«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Mâchurer doit aboutir

Pour le plus grand bien de l’appareil judiciaire du Québec qui en a grandement besoin pour retrouver ses lettres de noblesse

Tribune libre de Vigile
vendredi 5 mai
261 visites 3 messages

Si l’on se fie au ton déterminé du grand patron de l’Unité permanente anticorruption (UPAC), Robert Lafrenière, l’enquête Mâchurer, lancée en 2013 et qui porte notamment sur le financement politique et l’octroi de contrats publics connaîtra indubitablement son dénouement : « Soyez certains que je vais me rendre au bout de cette enquête […] et on va le déposer au DPCP, j’en suis convaincu ».

C’est du moins ce qu’a affirmé M. Lafrenière lors de son témoignage livré devant la commission de la sécurité publique de l’Assemblée nationale. Nonobstant cette déclaration ferme du patron de l’UPAC, force est de constater que les circonstances ayant conduit à sa nomination par le gouvernement Charest en 2011 et à sa reconduction par Philippe Couillard portent sérieusement ombrage à la crédibilité de M. Lafrenière qui a une pente ardue à remonter en ce sens.

Dans un autre ordre d’idée, le grand patron de l’UPAC s’est fait rassurant en démentant catégoriquement que les élus bénéficient d’un traitement spécial auprès de son corps de police. « Il n’y en a pas d’immunité pour personne », a-t-il assuré. Il soutient même que l’UPAC considère comme un « facteur aggravant » le fait qu’une personne visée par des allégations soit un élu, municipal ou provincial. « Il faut tout de suite s’en occuper. »

À mon avis, je crois que Robert Lafrenière a le plein contrôle sur les effectifs de sa force policière et a su le démontrer aux députés de la commission de la sécurité publique de l’Assemblée nationale. L’enquête Mâchurer se doit d’aboutir pour le plus grand bien de l’appareil judiciaire du Québec qui en a grandement besoin pour retrouver ses lettres de noblesse.

Henri Marineau
Québec

Commentaires

  • Lise Pelletier, 7 mai 12h36

    En commission parlementaire pour l’étude des crédits, Robert Lafreniere à mentionné que le jugement pour verifier les méta données de Marc Bibeau à été rendu par la Cour suprême dernièrement.

    No.de dossier : 37185

    Demandeurs : Direction des poursuites criminelles et pénales / Procureur général du Québec (intervenante).
    Demanderesses : 9229-0188 Québec inc. Saramac Schokbeton Inc. / Centres d’achats Beauward Lee.

    Jugement rendu le 2 février 2017

  • Yves Corbeil, 7 mai 11h09

    Au rythme ou vont les choses au Québec avec ce gouvernement douteux, est-ce qu’on devrait envisagé faire faire les enquêtes sur les hauts dirigeants par la mafia et les motards.

    Une vrai république de bananes cette gouvernance libéral des quinze dernières années.

    Pendant ce temps là, la nunuche à la justice se réjouit des QUATRE nouveaux juges (...) ça fuit de partout et tu donne quatre poches de sable au pauvre diable qui essaie de sauver sa maison. Comment est-ce possible que la population continue à avaler ces couleuvres.

    Toute ma compassion va pour les sinistrés. Et quelqu’un devrait organisé des corvées citoyennes pour leur venir en aide après que les eaux se seront retiré.

    C’est la moindre des choses que l’on pourrait faire pour leur venir en aide en allégeant leur fardeau psychologique et financier.

  • Jean Claude Pomerleau, 5 mai 21h55

    Si le Parti québécois n’avait pas pris le pouvoir en 2012 et nommé Mario Laprise à la SQ, lequel a activé un mandat de perquisition contre le PLQ qui dormait dans les tiroirs, ce scandale majeur serait probablement passé sous les radars :

    LA PRESSE
    FABRICE DE PIERREBOURG
    1 novembre 2013

    Perquisitions au PLQ annulées en 2012

    Les perquisitions qui ont eu lieu au Parti libéral du Québec cet été étaient programmées à l’origine pour juin 2012, alors que le gouvernement Charest était encore au pouvoir. Or, ces perquisitions ont été annulées pour des raisons inconnues.

    C’est ce que l’on apprend dans les affidavits rédigés en juillet 2013 par un enquêteur de l’UPAC (escouade Marteau) de la Sûreté du Québec en vue d’obtenir des nouveaux mandats de perquisition du siège social du PLQ, rue Waverly à Montréal.

    L’enquêteur écrit ceci : « Le premier mandat a été autorisé le 1er juin 2012 [...]. Il n’a pas été exécuté puisque pour des raisons opérationnelles et organisationnelles, l’exécution a été reportée ultérieurement ».

    Texte complet http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201311/01/01-4706144-perquisitions-au-plq-annulees-en-2012.php

    Pour comprendre le contexte de la perte de crédibilité de l’appareil judiciaire :

    http://www.dossierplq.com/police_politique_liberale.html

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités