«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La confiance en nous est maintenant réelle

Notre rendez vous avec l’histoire arrive

Il ne faut pas manquer l’occasion

Tribune libre de Vigile
jeudi 6 mars 2014
486 visites 13 messages

Le PQ est en forme !! Le plein a été fait et on a bien analysé la situation.. mieux que quiconque au Québec, c’est ce que je crois.

C’est une campagne inspirée par la confiance qui s’amorce.. ça fait un bout qu’on n’a pas vu ça, n’est-ce pas. C’est la confiance en soi que le PQ propose aux Québécois-es.

Je me sens particulièrement inspiré et animé par cette confiance en soi, porté par ce goût de nous choisir et de nous offrir cette société québécoise mature, digne.

Ce que le PQ nous propose de transporter c’est notre avenir, de le transporter nous-mêmes, tous ses enjeux sont inspirés par cette volonté nationale.. parce que le PQ est le seul parti à avoir pour seule vocation la réalisation de ses intérêts fondamentaux par le peuple du Québec.

Un PQ majoritaire constituerait en soi une petite révolution au Québec.. on pourrait se laisser animer simplement par tous les enjeux nécessitant la majorité à l’Assemblée nationale, mais c’est BEAUCOUP plus que ça. On a un parti du peuple québécois encore investi par celles et ceux qui l’ont animé depuis sa naissance, on a des gens qui vont mener le dernier combat de leur vie et ce combat est celui de l’indépendance du Québec. Ils sont soutenus par une relève forte et tout aussi déterminée à saisir cette occasion historique de reformuler le rassemblement pour notre indépendance.

Investi par plusieurs générations dont les premières, investi par un vaste mouvement indépendantiste qui renoue de mieux en mieux, le PQ est présent à ce rendez-vous avec l’histoire pour notre peuple. Nous pouvons changer les choses dès maintenant.

Commentaires

  • RenéP., 8 mars 2014 09h41

    A messieurs Bélisle et Meloche,

    vous semblez vraiment déprimés, au bord du précipice. Je ne suis pas ironique en vous disant cela mais à vous lire, on ne peut que comprendre que la situation est tellement dégradée qu’il n’y a plus aucune possibilité de survie, qu’on ne peut que subir le pire et se laisser aller dans la Géhenne. Soyez plus optimistes, c’est ce dont le Québec a besoin. En nous gouvernant nous-mêmes, notre avenir n’en sera que plus intéressant, que plus fructueux, que plus valorisant, que plus "nous-mêmes". Comme le dit la chanson, "rien n’est plus beau que son pays...".

  • Patrick Diotte, 8 mars 2014 08h26

    Vous êtes trop pessimiste M. Bélisle. Ce que j’aurais tendance à croire personnellement, c’est que le Canada, pour régler ses problèmes internes, participe à des conflits externes.. les provoque peut-être, en partie.

    Ça il faut s’y attendre.. ça équivaut à reconnaitre que les fédéralistes luttent encore et sans cesse pour en finir avec notre prétention d’indépendance.

    C’est la plus stricte vérité.

    Son instabilité, qui devient concrètement la nôtre, (cette forme de violence) lui assure sa domination sur nous.

  • Michel Bélisle alias Didier, 7 mars 2014 13h29

    Ce n’est pas que je veuille me plaindre, mais l’un de mes commentaires a été effacé alors qu’il y était quelques instants auparavant.

    Je voudrais dire, et c’est tout à fait personnelle comme opinion, que j’ai de la difficulté à comprendre qu’il semble y avoir plus d’engouement pour les présentes élections que pour celles de 2012 alors que l’on sortait pourtant d’une période mouvementée au Québec.

    Ce n’est pas pour parler contre le PQ, le PLQ n’a pas fait mieux, mais rien ne s’est amélioré au Québec depuis bien des années.

    Mais on dirait que les gens pensent vraiment qu’une élection va aider à améliorer la vie des citoyens malgré toutes ces années où on a été témoin du contraire. Le niveau de vie au Québec dégringole depuis une couple de décennies, les bons emplois manufacturiers ayant quitté pour les pays d’Asie.

    Ça doit faire partie de l’égarement général. Comme le dit monsieur Meloche, nous sommes dans une situation de crise mondiale qui peut mener le monde entier dans une situation épouvantable.

    Et comme je l’ai déjà fait remarquer, il semble que la nature s’en mèle avec des volcans qui se réveillent à presque toutes les semaines, des tempêtes jamais vues un peu partout etc...

    Vaut mieux prier que d’aller voter lorsque l’on vit des temps apocalyptiques. C’est effectivement le seul qualificatif qui corresponde à notre époque.

  • 53, 6 mars 2014 23h48

    Enfin un homme qui dit vrai. Actuellement le PQ Madame Marois a pas fait d’erreur un oubli surtout empressé de partir en campagne
    La vraie erreur Philippe Couillard qui a semé le vent
    J’haïs ce gouvernement pour quelqu’un qui aspire à la plus haute fonction au Québec ce n’est pas des paroles à prononcer.
    la Seconde erreur Legault qui veut baisser les taxes et impôts et retrouver l’équilibre fiscal : Il pense-tu que nous ne savons pas compter ni réfléchir ...
    La Troisième erreur Mde David qui va voter avec sa tête
    coût donc elle votait-elle avec ses pieds ?
    Merci pour votre texte
    R. G.

  • François A. LACHAPELLE, 6 mars 2014 21h06

    Les trois commentaires d’André Meloche méritent mon attention fraternelle. La voici.

    André Meloche a une grande faim, comme un amateur de brochettes, pas nos petites broches toutes gentilles du Québec, mais les broches à la russe si vous comprenez. Les Russes sont de gros carnivores...

    Sans doute que le proverbe modifié suivant mériterait à être médité par André Meloche, je cite : « qui trop embrasse... a mal aux reins ».

    En tout état de cause, tous les problèmes que vous déclinez ne peuvent pas être réglés par un Gouvernement majoritaire de Pauline Marois. Il faut lire entre les lignes.

    À titre d’exemple, vous soulevez le dossier de l’Ukraine. Tous les pays du monde sont interpelés par ce qui se passe actuellement en Ukraine et tous cherchent une solution pacifique, évitant un conflit potentiellement nucléaire.

    Vous demandez qu’a fait le Gouvernement de Mme Marois dans le dossier de l’Ukraine ? Il est heureux que le ministre canadien des Affaires extérieures ( par coïncidence, je poste mon chèque d’acompte provisionnel au Gouv. d’Ottawa ) soit allé manifester la fraternité des Canadiens et des Québécois envers les Ukrainiens, surtout ceux attirés par l’Union européenne.

    Vous soulevez les nombreux problèmes environnementaux qui sont d’ordre planétaire. Vous êtes insatisfaits des réalisations du Gouvernement Marois, ce qui est votre droit. Si vous êtes plus que fort en gueule, les avez-vous les solutions ?

    J’espère qu’en plus de vous indigner, vous passez personnellement à l’action dans votre vie privée : vous compostez vos déchets de table, vous sélectionnez le verre après l’avoir lavé pour éviter qu’il se retrouve au dépotoir de votre municipalité, vous réutilisez des sacs de toile pour votre épicerie. En somme, vous faites aucun gaspillage dans vos habitudes de consommation. Surtout, vous n’avez pas de voiture avec un moteur à essence.

    Si vous êtes proche de la perfection avec une empreinte carbone positive, je vous félicite et je travaille dans cette direction.

  • Marcel Haché, 6 mars 2014 17h01

    S’il ne le sait pas encore, le P.Q. est condamné à l’indépendantisme. S’il devenait majoritaire à l’A.N. et résistait ensuite à la nécessité de libérer les forces vives du Québec, les ennemis de l’indépendance le forceront à se commettre, certains qu’ils seraient d’en venir à bout une fois encore.

    Je crois avec vous, Patrick Diotte, que le moment est grand, et qu’il est un peu triste que le P.Q. traîne encore une réputation de losers. Les losers, ce furent ceux qui, plutôt que de s’appliquer et se comporter en gouvernement souverain dès leur élection, s’en étaient remis à un référendum comme à une permission et une béquille pour se tenir debout.

    Il n’y a pas de majorité tranquille ou confortable pour un gouvernement souverainiste dans la fédération canadienne.

  • André Meloche, 6 mars 2014 15h17

    En complément de mes commentaires précédents.

    Et après, on essayera de nous faire croire que nous ne vivons pas dans une société infantilisée ! Le problème, ce n’est pas d’être pris en photo dans ce genre de truc ! À l’exercice, tout politicien s’y prêtera ! Ce qui est sidérant, c’est qu’ils y prennent plaisir !

    https://twitter.com/julienlafille/status/441648465144078336/photo/1

  • André Meloche, 6 mars 2014 15h06

    Réponse à Monsieur Lachapelle – 2

    « L’essayer, c’est l’adopter. »

    Quand on cherche des recettes déjà toutes prêtes plutôt que de réfléchir aux problèmes de notre époque, ce qui est difficile et peut inquiéter le sujet qui essaye de penser, convenons-en, on se rabat « positivement » sur des énoncés de ce genre.
    Je vous renverrai donc à ce magnifique livre de Philippe Muray (Après l’histoire) pour que vous puissiez vous faire une petite idée de sa pensée en rapport avec mon commentaire laconique.
    Mais, il semblerait, comme dit Muray, que Festivus Festivus n’entende vraiment pas à rire.
    Pour terminer, je ne pense pas que Madame Marois, à la tête d’un gouvernement « majoritairement provincial » dissipera tous les doutes de tous les « André Meloche de ce monde ». Encore ici, on sent le mépris et la critique gratuite. Comme si tous les sceptiques de ce monde portaient mon nom.
    C’est me faire trop d’honneur ! Mais c’est aussi avoir une bien petite conception des sceptiques de ce monde, et de ce monde !

    André Meloche

    http://pages.videotron.com/copyleft/cariboost_files/Les_mots_de_la_revolte_essai.pdf

  • André Meloche, 6 mars 2014 15h06

    Réponse à Monsieur Lachapelle – 1

    Monsieur Lachapelle,
    Il est toujours facile de discréditer l’autre en l’accusant de scepticisme. De plus, je ne vois absolument pas ce que mon bonheur, qui vous est totalement étranger et que vous jugez de manière très cavalière – mais, c’est dans l’air du temps –, vient faire ici.
    Vous vous permettez également de me critiquer sur mon soi-disant immobilisme alors que vous ne connaissez absolument rien de moi, ce qui confirme votre naïveté intellectuelle. Mais c’est aussi très à la mode, ce genre de remarque qui sert de leurre intellectuel.
    Je vous renvoie donc à un essai que j’ai mis en ligne dernièrement et qui traite des problèmes bien actuels de ce monde et pour lesquels un gouvernement majoritaire provincial ne saurait avoir de solutions tout simplement parce que ces problèmes ne sont jamais évoqués.

    Que dit le Parti Québécois, un parti « national » :

    Sur l’Ukraine ?
    Rien !

    Sur le libre-échange Canada-Europe qui détruira les économies locales aux profits des grands groupes en inféodant les locaux tout en les menaçant de les remplacer par des immigrants dociles et vulnérables ?
    Rien !

    http://corporateeurope.org/trade/2013/12/regulation-none-our-business

    Sur l’environnement ?
    Rien ! Ou plutôt, oui au pétrole de schiste !

    http://www.manicore.com/documentation/petrole/non_conv.html

    Sur la réduction des gaz à effet de serre ?
    Rien ! En totale contradiction avec les engagements de réduction de 25% des émissions d’ici 2020. Une farce !

    Sur le pic pétrolier et sur la chute brutale à l’horizon – tous les économistes sérieux l’évoquent avec inquiétude – des économies occidentales ?
    Rien !

    http://www.manicore.com/documentation/petrole/pic_passe_petrole.html

    Sur les changements climatiques et leurs impacts sévères sur nos modes de vie ?
    Rien !

    http://www.ouranos.ca/media/publication/156_RapportArchambault2012.pdf

    Sur la braderie de notre électricité, vendue à rabais tout en refilant la facture aux Québécois (Augmentations de 5,8% – 2014, 6% – 2015, 10% – 2016, compte tenu que l’électricité patrimoniale a été dérèglementée en 2010, en douce) ?
    Rien !

    Sur l’appauvrissement de la culture remplacée par l’« industrie culturelle » ?
    Rien !

    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/comm_0588-8018_1964_num_3_1_993

    Et vous appelez ça un parti « national » !

  • François A. LACHAPELLE, 6 mars 2014 13h34

    Qu’est-ce qui manque au bonheur du commentateur André Meloche à la suite du court énoncé positif de Patrick Diotte ? Je dis bien énoncé "positif" et non optimiste.

    André Meloche écrit, je cite : « vous glosez sur un parti politique provincial sans histoire qui n’a aucune envergure internationale. » et s’immobilise sur l’état de crise permanente qui existe dans notre monde à un ou des endroits simultanés sur le globe n’autoriserait pas le peuple du Québec à faire mentir les pessimistes de ce monde.

    Comme nous venons de le voir à Sothi, il arrive que des athlètes réussissent des exploits par détermination et par courage.

    Avec la prochaine élection au Québec, démontrons à André Meloche et autres sceptiques qu’un Gouvernement majoritaire sous la direction de Madame Marois répondrait positivement à tous les doutes des André Meloche de ce monde.

    Comme dit le dicton, l’essayer, c’est l’adopter.

  • Michel Bélisle alias Didier, 6 mars 2014 13h17

    @ M. Meloche,

    Je ne peux qu’être d’accord avec ce que vous dites. Non seulement on vit une situation de crise mondiale, mais les catastrophes naturelles sont en augmentation.

    Ceux qui prédisent la fin des temps pour notre époque n’ont peut-être pas tort.

  • André Meloche, 6 mars 2014 12h14

    Je ne vois pas en quoi il faut avoir confiance. Vous vous trompez d’époque. Une crise mondiale se dessine et vous glosez sur un parti politique provincial sans histoire qui n’a aucune envergure internationale.

    Pour paraphraser Philippe Muray, l’histoire est morte et la fête est permanente !

    Vive Festivus Festivus !

  • Michel Bélisle alias Didier, 6 mars 2014 11h55

    Comme je l’ai déjà dit, je me sens incapable d’aller voter parce que, si je le faisais, je me sentirais complice de toutes ces vies brisées par le manque du nécessaire au Québec, ceux qui sont à l’aide sociale à 600 et quelques dollars par mois, ceux qui, lorsque l’usine ferme, perdent leur salaire, leur maison et leur femme etc...

    Je ne peux endosser ce Système créateur de misère par mon vote.

    Le PQ fait partie du Système depuis plus de quarante ans. La souveraineté dans les conditions que j’ai énumérées plus haut, je ne sais pas si ça vaut la peine.

    De plus, au niveau mondial, l’avenir ne regarde pas bien avec ce qui se passe en Ukraine en particulier. Certains commentateurs évoquent le risque de guerre mondiale.

    La souveraineté du Québec apparaît dérisoire dans un tel contexte.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
1 215$  2%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 18/02 Monique Chapdelaine: 100$
  • 18/02 Mario Fortin: 5$
  • 18/02 Germain Gauvin: 100$
  • 14/02 André Bouchard: 50$
  • 13/02 JRM Sauvé : 175$
  • 13/02 Robert Lecompte: 5$
  • 13/02 Laurent Chabot: 10$
  • 13/02 Gilles Thouin: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités