«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Ottawa se moque éperdument de ce que pense Québec, et Couillard, par sa soumission fédéraliste, en est en grande partie responsable

Marijuana : Québec n’a pas été consulté par Ottawa

Ottawa n’a pas consulté le gouvernement Couillard dans l’élaboration de son projet de loi sur la légalisation de la marijuana, qui devrait être déposé jeudi.

« On a lu des éléments qui sont parus dans les médias. Je suppose qu’on va avoir des conversations plus formelles après le dépôt du projet de loi », a souligné le premier ministre Philippe Couillard lors d’un point de presse, mardi.

Le premier ministre craint qu’Ottawa tente de « transférer des fardeaux importants sur les épaules des provinces pour toute la réglementation et l’encadrement de cette question ».

Mais Québec aura l’occasion de se faire entendre, assure-t-il. « S’il faut le faire directement là-bas, on le fera », dit Philippe Couillard.

Débat en vue

Sur le fond, Philippe Couillard voit « des côtés positifs à la légalisation » et n’y est « pas forcément opposé ». « C’est quand la dernière fois que vous avez acheté une bouteille de rhum sur le marché noir ?, demande-t-il, en citant un argument du premier ministre Trudeau. On ne le fait pas, pourquoi ? Parce que c’est sorti du crime organisé, c’est sorti du marché noir. C’est devenu un marché réglementé. »

Un optimisme qui n’est pas partagé par son ministre de la Santé, qui refuse de se prononcer sur la légalisation de la marijuana. « Que je sois pour ou contre, ça n’a aucun intérêt, dit Gaétan Barrette. C’est une question de juridiction fédérale. [...] Le fédéral impose la légalisation de la marijuana. »

« Est-ce la légalisation de la marijuana, ou la consommation accrue, sur la base de la société, va amener son lot de problématiques de santé publique, de sécurité et ainsi de suite ? Ben, oui ! », ajoute le ministre Barrette.

Front commun

Pour Philippe Couillard, les provinces devront également se concerter afin de créer un cadre légal cohérent à travers le pays. « On ne pourra pas gérer une situation où, en traversant le pont à Gatineau pour se rendre en Ontario, on se trouve radicalement dans un contexte différent », estime-t-il.

Justin Trudeau et ses homologues devront presser le pas pour s’entendre : Ottawa souhaite que la marijuana soit légale d’ici juillet 2018, selon les premières informations. « Ça arrive assez rapidement », estime Philippe Couillard.


Suggérer cet article par courriel
Le grand cirque ordinaire des illusions « Canadian »
Le boulet

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités