«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

De mauvais augure

Les craquements du plancher

Quand on les additionne, les événements insignifiants permettent parfois d’entrevoir des enjeux plus vastes...

Ces temps-ci, on a de quoi s’occuper.

Voir ou percevoir et comprendre ce que Vadeboncoeur appelait les « craquements » du plancher politique.

Une fête nationale qui, d’année en année, dégage un parfum funéraire plus accentué.

Le Québec n'a jamais été esclavagiste... Et pourtant...
Photo Agence QMI, Pascal Huot

Des effluves minoritaires qu’on préfère balayer de la main en écoutant des artistes bling-bling.

Ajoutons la nausée devant cette parade incongrue dont le casting avait de quoi rendre mal à l’aise les douchebags les plus superficiels. Montréal, source intarissable de gaffeurs. L’intelligentsia médiatique de la Grosse Poire aurait atteint l’extase si des idiots de Québec avaient fait une connerie pareille.

Mais c’est Montréal qui a montré son ascendant Hérouxville...

L’idée de faire pousser par des Noirs un char allégorique n’aurait jamais pu germer ailleurs... Une idée saugrenue, incompréhensible, totalement insensée.

Le Québec ne traîne pas un passé esclavagiste et cette caricature grotesque ne doit pas être autre chose que l’erreur de jugement d’un régiment d’imbéciles grisés par leur éphémère subvention...

Fête nationale, dites-vous ? Alors où était la foule, la « nation » ? Apeurée par la pluie, comblée par le congé férié, absente, tout compte fait !

***

La schizophrénie collective atteint chaque année son paroxysme le 1er juillet. On commence à s’y faire, et c’est là tout le drame...

Autre craquement du plancher provincial : le destin du PQ ressemble de plus en plus à celui du Bloc.

C’est une page d’histoire qui se tourne sous nos yeux ; obsédé par la gauche, miné par ses complicités syndicales, le PQ a permis à la CAQ de grandir et Québec solidaire l’a gangréné.

Il a montré sa détresse en courtisant QS plus que de raison, avouant que seul, il ne pourra jamais faire mieux que l’Opposition officielle...

Dans une récente supplique, le chef Lisée a rappelé : « On croit à l’État, on croit à la nation »...

On a le désagréable sentiment que le PQ a davantage cru à l’État...

Le Québec n'a jamais été esclavagiste... Et pourtant...
Photo d’archives, Simon Clark

Aujourd’hui, ils sont nombreux ceux qui croient que l’État en a assez eu et qu’ils en voudraient un peu plus pour eux-mêmes...

Pendant ce temps, les carottes d’Option nationale, le club social du brigadier Zanetti, ont été mises à bouillir. Ça finira en purée, dans un emballage orange...

Québec solidaire a mis la table et présumons que GND a déjà sa petite cuillère bien propre à portée de la main.

Fier pet, preppy et peigné comme tel, il se voit déjà premier ministre Gédéon !

C’est aussi loufoque qu’un quatuor de galériens dans une parade de la Saint-Jean !

 


Suggérer cet article par courriel
Les dérives de notre temps

 

À l’heure des remises en question

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 860$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités