«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Il était temps d’y penser ! Une richesse aussi extraordinaire qu’inexploitée

Montréal mise sur le tourisme religieux

On la surnomme « la ville aux 100 clochers ». Et pour cause, Montréal attire de plus en plus de visiteurs à l’intérieur des murs de ses lieux de culte. Devant cet intérêt, la métropole souhaite mettre davantage l’accent sur son patrimoine religieux pour séduire les touristes.

Au cours de la dernière année, la basilique Notre-Dame, l’un des lieux les plus visités par les touristes, a connu une hausse de fréquentation de 24,4 % par rapport à 2015, selon les données fournies par Tourisme Montréal. L’oratoire Saint-Joseph a, pour sa part, enregistré une augmentation de 12 %.

« On se rend compte qu’il y a un regain d’intérêt pour les questions spirituelles », souligne Pierre Bellerose, vice-président aux relations publiques de Tourisme Montréal. Une étude menée par son organisation en 2013 révélait que « 14 % des touristes en visite à Montréal identifiaient le patrimoine religieux comme un aspect très important à expérimenter lors de leur séjour ».

Le tournant de 2010

La canonisation du frère André en 2010 a amené dans la ville des fidèles provenant de l’Ontario, des États-Unis et du Mexique. « À partir de ce moment, on a commencé à être proactifs », affirme M. Bellerose. Il cite notamment en exemple la formation du Comité sur le tourisme religieux, l’accueil de journalistes étrangers et d’agences de voyages spécialisées dans le domaine.

« Il faut améliorer le produit », ajoute Pierre Bellerose. Le projet de rénovation de l’oratoire Saint-Joseph - au coût de 80 millions - et la mise en place d’un spectacle lumineux signé Moment Factory à la basilique Notre-Dame illustrent bien cette volonté.

> Lire la suite de l’article sur La Presse


Suggérer cet article par courriel
L’âme des peuples se trouve dans leur histoire
Le devoir de mémoire

Ceux qui ne connaissent pas l’histoire sont condamnés à la revivre

Citation tantôt attribuée à l’homme politique anglais Edmond Burke ou au philosophe espagnol George Santayana

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 920$  22%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 23/08 André Lepage: 5$
  • 23/08 Éric Haddad: 5$
  • 22/08 Pierre Cournoyer: 50$
  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités