«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

À les entendre rêver tout haut et Nous mépriser tout bas

Nous commençons à deviner

L’électorat québécois et la « balance du pouvoir » au Canada

Tribune libre de Vigile
lundi 5 octobre 2015
464 visites

Les fédéralistes parmi Nous, les conscrits des médias et tous ceux qui gigotent dans les différents partis canadiens « nationaux », rêvent que l’électorat du Québec pourrait retrouver sa puissance d’antan. Ils décrètent sans trop y croire que c’est ici, au Québec, que l’élection du 19 octobre prochain « se décidera ». À les entendre rêver tout haut et Nous mépriser tout bas, c’est « Québec », comme ils disent, c’est l’électorat québécois qui pourrait détenir la « balance du pouvoir » au Canada. À les bien comprendre, il suffirait pour cela que Nous leur fassions confiance et que Nous Nous décidions une bonne fois à mettre un deuxième genou par terre…

Ils rêvent encore, les gigoteux. Ils rêvent d’autant plus fort qu’ils ne comptent plus pour rien. À quoi rêvent-ils au juste ? Ils rêvent simplement à la Force. Celle qu’ils ont perdue à tout jamais. Cette Force, c’était en réalité la force du nombre : celle provenant de l’addition à bien des égards frauduleuse de deux électorats, c’est-à-dire la plus part du temps la jonction de l’électorat d’une minorité abusant celui de la majorité. C’était cela d’ailleurs, essentiellement, la Force provenant du « Québec » des rouges, de Trudeau à Trudeau : en bout de piste la Force du West Island sur le « Canada central » et, partant, de son survol de tout le Canada.

D’éminents journaleux qui se reconnaissent entre eux comme de grands analystes participent à ce rêve fou des fédéralistes de chez nous : ils rêvent encore de « reconquérir » le Canada. Beaucoup qui gigotent beaucoup un peu partout et jusqu’à notre Assemblée nationale, n’ont pas encore réalisé que, depuis 1982, la Force politique dont ils rêvent pour « Québec » s’est vidée de tout essence : la force morale, elle provenant de ce qui s’appelle la légitimité. Et c’est bien la raison pour laquelle, par ailleurs, le matamore Couillard est maintenant si discret : plutôt que de réclamer « nos droits » dans cette fédération de misère, ce p.m. de misère ne fait plus valoir que les besoins de la belle province.

À vrai dire, Nous ne sommes pas encore décidés à mettre un deuxième genou par terre… Et, à quelques jours d’une élection… Nous commençons à deviner que les oranges itou ont abusé de Nous. Faque…

Faque, Good bye Charley Brown ! Good luck mon Tom ! Attend-Nous donc un peu mon Phil…

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 815$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$
  • 16/08 François-Luc Valiquette: 5$
  • 16/08 Gilles Harvey: 5$
  • 15/08 André Thibault: 5$
  • 15/08 Robert Lecompte: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités