«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Le Grand Remplacement à l’oeuvre

Les chants de Noël interdits en Italie pour ne pas offenser les autres religions !

mardi 27 décembre 2016

La crise migratoire semble bel et bien toucher non seulement l’économie des pays européens et le taux de criminalité près des centres d’accueil, mais aussi les traditions millénaires du Vieux Continent, dont les chants de Noël, à l’instar de Silent Night !

Les petits écoliers de la ville de Bresciano dans la province de Brescia en Lombardie ont dû arrêter de chanter la chanson traditionnelle de Noël Silent Night (Nuit silencieuse) pour ne pas offenser les représentants d’autres religions.

Cette décision a été critiquée par un membre du conseil municipal.

« Même si l’État et le système éducatif sont laïcs, nous aimerions organiser des concerts de Noël au lieu de pièces musicales d’hiver, pour que les enfants chantent Silent Night », a lancé Elena Franseschini, responsable de la culture auprès du conseil municipal de Bresciano.

Selon elle, les chants de Noël n’offensent aucunement les enfants d’autres cultures ou ceux qui dont la famille est athée.

Si c’est la première fois que les chants de Noël sont officiellement bannis en Italie, la veille du Noël 2016, les enfants de l’école de la ville de Pontevico, de la même province de Brescia, se sont vu également interdire de mentionner un certain Jésus Christ dans les chants de Noël…

« Son nom est substitué par les notions universelles de paix et de solidarité », avait indiqué le conseiller principal d’éducation Paola Bellini.

Idem pour une école de la ville d’Amal en Suède, où le mot « holy » (« sainte ») a été remplacé par « now » (« maintenant »), ce qui donne « Silent night, Now light », et « l’étoile des rois mages de Bethléem » — par « l’étoile au-dessus de nous ».
Les parents et surtout les grands-parents des écoliers suédois n’ont pas tardé à bombarder les éditions locales de lettres, dénonçant l’éventuelle perte des traditions nationales face à l’intégration soi-disant confortée des migrants dans la société suédoise.


Suggérer cet article par courriel
Multiculturalisme, Interculturalisme et autres pièges assimilateurs
Le « piège à cons » des fédéralistes et autres Lucides

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 810$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$
  • 16/08 François-Luc Valiquette: 5$
  • 16/08 Gilles Harvey: 5$
  • 15/08 André Thibault: 5$
  • 15/08 Robert Lecompte: 5$
  • 15/08 Jean-Pierre Lavoie: 100$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités