«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Pas de Nation possible sans respect pour ses ainés

Mourir seul

Comment rester de glace devant ces témoignages d’aînés, de plus en plus nombreux, qui disent vivre dans l’isolement et la solitude ? C’est impossible. Je les écoute, je les vois et j’ai une envie pressante d’appeler mes grands-mères pour les entendre me parler de leur vie, de leur journée. Je ne peux concevoir qu’une famille abandonne ses aînés.

J’ai perdu mes deux grands-pères au cours des cinq dernières années. J’ai eu de la chance, je les ai bien connus. Ils ont été précieux pour moi. J’ai veillé sur mon grand-père paternel jusqu’à sa mort, nous écoutions la musique de ses années de jeunesse. Un moment triste, mais beau en même temps. Je n’aurais pu concevoir qu’il meure seul, chez lui, sans que personne s’en aperçoive. C’est une fin de vie inhumaine.

Cohabitation

Il faut trouver de nouvelles façons de prendre collectivement soin de nos aînés. Vous l’avez peut-être vue passer si vous êtes sur les réseaux sociaux, cette vidéo où l’on voit des étudiants discuter et jouer aux cartes avec des aînés en maison de retraite ? Aux Pays-Bas, ce concept offre gracieusement des appartements aux étudiants en leur demandant de donner 30 heures de bénévolat par mois.

Quelle belle initiative. Une cohabitation intergénérationnelle qui est bénéfique pour les deux générations. C’est aussi une belle façon de démystifier la vieillesse pour les plus jeunes. Une façon de se préparer soi-même pour ces années dites de l’âge d’or.

Responsabilité

Le ministre Barrette a raison, le gouvernement ne peut remplacer les familles. Ces dernières doivent s’occuper des leurs. Cependant, le gouvernement devrait permettre le développement de concepts novateurs, un peu comme les Pays-Bas l’ont fait. C’est bien beau de faire des lois contre la maltraitance et l’éviction de nos aînés, encore faut-il aussi leur donner le goût de poursuivre leur vie dans la dignité. Ils ont aussi le droit d’être aimés.


Suggérer cet article par courriel
Québec et Progrès social
Ne laisser personne à la traîne

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 815$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$
  • 16/08 François-Luc Valiquette: 5$
  • 16/08 Gilles Harvey: 5$
  • 15/08 André Thibault: 5$
  • 15/08 Robert Lecompte: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités