«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Abus de position d’autorité pour obtenir des faveurs sexuelles avec circonstances aggravantes du fait qu’il s’agit d’un élu

Les gestes reprochés à Pierre Paradis décrits par la plaignante

samedi 28 janvier

(QUÉBEC) Dans la déposition faite aux enquêteurs de la Sûreté du Québec, l’employée politique qui a porté plainte contre son patron, Pierre Paradis, soutient en des termes précis qu’à quatre reprises, en 2014 et 2015, l’ex-ministre a posé des gestes à connotation sexuelle injustifiables.

Comme à la police, le 19 janvier, dans sa lettre transmise cinq jours plus tard à Jean-Louis Dufresne, chef de cabinet de Philippe Couillard, l’employée politique se plaint de gestes déplacés de son patron. En haut lieu, au gouvernement Couillard, on assure que sa lettre ne contenait pas les détails révélés à la police. On décrit plutôt une situation de harcèlement.

Devant les enquêteurs, elle a décrit de façon « assez précise » les circonstances et le contexte des incidents, survenus, selon elle, entre le moment de son embauche au printemps 2014 et son congé de maladie, fin 2015, a confié une source sûre à La Presse. Elle ne précise pas les dates, mais en réponse aux questions des enquêteurs, qu’elle a rencontrés plus d’une fois, ses souvenirs des événements sont cohérents. Avant d’annoncer qu’une enquête formelle était lancée, la police a consulté le bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Les situations dénoncées

Parmi les allégations, la plaignante soutient qu’alors qu’ils étaient au travail au cabinet du ministre de l’Agriculture, à Québec, le ministre Paradis aurait dégrafé son soutien-gorge à travers ses vêtements - blouse ou chandail.

À un moment où ils étaient assis face à face, là encore en contexte de travail, le ministre aurait pris le pied de son employée pour le mettre entre ses jambes, sur son siège.

À une réception pour souligner le retour aux Communes de son frère, Denis Paradis, à l’automne 2015, à l’abri des regards, M. Paradis aurait administré une claque sur les fesses de l’employée.

Finalement, il aurait demandé à la jeune femme de lui frotter le dos avec du Voltaren, un onguent anti-inflammatoire pour les maux de dos. Après avoir refusé, elle aurait finalement consenti à appliquer le médicament. Durant le traitement, le pantalon du ministre serait tombé sur le sol.

La version du député attendue

Les quatre incidents allégués paraissent à leur face même déplacés, d’autant que le ministre Paradis avait une relation d’autorité avec l’employée. On ignore toutefois encore la version du député de Brome-Missisquoi, ainsi que la raison pour laquelle la dénonciation est survenue au moins un an après les faits.

La Presse a tenté hier de parler à la plaignante, mais celle-ci, à travers la fenêtre de sa résidence, a fait savoir qu’elle ne comptait pas donner d’entrevue.

Quant à Pierre Paradis, il a été transféré hier en ambulance de l’hôpital de Cowansville à l’hôpital Notre-Dame à Montréal, au service de neurologie. Après avoir reçu un coup violent à la tête en décembre, il avait pris l’avion deux fois pour ses vacances dans le Sud, un geste risqué pour quelqu’un qui a une commotion cérébrale. Lors d’une excursion à cheval, en fin de semaine dernière, un arrêt brusque de la monture a aggravé l’état du politicien. Les nausées, les vomissements sont des symptômes habituels de commotion. M. Paradis est en outre en proie à des tremblements incontrôlables.

Couillard se défend

À Montréal hier matin, Philippe Couillard a soutenu qu’il était intervenu avec célérité dès que son chef de cabinet avait reçu la lettre de l’employée politique se plaignant du comportement du ministre. Le vétéran a été démis de ses fonctions et expulsé du caucus libéral dès que la Sûreté du Québec a confirmé jeudi qu’elle menait à son endroit une enquête sur des allégations de gestes de nature sexuelle.

Dans un premier temps, mercredi, M. Paradis avait été temporairement relevé de ses fonctions. Dès que la confirmation quant à la tenue d’une enquête est tombée, « on a immédiatement agi », a insisté M. Couillard en point de presse, hier matin, à Montréal.

> Lire la suite de l’article sur La Presse


Suggérer cet article par courriel
Dans les placards du PLQ
Magouilles et omerta

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités