«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Les Québécois n’en sont pas à une contradiction près

LETTRE

Les Québécois et la langue d’enseignement

mercredi 30 août

Le Devoir de samedi nous apprenait que, selon un sondage Léger Marketing, « les Québécois veulent élargir l’accès à l’école anglaise  ». Même les francophones sont majoritairement (53 %) favorables à cet assouplissement. La question se lisait ainsi : « Est-ce que la loi 101 devrait, oui ou non, permettre un accès plus facile aux écoles anglophones au primaire et au secondaire ? »

 

Un regard rétrospectif nous apprend que c’est là une vieille nouvelle ! Mais la vraie nouvelle est que le libre choix a perdu du terrain. Qu’on en juge.

 

En effet, depuis 1977, les Québécois n’ont jamais vraiment aimé l’interdiction qui leur est faite de fréquenter l’école anglaise.

 

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
Le français, langue d’État depuis 1663
Statut jamais modifié depuis 1663 et pourtant...

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités