«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

« Nous rejetons les tentatives de manipuler le concept d’islamophobie pour museler toute opposition aux courants islamistes »

LIBRE OPINION

Manifeste pour un islam de liberté et de citoyenneté

mardi 21 février

Ce manifeste a été écrit au courant du mois de janvier 2017, avant l’attentat raciste qui a visé des musulmans dans la ville de Québec le 29 janvier 2017. Les signataires sont de cultures musulmanes variées et ont des rapports très diversifiés à la foi et à la pratique religieuse. En voici des extraits.

Nous nous considérons avant tout comme des citoyens, et c’est en tant que citoyennes et citoyens que nous voulons occuper pleinement notre place dans la société québécoise. Notre démarche s’inscrit également dans le contexte des résistances à l’intérieur même des sociétés musulmanes face à l’islamisme politique et à ses manifestations sociales.[...]

Nous déplorons le détournement de la foi musulmane par les courants de l’islam politique présents à l’échelle internationale, et nous contestons leur prétention de représenter les musulmans du Québec. Ces courants sont en partie responsables des impasses profondes auxquelles sont confrontées les sociétés musulmanes. Leurs stratégies identitaires et leurs interprétations rigides des obligations religieuses entraînent inévitablement un repli identitaire qui compromet l’épanouissement des musulmans dans les sociétés occidentales. […]

Nous n’approuvons pas toutes les demandes d’accommodements religieux, surtout celles qui remettent en question la notion même de citoyenneté et les acquis du Québec en matière d’égalité et de neutralité de l’État et des institutions publiques. En général, ces mesures ne favorisent pas l’intégration des immigrants, mais ont plutôt l’effet inverse de fragiliser leur insertion professionnelle. […]

Le sensationnalisme des médias, qui accordent une place énorme à des comportements choquants mais marginaux, donne une fausse image des musulmans du Québec et il contribue à faire mousser l’hostilité qui s’exprime envers l’ensemble des citoyens de cultures musulmanes. Nous appelons les médias à assumer leur responsabilité sur cette question, car c’est le climat social tout entier qui en est affecté.

Les images sensationnalistes et stéréotypées de l’islam dans certains médias ont amplifié les insécurités identitaires dans la société québécoise. Les calculs électoraux fondés sur l’exploitation de ces insécurités sont à courte vue : ils valident dans la population québécoise une méfiance envers l’ensemble des citoyens de cultures musulmanes, et ils instaurent une dynamique du soupçon qui a des effets discriminatoires envers eux et des effets très néfastes sur le climat social en général.

Parallèlement, nous rejetons les tentatives de manipuler le concept d’islamophobie pour museler toute opposition aux courants islamistes, qui sont, en grande partie, responsables du climat d’hostilité envers l’ensemble des musulmans. Cette hostilité est fondée sur la confusion entre islam sectaire et islam majoritaire. Elle valide le discours de victimisation des islamistes. […]

Les tendances non fondamentalistes très diversifiées de l’islam (rationnelles, laïques, libérales, soufies, etc.) sont désarmées face à l’islamisme. Elles ont besoin de soutien pour contrer les énormes moyens financiers, médiatiques et politiques mis à la disposition de l’islamisme transnational par les monarchies pétrolières et par d’autres acteurs qui veulent les instrumentaliser. Nous déplorons que certains courants dans la société civile, par crainte de nourrir l’islamophobie, prennent la défense des pratiques les plus fondamentalistes en s’opposant à la critique qui leur est adressée par les tendances les plus ouvertes de l’islam. L’islamisme est de plus en plus contesté dans l’espace même de l’islam, par des voix qui sont combattues et moins visibles. La lutte idéologique contre l’islamisme ne sera gagnée que de l’intérieur, mais elle a besoin d’appuis. Cette lutte est aussi la nôtre.

Pour consulter le manifeste sur Facebook, cliquez ici.

* Liste des signataires :

Hassan Jamali, professeur retraité et écrivain,
Mounia Ait Kabboura, philosophe de formation, chercheuse à la Chaire UNESCO-UQAM (FPJD),
Noomane Raboudi, islamologue-politologue à l’Université d’Ottawa
Nadia El Mabrouk, professeure en informatique à l’Université de Montréal
Salah Beddiari, écrivain, poète
Leila Lesbet, enseignante
Ali Daher, sociologue, chercheur indépendant
Khaled Sulaiman, écrivain
Mohamed Ourya, politologue, université Sherbrooke
Nezar Hammoud, chercheur
Ali Kaidi, doctorat en philosophie
Oussama Abou Chakra, chercheur et écrivain
Nadia Ghalmi, gestionnaire et ancienne journaliste
Karima Bensouda, ingénieur
Joulnar El Husseini, interprète
Hind Snaiki, coordinateur de projet
Khaled A.Baki, ingénieur
Seba Alnabhan, éducatrice
Nezar Hammoud, biochimiste et nutritionniste clinicien
Farid Kettani, consultant retraité
Fatima Aboubakr, directrice de garderie
Samira Boualem, kinésithérapeute et orthothérapeute
Karim Lassel, consultant en développement organisationnel
Salimata Ndoye Sall, travailleuse sociale
Mohand Abdelli, ingénieur retraité
Nacer Irid, ingénieur automatisation


Suggérer cet article par courriel
Islam politique
Allahou akbar ? Peut-être. Mais pas dans l’espace public

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 860$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités