«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Elle changerait la donne partout

Les vases communicants : la victoire du FN pourrait changer la donne au Québec

La victoire du FN pourrait stimuler le mouvement souverainiste québécois à une époque où les digues du mondialisme se lézardent de part en part.

Marine Le Pen, malgré les oukases du système, risque de remporter la mise des élections présidentielles. Et la victoire du FN pourrait stimuler un mouvement souverainiste québécois pratiquement exsangue à une époque où les digues du mondialisme se lézardent de part en part.

Marine Le Pen, de passage au Québec, il y a une année de cela, s’était heurtée à une classe politique réfractaire à toute forme de dialogue avec un Front national dépeint sous les oripeaux d’une « extrême droite » fantasmée. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, Marine s’est faufilée à travers les mailles du système médiatique pour réussir à prendre la parole sur les ondes des radios québécoises. Les lignes téléphoniques n’ont plus dérougi alors qu’une horde d’auditeurs venait lui témoigner un soutien sans équivoque.

2017 est une année charnière à plus d’un titre. La France pourrait, en effet, mettre en branle un référendum afin de quitter les fourches Caudines d’une Union européenne conçue pour vider les États membres de leur substance régalienne. Prenant la décision de battre monnaie, les patriotes de l’Hexagone pourraient se prévaloir de l’appui d’une Russie qui tente de reprendre le contrôle de sa propre banque centrale.

Tout ce mouvement de troupes laisse entrevoir la possibilité d’une annulation des récents traités de libre-échange transatlantique – véritable camisole de force – alors que les États auront carte blanche pour mettre en branle leurs propres stratégies de développement économique.

D’ores et déjà, la francophonie est hypothéquée dans un contexte où les mondialistes mettent les bouchées doubles afin de dissoudre les fondations de nos cités. La classe politique canadienne – celle du Québec est atone – ne reconnaîtra jamais une Marine Le Pen accédant aux plus hautes fonctions et tentera d’ériger des digues pour que le petit peuple du Québec ne soit pas contaminé par la nouvelle « peste fasciste ». Dernier bastion de George Soros et de ses affidés, le Canada travaille de concert avec les commissaires d’une Union européenne qui constitue l’horizon inégalé d’un fédéralisme aux ordres du grand capital apatride.

Les canaux politiques étant, stricto sensu, inexistants, une administration frontiste aurait intérêt à utiliser la diplomatie des affaires pour tendre la main à un Québec qui ne sait plus où donner de la tête dans la perspective d’une renégociation des traités qui balisaient l’espace économique nord-américain. C’est ainsi qu’une France ayant retrouvé l’usage de ses prérogatives régaliennes, grâce à sa sortie du carcan européiste, serait libre de tisser des liens d’affaire avec plusieurs entreprises québécoises qui ne demandent pas mieux que de pouvoir trouver de nouveaux débouchés. Le Québec entretient, déjà, des liens privilégiés avec la Bavière et cherche, à travers ses délégations commerciales, à étendre ses réseaux d’affaire.

La France affranchie du dernier traité transatlantique (CETA) aurait beau jeu pour déployer un espace économique susceptible d’aider la francophonie à sortir de sa torpeur. La France et le Québec ont trop longtemps usé d’une diplomatie de pacotille alors que plusieurs groupes français, telle la Régie Renault, allaient s’installer en Ontario. Consciente de la donne, Marine Le Pen a déjà annoncé qu’elle prévoyait de mettre en place un fonds francophone d’investissement destiné à agir, selon ses termes, comme une « institution multilatérale au service d’un développement coprofitable au sein du monde francophone ». Reste à voir si les patriotes québécois seront capables de saisir la balle au bond, l’émergence d’une réelle souveraineté économique constituant un enjeu capital pour l’effectivité de notre nation en devenir.

Marine Le Pen, au contraire de certains candidats adoubés par Davos, risque de passer à la postérité pour avoir réussi à redonner vie à une francophonie branchée sous respirateur artificiel depuis trop longtemps.


Commentaires

  • Marc Huber, 23 avril 23h45

    Avant de rêver à un changement pour le Québec, posons-nous cette question : Aimons-nous le Rock’n Roll ? Une veille idée me hante. Elle concerne l’endoctrinement des foules. Sans entrer dans les détails, nous vivons à une époque qui reprend des vieux stratèges qui ont profité à des empires et des dictatures. Celle qui nous touche le plus vient du nazisme. Dans l’Extase totale (2016), Norman Ohler exploite l’usage de psychotropes pour soumettre les foules, mais pour aussi retaper Adolf Hitler, alors qu’il était épuisé. Le « Patient A » du docteur Morrel qui recevait des injections d’hormones provenant d’organes d’animaux et de vitamines, avant de toucher à des substituts de morphines et à la cocaïne. Vous cherchez un lien avec votre texte ? La chute du régime nazi fut suivit par de nombreux parallélisme se liant à l’endoctrinement de la musique pop. Un docteur personnel pour Elvis, Prince et Jackson pour optimiser les performances des « Stars ». Des musiciens britanniques s’approvisionnant aux mêmes laboratoires allemands que Morell. Les Beatles ressemblant, à leur début, aux soldats allemands sur la pervitine (christal meth) sans oublier un emprunt concernant le groupe Genesis ; un Peter Gabriel portant des genres d’ailes de dragons ou de chauves-souris lors de spectacles (1972-74), un emprunt à une influence occulte du nazisme dont je cherche le nom. Un lien avec le texte ? De plus en plus, cette tendance s’implante. Des électeurs psycho stimulés ou amorphes. Pour les politiciens, je dis pas qu’ils se droguent. Ils optent par contre pour des stratégies liées à l’endoctrinement musical. En ce sens, Macron est devenu la vedette pop de banquiers mondialistes à un point que je ne serai pas étonné qu’il nous chante All You Need is Love ou Love Me Tender. Pas étonné qu’en cas de faiblesse ou de lassitude, il soit remis sur pied par un docteur Morrel nouvelle vague pour rendre sa performance mémorable. Bref, cela pour dire que la guerre d’image nous enfonce dans le même créneau que le nazisme, sauf que cette fois on nous répète que Le Pen est de « l’extrême droite », question de tracer ligne entre elle et Hitler, alors qu’on évite de lier le mondialisme de Macron à une dictature du marché qui se forge dans l’esprit de Himmler. Ce plus américanisé des nazis souhaitait que la capitalisation de l’Allemagne puisse étendre les idéologies de domination du Reich en douceur. Est-ce le cas ?

  • Francine L., 21 avril 18h58


    Votre conclusion :...’’redonner vie à une francophonie branchée’’ !!

    OUI, heureusement, car ces ’’fum@@@ !’’ d’USURIERS anglo-américains, veulent encore continuer de tout s’approprier :

    Londres et Washington contre l’Union Européenne (qu’ils ont fragilisée et qui leur servira peut-être de terrain de football pour tirer leurs engins sur la Russie si elle n’obtempère pas ?) :

    ’’Britain with the vast financial resources of the City of London, once free from the shackles of the EU membership, could well join with Washington in a full-scale covert currency war to bring down the Euro, something that would have devastating consequences for the Eurozone economies.

    Britain’s Pound is the third largest global payments currency after the dollar and the Euro. If Britain, free from the restraints of the EU can bring down the Euro, the Pound could become a major gainer–currency war with Britain on the side of Washington against the fragile Eurozone with their Italian, Greek, Spanish and other problems.

    Already British Prime Minister Theresa May is in discussions with the Trump Administration about forging a bilateral US-UK trade agreement and some in influential UK circles are talking of inviting the USA to become an associate member of the British Commonwealth.’’

    (L’emphase est de moi).

    Is Euroland on Verge of Disintegration ?

    By F. William Engdahl
    20 April 20171

    http://www.williamengdahl.com/englishNEO20Apr2017.php

    _

  • F. Légaré, 20 avril 17h09

    Madame LePen est le choix de l’extrême-droite [sic] selon les natomedias...

    Donc on est d’extrême-droite si on s’oppose au bombardement d’un pays et aux dépenses (des centaines de millions) pour le militaro-industriel, afin de maintenir le pétrodollar.

    Dégoûtant.

    Je constate que l’on se prépare pour l’IRAN (i.e. que l’on va tenter encore une fois d’utiliser la French connection et la soi-disant ’’menace islamique’’ pour maintenir ce Natopétrodoallar, en forçant l’IRAN à entrer dans le Washington NWO.)

    Et en empêchant la RUSSIE, alliée de l’Iran, de rester partenaire économique avec la Chine... NSA, Kissinger et les petits amis :

    ’’Donald Trump administration has been bragging openly last week that a special chemistry has developed between the US president and Xi following their meeting in Florida on April 7-8 and that China is now actively helping the US to handle the North Korea problem. Besides, both Trump and his National Security Advisor HR McMaster have openly boasted that China’s abstention in the UN Security Council vote on Syria last Wednesday was due to this wonderful personal chemistry between the two presidents._
    [...]

    I think President Xi was courageous in distancing himself from the Russians, isolating really the Russians and the Bolivians… And I think the world saw that, and they (Xi) saw, well, what club do you want to be in ? The Russian-Bolivian club ? Or the — in the club with the United States, working together on our mutual interests and the interests of peace, security.’’

    http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2017/04/18/trumps-nsa-bluffed-no-sunlight-between-china-and-russia/

    Quebec, je crois que ton ciel, actuellement OCCUPÉ par l’OTAN ces butchers, sera bientôt demandé si la France sombre dans le militarisme.

    JE ME SOUVIENS est notre devise.

    _

  • A.Cosentino, 19 avril 18h27

    Il n’est pas le premier choix des banques, mais si Mélenchon est désigné pour passer le premier tour il sera le candidat socialiste générique pour faire ‘’barrage’’ à MLP.

    Mélenchon roule sa bosse en politique depuis plus de trente ans et n’est pas plus socialiste que Hollande ou Macron. Si jamais il était choisi pour occuper le poste de président de la république il se coucherait devant ses maîtres très facilement. En fait il est déjà à genoux, donc la moitié de la job est faite.

    Trump s’est couché après 4 mois, alors Mélenchon, petit sous-fifre de Bruxelles et de l’Empire, n’a certainement pas le coffre pour être autre chose qu’un Tsípras. Il fera couche-couche panier bien docilement.

    J’ai bien hâte de voir quelles surprises et magouilles nous réservent les tireux de ficelles pour cette élection française. Rien de bon vous pouvez en être certain.

  • yves corbeil, 19 avril 12h24

    Désolé moi c’est Mélenchon, le gauchiste qu’on ne retrouve pas au Québec et encore moins à QS. Le Pen c’est si Mélenchon ne passe pas. Un ou l’autre la francophonie en sortira grandi et redynamisé. Je ne peux croire que les français voterais encore pour le statut quo de Macron ou Fillon. Enfin y juste les fous qui changent pas d’idées.

  • Michel Lalonde, 18 avril 23h42

    Que nos politiciens moumounes (Lisée, Legautl et GND) et nos dirigeants collabos ( Trudeau et Couillard ) en prennent de la graine :

    Marine Le Pen était l’invitée de « Demain Président » sur TF1 :

    https://www.youtube.com/watch?v=pvRHu3JLyE0

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Souverainisme
L’épanouissement de notre peuple en dépend !

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
11 925$  20%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/07 Jean-Robert Primeau: 50$
  • 21/07 Ginette Doiron: 10$
  • 21/07 Andre Laflamme: 100$
  • 21/07 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/07 Alain Tousignant: 5$
  • 19/07 Patrice Albert: 5$
  • 19/07 Michel Arteau: 10$
  • 16/07 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités