort la poche".

En tenant compte de ces précisions, on peut mieux comprendre ce que voulait dire le cardinal Léger lorsqu’il parlait, non pas d’une révolution tranquille au Québec, mais d’une révolution mondiale et pourquoi cela le préoccupait.

Commentaires

  • Michel Bélisle alias Didier, 4 janvier 2014 23h55

    @ Lison,

    Toutes les cultures et toutes les ethnies se valent dans le sens qu’elles apportent tous une couleur et une originalité particulière à l’espèce humaine.

    La préservation du caractère unique de chaque ethnie est important car cela constitue une richesse de l’humanité.

    Ce qui est problématique, c’est quand la venue d’ethnies diverses sur un territoire donné menace de disparition les ethnies d’origine.

    Les gouvernements se doivent alors de veiller à la préservation du caractère unique de la nation en limitant si nécessaire le nombre d’immigrants admis au pays.

  • lison, 4 janvier 2014 17h01

    @ Bélisle,
    Je ne sais pas si vous avez pris connaissance des vidéos, que j’ai mis en liens. Si vous vous demandez qu’est-ce qui a de mal a considérer que l’égalité est nocif ?
    Je pense que M. Bezmenov, était ici au Canada, car il dit qu’il est arrivé début 70, et voyait graduellement s’installer cette idéologie et encore plus l’année 82, au moment que la constitution Canadienne fut rapatriée.
    M. Bezménov étant un connaisseur du relativisme culturel, il a pris connaissance que le multiculturalisme était mis de l’avant par
    P.E. Trudeau, qui était pro communisme et en plus, ce multiculturalisme inséré dans la constitution, pour lui c’était néfaste pour le Canada et les Québécois, car les citoyens ne défendraient plus leur patrie, leur culture et leurs valeurs.
    Si tu fait venir des gens dans ton pays, et que tu leurs dit ; que toutes les cultures se valent et que tu ne doit pas défendre ta culture et qu’en plus tu les met sur un pied d’estale, que tu déroule le tapis rouge pour d’autres cultures, les financent, les appuient, les subventionnent, ta culture va disparaitre au détriment des autres.
    Essayez simplement d’imaginer que si les Musulmans, les Africains, les Indous, les Chinois, se disaient que la culture occidentale est égale a leurs cultures et qu’ils laissent entrer dans leurs pays des occidentaux avec leurs cultures, les subventionnent, les financent, etc.., et bien leur culture islamique disparaitrait dans un court laps de temps. La même chose pour les Chinois, les Africains et les Indous avec leurs cultures des castes, etc..
    Peut-être que pour eux, leurs cultures sont supérieures a la notre, mais c’est aussi normal que comme Québécois, Canadiens ou Occidentaux, notre propre culture que nous avons bâti pendant plusieurs siècles soit supérieure aux autres cultures, sinon, nous n’aurions pas mis tant d’efforts pour en arriver la ou nous sommes aujourd’hui, et nous aurions pris un autre chemin.
    Ce n’est pas normal que l’on fassent entrer des étrangers de partout dans le monde et aussitôt qu’ils ont mis les pieds dans l’aéroport ils aient tous les mêmes droits que les bâtisseurs de ce pays, ainsi que leurs descendants..

    J’ai trouvé un article ;
    L’islam condamne le nationalisme, donc, ceux-ci ne porteront pas allégeance a nos pays occidentaux, car pour eux c’est la Oumma leur nation, car ils veulent la terre entière qui soit soumise a leur Dieu.

    http://www.alterinfo.net/A-TOUS-MES-FRERES-AMAZIGHS-KABYLES-BERBERES-ALGERIENS-MAROCAINS-MUSULMANS_a98270.html

  • Michel Bélisle alias Didier, 4 janvier 2014 15h47

    Ordinairement, lorsque le Système est devant une impasse comme c’est présentement le cas, surtout à cause de la situation précaire de l’économie pour la majorité de la population, le Système trouve des diversions pour alimenter les manchettes des journaux et autres médias mainstream.

    Attendez-vous donc en 2014 à beaucoup de politique "internationale", Moyen-Orient en tête.

    Sa société à la logique inversée, le Système y tient.

  • Gilles Jean, 4 janvier 2014 08h12

    @ M. Bélisle

    Avec la Révolution tranquille, les Francophones du Québec qui s’appelaient naguère "Canadiens français" sont devenus des Québécois.

  • lison, 3 janvier 2014 23h35

    Vous avez raison M. Bélisle, il y a beaucoup de choses qui sont inversées, c’est l’inversion de la morale, qui s’appelle la démoralisation. L’Occident a subi de la subversion et cela a commencé dans les années 60, et c’est poursuivi dans nos institutions d’enseignements, (cegeps, universités, etc..). Il y aurait possibilité que le Cardinal Léger avait pris connaissance et ait rencontré, cet homme car il était vivant dans les années 85 et vivait au Canada et même je crois Montréal, car il parle du Québec et Montréal dans un vidéo.
    J’avais déjà mis ces vidéos en lien, sur un article de M. Labrie, il y a quelques mois.
    Regardez attentivement ces vidéos, provenant d’un
    ex KGB, M. Yuri Bezménov, qui a fuit son pays pour se réfugier au Canada, il explique plein de choses ;
    Le criminel devient un héros, l’agent de la paix (policier) devient un porc, etc..

    http://verite-valeurs-democratie.over-blog.com/article-la-subversion-de-l-occident-113268989.html

    http://webresistant.over-blog.com/article-yuri-bezmenov-la-manipulation-de-l-opinion-en-occident-46263416.html

  • Michel Bélisle alias Didier, 3 janvier 2014 23h03

    @ M. Verrier,

    Ce que vous dites est tellement vrai.

    Tout est inversé. C’est certainement le signe évident de la décadence de la civilisation occidentale.

    J’ai vu des gens très à l’aise financièrement et pouvant envoyer leurs enfants dans les meilleures écoles se considérer comme étant les opprimés de la société ; ces mêmes personnes considérant des Irlandais et des Écossais raide pauvres comme représentant l’Establishment oppressif ici au Québec, du simple fait que ce sont des Irlandais ou des Écossais ; et encore davantage s’ils sont catholiques en plus, même si ces Irlandais et Écossais n’ont pas une maudite cenne.

    Il est frappant de constater cette victimisation des choyés de la vie dans notre présente civilisation.

    Cela est sans aucun doute un signe de plus d’une société décadente.

  • Gilles Verrier, 3 janvier 2014 19h05

    @ Didier qui écrit :
    « Le véritable fait saillant, c’est qu’on a abandonné une société basée sur la nation pour une société basée sur l’individu, défaisant ainsi les liens que procure l’identité nationale et ethnique et défaisant les solidarités entre citoyens. »

    Je rajouterais juste « consommateur », une « société basée sur l’individu consommateur », esclave « du marché » à former avec le leurre de la facilité. Révolution tranquille ! Pour qu’une révolution se passe si tranquillement, c’est qu’elle ne devait pas manquer de lubrifiant. Et il devait venir de bien haut. En fait, la révolution on se l’est peut-être fait passer, un peu comme un sapin poêlé de 175 mm. Mais les aiguilles, à l’encontre de la quenelle, ça accroche un peu.

    Mais pour revenir au coeur de cette tribune, tout est effectivement « inversé ». Le progrès est la régression, la vérité est le mensonge.

    Je pourrais prendre Dieudonné pour exemple. Ce nègre qui devient, pour toute cette France qui a coulé la France, la parfaite personnification contemporaine du nazisme. Faut le faire ! Mais rien ne rebute dans l’excès, l’extravagance et l’inversion à cette classe dominante, de droite comme de gauche, dans sa chute décadente.

  • Michel Bélisle alias Didier, 3 janvier 2014 11h32

    @ m. Gilles Jean,

    Le cardinal Léger en disant qu’il n’y a pas eu une révolution tranquille au Québec mais une révolution mondiale affirme qu’il y a eu effectivement révolution mais qu’elle n’a pas eu lieu qu’au Québec mais à l’échelle planétaire.

    Les réformes que vous mentionnez sont bel et bien advenus à partir de 1960 mais ne constituent pas le noeud de l’histoire.

    Le véritable fait saillant, c’est qu’on a abandonné une société basée sur la nation pour une société basée sur l’individu, défaisant ainsi les liens que procure l’identité nationale et ethnique et défaisant les solidarités entre citoyens.

  • Michel Matte, 3 janvier 2014 10h49

    Ce qui est paradoxal c’est que le Canada est perçu comme le défenseur des traditions parce que c’est le représentant du pouvoir établi. Pourtant, le pouvoir d’Ottawa n’est que l’incarnation du pouvoir bourgeois et mondialiste. Selon Daniel Jacques :

    "Sous l’influence d’élites convaincues que la fin du religieux représentait la vérité dernière du projet moderne, les Québécois ont dû apprendre à devenir modernes à l’encontre de leur histoire. Il leur a fallu renier ce qu’ils étaient pour s’approcher de ce qu’il désiraient être désormais. (...) Afin de répondre aux exigences de cette nouvelle politique, il a fallu ou bien abandonner ce passé à la plus complète insignifiance - ce fut l’option offerte par les Trudeau - ou bien épurer celui-ci de sa dimension religieuse au risque, trop légèrement assumé de défigurer entièrement l’histoire - comme l’ont proposé les Lévesque." (Id. p 32)

    Ceci est encore plus vrai avec le gouvernement Harper. Donc aucun camp ne défend un projet authentiquement "québécois" même si la modernisation de la société était nécessaire.

  • Gilles Jean, 3 janvier 2014 10h05

    Quand "le prince de Montréal", le cardinal Léger disait qu’il n’y avait pas de "Révolution tranquille" au Québec", c’est un peu comme quelqu’un qui dirait qu’il ne fait pas froid l’hiver au Québec.

    Souvenons-nous du best-seller écrit par un obscur p’tit Frère du pays des Bleuets, en 1960 :"Les Insolences du Frère Untel" dans lequel il dénonçait l’obscurantisme religieux, le système d’éducation et la langue parlée. Pour le punir, sous l’influence du cardinal Léger et des évêques, on expédiera le Frère Untel(Jean-Paul Desbiens) en Europe.

    Oui, il y a eu Révolution tranquille au Québec : 1-On a bâti des écoles.Promenez-nous à la grandeur du Québec, l’immense majorité des écoles secondaires actuelles ont été bâties aprês 1960.RÉFORME DE L’ÉDUCATION.Création du réseau de l’Université du Québec et création des cégeps 2-Implication des Québécois francophones(une fois instruits) dans l’économie(secteur autrefois l’apanage des Anglos). Nationalisation de l’électricité, création de la Caisse de dépôt et de placement.3-avant 1964, la signature de la femme mariée ne valait rien..et peu de femmes pouvaient se rendre à l’université.Avec la Révolution tranquille les femmes pourront aller à l’Université.

  • Michel Bélisle alias Didier, 2 janvier 2014 19h59

    @ M. Michel Matte,

    Votre commentaire est très éclairant. Cette haine de soi des Québécois de souche, on la retrouve toujours chez bien des Québécois, en particulier dans la région de Québec, c’est frappant.

    On aime que ce qui vient des États-Unis, on ne veut que des spectacles en anglais l’été sur les plaines et on vote pour l’establishment-système fédéraliste.

  • Michel Bélisle alias Didier, 2 janvier 2014 19h55

    @ celui qui ne signe pas son commentaire,

    Si j’ai cité monsieur Blot, c’est parce qu’il a raison sur ce point particulier lorsqu’il dit :

    "La société actuelle, société du « Gestell » est construite autour de quatre idoles majeures : la technique, l’argent, la masse et l’ego."

    C’est bien ce qui caractérise notre société, celle du Système.

    Et je vous prie de croire que les plus grands défenseurs de l’immigration et du remplacement des populations d’origine dans les pays occidentaux se retrouvent chez les élites-système, en particulier chez le patronat et dans les chambres de commerce.

    Il faudrait commencer à bien faire vivre ceux qui sont déjà ici avant de penser à faire entrer autant d’immigrants.

    Un revenu citoyen serait une bonne chose à envisager. Ce serait une façon de mettre l’être humain et ses besoins avant les besoins du marché pour faire en sorte que tous sans exception puissent vivre décemment et heureux au Québec.

  • Michel Matte, 2 janvier 2014 19h24

    Bravo, c’est un article très éclairant de même que l’article cité de M. Blot.

    Cette analyse de la Révolution tranquille rejoint celle de Daniel Jacques dans « La Fatigue politique du Québec français », Éd. Boréal, Montréal, 2008, 160 pp.,pp. 31-33 :

    « Si la rhétorique révolutionnaire a connu un tel succès à cette époque, c’est d’abord parce qu’elle permettait de donner forme à cette haine de soi que cultivaient, sous le regard parfois méprisant de certains de leurs compatriotes anglophones , une part de plus en plus importante des élites canadiennes-française. »

    « En cherchant à devenir modernes par le refus de soi, les Québécois en sont venus à cultiver les formes d’ambivalence politique les plus rares et les plus exubérantes. Il en a résulté une impuissance politique... »

    Si le Parti québécois renouait avec ces valeurs porteuses de sens, il aurait davantage de pouvoir d’attraction auprès de la majorité qu’en véhiculant un projet de société bougeoise sans valeurs propres.

    Le problème de la dénatalité n’est qu’une conséquence de cette évolution. Puisqu’on ne vit que pour soi, à quoi bon transmettre la vie.

  • 2 janvier 2014 18h33

    Heidegger n’a rien à voir avec Yvan Blot.

    Yvan Blot fait partie du club de l’Horloge et c’est surtout lui qui a écrit le programme économique actuel du Front National, s’éloignant du populisme d’origine.

    C’est un nationaliste ET un ultra-libéraliste qui est partisant de l’arrêt de l’immigration ET pour rendre la France compétitive de la remise en cause de l’ensemble des protections sociales (retraites, chomage, allocations familiales, suppression du salaire minimum, acceptation de n’importe quel travail en cas de chomage, mobilité géographique totale de la main d’oeuvre, etc) de facon à faire baisser le cout du travail.

    Compétitive jusqu’a quand ? Les Bulgares et les Roumains peuvent maintenant travailler partout en Europe depuis le 1 er janvier 2014 - à 450 euros par mois ?

    Fait remarquable Blot et les autres n’ont absolument pas l’intention de nationaliser quoi que ce soit, mais de dégraisser l’état, une histoire ancienne.

    Un programme comparable à celui de l’Institut Fraser, qui veut arrêter l’immigration ET mettre en place pour l’ensemble du Canada un programme de ’déflation salariale compétitive’, trouvant, par exemple, que la place des travailleurs temporaires (agriculture, etc.) devrait etre prise par des Canadiens et Québécois, sans regard de l’endroit ou ils vivent (mobilité géographique totale).

    Ce cout de 20 milliards de $ par an pour le Canada comprend les couts directs et indirects (salaires trop élevés, pas de mobilité géographique, indemnités de chomage, cotisations des employeurs, etc.).

    La réforme de Harper a coté, c’est le paradis.

    Si vous pensez que Harper est a droite, ce serait plutot un gauchiste pour Blot.

    Ce n’est surement pas une remise en cause du Systeme, une aggravation surement.

    Les memes idées néfastes, repeintes avec un vocabulaire qui se prétend anti-système, pour les naifs.

  • Yves Rancourt, 2 janvier 2014 17h26

    Oui, vous avez bien raison, messieurs Belisle et Parent, nous avons un sérieux problème démographique au Québec ; nous ne nous renouvelons pas à un rythme pouvant assurer notre survie comme nation. Mais personne, même parmi nos bons nationalistes et souverainistes, n’ose soulever la question. Beaucoup s’apitoient, et avec raison, sur le sort des caribous du Parc de la Gaspésie, maintenant classés "espèce menacée", mais peu veulent regarder la réalité bien en face quant à la survie de notre nation. Et ce n’est certainement pas l’immigration qui va régler ce problème, on ne le sait que trop bien.

    C’est peut-être là qu’on a scellé le sort de notre nation. Quelle inconscience chez nous !

    Mes salutations et bonne année à vous.

  • Michel Bélisle alias Didier, 2 janvier 2014 17h24

    @ M. Guay,

    Oui, nous sommes en dépossession, et pas à peu près.

    On le remarque présentement alors que nous sommes en période de grand froid au Québec et qu’il y a des sans-abris qui sont mal pris par ces températures.

    Le gouvernement n’a pas d’argent pour davantage de HLM pour loger tous les citoyens convenablement (qu’on nous dit). Mais pour les amis du Système, il semble qu’il y en ait toujours de l’argent.

    Et alors qu’on ne réussit pas à loger convenablement tous les citoyens du Québec sans exception, on fait entrer des immigrants par milliers en leur disant qu’ici au Québec, c’est le Klondike.

    Ça fait-y assez dur ?

    Pas surprenant lorsqu’on pense qu’en général, on élit ceux qu’on était même pas capable de sentir lorsque nous étions sur les bancs d’école, c’est à dire les suffisants, les contrôlants et les baveux de toutes sortes.

  • michel Guay, 2 janvier 2014 15h39

    En fait la Nation Québecoise subit depuis 1960 la DÉGÉNÉRATION à haute vitesse . Déjà en 2013 c’est au moins 3 millions de citoyens Québecois en moins par irrespect de la vie et l’individualisme endémique .
    Nous sommes en réalité en dépossession accélérée de tout notre patrimoine territorial , patrimonial et religieux.
    Le Québec rapetisse au profit des canadians à l’est LABRADOR et au Nord NUNAVIT . L’immigration forme des ghettos anglicisants et notre économie est déplacés à Toronto systématiquement par Ottawa .
    À Quand un RÉVEIL et une Véritable RÉVOLUTION pour faire cesser cette guerre génocidaire contre LA NATION QUÉBECOISE ?
    MICHEL GUAY

  • Michel Bélisle alias Didier, 2 janvier 2014 13h38

    Dans les années 1970-1980, avant que l’immigration vienne à la rescousse de la démographie québécoise, il y a eu un creux épouvantable dans la natalité au Québec.

    Et ça a été grave non seulement pour la démographie du Québec, mais aussi parce que nous avons probablement perdu la crème de notre société.

    Car les gens qui n’ont pas eu d’enfants durant cette période étaient souvent ceux des Québécois les plus portés vers la réflexion, ceux qui craignaient pour l’avenir.

    Les gens qui ne se posent pas trop de questions ont toujours des enfants peu importe les circonstances.

    De plus, comme le notait Guy Paiement en 1990, c’était dans les couches socio-économiques les plus défavorisées qu’il y avait le plus de solitude et le moins d’enfants, un autre groupe où les enfants, quand il y en a, apprennent jeunes le partage et la solidarité par la force des choses étant confrontés bien souvent par le manque du nécessaire.

    Donc, non seulement la population a décliné, mais nous avons perdu la crème de cette population à quelque part.

    Et comme disait si bien le regretté démographe Henripin, nous ne sommes pas perpétués par l’immigration mais remplacés.

  • Ivan Parent, 2 janvier 2014 11h57

    Il est vrai que la pyramide démographique s’inverse au Québec. Souvenez-vous , dans les livres d’Histoire du Québec, s’il en reste, on nous a parlé de la "revanche des berceaux", ce moyen de vaincre les Anglais par l’accroissement de la population. Aujourd’hui, si rien n’est fait pour baliser les abus, les musulmans font la même chose que nous, ils font des bébés et, en une ou deux générations, ils deviendront de plus en plus majoritaires et si nous n’avons pas eu le courage, la clairvoyance de mettre des limites, nos enfants payeront le prix de notre lâcheté, de nos aberrations.

    Une recette a été élaborée vers 1780 par des banquiers pour soumettre les humains à un esclavage au gros capital. Malgré le fait qu’on nous a péroré que c’était un faux document (la recette), les résultats sont là, et il faut véritablement être aveugle pour ne pas en constater les effets. Tout ce retournement de valeurs de base de l’humanité a été planifié et son application est vérifiable quotidiennement. Je voudrais bien que ce soit un faux mais son application corrobore son authenticité. Je pourrais donner des détails mais, même Vigile ne me publierais pas, c’est tabou. Beaucoup de tabous religieux ont été vaincus mais celui-là est tenace parce qu’il touche ceux qui, justement, l’appliquent et qui sont les puissants, les banquiers internationaux, ces êtres que je n’ose qualifier d’humains et qui décident des guerres, des massacres, de la vie et de la mort d’autres humains pour leur petit profit personnel par le capitalisme tel que nous le connaissons aujourd’hui.

    Le communisme serait le meilleur système politique au monde pour des gens parfaits. Le problème est que personne n’est parfait, ce qui fait que son application devient rapidement pourri. Connaissez-vous la définition du communisme et du capitalisme ? C’est simple : le communisme est l’exploitation de l’homme par l’homme et le capitalisme est l’inverse.

    Ivan Parent

  • Michel Bélisle alias Didier, 2 janvier 2014 11h15

    @ l’auteur du commentaire précédent,

    C’est certain que la population décline au Québec comme partout en Occident. Le cardinal Léger avait raison. Il n’y a pas eu une révolution tranquille au Québec en 1960 mais bel et bien une révolution mondiale.

    D’un autre côté, ce qui constitue un dilemme par rapport à cela, c’est que les gens qui ont des enfants sont, en général, portés à défendre le statu quo de la société, même si les valeurs portant cette société sont inversées.

    Je constate que ce sont souvent les gens sans enfants qui contestent le plus le Système, probablement parce qu’ils se sentent plus libres de le faire, n’ayant pas à penser à l’avenir de leurs enfants.

    Ceci, c’est parce que nous vivons dans une époque spéciale qui n’a pas de précédent.

    En effet, jamais une société n’a connu une telle époque où les valeurs portant la société sont complètement inversées.

  • 2 janvier 2014 09h14

    La pyramide démographique s’inverse depuis 1960 au Québec.
    http://gloria.tv/?media=546541

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
3 040$  5%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 18/03 Michel Arteau: 10$
  • 18/03 Linda Rivard: 20$
  • 18/03 Jean-Louis Perez : 50$
  • 18/03 Thierry Leroux-Demers: 100$
  • 18/03 Denis Laplante: 20$
  • 18/03 Chrystian Lauzon: 30$
  • 18/03 Anonyme: 5$
  • 18/03 Guillaume Paquet : 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités