«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Le poids des oligarques

Donald Trump s’installe à la Maison Blanche

Lendemain de veille : les globalistes se réveillent avec la gueule de bois

Chronique de Patrice-Hans Perrier
mardi 24 janvier
1 212 visites 12 messages

Manifestement, les élites québécoises aux manettes sont encore plus déconnectées de la réalité que celles qui spolient la Ripoublique française. Guy Taillefer, un éditorialiste du quotidien Le Devoir commentait, le 21 janvier dernier, le discours d’intronisation d’un Donald Trump qui est dépeint comme un véritable imposteur. Notre tâcheron de l’information ne se gêne pas pour dénoncer les abjectes paroles d’un « discours bêtement électoral, conformément à l’ultrapopulisme dont nous assomme cet homme à la fois inquiétant et risible depuis un an et demi ».

Mauvais perdants, les salariés du monde médiatique « mainstream » vouent aux gémonies les patriotes qui sont en train d’opérer un vigoureux brasse-camarade au cœur d’une Amérique confisquée par ses élites transgressives. Taillefer éructe du fait que l’équipe du cabinet de Trump soit composée principalement d’hommes blancs. S’ils ne régurgitent pas la sempiternelle antienne globaliste où est le problème ?

Un nouveau maccarthysme

Même son de cloche au Journal de Montréal où les entrefilets nauséabonds foisonnent à telle enseigne que l’on se demande qu’elle mouche les a donc piqués ? La classe médiatique dégorge une telle quantité de fiel à l’endroit de Donald Trump qu’on se croirait revenu à l’aube du maccarthysme des années cinquante. De fait, il s’agit d’un maccarthysme politiquement correct qui correspond trop bien aux desiderata d’une poignée de financiers – George Soros et consorts –
présidant aux destinées des médias, des institutions parapubliques, des cercles de réflexion et des officines de ce « soft power » qu’on nous enfonce jusqu’au fond de la gorge. Les mauvais perdant de la globalisation de l’espèce humaine n’entendent pas concéder la victoire aux patriotes qui sont, ipso facto, assimilés à de viles crapules fascistes.

Isabelle Maréchal, autre diva qui sévit au Journal de Montréal, s’emporte contre un Trump qui « est le champion de l’affirmation arrogante qu’il projette avec une formidable assurance ». Maréchal fait montre, elle aussi, d’un « formidable assurance » lorsqu’elle assène, sans sourciller, que « … les Américains qui boivent ses paroles s’illusionnent. Leur nouveau président n’agira en fonction des intérêts du peuple que s’ils servent en même temps ses intérêts propres ». Nul besoin d’être un expert en sémantique pour comprendre que l’impudente accuse le nouveau président d’être, d’ores et déjà, en conflit d’intérêts avant d’avoir exercé une seule seconde de pouvoir. Ce n’est pas de l’arrogance ça ?

Décidément, c’est la totale : du New York Times jusqu’au très « respectable » Le Monde, en passant par Libération, le Journal de Montréal ou Le Devoir, « tout le monde en parle » sans mettre de gants blancs, avec une espèce de rage au ventre qui fait peur pour tout dire. Nous, les pestiférés du monde de la réinformation, sommes interloqués face à l’incroyable convulsion qui agite les tâcherons d’une presse en perte de crédibilité, autant que de chiffre d’affaire ! Mais, qu’est-ce que nos amis des « médias sérieux » ont à reprocher à « The Donald » ?

Les masquent tombent

Donald Trump ne provient pas du sérail des politicards et autres technocrates incrustés dans les petits papiers de l’état depuis des lustres et … des lucres. Démagogue populiste, certes et sans ambages, Trump ambitionne de mettre au pied du mur toute l’engeance globaliste qui, telle une colonie de chancres, s’engraisse sur le dos de la population tout en lui promettant les lendemains qui chantent un monde libertaire correspondant à l’avènement de l’homme nouveau. Pardon, du surhomme ou, pour être politiquement correct, de l’humanoïde du futur. Parce que toute cette colonie de parasites, hyperclasse de financiers apatrides et pervers, aura pris la décision de présider à la destinée d’une humanité comparée à un troupeau de vulgaires bestiaux. Allez lire, Mesdames et Messieurs des grands médias, « La ferme des animaux » d’Orwell et vous nous en donnerez des nouvelles.

Un discours sans fioritures

Dénonçant les privilèges de l’oligarchie aux premières loges de Washington, Trump a prononcé un discours d’investiture aux accents prophétiques et sans fioritures. Prônant un patriotisme économique et politique musclé, l’iconoclaste ambitionne d’instaurer, dès aujourd’hui, un sain protectionnisme qui mettra un frein à la délocalisation des usines, à l’exportation des cerveaux et au déferlement d’une immigration massive destinée à niveler vers le bas les conditions de vie du commun des mortels. Défendant « Main street » contre Wall street, « The Donald » s’engage à mettre au pas toute cette engeance de profiteurs qui s’est engraissée sur le dos du bon peuple pendant que les usines fermaient, les unes après les autres, et que des dizaines de millions d’américains étaient condamnés à se nourrir par l’entremise des banques alimentaires.

Désireux de s’adresser à tous les citoyens américains, Donald Trump a tenu à dissiper toute équivoque en affirmant « … que l’on soit noir, métis ou blanc, le même sang patriote court dans nos veines … ».

Contrairement aux mensonges assénés par la presse aux ordres, le discours d’investiture du nouveau président était éclairé et éclairant, surtout lorsque l’illustre trublion aura pris la peine de préciser que les États-Unis ne doivent plus chercher à imposer leur mode de vie ou leurs valeurs aux autres peuples, dans un contexte où les relations internationales du futur émaneront du concert de l’ensemble des « nations libres ». Et non pas sur le mode étriqué d’un globalisme qui détruit les frontières pour araser les nations et condamner leurs populations à vivre tels des ilotes sans patrie.

Pourquoi les médias nous bassinent-ils avec leur sempiternel appel à l’objectivité et au droit à l’information, alors qu’ils passent le plus clair de leur temps à dénoncer ceux et celles qui dérogent de la doxa globaliste ? La réponse ne se fait pas attendre pour quiconque connait la structure de l’actionnariat de nos média-mensonges : les oligarques qui possèdent la presse aux ordres ont fait d’un monde sans papiers, et sans frontières, leur antienne obligée depuis belle lurette.

Patrice-Hans Perrier

Commentaires

  • Pierre Bourassa, 6 février 10h23

    ’’Pourquoi les médias nous bassinent-ils avec leur sempiternel appel à l’objectivité et au droit à l’information, alors qu’ils passent le plus clair de leur temps à dénoncer ceux et celles qui dérogent de la doxa globaliste ?’’

    Les médias ont perdu le monopole de l’information.L’élection de Trump en est la manifestation.S’il trahit le peuple américain, comme tant de présidents avant lui,il se fera montrer la porte instantanément,car son accession au pouvoir est le symbole d’un doigt d’honneur au Système et non à l’élection d’un sauveur,et çà c’est encourageant.
    Je laisse en lien ce video(sous-titré français)de Giulietto Chiesa,balançant tout sur la responsabilité de l’Occident dans ces guerres au Moyen Orient ainsi que de la création de l’E.I.
    Ce qui m’a frappé le plus,ce sont les applaudissements nourris du public pendant ses déclarations,pendant que le monteur de l’émission introduisait simultanément des gros plans de l’animatrice-système tentant par ses expression faciales de ridiculiser les propos de Chiesa.Mais çà ne marche plus et les applaudissements de la foule à ses déclarations nous montre à quel point le fossé s’est creusé entre l’élite mondialiste et les peuples.
    Giulietto Chiesa
    https://www.youtube.com/watch?v=7Gf8-_UShK4

  • Pierre Grandchamp, 29 janvier 17h48

    "Et il y a les trumpettes. Ultra-riches, ultra-conservatrices, ultra-adoratrices de Trump, ces femmes ont joué un rôle clé dans son élection. Quant à leurs idées, elles donnent froid dans le dos.

    http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/mario-girard/201701/28/01-5064174-lamerique-selon-les-trumpettes.php

    Les trumpettes sont nées de l’initiative de Toni Holt Kramer, résidante de Palm Beach, là où se trouve le club privé de Donald Trump, le Mar-a-Lago. D’ailleurs, toutes les trumpettes sont membres de ce club sélect dont les frais d’adhésion sont de 100 000 $. À coups d’événements spéciaux, d’opérations sur les réseaux sociaux et de collectes de fonds, les trumpettes ont contribué à faire élire celui qu’elles voient comme un véritable sauveur.

    « Vous savez, j’ai toujours eu cette vision de lui : un homme flottant dans le ciel, dans un costume de Superman, en train d’attendre de sauver le monde et de servir les États-Unis. Je savais qu’un jour il allait descendre et se retrouver dans le fauteuil de président, dans le Bureau ovale », a déclaré Toni Holt Kramer dans un reportage de TF1."

  • Pierre Grandchamp, 29 janvier 08h43

    Parmi les idées dérangeantes de Trump : son appui INCONDITIONNEL à Israel et sa promesse de faire de Jérusalem la capitale.D’ailleurs, l’État hébreu a recommencé à installer des logements : DE LA DYNAMITE !

    Et puis, il y a "les trumpettes"

    "Et il y a les trumpettes. Ultra-riches, ultra-conservatrices, ultra-adoratrices de Trump, ces femmes ont joué un rôle clé dans son élection. Quant à leurs idées, elles donnent froid dans le dos.

    Les trumpettes sont nées de l’initiative de Toni Holt Kramer, résidante de Palm Beach, là où se trouve le club privé de Donald Trump, le Mar-a-Lago. D’ailleurs, toutes les trumpettes sont membres de ce club sélect dont les frais d’adhésion sont de 100 000 $. À coups d’événements spéciaux, d’opérations sur les réseaux sociaux et de collectes de fonds, les trumpettes ont contribué à faire élire celui qu’elles voient comme un véritable sauveur.

    « Vous savez, j’ai toujours eu cette vision de lui : un homme flottant dans le ciel, dans un costume de Superman, en train d’attendre de sauver le monde et de servir les États-Unis. Je savais qu’un jour il allait descendre et se retrouver dans le fauteuil de président, dans le Bureau ovale », a déclaré Toni Holt Kramer dans un reportage"

    http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/mario-girard/201701/28/01-5064174-lamerique-selon-les-trumpettes.php

  • Pierre Grandchamp, 29 janvier 08h19

    Votre discours ne trouve pas preneur au Québec, même chez les indépendantistes.! Trump a perdu, au vote populaire, par près de 3 millions de votes. Gros malaise en partant !

    Au Québec, vous ne trouverez pas beaucoup de gens pro Trump. Pas par « hystérie globaliste », pas pcq « les journalistes sont malhonnêtes » ( dixit le pape Trump). Les gens, surtout les femmes, en ONT PEUR ! D’abord le personnage, ensuite ses idées.

    D’abord , le personnage. Au Québec, avec son passé misogyne, il ne se ferait même pas élire député. Il dit une chose le lundi pis son contraire le vendredi. Les mensonges de Trump, depuis qu’il est en politique, ne se comptent plus : plusieurs les accumulent sur internet Cela fait partie du style populiste à la sud américaine. Son style intimidant, menaçant fait peur.Sa tendance à prendre ses opinions pour des faits.

    Ses idées rétrogrades .Le vice président Pence était aux côtés des pro vie, cette semaine.
    L’État n’a pas à dire aux femmes quoi faire avec leur corps ; ici, au Canada, ça ne passe pas : on ne mêle pas religion et politique. Il va nommer des juges ultra conservateurs à la Cour suprême. L’Obamacare. « Le réchauffement climatique, c’est un canular », dit-il.

    Son mépris des scientifiques. « Après tout, il a encore répété jeudi son souhait de ressusciter l’industrie du charbon. Il a mis le plan climatique d’Obama à la poubelle. Et il a qualifié les énergies vertes de « grosse erreur » dans son tout dernier livre, Crippled America, car elles répondent à un problème qui n’existe pas : les changements climatiques. »http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/francois-cardinal/201701/27/01-5063992-trump-ecolo-contre-son-gre.php

    Il oriente son économie vers le passé. Le salut ne passe par la redynamisation d’une stratégie industrielle dépassée, fondée sur la négation des enjeux du réchauffement climatique.

    Son mépris des médias nous rappelle des épisodes de l’Histoire mondiale pas glorieuses : le contrôle des l’Information. Même ici, sur VIGILE, certains embarquent là-dedans. Si à peu près TOUS les chroniqueurs politiques du Québec opinent différemment des trumpistes, ce n’est pas pcq ils sont « malhonnêtes ». Non ! Et pas par « hystérie globaliste » ! Pcq le personnage et ses idées inquiètent.

    Il s’est composé un cabinet d’idéologues dangereux et de bonzes de la haute finance. Ce qu’il reprochait à Mme Clinton, il le fait en pire : il s’est entouré de banquiers et ploutocrates. D’ailleurs, son entourage a des teintes de népotisme : sa fille et son gendre parmi ses proches à Washington. De plus, il va être en sempiternel conflits d’intérêts.

    Tout cela n’a rien à voir avec « l’hystérie globaliste ». Les gens ont peur !

    Quant au mur avec le Mexique, Elizabeth Vallet, une spécialiste de la question, conclut : « Ainsi, la facture du mur et des mesures migratoires est évaluée à entre 380 et 620 milliards de dollars américains, avec à la clé le tassement du taux de croissance, l’augmentation du prix des biens de consommation courante et du chômage. En première ligne : les pauvres et la classe moyenne. »
    http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/490326/2-2-5

    Conclusion : le personnage et ses idées font peur, inquiètent. Et cela n’a rien à voir avec « l’hystérie globaliste », non plus avec « les médias menteurs et malhonnêtes ».

    Oui, la mondialisation a créé des problèmes. Mais, non, l’isolationnisme n’est pas la solution ! Re : Cuba, Corée du Nord. On n’apporte pas des solutions simplistes à des problèmes complexes.

  • yves corbeil, 25 janvier 18h41

    Allez-vous tous accepter de devenir des humanoïdes parce que ça fait chic bon temps dans cette mondialisation débridée qui ne fait du sens que pour les industriels qui cherche le cheap labor et la déréglementation totale des marchés qui va les rendre encore plus riche si c’est encore possible.

    Plus de sexe, plus de nationalité, plus de couleur, tous beiges comme des couloirs d’hôpitaux, aseptiser par des spécialistes de la manipulation. Le réveil va être dur pour ceux qui rêvent encore Big.

  • yves corbeil, 25 janvier 18h26

    Pour tous ceux qui ne sont pas d’accord avec un recul, comment pouvez-vous continuer à défendre le statut quo ou la fuite en avant.

    Trump n’est que l’effet de l’écoeurantite aiguë d’une bonne partie des humains qui n’en peuvent plus de cette société malade individuellement. Les gens ont bien plus voter pour du changement qu’un appuis réel à un individu en particulier.

    Qu’est-ce que les politiques préconisé depuis des décennies nous ont apporté de bien et de bons collectivement. Il y a des individus qui s’en sortent bien et très bien mais combien sont laissé en plan ou simplement en situation de survie.

    Comme M.Le Hir le mentionne les élections à venir dans le monde nous laisseront un son de cloche qu’il faudra bien considérer au lieu de continuer à démoniser ceux qui ne pense pas comme les défenseurs du statut quo.

    Les médias controlé, complices de ce statut quo nous vomissent jour après jour des inepties en appuis à ceux qui prétendent vouloir votre bien. Exactement comme ces défenseurs de démocraties qui détruisent des pays entiers pour installer la démocratie et faire valoir les droits de l’homme. Allo ! ça va plus dans vos cerveaux.

  • yves corbeil, 25 janvier 14h44

    Merci M.Perrier,

    Tellement plus capable d’entendre toute la bande de perroquet qui démonise les gens qui ne sont pas d’accord avec l’establishement comme EUX, en nous traitant de tous les ...phobes possible.

    L’éditoriale de M.Le Hir est aussi très éclairant sur la situation mondiale avec ce qu’il se passe et se passera dans le monde cette année au niveau électoral.

    Vive la République du Québec,

    LA seule façon de se sortir de tout ce merdier globaliste, multiculturaliste, individualiste porter par la classe sociale qui ne partage pratiquement plus rien avec le reste des humains sur la terre.

    Merci, merci !

  • Jean Brilland, 25 janvier 10h52

    Trump dit quelques vérités.

    Celle de la corruption des médias en est une.
    Celle de l’impasse dans laquelle les Etats-Unis se trouve, en est une autre.

    D’autres vérités mériteraient d’être bien déballées...

    Celle de l’agenda des pétrolières,
    celle de la stratégie du "home land" pour sécuriser la capacité de production américaine,
    celle d’une production industrielle au détriment des travailleurs et de l’environnement,
    celle du déploiement des mesures pour établir le Grand Israel à travers la construction du 3ième temple à Jerusalem (http://us.blastingnews.com/news/2016/11/sanhedrin-calls-on-trump-and-putin-to-build-third-temple-in-jerusalem-001268507.html ),
    celle de Kissinger et ses amis en haut lieu en Chine, en Russie et aux Etats-Unis...

    Quans ca val mal, mêmes les plus objectifs d’entre-nous, en perdent la carte et sont prêts à appuyer quelqu’un qui, il y a 40 ans, aurait passé pour un clown mégalomane.

    Je reste toujours perplexe à la suite du visionnement de ce vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=Kpj3pp10wD8 ) où Trump, le plus sérieux du monde, parle d’un système de torture américain qui n’est pas assez efficace pour créer la douleur, il en connaît d’autres : ...https://www.youtube.co/watch?v=Kpj3pp10wD8

    Enfin, je vous rappelle monsieur Hans Perrier, que Bush, Clinton, Obama et Trump furent mis en place par l’establishment, tout comme le furent Johnson, Bouchard, Charest et Couillard.

    Les trois dernières guerres des 150 dernières années ont été financées par les banquiers. Pour l’heure, Kissinger est l’un de leurs hommes de bras qui a accepté d’être le backdoor man de Trump...

    A partir de là, on fait quoi, ici au Québec ?

    La même chose que Trump...(?!)

    A suivre...

    PS : Je vous invite à lire un livre fascinant sur "ceux qui nous gouvernent"...ca vous permettra d’investir vos énergies au bon endroit.

  • Pierre Marchand, 25 janvier 10h10

    Excellente vision ! Merci beaucoup ! Le nouvel ordre mondial tel le Titanic prend l’eau ! Les zombies courent colmater les brèches à coups de marteau désespérés, avec la rage au ventre, et plus ils tapent, plus les trous béants s’étendent à la coque, plus ils précipitent leur basculement et leur chute, plus ils s’enfoncent, plus ils sont dévoilés dans leurs mensonges, plus ils s’en prennent au Donald, plus il devient fort !

    Le Titanic est insubmersible nous crient-ils par la tête ! Nous les regardons avec compassion ! Mais quels plaisirs de les voir s’émoustiller de la sorte ! Leur attitude reflète un déni général de réalité ! Incapable d’accepter l’inacceptable ! Leur tour de Babel s’effondre inexorablement ! Quel effroi ! C’est la panique à bord ! On peut maintenant mesurer l’ampleur du mensonge qui maintenait le genre humain sous contrôle des officines sataniques et lucifériennes !

  • Pierre Bourassa, 25 janvier 09h09

    Excellent texte.Excellent point également lorsque faite allusion à un nouveau maccarthysme.Néanmoins je surveillerai Trump sur le dossier environnemental ainsi que celui du Moyen-Orient et principalement dans le dossier Israélo-Palestinien,car jusqu’ici Trump n’a fait que des éloges à Israël ce qui laisserait sous-entendre qu’il appuierait la poursuite de la colonisation,à moins qu’il se garde une carte cachée.
    Je laisse en lien une vidéo sous-titré français filmé le 21-01-2017 au lendemain de l’inauguration de Trump,en plein coeur de la marche des femmes.Un personnage haut en couleur se baptisant Big Joe,démolie la rectitude politique.
    Après Madonna, un Afro-Américain expose sa vérité choquante lors de la Marche des femmes
    https://www.youtube.com/watch?v=Yp1tW0uBiPk

  • Jean Lespérance, 25 janvier 00h08

    J’ai savouré chacune de vos phrases et vous avez exprimé le fond de ma pensée mieux que je peux le faire. Malgré que vous et moi comprenons très bien comment pense Trump, il se trouvera toujours des gens qui vont voir en lui un personnage diabolique parce que mille médias vendus s’acharnent à le détruire. Mais plus ils vont s’acharner à le détruire, moins ils seront crus parce que les actes parlent plus fort que la parole.

    Je regardais aujourd’hui un reportage sur la Chine et son développement dans tous les domaines, on voit bien à qui a profité en fin de compte le néolibéralisme économique, la mondialisation, la globalisation. La Chine a progressé autant que nous avons régressé. Rien ne se perd, rien ne se crée, c’est le principe des vases communicants.

    Trump aura beau faire tout ce qui est humainement possible de faire, il ne peut enlever à la Chine tout ce que les chefs d’états larbins lui ont concédé bêtement en pensant que la finance était le moteur de l’économie alors que dans les faits, elle n’était que l’huile. Le moteur de l’économie, ce sont les usines, l’argent n’est que l’huile. Nos chefs d’états stupides ont fait une erreur impardonnable, nous en payons le prix et nous n’avons pas fini de payer. Merci à Claude Picher, ancien journaliste de La Presse et économiste de profession pour m’avoir enseigné cette vérité.

    L’Union Europaïenne priorise les banques et s’imaginent que les emplois dans un pays ne sont pas importants, que c’est secondaire. On peut mettre ou déménager les emplois n’importe où, pour l’UE, ça n’a pas d’importance. Ignorants, voleurs, larbins nous contrôlent et nous conduisent à la ruine, il est grand temps d’y mettre fin et de démanteler l’UE.

    Trump agit dans le bon sens même si tout ce qu’il fait n’est pas parfait. On doit au moins le féliciter pour ses bonnes actions.

  • Peter Benoit, 24 janvier 20h11

    Très bien dit !

    Félicitations.

    PB

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 860$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités