«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Lettre ouverte à Jean-Martin Aussant

Tribune libre de Vigile
lundi 14 avril 2014
1 323 visites 11 messages

En souverainiste convaincu que vous êtes, je suis persuadé que les résultats désastreux du 7 avril, que ce soit la piètre performance du PQ ou l’état moribond d’ON depuis votre départ de la direction de ce nouveau parti, ne sont pas sans vous créer des sentiments de déception et de frustration.

Par ailleurs, au moment où les forces indépendantistes doivent se mobiliser autour de la cause et que la scène économique prend de plus en plus de place sur l’échiquier politique québécois, votre expertise en ce domaine revêt un caractère primordial quant à la suite des choses.

Sur un autre plan, compte tenu des révélations troublantes des enquêtes de l’UPAC et des travaux en cours de la commission Charbonneau concernant des accrocs scandaleux à l’intégrité des personnages politiques, il m’apparaît évident que votre présence dans le débat qui s’amorce sur l’avenir du Québec ne pourra qu’assainir le climat politique québécois.

Conséquemment, M. Aussant, je vous demande instamment de reconsidérer votre décision de vous retirer complètement de la vie politique et d’offrir vos services là où bon vous semble et à quelque niveau que ce soit, pour autant que votre implication puisse servir à l’examen de conscience indispensable des principaux intervenants appelés à proposer les avenues qui doivent être explorées.

La table est mise pour une profonde réflexion sur l’avenir de la cause indépendantiste au Québec. Vous représentez un atout indiscutable dans les débats qui s’amorcent…Il serait fort dommage que les partisans indépendantistes soient privés de votre expertise et de votre intégrité.

Commentaires

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre, 15 avril 2014 22h07

    Nous avons ici même l’exemple de la cacophonie qui nous attend à l’intérieur du mouvement séparatiste : chacun a sa propre vérité ex cathedra ! Comme pour faire plaider la charte ou déclencher l’élection : on ne demande pas d’unanimité ; simple consensus...

    La démocratie : le moins mauvais des systèmes.

  • Pauline DUFOUR, 15 avril 2014 15h27

    Il a fait sa thèse de maîtrise en sciences économiques sur "la répartition des sièges au parlement". Il a voulu appliquer sa théorie et ses moussaillons ont contribué à éjecter la technocrate politicienne la plus compétente de notre histoire qui aurait pu, enfin, procéder aux transfets des tous les programmes fédéraux au Québec.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre, 15 avril 2014 14h23

    L’affrontement fut entre JMA et Pauline. Laissons le corps refroidir.

    Si le parti ressort indépendantiste de sa retraite fermée, s’il se découvre un esprit d’ouverture pour les autres indépendantistes, s’il souhaite développer la pédagogie de l’indépendance auprès des jeunes qui n’ont pas été initiés à lire l’Histoire, ce Parti devra avoir l’humilité de recruter Aussant qui, chez les ABCD, démontrait sans difficulté l’avantage économique du pays-Québec. L’homme ne tarderait pas à percer comme ressource-finances.

  • Éric Lévesque, 15 avril 2014 10h24

    Aussant a quitté 1. Pour des raisons familiales et 2. pour des raisons financières, il a mal planifié l’appariement du 1,9 % des voix en 1,50 $ le vote avec son salaire. Ça joué sur son orgueil d’économiste.

    La famille a simplement ajouté un fardeau à cela et a décidé de quitter pour cette raison. Voir Aussant comme le sauveur du PQ, j’en suis pas sûr, dans son dernier tweet, i la refusé parce qu’il sait très bien que les hauts dirigeant sont intraitable au changement et très orgueilleux d’admettre leur torts.
    En effet, Aussant pourrait faire crever ON et ramener l’article 1 du PQ au premier plan, mais il connaît l’interne et sait que la démocratie est pratiquement morte au sein de celui-ci. On voit clairement que Mme. Marois à utilisé la ligne de parti avec une poigne de fer, comme les libéraux le font et que maintenant les inclusifs sortent (ex : la charte ne faisait pas l’unanimité, etc.)

  • SSauve, 15 avril 2014 10h05

    Merci monsieur Carmichael, votre commentaire aide à se faire une meilleure idée.

    Cela écrit, diantre que je fus décu de le voir partir.

    PS : En passant, les membres d’ON lui accordait autour de 80 000 par années. Il n’était donc pas sans le sous....

  • charles simon, 14 avril 2014 23h26

    Ceux qui vomissent sur Aussant devraient se poser sérieusement la question suivante ?

    Qu’ai-je fait de plus et de mieux que lui, pour la souveraineté ?

    Toujours facile de critiquer ceux qui prennent des risques pour eux-mêmes, leur famille, en se contentant de se cacher derrière leurs claviers et leurs écrans...

    Il a une famille, 2 enfants jeunes, n’a pas fait de voeux de pauvreté, si il y a un Jesus-Christ parmi ses comptempteurs, qu’il se lève, sinon fermez votre g.....

  • Pierre Schneider, 14 avril 2014 22h15

    Comment faire confiance une autre fois à un homme qui, en privé, me jurait être partisan la République, mais qui, en public, lors du congrès de son parti, l’a bien caché, ce qui a eu pour pour effet que le projet républicain a été rejeté par ses militants...Plusieurs ne savaient pas ce que c’était ! Que faisaient-ils donc dans un parti indépendantiste si c’est pour conserver les institutions britanniques ?

  • GV, 14 avril 2014 21h25

    La moitié et plus de nos chefs sont partis vers des prés plus verts avant d’avoir livré la moitié du combat. Je ne suis pas une donneuse. Faites les comptes vous-mêmes. Le Québec n’a pas besoin d’une autre diva mais d’un chef prêt à payer de sa personne. Moins de pensionnés de la souveraineté et plus de passionnés de l’indépendance.

  • Gaston Carmichael, 14 avril 2014 20h38

    @M. Ricard,

    Je vous trouve bien sévère avec JMA.

    Avant de fonder ON, il a milité plusieurs années à l’intérieur du PQ afin de convaincre des collègues qu’il fallait donner au PQ une autre direction. À un moment donné, il a fait le constat qu’il n’arriverait pas à rallier suffisamment de militants à ses idées.

    Ne lui restait plus qu’à s’assumer, et abandonner ce parti. Toutefois, il savait qu’il avait quand même réussi à convaincre bon nombre de ses collègues de la justesse de ses idées.

    Il a donc pris la décision de fonder ON, en prenant la folle gageure que plusieurs ténors du PQ le suivrait. On sait aujourd’hui que les Beaudoin, Lapointe et Curzi ont quitté le PQ, mais n’ont pas fait le pas vers ON. On s’est limité à exprimer un appui moral, sans plus. Il est sans doute aussi probable que plusieurs au PQ ont décidé de s’asseoir sur leurs deux mains, tout en tentant d’oublier la complicité qu’ils avaient établis avec JMA.

    JMA s’est donc retrouvé seul, gros-jean-comme-devant. Il s’est quand même retroussé les manches, et est allé à la guerre seul avec une bande de recrues sans expérience. Il a quand même livré une belle bataille, mais sans alliés, c’était perdu d’avance.

    Au final, il s’est retrouvé chef d’un parti avec des ressources financières très limitées, sans "gros noms" pour l’appuyer, et lui-même sans revenu.

    Aurait-il dû faire voeu de pauvreté, et boucler ses fins de mois en faisant du squeegee ? La famille n’aurait pas résisté longtemps à ce régime.

    Je fus moi aussi très déçu quand il a remis sa démission. Toutefois, dans ce contexte, je ne trouve pas approprié de m’acharner sur lui. Je préfère me souvenir de lui comme quelqu’un de cohérent et de courageux, qui a poursuivi son rêve aussi loin qu’il a pu.

  • Fernand Lachaine, 14 avril 2014 18h49

    Les chefs pour l’instant, ça ne presse vraiment pas.
    Il faut, je crois, connaître les raisons de notre désunion et la haine entre les souverainistes.
    Ce n’est pas normal, qu’à l’intérieur d’un mouvement il y ait tant de haine et de division.
    Présentement, je plains les personnes qui se sortiraient la tête dans le but d’une course aux commandes d’un parti indépendantiste.
    Regardez l’état du mouvement et je suis sûr que vous allez réaliser que ça prend une profonde réflexion.
    Déjà le SP ??? libre ne veut pas de PKP à la tête du PQ. Déjà les fédéralistes s’apprêtent à se tordre.
    Prenons notre temps pour devenir unis.

  • François Ricard l&8217;inconnu, 14 avril 2014 18h07

    Moi et bien d’autres avions vu en Jean-Martin Aussant un nouveau Bolivar, un libérateur de peuple.
    Il ne s’est révélé qu’un simple flutiste charmeur qui a eu tôt fait de nous abandonner pour des prés plus verts. L’argent avant la patrie.
    S’il revient, il nous doit des excuses à genoux.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
440$  1%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 12/01 Gilles Longtin: 50$
  • 11/01 Henri Marineau : 25$
  • 10/01 Majella D'Anjou: 100$
  • 9/01 Marc Huber: 40$
  • 9/01 Claude Viger: 40$
  • 9/01 Sylvain Bolduc: 10$
  • 9/01 Ludovic Marin: 10$
  • 9/01 Gilles Dionne: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités