«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Lettre ouverte au Premier Ministre Philippe Couillard

lundi 13 avril 2015

Monsieur le Premier Ministre,

Le 7 avril dernier vous répondiez aux questions de Mme Galipeau sur RDI dans le cadre du 1er anniversaire de votre gouvernement. J’écoutais attentivement cette entrevue avec l’espoir de comprendre quelle équation secrète mène vos décisions.

Vous avez « pris possession de votre métier » de premier ministre avec un indiscutable sens de la répartie, vos réponses se tiennent, arrivent rapidement, clairement et avec efficacité. Je vous en félicite, mais voici le propos de ma lettre : de mon côté, au cours des dix dernières années je me suis fait un point d’honneur de faire passer le salaire minimum de mon équipe d’intervenants de dix à quatorze dollars de l’heure. Notre équipe de vingt personnes est composée d’intervenants de niveau universitaire et collégial et de personnel de soutien. Cette même équipe prend en charge plus de deux cent personnes par année qui s’adressent à notre organisme pour recevoir un traitement pour une problématique de dépendance. Notre organisme, Dianova, ne bénéficie d’aucun programme de soutien aux organismes communautaires.

Monsieur Couillard, quand vous avez parlé de soutenir la qualité de vie des citoyens du Québec, j’ai été surpris par cette déclaration et l’honnêteté de votre ton. Vous avez dans la foulée annoncé que vous êtes pleinement satisfait de votre équipe et de l’appui des gens qui vous entourent. Pouvez-vous m’expliquer en quoi couper les ressources des personnes bénéficiaires de l’aide sociale qui entreprennent un traitement pour une dépendance (pas les personnes qui vivent une dépendance sans prendre de mesure) pourrait aider les citoyens du Québec ?

C’est bien la décision que s’apprête à prendre un de vos proches collaborateurs, le Ministre Hamad, dans la foulée d’une révision règlementaire préparée par un autre de vos proches collaborateurs, M. Blais dans le cadre de la modification du règlement sur l’aide aux personnes et aux familles.

Laissez-moi vous expliquer quelles mesures d’ajustement sont à ma disposition :

-  Fermer notre centre de traitement en congédiant vingt employés et en laissant sans réponse les personnes qui s’adressent à nous chaque jour ainsi que leurs familles ;
-  Réduire les salaires de mon équipe de 25%, soit l’équivalent de la coupe envisagée, et ramener tout le monde au salaire minimum légal en espérant que leur grande âme leur permettra de poursuivre la mission d’assistance malgré leur propre précarité économique.
-  Réduire le nombre de places en traitement et donner priorité au mieux nantis, capables de payer un coût de traitement de 2800$ par mois, prix somme-toute très économique au regard du marché et du coût des services carcéraux et hospitaliers. Sauvegardant ainsi la dignité de deux tiers de nos intervenants qui, par ailleurs, ne bénéficient d’aucun régime d’assurance privée.

Au vu de ces énoncés, je ne vois là pour mon équipe, moi-même et pour les 2000 collaborateurs œuvrant dans les quelques 90 centres de ce type au Québec, aucun signal de sensibilité sociale ni de sens économique à cette décision. Au contraire, comme contribuable je m’inquiète du coût direct de cette mesure ayant comme objectif annoncé une économie de 6 M$ par an.

Je vous laisse avec quelques extraits des rapports qui me sont transmis quotidiennement sur le profil des personnes admises dans notre centre. Avec ces informations, vous pourrez envisager des mesures économiques adéquates pour accueillir ces personnes lorsque des centres de traitement des dépendances viendront à fermer au Québec. Ces énoncés relatent les principales caractéristiques cliniques de personnes voulant accéder à notre programme. Elles datent de la semaine du 30 mars :

-  Homme. Diagnostic de schizophrénie, injection 1X par mois, suivi par Dr. xxx au CLSC xxx avec fiducie. Entend des conversations, pense que les voix parlent de lui, devient paranoïde. RV avec agent de probation le xxx avril. Prochaine injection : xxx avril.
-  Homme. PTTCQ. Aucun diagnostic ou incapacité physique. Présentement à Bordeaux. Agent de probation à venir. Conditions à venir. 5 tentatives de suicide.
-  Femme. Aucun diagnostic, mais se sent très déprimée. Aimerait travailler sur sa relation avec ses deux filles. Doit absolument voir le médecin au niveau du sevrage d’alcool.
-  Homme. Arrive de détox à Dollard Cormier où il a son suivi Suboxone. Diagnostic de dépression et anxiété, suivi par Dr. xxxxx à Clinique xxxxxx. Tentative de suicide il y a 6 mois. Père abusif.
-  Homme. N’a pas d’estomac, il faut qu’il attende une heure après avoir mangé pour boire des liquides. Dyslexique, peut lire mais ne peut pas écrire ce qui tend à le décourager.
-  Homme. Commence un DEP le 24 août. Bipolaire, tendances psychotiques ; stabilisé, prend ses médicaments. Change de médecin donc il n’y a plus de suivi en ce moment, en attente pour un nouveau médecin. Test hep. A, B, C et VIH nécessaires (a utilisé une seringue souillée).

Dianova reçoit un millier de demandes par années. Quelques deux cent personnes sont accueillies en traitement dans notre centre de Terrebonne.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer Monsieur le premier Ministre, l’expression de mes salutations distinguées.

Suggérer cet article par courriel

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 540$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/09 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités