«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Légalisation de la marijuana : sommes-nous prêts ?

Tribune libre de Vigile
mercredi 28 juin
172 visites 3 messages

À une époque où un débat de société a cours sur la légalisation de la marijuana, j’aimerais vous transporter à une autre époque pas si lointaine où j’ai eu à gérer, à titre de directeur d’école, le cas d’un élève de première secondaire qui avait été pris en flagrant délit de vente de marijuana à ses camarades à l’intérieur des murs de l’école, une offense qui, selon nos règlements, condamnait le coupable à l’exclusion.

Toutefois, au risque de subir les critiques du personnel enseignant, j’avais quand même pris la décision de tenter de récupérer le jeune délinquant en demandant la collaboration de sa mère que j’avais convoquée à mon bureau avec son fils un certain lundi matin.

Dans un premier temps, je demandai à la mère d’entrer seule dans mon bureau afin que je puisse lui faire part de mon intention. Puis, du tac au tac, elle me répondit qu’elle fumait du pote à la maison avec son garçon le vendredi soir plutôt que de le voir s’enivrer avec ses camarades.

Inutile de vous dire que mon projet s’est effondré comme un château de cartes. Les dés étaient jetés. Devant le manque évident de collaboration de la mère, je n’avais d’autre choix que d’appliquer le règlement et d’exclure le jeune de l’école.

Cette histoire s’est déroulée à la fin des années ’90. Je me demande quelle serait la version des faits si le même scénario se répétait aujourd’hui !

Henri Marineau
Québec

Commentaires

  • yves corbeil, 30 juin 23h33

    La légalisation du pot, c’est vraiment n’importe quoi. Combattre le crime organisé, j’ai tu une pogné dans le dos. La seule raison de cette décision précipité et surtout très, très mal ficelée, le cash que cela va rapporté au pays.

    Les problèmes, les provinces les gérerons. 18 ans, 21 ans, 25 ans on verra. 4 plants maximum...une police du pot pour surveiller les cultivateurs, pas assez de problèmes avec l’alcool et les cellulaires au volant, on va y ajouter les fumeux de pots. Vont-ils mettre des dessins de cancer, de bouches pourries, d’enfants morts nées et toutes les autres singeries qu’ils ont mis sur les paquets de cigarettes sur leurs sacs de pots. Est-ce que ça va aussi être à 9 mètres des bâtisses pour fumer, est-ce que les locateurs pourront refuser les fumeux de pots dans leurs appartements, est-ce que les locataires pourront porter plaintes contre les locataires qui pourrissent leur environnement, ect. ect. ect.

    Prête pas prête, Trudeau lui yétait prête à collecter les taxes du pot. Crisse de belle société, ya juste la crisse d’argent qui prime, le reste c’est selon, pis nous autres au Québec, sommes-nous obligé de suivre le reste du Canada...comme avec le registre des armes à feu.

    Je serais bien d’accord pour un vote sur la question au Québec, simultanément avec la prochaine élection en 2018 avant d’y aller de l’avant n’importe comment avec ça.

    Décriminaliser la possession simple, je suis entièrement d’accord. Mettre ça légal, no way. Cela rendrait l’accès au produit trop facile et simple. Quand c’est un peu plus compliqué et que ça doit se faire dans l’illégalité ça ralentit les ardeurs de plusieurs.

  • Jean-Claude Michaud, 29 juin 23h46

    Je pense que Justin Trudeau est trop pressé de légaliser pour plaire à un certain électorat qui appuie cela. Il aurait été préférable de décriminaliser la possession simple pour réduire les dossiers criminels des gens qui ont été pris avec de petite quantité de pot.

    De vouloir en faire rapidement le commerce alors qu’on est pas vraiment certains des revenus pour l’État et du risque d’un banalisation de la consommation et d’un augmentation de consommation comme dans certains États américains n’est pas l’idée du siècle.

    J’ai pensé un bout de temps qu’il fallait légaliser et percevoir les taxes mais ce n’est pas si simple que cela. Une taxe trop haute va encourager le commerce au noir et une taxe trop basse encourager la consommation. Donc, la taxe sera pas trop élevé et il faudra absorber au début les coûts de la mise en place de l’infrastructure pour vendre la marijuana ce qui fait que les profits viendront plus tard.

    Je pense que décriminaliser et continuer de le prescrire comme médication dans certains cas est le mieux. On dit que c’est une drogue douce mais le pot d’aujourd’hui est plus puissant que celui des années 60-70.

    On essaie de décourager depuis plusieurs années la consommation de tabac et d’alcool, l’État contrôle le jeu pour éviter le crime organisé et garder un certain contrôle. On interdit souvent ce qui est mauvais pour la santé alors pourquoi vouloir encourager les dépendances.

  • Marcel Haché, 29 juin 09h25

    Avant la « guerre de l’opium », les chinois fumaient déjà l’opium. En quelque sorte, cette pratique avait été intégrée sans problème à la culture chinoise.

    C’est lorsque l’Empire anglais se mit à fournir un opium raffiné que les problèmes de l’Empire du Milieu commencèrent. Fumer de l’opium n’avait pas été un grand problème jusque là. Mais en fumer à la journée longue fut toute autre chose, comme le commencement de ce qui détraqua toute une culture. Le rôle de l’alcool ne fut pas différent auprès des différentes cultures amérindiennes.

    Cette promesse puis maintenant cette politique de légalisation de la marijuana provient d’un écervelé et d’un inculte politique. Un écervelé qui ne représente personne. Un inculte qui use et abuse de son nom, Trudeau, et dont le seul et unique mérite lui provient de cette détestable complaisance du West Island.
    Pee-wee pour toujours. Comme son père.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
11 925$  20%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/07 Jean-Robert Primeau: 50$
  • 21/07 Ginette Doiron: 10$
  • 21/07 Andre Laflamme: 100$
  • 21/07 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/07 Alain Tousignant: 5$
  • 19/07 Patrice Albert: 5$
  • 19/07 Michel Arteau: 10$
  • 16/07 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités