«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Vraiment dangereux, ce mec-là !

Maintenant qu’il est chef, Jean-François Lisée va s’éloigner de l’épouvantail identitaire, croit Charles Taylor

mardi 1er novembre 2016

Charles Taylor l’avoue : le Québec a du chemin à faire pour atténuer certaines tensions raciales. Mais il a confiance en l’avenir et la jeunesse, éprise de justice et « vaccinée contre des politiques que le Parti québécois a pu mettre de l’avant par le passé ». L’ardent défenseur du multiculturalisme est heureux que l’idée de Charte des valeurs soit derrière nous et il croit que Jean-François Lisée s’éloignera peu à peu des positions qui l’ont aidé à l’emporter, début octobre.

Charles Taylor est surtout connu au Québec pour sa participation à la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables, en 2007, mais le curriculum vitae du philosophe est bien rempli.

Décrit comme l’un des plus grands penseurs de la planète, le Montréalais de 84 ans a remporté récemment le tout premier prix Bergguen – assorti d’une bourse d’un million de dollars américains – pour ses idées qui font « avancer l’humanité ».

-Advertisement-
x

professor charles taylorCharles Taylor a remporté le tout premier prix Berggruen. (Photo : Gettu Images)

Mais il y a mieux encore que le prix d’un million, que M. Taylor recevra lors d’une cérémonie, à New York, le 1er décembre. Le penseur a été sélectionné pour son travail promouvant le multiculturalisme et combattant la xénophobie. Le jury du prix Berggruen, composé de neuf membres, a choisi Charles Taylor pour son appui aux « politiques qui respectent la diversité culturelle » et sa démonstration que « l’Occident n’était pas unitaire, mais bien, comme toutes les civilisations, le produit d’influences diverses ».

Les écrits de Charles Taylor, incluant Les sources du moi : la formation de l’identité moderne, Multiculturalisme : différence et démocratie et L’âge séculier, a guidé le Canada dans ses politiques officielles sur le multiculturalisme.

Le philosophe sonne l’alarme, depuis plusieurs années, sur les dangers de l’islamophobie, et a ainsi condamné le débat sur le niqab durant les dernières élections fédérales.

« Dans un monde de plus en plus xénophobe, sa voix en est une d’inclusion et de modération et non une qui crée des barrières et érige des murs. »
– Nicholas Berggruen

« Il est un penseur très profond qui a beaucoup d’influence en plus d’être un très grand humaniste », souligne Nicholas Berggruen, un milliardaire allemand, dont le think tank est derrière l’attribution du prix de philosophie.

« Dans un monde de plus en plus xénophobe, sa voix en est une d’inclusion et de modération et non une qui crée des barrières et érige des murs, poursuit M. Berggruen. Je crois que le jury a sélectionné quelqu’un qui croit aux valeurs humaines de coopération et non en la division. »

Le Huffington Post Canada s’est entretenu au téléphone avec Charles Taylor pour discuter de l’importance du multiculturalisme, en plus de parler de Donald Trump, du Québec, du Brexit et des partis européens d’extrême droite.

professor charles taylorCharles Taylor, après avoir remporté le prix Templeton serti d’une bourse de 1,5 million de dollars, en 2007. (Photo : Getty Images)

En vous remettant le prix Berggruen, le jury a indiqué que vous étiez « le philosophe anti-xénophobe de notre époque ». Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce qui a mené à ce prix ?
Une grande partie de mon travail s’attarde à la façon dont on en vient à comprendre les personnes différentes culturellement parlant. Je suis un partisan du multiculturalisme et, avec Will Kymlicka et quelques autres au Canada, nous avons élaboré plusieurs des théories derrière ce concept.

Le but de la fondation Berggruen est d’améliorer la compréhension entre les différentes cultures du monde. C’est ce qui est au cœur de mes recherches.

Mon travail sur la politique canadienne est celui d’un fédéraliste québécois, qui voit toujours à quel point [le Québec] a du mal à comprendre le reste du Canada et à quel point le reste du Canada a du mal à nous comprendre. Depuis que je suis tout jeune, j’essaie de surmonter ça. J’ai grandi dans une famille bilingue et nous avons toujours baigné là-dedans.

Comment votre travail a-t-il inspiré l’approche de la mosaïque canadienne, qui diffère du melting pot américain ?
Le dessein du multiculturalisme canadien est de créer une notion de citoyenneté égalitaire. Ça a beaucoup à voir avec l’intégration des personnes venues d’ailleurs dans la société canadienne, dans son système politique, pour que tous soient égaux.

Le fait de passer au multiculturalisme annule l’idée que tout le monde avait il y a 50 ans voulant qu’un Canadien est quelqu’un qui vient d’une île Britannique ou de la Normandie – pour le Québec. Mais vous pouvez être pleinement Canadien si vos ancêtres sont polonais, italiens, indiens ou chinois… Le multiculturalisme est un instrument de l’intégration.

Je ne vois pas en quoi cela pourrait être considéré comme de la rectitude politique.

Donald Trump et d’autres considèrent que leurs points de vue xénophobes sur le monde s’attaquent, justement, à la rectitude politique.
Je sais. [Trump] tente ainsi de justifier ses propos déraisonnables qui sont majoritairement faux, comme le fait que les Mexicains sont des violeurs et que les musulmans doivent être considérés comme des djihadistes, à moins qu’ils ne prouvent le contraire.

Il tente de justifier tout ça en disant qu’il est contre la rectitude politique. Il est vrai que certaines branches de la société, aux États-Unis, font des courbettes et s’empêchent de dire ceci ou cela. Il sait qu’il peut miser là-dessus, mais il s’en sert comme excuse pour dire des choses qui sont absolument indéfendables.

Que pensez-vous de la ligne téléphonique servant à dénoncer les « pratiques culturelles barbares » proposée pendant la dernière campagne électorale canadienne ?
Ça m’a fait rire. L’une des pratiques les plus barbares de l’histoire humaine, c’est la stigmatisation. C’est exactement ce que mettait de l’avant le gouvernement de Stephen Harper : stigmatiser les personnes portant le niqab ; stigmatiser ceux et celles qui sont différents. C’est la pratique culturelle la plus barbare. J’avais envie de les appeler pour le dénoncer.

Close

Who Are Second-Gen Canadians ?

1 sur 17

Ashwenna via Getty Images

Partager
Tweeter

In 2011, more than 5.7 million people identified themselves as second-generation Canadians, according to the National Household Survey.

Partager

fermer

Image affichée

C’est ce que j’ai ressenti quand les débats autour des réfugiés ont débuté. C’est ce qui est arrivé aux Juifs, dans les années 1930, au Canada. Comment peut-on faire la même chose avec les musulmans, en 2016 ?
Exactement. C’est absurde ! Ce faisant, nous tombons dans tous les pièges possibles. Et nous avons notre version au Québec aussi, parce que nous sommes très protecteurs de nos cultures traditionnelles. C’est ce qui a mené à l’idée de la Charte des valeurs, il y a peu de temps. Heureusement, nous en sommes venus à bout. Mais c’était toute une lutte.

« L’une des pratiques les plus barbares de l’histoire humaine, c’est la stigmatisation. C’est exactement ce que mettait de l’avant le gouvernement de Stephen Harper »
– Charles Taylor

Pour faire une histoire courte, il s’agit là de stéréotypes purs et durs sur certains segments de la population qui sont utilisés comme excuses pour leur retirer certains droits. C’est une arnaque et c’est frauduleux. Il faut le dénoncer haut et fort.

Un sondage mené par CBC et Angus Reid souligne que 68 % des Canadiens souhaitent que les minorités en fassent davantage pour s’intégrer et s’opposent à ce qu’on les encourage à garder leurs us et coutumes, leur langue, leurs préférences culturelles… En creusant un peu, on se rend compte que les Canadiens blancs et plus âgés tirent les chiffres vers le haut. Même chose pour les Québécois.
Ça fait du sens. C’est ce que j’ai remarqué aussi. Le multiculturalisme a débuté au Canada aux alentours de 1970 et le concept a été beaucoup critiqué à l’époque. Plus on monte dans les tranches d’âge, moins l’idée est bien reçue. Il y a également une donnée statistique qui indique que les gens n’aiment pas voir arriver de gens de différentes cultures massivement. Il y a une peur commune qui s’installe : vont-ils nous transformer ? Je l’ai entendu au Québec.

La bonne nouvelle au pays, c’est que c’est quelque chose qu’on entend de moins en moins au fur et à mesure que nous descendons la pyramide des âges. Même au Québec. Ce qui est décourageant, toutefois, c’est que, effectivement, la propension à penser de la sorte est plus forte au Québec que dans le reste du Canada. Nous en sommes conscients. Nous l’avons vu avec la Charte des valeurs. C’est presque devenu une question de vie ou de mort. C’est très marqué parce qu’il y a un groupe et une culture qui sont menacés depuis 200 ans par la majorité anglophone nord-américaine. C’est compréhensible que les réactions soient plus vives quand vient le temps de parler de décalage culturel.

Bien qu’il soit encourageant que les jeunes soient moins craintifs, il n’en demeure pas moins que les chiffres sont élevés. C’est une proportion plus élevée que lorsque l’idée de multiculturalisme est apparue dans les années 1970 et c’est une proportion plus élevée qu’aux États-Unis. Pour moi, ça fait écho à Donald Trump, au Brexit et aux partis nationalistes qui montent en Europe. Pourquoi croyez-vous que le Canada et le reste du monde en sont là ?
Il y a trois raisons. La première, c’est qu’il y a un inconfort relié au fait de voir de nouvelles personnes arriver. La chose est bien pire en Europe, parce qu’ils ne sont pas habitués à recevoir autant de personnes venues d’ailleurs.

Deuxièmement, les nouveaux arrivants que nous laissons entrer en ce moment sont des personnes qui ont, par définition, beaucoup de « points » à leur dossier. Ce qui veut dire qu’ils sont qualifiés, qu’ils possèdent des compétences dont nous pouvons bénéficier. En Europe, très souvent, les nouveaux arrivants ont peu d’éducation et sont voués à des emplois de base. L’intégration dans la société se fait donc beaucoup plus difficilement.

Dans le cas de la France, c’est encore pire parce qu’une majorité de ces personnes sont magrébines et, historiquement, les liens entre la France et l’Algérie – et à un moindre degré le Maroc et la Tunisie – sont terribles. La majorité des musulmans français sont d’origine algérienne et, si vous jetez un œil à l’histoire et la façon dont ils se sont massacrés, c’est incroyable de penser qu’ils peuvent même se regarder en pleine face aujourd’hui.

« Il s’agit là de stéréotypes purs et durs [envers les musulmans] qui sont utilisés comme excuses pour leur retirer certains droits. C’est une arnaque. »
– Charles Taylor

Par-dessus tout ça, ajoutez la crise économique de 2008 et la très mauvaise – à mon avis – politique d’austérité que les Européens ont adopté par rapport à la crise grecque, qui a mis une pression énorme sur les personnes qui perdaient leur emploi. Toutes les conditions étaient réunies. Et nous n’étions certainement pas à l’abri en Amérique du Nord. Vous savez, plusieurs personnes dans la Rust Belt, aux États-Unis, croient avoir perdu leur emploi parce que les frontières ont été ouvertes aux nouveaux arrivants. Ils voient là un lien direct.

Et je n’ai même pas parlé du djihadisme. Il y a quelques musulmans qui font un carnage et c’est terrible. Cela fait dire à plusieurs qu’il faut fermer les frontières.

C’est ce qui explique le Brexit. Regardez ces comtés travaillistes dans le nord. Ils sont l’équivalent de la Rust Belt américaine. La voix officielle du Parti travailliste disait qu’il fallait rester dans l’Union européenne, mais la base d’électeurs a choisi de la quitter.

Close

Evolution Of Trump’s Muslim Ban

1 sur 14

SCOTT OLSON

Partager
Tweeter

December 7, 2015
Donald Trump calls for a "complete shutdown" of Muslims entering the U.S. in a statement emailed to reporters. A press release announcing the proposal is simultaneously published to his website — where it remains to this day.

Partager

fermer

Image affichée

À quel point tout ça est relié à des relents de colonialisme ?
En Europe, c’est majoritairement le cas. C’est très certainement le cas en France. Au Royaume-Uni, un peu moins.

J’ai déjà décrit le phénomène comme étant relié à « la peur des blancs ». Il y a un groupe dominant qui craint de perde son emprise sur le pouvoir, pour toutes les raisons que vous avez mentionnées. On tente de repousser ça.
Je crois que cette peur de perdre l’emprise sur le pouvoir se voit surtout aux États-Unis, car il est clair que les blancs y seront bientôt minoritaires, n’est-ce pas ? On ne peut pas dire que ce sera le cas en France, au Royaume-Uni ou en Allemagne.

Qu’est-ce qui jette de l’huile sur le feu au Canada ? Il y a beaucoup de racisme contre les Asiatiques à Vancouver, des tensions avec les populations noires à Toronto et de l’islamophobie partout au pays, même si les musulmans ne représentent que 3 % de la population canadienne.
En ce qui concerne l’islamophobie, c’est dû, en grande partie, à la situation géopolitique, au djihadisme. Il n’en était pas question il y a 20 ou 30 ans, alors qu’on n’avait aucune idée du nombre de musulmans au pays.

laura ingraham
L’animatrice radio Laura Ingraham s’adresse à la foule lors de la convention républicaine, à Cleveland, en Ohio, en juillet 2016. (Photo : Getty Images)

Il y a du racisme au pays, c’est une évidence et je ne le nie certainement pas. Nous le voyons au Québec aussi, de façon très flagrante. Mais est-ce au point de porter atteinte à nos politiques ? Je ne crois pas. Si Trump venait à être élu – même si je ne crois pas que ça arrivera, Dieu merci – ce serait autre chose. En Europe, c’est davantage le cas. C’est d’une force beaucoup plus puissante qui change complètement la donne.

« Le multiculturalisme a été une source indéniable de dynamisme économique pour notre société. »
– Charles Taylor

Comment peut-on améliorer les choses ?
Je connais le Québec mieux que je connais le reste du pays, mais dans notre société, nous voyons clairement ce qu’il y a à faire et, d’une certaine façon, nous commençons à le faire tranquillement. Nous nous tournons vers les jeunes afin de voir le monde différemment, en partie parce qu’ils réussissent à voir leur avenir dans une société francophone d’une façon différente. Les jeunes développent un sens de la justice qui les vaccine contre les politiques que le Parti québécois a pu présenter, par exemple.

Nous le voyons de façon très claire. Déjà, en 2013 et en 2014, il fallait lire les sondages pour voir ce qui allait arriver. Le premier demandait « Approuvez-vous le projet de Charte des valeurs ? » et recueillait 56 % de réponses positives. Le deuxième demandait « Croyez-vous qu’il faille renvoyer quelqu’un d’une émission à cause de la Charte des valeurs ? » et le « non » l’emportait par 60 %. Les Québécois étaient déjà ambivalents par rapport à la question. Ce que nous voulons faire, c’est de faire baisser les chiffres du premier sondage et de faire monter ceux du deuxième. Et je crois que nous y arrivons.
Jean-François Lisée s’est engagé sur un terrain très glissant. Son leadership pendant la campagne nous a ramenés à la Charte, mais je vais faire la prédiction suivante : il va s’éloigner de tout ça maintenant qu’il a battu [Alexandre] Cloutier avec cette arme, parce que de nombreux membres du Parti québécois ne souhaitent pas retomber dans ce débat qui leur a fait perdre le pouvoir.

Comment convaincre les Canadiens plus vieux d’embrasser aussi le multiculturalisme et la diversité culturelle ?
À l’échelle du pays, le multiculturalisme a été une source indéniable de dynamisme économique. C’est un argument de poids. Il y a aussi toute la notion de justice. Souhaitez-vous vraiment que vos sentiments personnels aient à voir avec des politiques qui feraient du tort à certains, de façon totalement injuste ? Je crois que ces deux arguments sont les plus précieux que nous avons afin de réduire le fossé d’opinions entre les bébé-boomers et la génération Y.

Ce texte, initialement publié sur Huffington Post Canada, a été traduit de l’anglais.


Suggérer cet article par courriel
PQ - Changement de paradigme

Le commencement de la fin

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
3 110$  5%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 24/03 Ludovic Marin: 10$
  • 24/03 Michel Tremblay: 5$
  • 24/03 André Lepage: 5$
  • 24/03 Joshua Ménard-Suarez: 10$
  • 24/03 Éric Haddad: 5$
  • 24/03 Maxime Poulin: 10$
  • 24/03 Gilbert Paquette: 10$
  • 24/03 Carole Smith: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités