«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Pas un dossier dans lequel le Québec ne se fasse saloper par Ottawa !

Neuville, Québec ; Parkland County, Alberta - Deux lieux, deux mesures !

Alors qu’en Alberta, le gouvernement Harper écoute les citoyens opposés à la construction sauvage d’un aérodrome, au Québec, il ne leur manifeste que de l’indifférence

lundi 2 décembre 2013

Des événements récents ont encore illustré de façon manifeste comment et jusqu’à quel point le gouvernement Harper se fout éperdument du Québec dans sa gouverne du pays. Le dernier en lice concerne l’arrogance avec laquelle les autorités fédérales du port de Québec ont laissé s’installer des silos le long du fleuve en complète rupture avec le développement harmonieux que les gouvernements du Québec et de la Ville de Québec avaient réussi à implanter. Ce cas s’ajoute à celui de l’aérodrome de Neuville, qui revient dans l’actualité non pas comme fait local, mais comme problème à dimension pancanadienne, ce qu’il a d’ailleurs toujours été.

Bref rappel des faits. À la suite d’une décision complètement absurde de la Cour suprême et décriée comme telle par deux juges dissidents québécois en son sein, des promoteurs ont pu installer un aérodrome privé sur une terre agricole en contrevenant à la loi de la protection du territoire agricole et à d’autres lois du Québec ainsi qu’aux différents règlements municipaux auxquels les autres citoyens doivent se soumettre, ne serait-ce que pour la construction d’un cabanon. Avec cette décision de la Cour suprême tel un couteau sur la gorge, la Ville a signé un protocole avec les promoteurs pour limiter les effets néfastes de cette invasion de son territoire. Cela n’a aucunement découragé les citoyens qui se sont mobilisés massivement.

Tous les partis politiques provinciaux et fédéraux à l’exception, bien sûr, des conservateurs, ont appuyé la cause de Neuville et demandé au gouvernement Harper de faire passer un règlement qui soumettrait les promoteurs d’aérodrome aux lois du territoire sur lequel ils jettent leur dévolu. Interpellé en Chambre, le gouvernement n’a jamais levé le petit doigt pour favoriser le respect des lois par des promoteurs insensibles au bien commun. Pire, le ministre de service en la matière, Denis Lebel, a toujours refusé de rencontrer le maire de Neuville. Ce dernier a reçu l’appui unanime de toutes les fédérations des municipalités du Québec et du Canada. Il ne fallait pas être grand devin pour savoir que la situation à Neuville pouvait renaître partout au Québec ou au Canada.

Ce qui risquait d’arriver est arrivé : l’aérodrome de Neuville a un petit frère qui a vu le jour de manière aussi subite et sauvage avec des bulldozers comme marraines. Né très récemment en Alberta, en plein Harperland, il a pour nom Parkland County Airport. Or ce « Parkland county » est dans la circonscription d’une certaine Rona Ambrose, ministre de la Santé dans le gouvernement Harper. Devant le tollé provoqué par les actions des promoteurs de l’aérodrome, Mme Ambrose s’est empressée de rencontrer la population et les autorités municipales en promettant qu’une certification serait exigée pour cet aérodrome, ce qui signifie en clair qu’il devra y avoir consultation de la population. D’autre part, la ministre des Transports, Lisa Raitt, a demandé un rapport sur la sécurité des lieux.

Comparons la situation de Neuville au Québec à celle de Parkland County en Alberta. À Neuville, une famille habite dans l’axe de la piste, à moins de 200 mètres du bout de la piste, là où le président de l’AQTA (Association québécoise du transport aérien) a dit qu’il n’habiterait jamais (témoignage devant une commission parlementaire de l’Assemblée nationale). De plus, une ligne de transmission électrique sépare la piste de l’habitation. Dans le cas albertain, personne n’habite dans les environs immédiats du site.

Dans le même périmètre de 2,5 km de rayon, on trouve 125 résidences en Alberta ; 350 à Neuville. Dans un rayon de 3 km, on retrouve six fois plus de résidences à Neuville. Dans la liasse de documents obtenus par les Neuvillois grâce à la loi d’accès à l’information — et après une attente déraisonnable de plus d’un an —, le seul document concernant la sécurité et émanant du ministère fédéral nous a été remis totalement caviardé ! En Alberta, la ministre exige un rapport à ce sujet et elle le rendra public.

À Neuville, l’aérodrome construit sans permis va à l’encontre des recommandations de sécurité de Transports Canada relatives au péril aviaire. Alerté, le ministère a répondu que ce ne sont que des recommandations et non des règlements et qu’en conséquence, les promoteurs ne sont pas tenus de les respecter. Au-delà de la pollution par le bruit et des autres effets négatifs de l’aérodrome de Neuville, ce dernier est situé deux fois plus près d’une réserve d’oiseaux que ne l’est le Parkland County Airport. Malgré cela, la ministre Rona Ambrose s’appuie sur la présence de cette réserve pour justifier le recours aux évaluations environnementales dans le cas de l’aérodrome albertain. Dans le cas de Neuville, Transports Canada s’est limité à dire aux autorités municipales qu’aucun permis ni autorisation n’était nécessaire et que c’était l’endroit rêvé pour les écoles de pilotage d’hélicoptères.

À Neuville, on note la présence d’un cours d’eau sous la piste d’atterrissage, d’un habitat pour chevreuils et des restrictions pour le plafond aérien en raison de la proximité de l’aéroport international Jean-Lesage. Rien de tout cela dans le cas albertain. Et pourtant, c’est en Alberta que deux ministres, dont celle des Transports, sont intervenues personnellement dans le dossier en rencontrant la population et en exigeant des mesures de sécurité qui nécessiteront certainement une certification de cet aérodrome et, donc, une consultation populaire. Force nous est de constater que les notions de sécurité, de démocratie et d’intérêt public varient fortement selon qu’on se trouve au Québec ou au Canada.


Suggérer cet article par courriel
L’incurie fédérale
Et dire que nous payons pour ça !

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 910$  22%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 22/08 Pierre Cournoyer: 50$
  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités