«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

« Lisée change la donne », et c’est un Libéral qui le dit

Lisée, l’âme sœur

mercredi 19 octobre 2016

Je serais surpris qu’il y ait une véritable lune de miel entre les Québécois et Jean-François Lisée. Une lune de miel avec un politicien, c’est comme un coup de foudre dans un bar. Vous êtes éblouis par la beauté et les attraits d’une personne, à un point tel que vous perdez vos repères. Plus rien n’est rationnel. Vous êtes complètement sous le charme.

Malheureusement, ces relations sont souvent éphémères et teintées de déception.

Les relations les plus fortes sont d’ordinaire celles qui découlent d’un attachement progressif. Une connaissance ou amie que l’on apprend tranquillement à apprécier. La quasi-indifférence fait lentement place à une affection palpable, puis l’amour durable jaillit.

Ce je-ne-sais-quoi

C’est plutôt ce type de relation que le nouveau chef de l’opposition pourrait bâtir avec les citoyens. Comme le sondage CROP publié mardi le démontre, les électeurs, sans être rebutés, ne sont certes pas en pâmoison.

Mais Lisée possède ce je-ne-sais-quoi qui pourrait faire de lui un redoutable adversaire pour le PLQ et la CAQ. Petit à petit, il pourrait bien gagner la confiance d’une majorité de gens, qu’ils soient des souverainistes convaincus, fédéralistes mous ou encore des nationalistes ambivalents.

Craintes

Lors de sa première période de questions mardi, Jean-François Lisée a été correct, tout au plus.

Il faut plutôt noter l’attitude de Philippe Couillard et François Legault. Ces derniers étaient en mode attaque avec le nouveau venu. Leur discours dénote un sentiment de crainte. Le chef libéral prend conscience du défi qui l’attendra en octobre 2018. Il faudra remplacer la campagne deux-pieds-sur-la-bavette-du-poêle par une stratégie plus étoffée et un bilan solide. Le chef caquiste, lui, pourrait nécessiter des antidépresseurs. Malgré un excellent travail au cours des derniers mois, il aura encore plus de difficulté à se faire une place au soleil. Indéniablement, Lisée change la donne.

 


Suggérer cet article par courriel
PQ - Changement de paradigme
Le commencement de la fin

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
7 595$  13%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 23/04 René Ricard : 50$
  • 23/04 Jacques Coulombe Ltée : 20$
  • 22/04 François Dubois : 20$
  • 20/04 André Daoust : 40$
  • 19/04 Jacques Tremblay : 50$
  • 19/04 Simon Garneau: 25$
  • 19/04 Simon Bergeron: 5$
  • 18/04 À la mémoire d'un grand patriote, Bernard Frappier: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités