«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Lettre ouverte au porte-parole de La Meute.

Tribune libre de Vigile
samedi 26 août
3 026 visites 18 messages

Lettre ouverte au premier porte parole de La Meute.

Monsieur, vous n’êtes pas sans savoir que le nation building canadien repose sur l’idéologie du multiculturalisme érigé en dogme et soutenu par tous les médias officiels depuis 1982, date du rapatriement de la constitution du Canada par Pierre Eliot Trudeau.

Cette idéologie est devenu avec le temps, une idéologie fachiste.Rappelez-vous l’histoire de l’Europe.Le nazisme avait comme objectif de détruire toutes les identités nationales. Cela a commencé en 1938 avec l’’Anschluss lorsque Hitler a envahi l’Autriche pour en détruire sa souverainté nationale et en faire une entité du reich allemand.

Le fédéralisme canadien actuel est à pied d’oeuvre pour détruire la nation québécoise. Le rythme s’est accentué à vitesse grand "V" depuis l’accession au pouvoir de Justin Trudeau et de son strapontin provincial Philippe Couillard. Le Canada tout comme l’Allemagne nazie avec l’Autriche veut faire des Québécois, une ethnie parmi d’autres dans le grand reich canadien.

Je vous demande de vous poisitionner clairement et franchement par rapport à la lutte de libération nationale du Québec.

La Meute doit se prononcer clairement en faveur de l’indépendance nationale du Québec. Elle doit faire la promotion d’un Québec indépendant, démocratique, républicain, français, laïc et pluriethnique. Il ne doit subsister aucune ambigüité. VIVE LA RÉPUBLIQUE !

J’attends votre réponse et puis vous assurer de mon entière collaboration si vous décidiez de donner une réponse positive à mon cri du coeur. LIBERTÉ, FRATERNITÉ, ÉGALITÉ ! Voilà ce que j’attends de vous . Beaucoup d’autres patriotes québécois attendent un signal de votre part, dont le porteur du drapeau des patriotes qui qui fut lynché dimanche dernier parce qu’il manifestait son amour pour la patrie.

Commentaires

  • Marcel, 1er septembre 17h45

    Solution aux problèmes identitaires :

    Lorsqu’un citoyen d’un autre pays émigre au Canada, il est accepté en tant que ressortissant de ce pays. Par exemple, un Marocain ou un Tunisien sont acceptés en tant que candidat de ces pays. Pourquoi alors, une fois au Canada, ils ne sont plus Tunisiens ou Marocains ou Algériens mais musulmans. Ce n’est pas un musulman qui a émigré mais un citoyen d’un pays au même titre qu’un Haitien qui émigre n’est pas un chrétien qui émigre. L’État qui se dit laique ne dialogue pas avec les associations Maghrébines mais avec les associations musulmanes. Cela n’a pas de sens. L’Islam politique fait fit des nationalités des citoyens du Maghreb et monopolise le discours au détriment d’une vaste majorité de gens qui ne se reconnaissent pas dans les Grandes Mosquées. Il y a dans ce sens un discours essentiellement biaisé qui ne cadre pas avec le multiculturalisme puisque les associations musulmanes nient la culture et effacent l’histoire des différentes nations. C’est comme si le maire de Québec ne s’entretenait qu’avec le cardinal et faisait fi des citoyens de sa ville. Ne soyons pas dupe de l’Islam politique car c’est comme cela qu’ils ont islamisé ailleurs. Individus soyez les bienvenues.

  • 30 août 15h19

    L’islam politique a dans la constitution du Canada, sa formule d’amendement, sa charte des droit et la Cour Suprême, son meilleur allié objectif. Je regrette d’avoir à vous dire que vous faites fausse route parce que vous ne vous attaquez pas à la racine du mal. Et la racine du mal ; c’est le Canada pour le Québec ! À cela, on peut ajouter toutes les institutions de votre beau Canada dont la base (nation building) contribuent au développement chez-nous du communautarisme, de la dérive identitaire et de la ghettoïsation qui aboutit à la minorisation du peuple québécois sur son propre territoire nationale pour le réduire à une ethnie parmi les autres. Le nœud du problème même si vous préférez ne pas le voir demeure l’avenir politique du Québec et celle-ci passe par la plein liberté qui n’est autre que la création de la république démocratique, indépendante, française, laïque et pluriethnique du Québec. Et même si cela n’arrivait pas, je continuerais à croire que cela demeure la seule voie de la dignité et de la liberté.

  • Lison, 30 août 13h12

    Lorsque vous dites ; LIBERTÉ, FRATERNITÉ, ÉGALITÉ !
    L’égalité entre les immigrants récents aux Nationnaux descendants des Pionniers de 400 ans d’histoire, n’apporte PAS de Liberté a une société.
    C’est le contraire c’est comme construire un édifice sur du Sable, il va s’écrouler..
    M. Yuri Bezmenov, ex KGB en parle ici dans l’un des 4 vidéos,
    qu’il explique point par point avec des notes au tableau..

    http://webresistant.over-blog.com/article-yuri-bezmenov-la-manipulation-de-l-opinion-en-occident-46263416.html

  • Mathieu Verret, 30 août 13h04

    Voici la réponse de Mr. Sylvain Brouillette (porte-parole de La Meute) au texte de Mr. Denis Julien du 26 aout 2017.
    Pourquoi est-ce si long pour qu’elle soit publiée ? merci à l’avance.


    Lettre ouverte au porte-parole de La Meute...

    Ma réponse à Denis Julien sur Vigile.Québec...

    M. Julien, la Meute est un groupe citoyen non partisan. Il y a deux sujets que nous évitons sur notre tribune, le fédéralisme versus la souveraineté, et la religion. Ces sujets sont sources de divisions, nous voulons rassembler. La Meute n’a pas été créée pour faire l’apologie du fédéralisme ni de la souveraineté du Québec, mais pour lutter contre l’infiltration de l’islam radical dans notre mécanisme démocratique. Nous essayons de prévenir une catastrophe semblable à ce qui se passe en Europe en mettant l’accent sur la promotion de la démocratie, la laïcité de l’État et la défense des droits fondamentaux, qui sont tous mis en danger par l’extrême gauche violente que nous considérons êtres l’idiote utile de l’islam radical.

    Tous les citoyens canadiens, incluant les québécois, sont concernés par cette menace qui est à nos portes. Quand on voit nos premiers ministres canadien et québécois aller prier dans des mosquées radicales financées par la MAC, filiale canadienne des Frères Musulmans, qu’on les entend crier Allahu Akbar, qu’on analyse la motion M103, le défunt projet de loi 59, le cours ECR qui n’enseigne qu’une vision angélique de l’islam à nos enfants, les subventions aux mosquées et j’en passe, il devient évident qu’un Québec souverain ferait face aux mêmes problèmes. Souvenez-vous que Couillard a été élu par des québécois, pas par Ottawa. Trudeau est au pouvoir grâce aux québécois. Ces mêmes québécois feraient aussi partie d’un Québec souverain.

    La vraie menace pour la nation canadienne ou québécoise selon notre allégeance est la même : Le multiculturalisme débridé et anti-intégrationniste à la Trudeau qui est adopté par la majorité des canadiens et des québécois. Le Canada fait face à la même menace que le Québec : La négation de sa culture et de son identité par les mondialistes. Les anglophones ont les mêmes craintes que les québécois, ils sentent la menace sur leur identité nationale en raison des déclarations irresponsables du gouvernement Trudeau qui nie toute identité nationale canadienne et québécoise.

    Dans ce combat, les canadiens et les québécois doivent être des alliés. Notre faiblesse est commune et elle est générationnelle. Les jeunes québécois et les jeunes canadiens ont été conditionnés à une absence de nation fondatrice. On leur a enseigné que nous sommes tous des immigrants et que nous n’avons pas plus de droits que les nouveaux arrivants. Les trois peuples fondateurs ont été limités à un seul, les premières nations. Le reste s’est fait tout seul. Le meilleur pays au monde est le fruit du hasard et selon eux nous n’aurions aucune raison d’en être fiers.

    Ceux qui veulent faire du Québec un pays peuvent continuer de le faire en parallèle. Il est possible de marcher et de mâcher de la gomme en même temps, mais le problème du multiculturalisme à outrance et de l’identité nationale dépasse largement la constitution canadienne. Il est systémique autant pour les québécois que pour les canadiens. La souveraineté du Québec dans les conditions actuelles n’y changerait rien. Il faut d’abord recréer une fierté nationale, canadienne et québécoise et éliminer les menaces sur notre démocratie, car sans elle il n’y aura ni Canada, ni Québec, ni nations.

    Sylvain Brouillette
    Porte-parole
    Groupe la Meute

  • Gaston Carmichael, 30 août 13h03

    Merci M. Brouillette pour cette excellente mise à point.

    Dans ce contexte, comment qualifieriez-vous les partis politiques au Québec, et au Fédéral ?

    Je vous propose un choix de trois réponses :
    1- Allié
    2- Adversaire
    3- Ni l’un, ni l’autre.

    Ensuite, on pourra tenter de juger comment ces partis politiques se positionnent par rapport à votre groupe / mouvement. Question de voir si une convergence de quelque sorte pourrait être envisageable.

  • Lison, 30 août 12h56

    Les Québécois sont autant endoctrinés que les Canadiens l’Idéologie du Multiculturalisme, qui provient des Marxistes, pour détruire des peuples sans arme...
    Le Patriotisme dont la majorité des membres de La Meute sont, est CONTRAIRE a l’Idéologie du Multiculturalisme et c’est justement ce que nos dirigeants veulent détruire avec l’aide du Fasciste pro Marxiste, Jaggy Singh, qui lui travaille pour que nos frontières demeurent ouverte a TOUT le monde de la planète, pour mieux détruire Tout le Canada..
    La majorité des membre de La Meute sont des Patriotes, qui veulent préserver les valeurs de leurs société... .
    Écoutez M. Yuri Bezmenov, ex KGB, qui a quitté sa société, parce qu’il était dégoutté du Communisme, il en parle ici a la fin de son entrevu, il dit que seul le Patriotisme peu sauver notre société de Liberté, sinon nous devrons aller vivre en Antarctique avec les pingouins..

    http://verite-valeurs-democratie.over-blog.com/article-la-subversion-de-l-occident-113268989.html

  • myriam, 30 août 10h51

    Monsieur Julien, si vous souhaitez vraiment penser en citoyen, alors vous voterez pour Le CAP. nul autre parti ne parle citoyen. C’est un fait. Vous vous gargarisez tous d’une splendide réthorique mais vous oubliez de penser citoyen !

  • Sylvain Brouillette, 30 août 08h51

    M. Julien, la Meute est un groupe citoyen non partisan. Il y a deux sujets que nous évitons sur notre tribune, le fédéralisme versus la souveraineté, et la religion. Ces sujets sont sources de divisions et nous voulons rassembler. La Meute n’a pas été créée pour faire l’apologie du fédéralisme ni de la souveraineté du Québec, mais pour lutter contre l’infiltration de l’islam radical dans notre mécanisme démocratique. Nous essayons de prévenir une catastrophe semblable à ce qui se passe en Europe en mettant l’accent sur la promotion de la démocratie, la laïcité de l’État et la défense des droits fondamentaux, qui sont tous mis en danger par l’extrême gauche violente que nous considérons êtres l’idiote utile de l’islam radical.

    Tous les citoyens canadiens, incluant les québécois, sont concernés par cette menace qui est à nos portes. Quand on voit nos premiers ministres canadien et québécois aller prier dans des mosquées radicales financées par la MAC, filiale canadienne des Frères Musulmans, qu’on les entend crier Allah Akbar, qu’on analyse la motion M103, le défunt projet de loi 59, le cours ECR qui n’enseigne qu’une vision angélique de l’islam à nos enfants, les subventions aux mosquées et j’en passe, il devient évident qu’un Québec souverain ferait face aux mêmes problèmes. Souvenez-vous que Couillard a été élu par des québécois, pas par Ottawa. Trudeau est au pouvoir grâce aux québécois. Ces même québécois feraient aussi partie d’un Québec souverain.

    La vraie menace pour la nation canadienne ou québécoise selon notre allégeance est la même : Le multiculturalisme débridé et anti-intégrationniste à la Trudeau qui est adopté par la majorité des canadiens et des québécois. Le Canada fait face à la même menace que le Québec : La négation de sa culture et de son identité par les mondialistes. Les anglophones ont les mêmes craintes que les québécois, ils sentent la menace sur leur identité nationale en raison des déclarations irresponsables du gouvernement Trudeau qui nie toute identité nationale canadienne et québécoise.

    Dans ce combat, les canadiens et les québécois doivent être des alliés. Notre faiblesse est commune et elle est générationnelle. Les jeunes québécois et les jeunes canadiens ont été conditionnés à une absence de nation fondatrice. On leur a enseigné que nous sommes tous des immigrants et que nous n’avons pas plus de droits que les nouveaux arrivants. Les trois peuples fondateurs ont été limités à un seul, les premières nations. Le reste s’est fait tout seul. Le meilleur pays au monde est le fruit du hasard et selon eux nous n’aurions aucune raison d’en être fiers.

    Ceux qui veulent faire du Québec un pays peuvent continuer de le faire en parallèle. Il est possible de marcher et de mâcher de la gomme en même temps, mais le problème du multiculturalisme à outrance et de l’identité nationale dépasse largement la constitution canadienne. Il est systémique autant pour les québécois que pour les canadiens. La souveraineté du Québec dans les conditions actuelles n’y changerait rien. Il faut d’abord recréer une fierté nationale, canadienne et québécoise et éliminer les menaces sur notre démocratie, car sans elle il n’y aura ni Canada, ni Québec, ni nations.

    Sylvain Brouillette
    Porte-parole
    Groupe la Meute

  • Claude Richard, 29 août 13h45

    C’est un peu décourageant de voir que Denis Julien se rallie à la CAQ. On a souvent décrit ce parti comme la pépinière des libéraux. À part un petit vernis nationaliste (qui est tout ce qu’il y a de plus opportuniste), rien ne distingue la CAQ des libéraux. Ses dirigeants sont fédéralistes sans équivoque, ils sont pour le rapetissement de l’État, ils sont pour Énergie Est, ils sont contre un renforcement de la loi 101. Un gouvernement Legault serait une copie conforme d’un gouvernement Couillard avec un langage un peu plus polémique vis-à-vis d’Ottawa mais avec une soumission égale à la clé, car il n’aurait pas de pouvoir de négociation.

    En définitive, voter pour la CAQ, c’est voter pour des libéraux bis. Où est le progrès monsieur Julien ? Se débarrasser de Couillard pour se donner un Legault, c’est changer quatre trente sous pour une piastre !

    Et ne venez pas me parler de la position de Legault sur les demandeurs d’asile. Quelle assurance avons-nous que ce ne sont pas que des "paroles verbales" ? Si un homme est capable de renier du jour au lendemain son engagement en faveur de l’indépendance, quelle crédibilité pouvons-nous lui donner qu’il tiendra parole sur un enjeu plus circonstanciel ?

  • Denis Julien, 29 août 09h19

    Je demande aux autorités publics dont le Ministères de l’Éducation du Québec de se pencher sur une possible infiltration de l’extrême-gauche dans le corps professoral de l’Université du Québec à Montréal ainsi qu’au CEGEP du Vieux-Montréal conduisant à une véritable dictature idéologique et faisant des gens qui ne partagent pas leur idéologie unique et exclusive des " persona non grata" comme l’auteur Mathieu Bock-Côté ainsi que plusieurs autres qui subissent même de la violemce verbale et jusqu’à des menaces de mort s’ils s’y présentent.

    Je suis très inquiet pour nos enfants qui fréquentent ces institutions. Nous avons le droit de poser cette question légitime en tant que contribuable québécois.

    La démocratie se doit d’être la manifestation de la diversité des opinions et des idéologies et non pas la pensée unique de la gauche altermondialiste et multiculturaliste. Les institutions d’enseignement du Québec n’appartiennet pas à une minorité d’activistes qui imposent une vision unique et binaire du monde dans lequel nous vivons.

    Dans le passé, on se moquait de ceux et celles qui tenaient ce discours. On en faisait des créditistes et des ariérés mais les temps ont changé. Je suis un socio-démocrate et un indépenndantiste québécois qui a le droit de se demander légitimement où vont les fonds publics et à quelles fins ils servent.

  • 29 août 07h32

    « François Legault est un peu confus sur la question identitaire mais il n’est pas un traître. »

    Le bleu poudre aux yeux de la CAQ ne doit pas nous faire oublier que François Legault a préférer démissionner du PQ plutôt que poser des questions sur le scandale (FIER) mettant en cause son ami Charles Sirois. Il a préférer défendre son ami affairiste plutôt que le bien publique.

    Rappelons aussi qu’il a sollicité Monique Jérôme-Forget (ex ministre libéral responsable de la Caisse de dépôt au moment du désastre financier de 2008) pour joindre son parti, alors qu’il savait le rôle qu’elle a joué dans le cover-up de ses pertes historiques de 40 milliards.

    Faut s’informer :

    La trahison de Francois Legault

    http://vigile.quebec/La-trahison-de-Francois-Legault-50050

    JCPomerleau

  • 28 août 20h30

    On perçoit ici la rhétorique tordu de la gauche altermondialiste et multiculturaliste de Francis Déry. J’ai lu tous vos livres, je la connais votre cassette par cœur. Quel mépris pour les Autrichiens que je connais mieux que vous. Un peuple patriote et fier de leur identité nationale. Allez dire à un Autrichien qu’il est un Allemand. Bien non Hitler n’avait pas rayé de la carte la Belgique, la Hollande, la France , la Pologne, la Hongrie, la Roumanie. Non mais je rêve ! Plus révisionniste que ça, tu meures !

  • Francis Déry, 28 août 06h45

    Cette idéologie est devenu avec le temps, une idéologie fachiste.Rappelez-vous l’histoire de l’Europe.Le nazisme avait comme objectif de détruire toutes les identités nationales.Cela a commencé en 1938 avec l’’Anschluss lorsque Hitler a envahi l’Autriche pour en détruire sa souverainté nationale et en faire une entité du reich allemand.

    Quelle fausseté. Les Autrichiens sont culturellement des Allemands du sud comme les Bavarois. Hitler a commencé sa carrière politique en plaidant contre l’annexion de la Bavière catholique à l’Autriche amputée de ses parties non-allemandes. Deutschland über alles, c’est-à-dire la Patrie avant les Parties ou la Patrie avant tout. L’Autriche procède la maison des Habsbourg. L’Allemagne procède du Zollverein (union douanière) dominé par la Prusse.

    Les NS en Autriche étaient considérés comme des ennemis du régime austrofasciste soutenu par Mussolini et qui érigeait le Catholicisme en religion d’État. En 1931, l’Autriche était techniquement en faillite et soutenue par l’Allemagne. L’annexion de fait était bloqué par le traité de Versailles pour ne pas renforcer l’Allemagne. De fait, Hitler considérait la communauté des ancêtres pour définir l’identité allemande, et non la religion ou une substitution idéologique quelconque. Les Juifs s’étant engagés contre l’Allemagne en 1918 pour le Sionisme ou pour le communisme, il a choisi de se défaire d’eux en favorisant leur identité nationale avec le sionisme et l’accord de Transfert en Palestine dès juillet 1933.
    Hitler était contre la mosaïque culturelle de son pays, l’Autriche-Hongrie.

    La vision allemande de la nationalité ressemblait au concept de la race de Mazzini.

    Hitler était un dictateur laïciste. Il favorisait les petits états-nations comme la Croatie et la Slovaquie comme des états-tampon

  • Denis Julien, 27 août 15h12

    En ce moment, les deux extrêmes se livrent bataille dans l’espace public. L’extrême-droite militariste canadienne avec La Meute et l’extrême-gauche multiculturaliste, idiote utile et meilleure alliée des islamistes dont Québec-Solidaire, les antennes des Frères Musulmans et les casseurs de dimanche dernier.
    Les indépendantistes s’ils ont un peu de stratégie et une grande intelligence resteront éloignés de ce combat qui n’est pas le nôtre. Nous ne défendons ni les valeurs du premier groupe et non plus les valeurs de second.
    Nous voulons construire une république démocratique indépendante, francophone, laïque et pluriethnique.
    Laissons les se tirer dessus et nous, préparons l’avenir.

    Il n’est pas exclu d’envisager l’élection de la CAQ. Entre deux mauxs, on choisit le moindre ! Le PQ n’est plus dedans ! OUT ! Nous devons nous débarasser, débaraaser le Québec de Philippe Couillard. Si le PQ a encore de l’avenir, il fera son mea culpa et ils se réorganisera et il arrivera peut-être quelque chose de neuf enbtre temps qui sait ?
    On doit demeurer optimiste, il en va de la survie de notre nation qui est plus qu’une meute soit dit en passant.
    L’Urgence ; c’est battre Philipe Couillard, l’agent du Canada au Québec. Pensez-y ! Se retirer stratégiquement pour mieux rebondir !
    Ya des gens de qualités dans la CAQdont la député de Montarville qui n’a pas eu peur de mette Charcaoui à sa place en commission parlementaire. Sortez les péquiste de vos oeillères partisanes. C’est l’avenir du Québec qui se joue et moi je vais voter pour la CAQ et même y travailler.François Legault est un peu confus sur la question identitaire mais il n’est pas un traître. Cessez de penser en péquiste au moins une fois dans votre vie pour penser un citoyen éclairé !.

  • Martin Pelletier, 27 août 08h12

    La direction est plutôt fédéraliste. Les militants sont plutôt souverainistes.
    C’est présentement le seul mouvement important au Québec qui résiste au multiculturaliste (z’ont plus de membres que le PLQ).
    C’est donc un allié présentement dans la guerre contre ce rouleau-compresseur qu’est le multiculturalisme canadien, même si la direction est plutôt fédéraliste.

  • Denis Julien, 26 août 18h14

    La Meute est au service du Canada. Son chef est un hyper-fédéraliste. Les indépendantistes doivent se méfier de cette organisation qui ressemble à un véritable Cheval de Troye dans le débat actuel.

  • Marc Huber, 26 août 17h50

    J’ai souvent l’impression d’une tendance a vouloir que des groupes se positionnent en faveur de la souveraineté, alors qu’un recul de cette solution est manifeste. Il faudrait avant tout questionner ce que nous sommes, avant d’exiger de l’autre. Collectivement, nous sommes à genoux. Individuellement incapable à traduire nos ambitions pas des gestes. Et lorsque c’est le cas, comme marcher pour un pays ou la Loi 101, on fini sa soirée dans un resto, a écouter de la musique anglo, sans rien dire. La peur. La peur de tout et de rien. La peur d’avoir l’air fou. La peur d’être marginalisé. Et un jour, des moins peureux arrivent dans le décors. La Meute... Est-ce à eux à nous aider ou nous qui devrions les aider. Les réactions médiatiques et politiques qui visent La Meute sont des stratégie pour que nous puissions épouser l’idée que ce qui chiale, critique et agit est mauvais, voire de « l’extrême droite ». Devant cette tendance, nous ne devons pas exiger plus de ces gens. C’est à nous à chialer plus, critiquer plus et agir plus pour démonter notre soutien. Sans ce minimum, nous n’avons pas la fibre pour nous faire respecter et devenir indépendant. Après tout, si le Québec croule, c’est peut que nous sommes faits pour crouler. Et si on peut accepter de se faire diriger par des fédéralistes un peu cons élus par moins de 30% du vote populaire, c’est peut être que nous ne sommes pas prêt pour une démocratie. Enfin, si nous avions l’âme à construire un monde meilleur, peut être qu’un parti politique aurait osé écrire la Constitution d’un Québec souverain et... inclure clairement sa mission de protéger la minorité francophone du ROC et toutes communautés amérindienne le désirant, dont le sang coule dans ses veines, lui le métissé. Lorsque tu as le courage, tu oeuvre à l’indépendance du Québec en lançant l’idée d’un élargissement des frontières de ton pays, car l’homme de coeur protège ses frères, qu’ils soient de Moncton ou de Sudbury...

  • Jean Claude Pomerleau, 26 août 11h14

    En toutes circonstances on doit se demander en quoi cela sert la cause.

    Ici, en quoi le positionnement de La Meute influence la dynamique politique dans la bonne direction.

    1- Le combat de La Meute vise le noyau de la doctrine d’État canadienne : le multiculturalisme. Poussé à sa limite, cette position ne mène qu’à une seule conclusion, peu importe ce que certains membres ont comme position constitutionnelle au départ : la souveraineté.

    2- Ce groupe est mené par une direction qui a une intelligence politique et une capacité opérationnelle que j’aimerais bien retrouver dans les rangs souverainiste. L’avènement du 20 août l’a clairement démontré.

    3- Avec peu de moyens La Meute s’est placé au centre du jeu politique et en a transformé la dynamique, et dans la bonne direction. Ce que le mouvement souverainiste s’est montré incapable de faire jusqu’à maintenant. Donc,les souverainistes ont un allié de circonstance qui s’avère efficace. Ce serait une erreur de ne pas en prendre acte pour le moment. Pour la suite, on a des raisons de croire que....

    JCPomerleau

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités